Cerveau = doc Guérison Causale Nouveau Paradigme

Neuroplasticité – Les étonants pouvoirs de transformation du cerveau

neuroplasticité cerveauLa neuroplasticité est méconnue en France et peu connue en général. En France le terme de neuroplasticité est presque interdit. Et pourtant … Nous pouvons améliorer nos fonctions cérébrales et envisager toutes sortes d’auto-guérisons.

Notre cerveau est extraordinairement souple. Il peut se transformer pour acquérir de nouvelles notions. Il peut aussi abandonner des notions périmées et des modes de pensées inadéquats.  Il évolue sans cesse. Pour cette raison, il est dit que le cerveau est «neuroplastique». 

Le stress entraîne des perturbations de la neuroplasticité. La méditation active est le meilleur des remède.

On a aujourd’hui la preuve que quasiment n’importe quelle zone du cerveau est modelable, au prix d’efforts puissants mais accessibles, et que les zones corticales « spécialisées » dans telle ou telle fonction sensorielle (toucher, vision, audition…) ou motrice (commandant nos centaines de muscles…) peuvent se remplacer les unes les autres. Le système nerveux est le prolongement du cerveau à travers le corps. Le système nerveux, réuni en tronc dans la colonne vertébrale se répand dans le corps comme les branches d’un arbre jusqu’à devenir si abondant à la périphérie du corps que même l’effleurement du vent sera ressenti. Ce n’est pas le doigt qui ressent. Ce n’est pas l’œil qui voit. Ni l’oreille qui entend. C’est le cerveau.

Nous pouvons changer notre cerveau… Et les transformations de notre propre cerveau a des répercussions sur tous les individus, puisque nous vivons l’interconnexion dans toutes nos expériences. Organisons la Résist’Ankh …

Miléna

 

 

neuroplasticité« Les étonnants pouvoir de transformation du cerveau – Guérir grâce à la neuroplasticité » de Norman Doidge

Préface de Michel Cymes

Chercheur en psychiatrie et en psychologie aux États-Unis, Norman Doidge s’est d’abord penché sur les « cas difficiles », les malades qui ne progressaient pas ou plus, ceux que la médecine classait comme des « échecs ». En s’intéressant ainsi aux limites du cerveau, il a découvert à quel point il était possible de les repousser grâce à une propriété méconnue : la neuroplasticité. Un phénomène complexe et une science très pointue, qui sont ici rendus accessibles à l’aide de mots très simples, d’exemples et d’anecdotes clairs et concrets

La neuroplasticité est un terme récent, qui date de quelques dizaines d’années seulement. L’étymologie nous met sur la voie : « neuro » vient du teinte « neurones », qui désigne les cellules du cerveau ; le mot « plasticité » est plus difficile à expliquer. Il vient du grec plastikos, qui signifie modelage, soit la caractéristique de « ce qui est malléable, l’aptitude d’un tissu lésé à se reconstituer ». En fait, la neuroplasticité est la faculté du système nerveux à se réorganiser quand il subit un changement.

Comment cela est-il possible ? À quoi est due cette étonnante faculté ? Faisons un peu d’anatomie pour le comprendre. Dans le cerveau, il v a environ cent milliards de neurones. Ils sont reliés entre eux sous forme de réseaux par leurs prolongements, qu’on appelle les axones. Au fond, cela revient à imaginer le cerveau comme une grosse ville : les neurones sont des maisons, les synapses leurs portes d’entrée, et les axones sont les voies de communication qui permettent d’aller de maison en maison.

Au fur et à mesure que le temps passe, les maisons trop anciennes sont détruites. C’est aussi ce qui se passe dans notre cerveau : les neurones vieillissent, ils meurent, mais, à la différence des maisons, ils ne sont pas remplacés. Et lorsqu’un neurone meurt, sa porte d’entrée (la synapse) disparaît aussi. C’est ce que l’on appelle la perte neuronale. Nous perdons entre dix mille et cinquante mille neurones par jour. Un chiffre longtemps considéré comme inquiétant, car il signifie qu’en vieillissant nous devenons moins vifs, plus distraits, moins réactifs… Il faut bien le reconnaître, avec l’âge, on a plus de mal à travailler, à se concentrer ou encore à faire plusieurs choses en même temps.

Et pourtant, contrairement aux idées reçues, ce constat n’est pas irréversible. En réalité, la fameuse « perte neuronale » est moins importante que l’on ne le croyait. Pourquoi ? Pour deux raisons. De nouveaux neurones apparaissent (même s’il s’agit d’une faible quantité). Et surtout, après la mort de certains neurones, ceux qui restent vont développer de nouvelles voies de communication pour contourner les portes fermées et aller vers des portes d’entrée ouvertes, vers des synapses qui fonctionnent. De nouvelles connexions se font alors vers d’autres neurones. Ce phénomène va compenser la diminution du nombre de neurones jusqu’à un âge assez avancé (soixante ou soixante-dix ans, parfois plus comme vous allez le constater dans ce livre). Nous sommes donc capables de freiner notre vieillissement en créant de nouveaux réseaux de neurones, et c’est une découverte extraordinaire !

