Autres Mondes Infra-monde

Nous sommes de la nourriture pour la “Lune »

Mark Hedsel et La huitième sphère

marKDans le livre de Mark Hedsel, The Zelator (Le Zelateur), nous sommes informés que :

« À la fin du siècle dernier une révélation étonnante a été faite, suite à un dissentiment parmi les membres d’Écoles secrètes. L’Information, jusqu’ici jalousement gardée par le plus fermé des Ordres intérieurs, a été rendue publique. Les secrets révélés appartenaient à un niveau beaucoup plus profond de connaissance que n’a jusqu’ici été rendu exotérique par les Écoles – même dans cet âge éclairé.

En résumé, ce qui a été rendu public pendant ce conflit aux Écoles était la vérité que notre Lune est une sorte de contrepoids à une autre sphère, qui reste invisible à la vision ordinaire. Cette sphère contrebalancée est appelée par les cercles ésotériques la Huitième Sphère.

La vérité est que cette Huitième Sphère n’appartient à rien dont nous sommes familiers sur le plan physique, cependant nous devons utiliser des mots de nos propres vocabulaires chaque fois que nous voulons dénoter son existence. Si nous devions utiliser un mot qui soit adapté le plus convenablement à cette Sphère, alors nous devrions vraiment l’appeler un vide.

Certainement, « vide » est un terme plus approprié que sphère, car la Huitième Sphère aspire des choses dans sa propre existence indistincte. « 

Lire l’article : La 8ème Sphère

Nous sommes de la nourriture pour la “Lune »

Nous étions fascinés par la nature de la Lune, et l’autre planète féminine, Vénus.

C’était comme si notre attention avait été attirée par le côté féminin de l’Obscurité et de la Lumière, représenté par la face du purgatoire de la Lune, et la lumière brûlante de Vénus. Nos questions ont amené notre Maitre à des observations fascinantes et inattendues sur la place de la Lune dans les anciennes traditions ésotériques, et il ne fut pas surprenant que les quelques questions que nous avons posé à notre Maitre à ce moment-là concernaient ces planètes.

Les larmes cosmiques se dirigent vers la Lune

‘Savez-vous ce qu’est le porcelet du troisième jour ?’ a-t-il demandé en réponse à la questions que nous lui avions posé sur la Lune.

Bien que notre Maitre nous regardait directement, tout le monde secoua la tête, comme s’il avait posé la question à chacun d’entre nous personnellement. Peut-être que la question était rhétorique, car il continua presque immédiatement.

‘Le porcelet du troisième-jour est une expression relative aux Anciens Mystères. Avant l’initiation qui se tenait durant les Grands Mystères de Boedromion à Eleusis, en Grèce, il y avait ce que les grecs appelaient le Halade Mystai. Tôt dans la matinée, les candidats à l’initiation allaient jusqu’à la mer, portant de jeunes porcs, qu’ils lavaient et sacrifiaient.

L’explication habituelle — nous dirions exotérique — de ce sacrifice est qu’ils considéraient le sang de porc comme particulièrement pur, et très apprécié des dieux de l’Enfer. Ils enterraient profondément ces porcs tués dans la Terre, après que le sang et les corps abattus eussent été dédiés aux dieux infernaux.

Comme le sacrifice se tenait le troisième jour des Grands Mystères, une telle créature était appelée porcelet du troisième-jour.’

Il leva ses sourcils, et sourit.

‘Maintenant, comme avec tous les Mystères de l’initiation, ce terme n’est pas tout à fait correct — il est destiné à cacher quelque chose. Ce n’était pas un porcelet du troisième-jour, mais un porcelet du deuxième-jour-et-demi, puisque les sacrifices se déroulaient toujours le matin. Le fait que les rites se tenaient près de la mer devrait apporter un indice à ce symbolisme secret, car la période de deux-jours-et-demi est une période lunaire.

En deux-jours-et-demi, la Lune traverse complètement un signe du zodiaque : la période, cosmiquement parlant, constitue un douzième du mois. Maintenant, peut-être, commencez-vous à voir quelque chose d’une importance plus profonde à ce porcelet du troisième-jour ?’

Peut-être qu’une fois encore la question était rhétorique. En tout cas, le cercle restait silencieux.

‘Dans un sens, le porcelet du troisième-jour est l’humanité — la sueur liquide de la Terre.

