Enseignements Sri Aurobindo et MERE

MÈRE – Courage, Endurance, Effort

MERE MiraAlfassaLa peur est une impureté

La peur est une impureté, l’une des plus grandes impuretés, l’une de celles qui proviennent le plus directement des forces antidivines qui veulent détruire l’action divine sur la terre ; et le premier devoir de ceux qui veulent vraiment faire le yoga *, c’est d’éliminer de leur conscience, avec toute la puissance, toute la sincérité, toute l’endurance dont ils sont capables, même l’ombre d’une peur.

La peur est un manque de confiance

Pourquoi a-t-on peur ?

Je crois que c’est parce que l’on est égoïste !

Il y a trois raisons. D’abord, un soin excessif de sa sécurité. Ensuite, ce que l’on ne connaît pas produit toujours une sensation pénible, ce qui se traduit dans la conscience par la crainte. Et surtout, parce que l’on n’a pas l’habitude d’avoir une confiance spontanée en le Divin…. »Vous n’avez pas confiance en votre destin » ou « Vous ne savez rien de la Grâce »….Si l’on avait toujours le sentiment que c’est le meilleur qui arrive en toutes circonstances, on n’aurait pas peur.

Vaincre la peur

L’un des grands remèdes pour vaincre la peur est de faire face à ce que l’on craint. On vous met en face du péril que vous craignez, et vous ne le craignez plus. La peur s’en va. Au point de vue yoguique, au point de vue discipline, c’est le remède préconisé. Dans les anciennes initiations, spécialement en Égypte, pour pouvoir faire de l’occultisme, il faut abolir complètement la peur de la mort….

Si l’on arrive, au moment où elle vient, à mettre sur elle la conscience, la connaissance, la force, la lumière, alors on peut la guérir tout à fait.

Le vrai courage

Le vrai courage, dans son sens le plus profond, c’est de pouvoir faire face à tout, tout dans la vie, depuis les plus petites jusqu’aux plus grandes choses, depuis les choses matérielles jusqu’aux choses de l’esprit, sans un tressaillement, sans physiquement…sans que le cœur se mette à battre plus vite, sans un tremblement dans les nerfs, et sans la moindre émotion dans aucune partie de son être. Faire face avec une conscience constante de la Présence divine, avec un don total de soi au Divin, et tout l’être unifié dans cette volonté, alors on peut avancer dans la vie, faire face à n’importe quoi. Je dis : sans un tressaillement, sans une vibration, ça, n’est-ce-pas, c’est le résultat d’un long effort….

Plaisir et douleur

Si l’on peut faire face avec courage, endurance, une foi inébranlable en la Grâce divine, si l’on peut, au lieu de fuir la souffrance quand elle vient à vous, entrer en elle avec cette volonté, cette aspiration de passer à travers elle pour trouver la Vérité lumineuse, la Joie invariable qui est au fond de toute chose, la porte de la douleur est souvent plus directe, plus immédiate que celle de la satisfaction ou du contentement.

Je ne parle pas du plaisir parce que, lui, tourne le dos d’une façon constante et presque totale à cette Joie divine profonde.

Le plaisir est un déguisement trompeur et pervers qui nous détourne de notre but et que nous devons certainement pas rechercher si nous avons hâte de trouver la vérité. Le plaisir nous évapore ; il nous trompe, il nous égare. La douleur nous ramène à une vérité plus profonde en nous obligeant à nous concentrer pour pouvoir endurer, pour pouvoir faire face à cette chose qui broie. C’est dans la douleur que l’on retrouve le plus facilement la vraie force, lorsqu’on est fort. C’est dans la douleur que l’on retrouve le plus facilement la vraie foi, celle en quelque chose qui est au-delà, par-dessus toute douleur.

Les coups du Seigneur

« Ô Toi qui aimes, frappe ! Si Tu ne me frappes pas maintenant, je saurai que Tu ne m’aimes pas »
(Sri Aurobindo, Pensées et Aphorismes)

Tous ceux qui aspirent à la perfection divine savent que les coups que le Seigneur nous donne dans Son amour et Sa grâce infinis sont le moyen le plus sûr et le plus prompt de nous faire progresser. Et plus les coups sont rudes, plus ils sentent que l’Amour divin est grand.

Les hommes ordinaires, au contraire, demandent toujours à Dieu de leur donner une vie facile et agréable, pleine de succès. Dans chaque satisfaction personnelle, ils voient le signe de la miséricorde divine ; et si, au contraire, ils rencontrent dans la vie des malheurs et des infortunes, ils se plaignent et disent à Dieu : « Tu ne m’aimes point ».

A l’encontre de cette attitude ignorante et vulgaire, Sri Aurobindo dit au Bien-Aimé divin : « Frappe, frappe dur, que je sente l’intensité de Ton amour pour moi. »

La légitimation des malheurs

Mère, même quand on essaye de croire qu’on est impuissant, il y a quelque chose qui croit qu’on esr puissant. Alors ?