Extrait du livre

Cette véritable « révolution du cerveau » est très récente. Quand j’étais étudiant – il n’y a pas si longtemps encore ! -, les professeurs de neurologie ne parlaient pas de neuroplasticité. Et pour cause… La connaissance du cerveau est longtemps restée littéralement figée. Telle fonction était strictement située à tel endroit, la production de cellules nerveuses s’arrêtait précocement dès l’âge de deux ans, etc. Il faut se souvenir que, pendant des millénaires, nous n’avons pas connu les fonctions du cerveau, on pensait même que l’activité mentale se situait dans le cœur ! Cela explique d’ailleurs certaines expressions que nous utilisons encore aujourd’hui, comme « apprendre par cœur ». Pour Aristote, le cerveau est une sorte de radiateur. II faudra une véritable révolution pour qu’il devienne le centre de la pensée. Grâce à Platon, d’abord, qui explique que l’âme est séparée en trois parties dont l’une, immortelle, est située dans la tête. Grâce aux grands noms de l’anatomie comme Hippocrate ou Hérophile, ensuite. Avec eux, les médecins acceptent enfin l’idée qu’un dégât au niveau du cerveau a des répercussions sur le reste du corps (une paralysie, par exemple). Mais, malgré ces progrès, la connaissance du cerveau reste limitée, et il faut attendre le XVIIIe siècle pour qu’une « carte » de ses fonctions (à présent obsolète) soit élaborée. Plus tard, Sherrington, futur prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1932, comprend que le cerveau et le corps entretiennent des relations complexes : quand le corps ressent quelque chose, il en informe le cerveau et celui-ci réagit. Plus concrètement, si je me brûle la main sur un plat trop chaud, mon cerveau l’apprend, il réagit de la manière la plus adaptée pour éloigner la main du plat. En une fraction de seconde, je vais la retirer. Ce constat nous paraît évident aujourd’hui, mais il a fallu des siècles pour en arriver là.

On a également découvert que les neurones s’envoient des informations sous la forme d’un influx nerveux. Revenons à la comparaison avec les maisons, les portes d’entrée et les voies de communication. L’information circule le long des axones sous forme d’influx, et une fois qu’elle est parvenue à la porte d’entrée, des messagers chimiques appelés « neurotransmetteurs » prennent le relais. Ils sont libérés en plus ou moins grande quantité dans les synapses, et ces portes d’entrée permettent de réguler les informations. On a découvert qu’il y avait soixante mille milliards de synapses dans notre cerveau. Et donc autant de contacts entre les cellules nerveuses… C’est grâce à cette organisation qu’il existe des milliards de minuscules réseaux, de microcircuits, dans seulement mille cinq cents grammes de matière – le poids du cerveau humain.

J’en arrive enfin à notre sujet, la neuroplasticité. Ce n’est qu’à partir de la moitié du XX ème siècle que cette notion commence à apparaître… Mais je laisse à l’auteur de cet ouvrage le soin de raconter la suite de l’histoire.

Passons plutôt aux applications de la neuroplasticité aujourd’hui. On ne s’en rend pas compte, mais en fait cette nouvelle science est très présente dans notre vie quotidienne. Par exemple, savez-vous que la façon dont vous faites l’amour dépend de la manière dont sont organisés vos neurones ?
La théorie de la neuroplasticité bousculerait donc notre sexualité. On a parfois soutenu que la sexualité était soumise à nos instincts (les plus bas selon certains, les plus agréables selon d’autres…). Autrement dit, à des phénomènes chimiques et hormonaux que l’on pensait bien connus et définitifs. Vous aimiez les femmes blondes, ou vous étiez attirée par les hommes grands et bruns ? Eh bien, c’est parce qu’ils stimulaient votre hypothalamus, une glande située dans notre cerveau, une sorte de « chef d’orchestre » de toutes les glandes de notre corps, y compris celles des testicules et des ovaires. Quand il était suffisamment stimulé, cet hvpothalamus déclenchait une cascade de réactions qui avaient pour but de faire apparaître le désir : une érection chez l’homme, la production de sécrétions vaginales chez la femme, etc. Autres idées reçues, dont nous n’avons pas conscience mais qui influenceraient nos choix : une femme aux formes généreuses donnerait l’impression d’être plus féconde et plus capable de mener une grossesse à terme qu’une femme maigre ; un homme musclé saurait protéger sa famille et la mettre en sécurité…

En réalité, nos préférences sexuelles sont façonnées par ce que nous avons vécu, par notre histoire, notamment dans notre enfance, puis à l’adolescence. Ici, je ne vous parle pas de psychologie, mais bien de neurologie. La plasticité joue, à ces périodes particulières, un rôle essentiel. C’est alors que l’hypothalamus, le système limbique qui est associé au plaisir et aux émotions et qui régit toutes les zones du cerveau en relation avec notre sexualité, développe de nouvelles connexions. Freud a d’ailleurs permis de mieux comprendre la plasticité sexuelle. Selon lui, l’épanouissement amoureux et sexuel évolue par stades, et la petite enfance est déterminante. Des enfants dont les parents sont tendres, proches, chercheront plus tard ces qualités chez leur partenaire. Si au contraire les relations sont violentes, très froides ou instables, les enfants auront tendance à reproduire ce schéma. Pourquoi ? Parce que ce schéma, précisément, s’est inscrit dans leur cerveau ; il a modifié le « câblage » des neurones, et plus tard il influencera le comportement sexuel. La plasticité est très active à cet âge-là, le cerveau garde donc des traces de tout ce qui y est vécu. Quand nous tombons amoureux, les neurones se réorganisent de manière très importante, de nouvelles connexions se mettent en place, et un amour est né… Heureusement, les choses ne sont pas figées, les connexions existantes peuvent se défaire et être remplacées par de nouvelles. Ce qui permet de vivre plusieurs amours et d’avoir des préférences sexuelles très variées au cours d’une vie….

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année