L’humanité est en proie à la Lune — l’humanité est sujette au rythme de deux-jours-et-demi, et à toutes les autres périodicités lunaires. Dans un autre sens, le porcelet du troisième-jour est l’animal de Seth, le côté du rebut sombre de l’Humanité — ce côté lucifuge, qui ne recherche pas la lumière.

‘Cette vérité est reconnue tant dans le symbolisme évident du sacrifice du porcelet, que dans ses plus profondes implications secrètes. Les centres initiatiques ont toujours reconnu que l’humanité est en proie à la Lune — que les hommes et femmes ordinaires dorment sous les influences des pouvoirs lunaires. […]

Le symbolisme du porcelet du troisième-jour doit maintenant être évident.

La créature est un substitut pour un sacrifice qui n’est pas un sacrifice, puisque la perte n’a pas de valeur en regard de ce qui est acquis. […]

Ce qui arrive à notre principe supérieur au moment de la fission du sacrifice porcin est directement reflété dans le sacrifice du porcelet du troisième-jour. Exactement comme dans un sacrifice impliquant une offrande brulée, où les flammes vont vers le haut, et les restes carbonisés vers le bas, le sacrifice du porcelet du troisième-jour est une fission de séparation.

Notez ce mot, fission.

On ne peut pas aller loin dans les études hermétiques sans s’être fait une bonne idée de ce qu’implique la fission Spirituelle.

‘Sur un niveau, donc, le porcelet est un symbole de la nature inférieure, qui doit être enterrée — ou plus exactement, placée dans les mains des hordes infernales, auxquelles à juste titre elle appartient.

Pendant ce temps, l’Esprit initié s’élève sur les échelles de la perfection.

Comme vous le savez, seuls les initiés sacrifient aux Helade Mystai, nous pouvons donc supposer qu’à la mort symbolique, c’est uniquement la partie inférieure du “porcelet” — le corps et le sang — qui est rendue au monde inférieur.

Le monde supérieur porte l’Esprit vers une réalité supérieure, durant le miracle de l’initiation. Vous voyez, le porcelet du troisième-jour est un symbole de la partie rejetée, de la partie sombre repoussée vers le bas à la séparation qui est la conséquence immédiate de l’initiation.’ […]

‘Revenons une nouvelle fois sur le symbolisme de ce fameux porcelet du troisième-jour. Nous sommes le porcelet, nous attendons le sacrifice.

Nous sommes en proie à la Lune : nous sommes tous des Endymions endormis, qui devons rendre à la Lune ce qui porte l’empreinte de la Lune.

Supposons que le sacrifice du porcelet du troisième-jour symbolise les trois jours…’ — il accentua ces mots pour montrer qu’ils ont une signification bien plus profonde qu’on pourrait le penser -’… que nous passons dans la sphère de la Lune après notre mort.

Comme vous le savez, dans le Christianisme traditionnel, cette période est appelée le Purgatoire. En ésotérisme, elle porte d’autres noms, que vous saurez tous. Ce porcelet du troisième-jour est un symbole’ — il accentua ce mot — ‘de cette période que nous passons au Purgatoire.

Si vous y réfléchissez, vous verrez que ce n’est pas un symbolisme farfelu. Le porcelet, au travers de son association avec Seth, est une créature de la Lune, et la période au Purgatoire est un “sacrifice du sang” dans le sens où durant cette expérience les péchés du sang — certains diraient la sueur de nos péchés du sang — sont lavés.

Au Purgatoire, à grands frais pour nous-mêmes, nous sacrifions nos péchés.

Ces entités — nos péchés — sont dévorés par les démons dans ce qu’on pourrait appeler une soif de sang.

Nous nous sommes accrochés à nos péchés toute notre vie, et s’en départir n’est pas chose facile: ils doivent être arrachés.

[NdT : Les arracher durant sa vie revient à affronter ce qui est appelé en ésotérisme « gardien du seuil, la rencontre avec le « moustique » chez Castaneda, etc. »]

‘Le Purgatoire est une sorte de chambre de compensation cosmique [NdT : clearing house] — même un lieu d’apprentissage forcé — où les entités et inclinations nées du péché trouvent leur accomplissement et régénération.

Sans l’existence d’une telle chambre de compensation, l’atmosphère Spirituelle de la Terre aurait été complètement empoisonnée depuis longtemps.