Ah oui, ah oui ! Ah, c’est très difficile d’être sincère…C’est pour cela que les coups se multiplient et que quelquefois ils deviennent terribles, parce que c’est la seule chose qui brise votre stupidité. C’est cela, la légitimation des malheurs. Ce n’est que quand vous vous trouvez dans une situation aiguë et devant, vraiment, une chose qui vous affecte profondément, alors, cela fait fondre un peu de la stupidité. Mais comme tu dis, même quand il y a quelque chose qui fond, il y a encore un petit quelque chose qui reste là-dedans. Et c’est pour cela que ça dure si longtemps…

Combien il faut de coups dans la vie pour savoir, jusqu’au fond, qu’on n’est rien, qu’on ne peut rien, qu’on n’existe pas, qu’on est rien, qu’il n’y a pas d’entité sans la Conscience divine et la Grâce. Du moment où on le sait, c’est fini, toutes les difficultés sont parties __ mais quand on le sait intégralement, et qu’il n’y a rien qui résiste. Mais jusqu’à ce moment-là… Et cela prend très longtemps.

Ne jamais se décourager

Il faut augmenter votre concentration, votre aspiration et votre confiance et, avec la nouvelle aide qui vous viendra, faire un nouveau programme, élaborer d’autres moyens pour remplacer ceux que vous avez dépassés. C’est ainsi que l’on progresse d’étape en étape.

Mais il faut prendre très grand soin de réaliser à chaque étape, aussi parfaitement que possible, ce que l’on a gagné ou appris….Alors, le point le plus important (ce que tout le monde dit, mais que peu de gens font), c’est de mettre en pratique ce que vous savez. Avec cela, vous avez une grosse chance de succès et, avec de la persévérance, vous arriverez certainement.
Il ne faut pas se décourager quand on se trouve en face d’un mur, jamais se dire : « Oh ! Que faire ? C’est encore là ! » Comme cela, la difficulté sera encore là et encore là et encore là, jusqu’à la fin. C’est seulement quand vous arriverez au but, que tout tombera d’un coup.
Recommencer aussi longtemps qu’il faut

Les gens qui ont eu une belle expérience et qui disent : « Ah ! maintenant, ça y est ! » Et puis ça se calme, ça s’atténue, ça se voile, et tout d’un coup une chose tout à fait inattendue, absolument vulgaire et qui a l’air d’être complètement sans intérêt, se présente devant vous et elle vous bouche le chemin. Et alors on se dit : « Ah ! à quoi ça sert d’avoir fait ce progrès si ça recommence ! pourquoi faire ? J’ai fais un effort, j’ai réussi, je suis arrivé à quelque chose, et maintenant c’est comme si je n’avais rien fait ! alors c’est désespérant. » Parce que l’on n’a pas d’endurance.

Si on a de l’endurance, on dit : « C’est bon. Bien, je recommencerai aussi longtemps qu’il faut ; mille fois, dix mille fois, cent mille fois s’il le faut, je recommencerai __ mais j’arriverai jusqu’au bout et rien n’aura le pouvoir de m’arrêter en route. »

C’est très nécessaire. Très nécessaire.

Savoir payer le prix

Vous tous qui êtes venus ici, on vous a dit beaucoup de choses ; vous avez été mis en rapport avec un monde de vérité, vous vivez là-dedans, l’air que vous respirez en est plein ; et pourtant, combien peu d’entre vous savent que ces vérités n’ont de valeur que si elles sont mises en pratique, et qu’il ne sert à rien de parler de conscience, de connaissance, d’égalité d’âme, d’universalité, d’infini, d’éternité, de vérité suprême, de présence divine et… de toutes sortes de choses comme cela, si vous ne faites pas effort en vous-même pour vivre ces choses et les sentir en vous concrètement. …  Il faut savoir que des efforts très persistants, une endurance très obstinée, sont nécessaires pour maîtriser la moindre faiblesse, la moindre petitesse, la moindre mesquinerie de la nature. A quoi sert-il de parler d’Amour divin si l’on ne sait pas aimer sans égoïsme ? A quoi sert-il de parler d’immortalité si l’on est attaché obstinément au passé et au présent et qu’on ne veut rien donner pour tout recevoir ?

…pour arriver au but, il faut savoir payer le prix, et que, pour comprendre les vérités suprêmes, il faut les mettre en pratique dans sa vie quotidienne.

C’est l’effort qui donne la joie

Un but donne un sens, une raison d’être à la vie, et cette raison d’être implique un effort, et c’est dans l’effort que l’on trouve la joie.

Exactement. C’est l’effort qui donne la joie : un être humain qui ne sait pas faire d’efforts n’aura jamais de joie. Les gens essentiellement paresseux n’auront jamais la joie __ ils n’ont pas la force d’être joyeux ! C’est l’effort qui donne la joie. L’effort fait vibrer l’être à un certain degré de tension qui vous rend capable de sentir la joie. (…)

C’est seulement l’effort, en quelque domaine que ce soit __ l’effort matériel, l’effort moral, l’effort intellectuel __, qui crée en soi certaines vibrations qui vous permettent d’entrer en rapport avec les vibrations universelles, et c’est cela qui donne la joie. C’est l’effort qui vous sort de l’inertie ; c’est l’effort qui vous rend réceptif aux forces universelles. Et la chose entre toutes qui donne spontanément la joie, même à ceux qui ne font pas de yoga *, qui n’ont pas d’aspiration spirituelle, qui ont une vie tout à fait ordinaire, c’est l’échange de forces avec les forces universelles. Les gens ne le savent pas, ils seraient incapables de vous dire que c’est à cause de cela, mais c’est bien cela.

Mère, La Voie Ensolleillée

* Yoga Intégral de Sri Aurobindo

http://conscience-epanouissement.blogspot.fr

© 2006-2013 – Terre Nouvelle : www.terrenouvelle.ca/Messages

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Articles Phares