‘Le visage crânien de la Lune, étincelant le monde sous ses yeux de cratères, est un mémorial perpétuel aux conséquences inexorables du péché de l’homme. Il serait possible de se référer à de vastes sources documentaires relatives à la croyance que la Lune est le centre cosmique du purgatoire — c’est en effet encapsulé dans de très nombreux symboles de la doctrine Chrétienne et du symbolisme.

Sur ce qui pourrait être le niveau le plus évident, l’idée même que les démons ont des cornes est probablement un retour à l’idée du croissant de la Lune, leur patrie naturelle : ils sont, pour ainsi dire, marqués par le C du croissant.

‘Tu avais plutôt raison, Mark …’ — à notre grand désarroi, il s’est tourné vers nous, rendant public des conversations privées que nous avions eu ensemble — ‘… de relier la Lune aux agressions démoniaques, et au monde obscur des séances de spiritisme et de la clairvoyance atavique.

Les êtres démoniaques adorent l’obscurité.

Bien qu’il soit vrai que les séances de spiritisme se passent dans le noir pour permettre aux prestidigitateurs amateurs de ne pas être découverts, il est également vrai que ces êtres Spirituels qui agissent pour le mal durant de tels séances adorent le noir. Ils sont lucifuges. De même qu’ils ne peuvent comprendre le besoin de lumière, de même ils ne peuvent comprendre l’amour humain.

‘Les anciens utilisaient l’obscurité, non pas pour contacter les démons, mais pour contacter les Êtres Supérieurs.

Une des raisons pour lesquelles les soit-disant puits de ventilation de la Grande Pyramide sont dirigées vers des étoiles spécifiques est de permettre ces influences stellaires de percer l’obscurité du lieu où se déroulent les initiations.

‘Les anciens construisaient leurs cercles de pierre pour leur permettre d’utiliser l’obscurité à des fins spécifiques. Ils savaient que pendant une éclipse, lorsque la Lune est jetée dans les ténèbres, l’effet de la Lune est, d’une certaine manière, affaibli.

En de telles circonstances, certaines influences diaboliques et mauvaises qui se sont accumulées dans l’aura de la Terre peuvent s’échapper.

C’est comme si une soupape de sécurité s’était ouverte dans le ciel, se versant dans le cosmos par le tunnel obscur de la Lune Noire, qui se tient dans l’ombre de la Terre.

Cette Lune Noire — la Lune d’Hécate infestée de serpents dans la mythologie ancienne — est très différente de la Lune Éclairée.

Dans certains anciens centres on donnait même à cette Lune Noire un nom différent.

‘La Lune Éclairée est, dans une certaine mesure, Spirituellement réchauffée par le Soleil. On doit être sensible aux réalités cosmiques pour sentir la différence entre la Lune Noire [NdT : nouvelle lune] et la Pleine Lune. Lorsque le Soleil est éclipsé par la Lune Noire, il n’est pas inhabituel d’observer les oiseaux tomber du ciel de crainte. Une grande sagesse est démontrée dans une telle crainte.

Essayez de faire l’expérience d’une éclipse — solaire ou lunaire — pour percevoir le sentiment de cette réalité cosmique. Il y a un frisson dans l’air, tout à fait différent de tout ce que l’on peut sentir en des circonstances habituelles.

La terreur primitive de La Lune parmi les anciens n’était pas totalement irréaliste : en ces temps, il y existait un état de conscience différent qui permettait aux hommes de percevoir les réalités cosmiques qui nous sont maintenant dissimulées.

Vous ne comprendrez jamais pourquoi les anciens cercles de pierre étaient construits si vous n’êtes pas familiarisé avec la Lune Noire.’ […]

Dans cette rencontre, avant sa mort, notre Maître a tenu sa promesse de parler des secrets de la Lune. Normalement, il attendait que quelqu’un parmi nous pose une question. Cette fois, il se mit à parler sans préambule.

‘Dans la littérature ésotérique, vous trouverez de nombreuses traces indiquant que la Lune faisait autrefois partie de la Terre.

Elle a dû quitter la Terre, afin de permettre à la vie sur Terre de continuer son développement Spirituel sans entraves.

‘Il est important que quiconque sur la Voie se fasse une image claire de ce que fut cette séparation. Non seulement ce fut d’une importance considérable pour l’évolution dans la cosmogénèse de la Terre, mais cela influe aussi, en miniature, sur nombre de nos activités Spirituelles.

C’est la forme archétypale de la fission.

Maintenant, malheureusement, dans l’époque moderne, même nos facultés imaginatives ont été matérialisées, et il nous est difficile de nous représenter ce que fut vraiment cette perte de la Lune. Il nous est difficile de former des images claires de la fission qui se tient à la racine de toute activité Spirituelle. Il est difficile pour l’homme et la femme moderne de visualiser les choses en des termes purement Spirituels. C’est parce que la capacité de former des images, qui se tient à la base de notre faculté imaginative, aspire à la mythologie, puisque la mythologie est en soi une partie de la Spiritualité.

‘Si vous ne pouvez pas imaginer de cette façon actuellement, vous devez forcément vous accrocher à des images matérialistes…’ — il toucha le verre d’eau sur la table ronde devant lui — ‘… puis imaginer un verre d’eau troublé par un pigment. Si le verre est immobile, les particules se déposeront au fond dans une couche d’épaisses impuretés, laissant l’eau du dessus claire. C’est beaucoup plus proche de la réalité Spirituelle de ce qu’il est arrivé lorsque la Lune a quitté la Terre, prenant avec elle certaines formes de matérialité impure. […]

Ce schéma qui montre les planètes dans l’espace étendu se rapporte uniquement à la vision physique.

Vous devez comprendre cela, ou vous n’aurez aucun moyen de vous approcher des plus Grands Mystères du cosmos.

Ce qui semble être à l’extérieur est plus précisément décrit comme étant à l’intérieur : notre vision Terrestre est extrêmement limitée, car, en des circonstances normales, nous voyons à l’extérieur depuis l’Ego central vers la périphérie cosmique. Cependant, ce n’est pas la vision cosmique. Nous sommes si habitué à cette vision limitée que nous ne sommes pas assez tolérant pour accepter qu’il puisse y en avoir d’autres — y compris une vision de la périphérie vers le centre.

‘Dans le cas de la Lune, la matière est rendue plus complexe par le fait que la matière physique de la Lune faisait autrefois partie de ce que nous appelons la Terre. Dans le contexte de la sphère lunaire, les deux centres coïncidaient autrefois. Toutefois, un effort considérable de puissance méditative est nécessaire pour suivre ces liens, et la simple affirmation que j’ai faite peut entraîner des malentendus.’

‘Pourquoi,’ demanda Philippe, ‘la Lune s’est-elle séparée de la Terre ?’

(Photo : Robert Fludd, Utriusque Cosmi, Tome I)

‘Ce fut une fission cosmique.

La Lune représente la minéralisation plus solide de la Terre.

Dans le corps de la Lune se trouve la matière qui, si elle était restée dans la Terre, aurait trop profondément alourdi le développement humain. L’homme n’aurait pas été capable de porter le poids de ces forces dans son propre corps.

De même que nous savons par notre propres observations de nous-mêmes que nous devons nous dissocier de l’obscurité pour atteindre la lumière, de même les corps planétaires doivent aussi entrer dans de semblables fissions.

Même ainsi, il est vrai que le poids de la Lune, bien qu’éloigné d’un demi de million de miles, déforme le corps physique de la Terre et ses habitants par ce qui est appelé d’habitude des effets ’gravitationnels’.

‘Maintenant nous devons aborder le lien entre la Lune et la clairvoyance.

Nous devons le faire parce que l’un des membres de notre groupe s’est — à bon ou à mauvais escient — impliqué dans des groupes médiumniques.’

‘Il importe de fixer très clairement les dangers inhérents à ouvrir l’âme à ces activités.

Ce n’est pas à moi d’interdire de telles activités. Je n’ai aucun pouvoir d’interdire, et me réjouit de ne pas avoir de tel pouvoir. De même, je tiens à vous protéger, mais je ne le peux pas. Le mieux que je puisse faire est de vous montrer clairement les dangers. Après cela, vos croyances et votre conduite restes les vôtres.

Il regarda nos visages, comme s’il voulait indiquer qu’il arrivait au point le plus important de la soirée.

‘Nous devons maintenant parler d’une vérité ésotérique qui touche à l’extrême limite de ce qui est permissible.

Ce que j’ai à dire sera très troublant pour beaucoup de gens des temps modernes. Cela dérangera, parce qu’il est généralement tenu pour acquis que la clairvoyance, la médiumnité spirite et les activités spirituelles sont en quelque sorte liées au développement Spirituel, et bénéficient en conséquence à l’humanité. Malheureusement, ceci est loin de la vérité.

Une grande quantité de notre littérature moderne soit-disant “Spiritualiste” à trait au channeling et à la clairvoyance, ce qui est loin d’être bénéfique au développement de l’humanité. En effet, pour ne pas mâcher mes mots, je dois dire que c’est particulièrement nocif.

‘Je dois maintenant faire une déclaration qui vous fera découvrir un concept qui a été, jusqu’à une date relativement récente, l’un des secrets les plus profonds des écoles ésotériques : À certains égards, la Lune est le plus grand problème des connaissances traditionnelles ésotériques. La Lune n’est pas du tout ce qu’elle paraît être.

‘A la fin du siècle dernier une révélation stupéfiante fut faite, à la suite de dissensions entre des membres des Écoles secrètes.

L’information, jusque là jalousement gardée par les Ordres intérieurs les plus fermés, fut rendue publique. Les secrets divulgués ont trait à un niveau de connaissance bien plus profond que ce qui avait été jusqu’à présent rendu exotérique par les Écoles — même en cet âge éclairé.’

Sa trace de cynisme sembla passer inaperçu.

(Photo : John Martin, Les anges déchus font leur entrée dans le pandémonium)

‘Notre but ici n’est pas de documenter comment une idée ésotérique si profonde fut rendue public — ou même d’évaluer s’il était judicieux pour cette idée d’être mise au dehors. Tout cela a été traité dans la littérature — et si vous voulez poursuivre, je vous donnerai quelques titres plus tard.

Ce qui a été rendu public lors de ce conflit dans les Écoles était la vérité que notre Lune est une sorte de contrepoids à une autre sphère, qui reste invisible: la Huitième Sphère.

Cette région n’est pas en soi une sphère, ni davantage une lune. Même le fait de la situer derrière la Lune physique n’est pas correct, car dans les réalités Spirituelles les espaces et distances sont différentes.

“Vide” est certainement le terme le plus approprié pour qualifier la Huitième Sphère.

‘Cette Sphère est à un niveau plus bas dans l’échelle des êtres que la Septième Sphère (qui est la Terre).

Elle agit comme une sorte de conduit démoniaque qui suce dans sa gueule certaines formes Spirituelles dégénérées de la Terre.

C’est une Sphère de l’ombre, contrôlée par des êtres de l’ombre.

Cependant, le fait que ce soient des êtres de l’ombre ne doit pas nous conduire à rabaisser ou sous-estimer leurs capacités et leur intelligence. À bien des égards ils sont plus intelligents que l’Homme, car ils ne sont pas limités par le pouvoir de l’amour, comme l’est l’Humanité.

( Photo : West front of Saint-Pierre, Moissac. 14th century)

‘Le fonctionnement de cette Huitième Sphère est complexe.

Ses habitants — ces êtres de l’ombre qui y vivent — souhaite peupler leur Sphère avec l’humanité, ou (plus exactement) avec les âmes humaines.

À cette fin, ce que nous pourrions appelé des terminaux ont été érigé sur Terre : ces terminaux sont des conduits-d’âme , qui sucent dans cette Sphère inférieure une certaine forme d’énergie Spirituelle matérialisée qui est engendrée sur le plan Terrestre.

Les circonstances les plus habituelles où cette matérialisation ou engendrement a lieu se déroule durant les séances, et en d’autres endroits où les êtres humains tentent de se mêler — contre la loi cosmique — aux plans Ethériques inférieurs.’

Philippe éprouvait des difficultés avec ce curieux récit des pouvoirs lunaire, et demanda : ‘Vous dites que l’activité Spiritualiste est elle-même victime de la Huitième Sphère ?’

‘Oui, Philippe. Une certaine activité Spiritualiste est colorée par la croyance erronée que le monde des morts est accessible aux vivants.

En vérité, l’activité médiumnique ne peut pas pénétrer dans le vrai royaume des morts : elle s’occupe donc uniquement d’ombres. Faisant cela, elle produit le fourrage de la nourriture de la Huitième Sphère.

Cette succion de certaines formes de la matière-âme humaine dans la Huitième Sphère n’est, en aucune sorte, destinée au bénéfice de l’humanité.

Le but des habitants de ce monde est de renforcer et de peupler un monde qui peut véritablement être décrit comme le royaume des damnés. Les efforts de ces habitants, ou démons, est contraire au développement évolutif qui a été prévu pour le monde.

En vérité, l’être humain n’a pas été conçu pour devenir un être de l’ombre, captif dans une sphère démoniaque : il a été conçu pour devenir un dieu.

‘Il y a moins de cent ans que cette connaissance de la Huitième Sphère a été rendue public. Au début il y eut un tollé devant cette brèche de connaissance initiatique, mais maintenant nous pouvons voir que c’est une sorte de bienfait que la menace démoniaque soit portée dans le dehors. À certains égards, il est plus facile de faire face à un ennemi visible. Ceux qui jouent avec les supposées communications avec les morts, et avec cette contrée spirituelle qu’ils imaginent affectueusement derrière le voile, sont prévenus.

Note de SDT: Pour aller plus loin: The Way Of The Fool (partie II et III) de Laura Knight-Jadczyk

(Source : The Zelator, Mark Hedsel / David Ovason, pp.240-243, trad. jsf)


Jsf : À mettre en parallèle avec les explications de Mouravieff dans Gnôsis tome 1, :

Avec le progrès de la science et de la technique, l’homme prend de plus en plus en main la direction matérielle et déjà, dans une certaine mesure, la direction de la vie organique sur la Terre sur le plan biologique.

Cette vie organique, on l’a vu, sert de station de transmission pour l’énergie vivifiante vers la Terre et la Lune à travers l’intervalle FA — MI de la Grande Octave. Cette tâche est écrasante.

La quantité insuffisante d’énergie transmise ainsi vers la Lune dans des conditions de paix par le travail de la société humaine entourée de la faune et de la flore nécessite de la part du Deuterocosmos des interventions qui provoquent des convulsions du Tritocosmos. Celles-ci ont pour but d’assurer, par la croissance du fœtus cosmique qu’est le Tessaracosmos.

Telle est, par exemple, l’origine cosmique des guerres, des révolution, des épidémies et d’autres fléaux de l’humanité. On a depuis fort longtemps remarqué que l’apparition massive des taches solaires entraîne sur la terre des tempêtes magnétiques et un état psychologique qui conduit à des conflits sur le plan social, international et racial. [p.99]

L’homme, en tant que cellule de la vie organique sur la Terre, participe au développement du Rayon de Création. La vivification de la Lune, fœtus cosmique, est un des aspects actuels de ce développement.

Elle exige des quantités considérables d’énergie, qui sont produites en particulier par le secteur humain de la vie organique. L’Illusion, qui joue un rôle si important dans la conscience de veille de l’homme, y a été introduite pour que celui-ci accepte de participer sans révolte à cet aspect de l’œuvre cosmique.

Si l’on est conscient de cette situation, et si l’on désire y échapper, on doit concevoir et créer un écran qui protège contre cette influence dévorante de la Lune.

Il faut cependant se garder alors de tomber d’une illusion dans une autre en érigeant un faux écran ; car au lieu d’une économie des forces, c’est une déperdition aggravée de celle-ci qui s’ensuit. Or la quantité de forces nécessaires pour s’opposer valablement à l’influence de la Lune est considérable.

Le premier impératif est donc d’arrêter leur gaspillage, de fermer les robinets qui laissent l’énergie s’échapper inutilement : émotions stériles, en particulier les émotions négatives ; fantaisies issues d’une imagination non contrôlée ; gymnastique mentale incoordonnée, bavardage, etc… Il faut donc agir comme un sage ministre des finances, économiser. sévèrement nos forces, sans toutefois stériliser notre activité ni notre intelligence. Bien au contraire, il faut emmagasiner, accroître le plus possible ces forces pour en constituer des réserves. Tel le double aspect du premier objectif à atteindre. [p.121]


Jsf : Outre le chapitre 9 du Belzébuth de Gurdjieff, à titre encore de comparaison, nous pouvons citer Rudolf Steiner qui écrit :

L’état de la Terre était maintenant tel que les humains n’auraient toujours pas pu progresser comme il le fallait. Le milieu était à présent trop dense et sur toute vie s’exerçait une action pétrifiante, desséchante. Si les choses en étaient restées là, l’homme n’aurait toujours pas pu se développer. Un processus particulier vint y remédier : quelque temps après la sortie du Soleil, la Lune actuelle se détacha de la Terre, emportant les forces ralentissantes qui auraient fait de la vie une mort lente. La Terre resta ainsi entre le Soleil et la Lune, adoptant le rythme qui convenait exactement à l’organisation humaine pour que celle-ci puisse vraiment recevoir le moi qui devienne le porteur de l’individualité (…)

Pourquoi des entités et des substances doivent-elles rester en arrière ?

À cette question, je voudrais répondre par une comparaison. L’évolution humaine devait progresser par degrés ; il fallait pour cela que l’homme s’affine progressivement. Il n’aurait pas pu évoluer s’il avait continué de se servir des mêmes forces que pendant l’évolution saturnienne. Il serait resté sur place. C’est pourquoi il fallait qu’il épurât ces forces. – Pour nous faire une image, prenons un verre d’eau dans lequel une matière quelconque se trouve dissoute. Tout ce qui est dans ce verre présentera la même coloration, la même densité, etc., tout sera pareil du haut en bas. Supposons maintenant que les substances les plus grossières se déposent au fond ; l’eau purifiée et les substances les plus fines se trouvent en haut. L’eau n’a donc pu se purifier qu’en se séparant des éléments les plus grossiers. C’est quelque chose de ce genre qui devint également nécessaire après l’achèvement de l’évolution saturnienne. Il fallut qu’un tel dépôt se formât, que l’ensemble de l’humanité se séparât de certains éléments pour ne garder que les parties plus subtiles.

Ce qui avait été éliminé est devenu plus tard les animaux. Grâce à cette séparation, les autres êtres purent se purifier et s’élever d’un degré. Et à chaque degré, des entités durent être éliminées afin que l’homme pût s’élever toujours davantage (…) [Manifestations du Karma, Deuxième conférence]


Jsf : À mettre encore en parallèle avec le symbole du Lapin blanc chez Lewis Carroll ainsi que dans le film Matrix, qui on le sait, mène à la connaissance par Néo d’un monde, le monde réel et obscur, dans lequel les hommes nourrissent les “machines”. Pour bien montrer qu’il s’agit d’une réalité différente, Néo passe au travers d’un miroir. Le Lapin, on le sait aussi, est associé à la lune dans diverses traditions. Dans le même ordre d’idées, nous pourrions ajouter ces quelques extraits du livre de Mircea Eliade – Une nouvelle philosophie de la lune :

Un médecin et biologiste italien, V. Capparelli, a publié deux épais volumes (…) sur la lune et les rythmes lunaires, sur les cycles hebdomadaires dans le monde organique et dans la pathologie humaine. Il a rassemblé un nombre considérable de données tirées de la botanique, la zoologie, l’embryologie et la pathologie et qui convergent toutes vers un rythme lunaire hebdomadaire régissant le monde organique. La croissance des tissus végétaux et animaux, les cycles physiologiques dans la vie humaine, le retour cyclique des processus morbides (la “crise” hippocratique ; l’importance de certains jours dans l’évolution des maladies : trois jours et demi après l’atteinte, sept jours, quatorze jours….), tout est contrôlé par un rythme cosmique, par la périodicité lunaire.

Notre insignifiant astre mort aurait donc une influence primordiale sur l’ensemble de la vie organique terrestre. (…)

De même que les premières intuitions cosmiques sur la femme et que la fécondité et l’eau sont liées à la lune, les premières conceptions de la mort se rattachent également à cet astre “vivant”. La lune meurt, reste trois jours dans les ténèbres, puis renaît. Les graines sont enterrées, demeurent quelque temps sous terre (nuit, obscurité, entrailles), puis une plante nouvelle apparaît. L’homme meurt, il est enterré, son âme s’envole parfois dans la lune, mais il renaîtra, évoquant en cela la “renaissance” de la lune et de la végétation. Dans des rituels primitifs d’initiation étudiés par Peter Schmidt, le néophyte ressort de la tombe de la même manière que la lune réapparait après s’être cachée durant trois nuits. [p.12-13]

SOURCE de cet article : http://www.futurquantique.org/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Vérifiez votre éligibilité 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Les + vus cette semaine

Articles Phares