A la Une BLACK PROGRAM Contrôle mental Néonazisme Pédocriminalité

L’UNESCO met en place le programme « Education sexuelle complète dès 5 ans à l’école »

La mise en place du programme nazi continu …

Dans sa présentation de 139 pages, l’UNESCO insiste lourdement sur le respect de l’orientation sexuelle, le rejet des stéréotypes, le droit de profiter des plaisirs de la chair, le tout habillé d’un discours sur le respect et la responsabilité qu’il ne faut en aucun cas prendre pour une justification de la morale traditionnelle. Au contraire, en prônant une information sexuelle précoce donnée dans le cadre scolaire et non par les parents, c’est une véritable spoliation des droits parentaux qui continue ici d’être organisée en même temps que la prudente éducation à la chasteté est de fait vouée au gémonies.

L’éducation sexuelle complète, cela commence dès 5 ans à l’école

Ce programme, que l’UNESCO veut voir étendu à tous les enfants de la planète à travers ses directives techniques, cherche à enseigner la sexualité (et l’homosexualité !) dès la grande section. On y prévoit même d’expliquer aux enfants de neuf à 12 ans, garçons et filles, comment repérer les signes de la grossesse…

Cette attaque en règle contre l’innocence prévoit ainsi d’enseigner aux enfants de neuf ans qu’elles sont les modalités du plaisir féminin et masculin et recommande la masturbation – pourvu qu’elle se fasse « en privé ».

Les nouvelles normes de l’UNESCO intègrent l’idéologie du genre pour tous

Dès l’âge de cinq ans, la fameuse théorie ou plutôt idéologie du genre – qui selon nos responsables socialistes en France « n’existe pas » – doit être enseignée à l’école.

Ainsi, les enfants de cinq à huit ans doivent pouvoir selon les directives de l’UNESCO « définir le genre et le sexe biologique et décrire leurs différences » en même temps qu’ils seront invités à réfléchir sur leur propre sentiment d’appartenance à un genre. A neuf ans, on leur demandera de « savoir expliquer comment l’identité de genre d’une personne peut ne pas correspondre à son sexe biologique », et surtout de « faire preuve de respect pour l’identité de genre d’autrui ». Le respect des familles « différentes » – homosexuelles notamment – doit quant à lui être inculqué dès l’âge de cinq ans.

L’ensemble des connaissances et attitudes que l’on veut diffuser parmi les enfants au nom des Nations unies feront même l’objet d’évaluation et de vérification, histoire de bien suivre l’intégration de ces nouvelles « valeurs » qui peuvent fort bien être à l’opposé des croyances des parents, comme le notent d’ailleurs les nouvelles normes de l’UNESCO.

Il suffit de feuilleter les manuels scolaires utilisés en France et les programmes officiels pour voir que celle-ci se conforme déjà largement aux exigences idéologiques de la « gouvernance globale ».

Jeanne Smits pour https://reinformation.tv/

Les explication de l’Unesco : « Les Nations Unies préconisent une approche globale de l’éducation sexuelle »

Près de 10 ans après leur première édition, l’UNESCO publie aujourd’hui la nouvelle version des Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle.

Ces principes encouragent la mise en œuvre d’une éducation sexuelle complète de qualité afin de promouvoir la santé et le bien-être, le respect des droits humains et l’égalité des genres. Ils suggèrent également aux jeunes des moyens afin de mener une vie saine, sûre et productive.

« Ces Principes directeurs internationaux qui s’appuient sur les dernières données scientifiques, réaffirment la place de l’éducation sexuelle dans le cadre des droits humains et de l’égalité des genres », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

« Ils encouragent un apprentissage en matière de sexualité et de relations qui soit positif et fondé sur l’intérêt supérieur des jeunes. En décrivant les composantes des programmes d’éducation sexuelle qui ont fait leur preuve, les Principes directeurs permettent aux pouvoirs publics d’élaborer des programmes qui auront un impact positif sur la santé et le bien-être des jeunes ».

Cette publication est conçue pour aider les responsables des politiques de l’éducation dans tous les pays à élaborer et à mettre en œuvre des programmes d’éducation sexuelle pertinents et adaptés pour les élèves âgés de 5 à 18 ans et plus.

 Nouvelles normes pour une éducation sexuelle complète

Fondée sur un examen de l’état actuel de l’éducation sexuelle à travers le monde et s’inspirant des meilleures pratiques dans le monde, la publication souligne notamment que l’éducation sexuelle :

Aide les jeunes à adopter des attitudes et des comportements plus responsables en matière de santé sexuelle et reproductive.
Est un élément essentiel dans la lutte contre l’abandon scolaire des filles à l’adolescence en raison de mariages précoces ou forcés, de grossesses précoces et de problèmes de santé sexuelle et reproductive.

Est nécessaire car dans certaines régions du monde, deux filles sur trois ont indiqué n’avoir eu aucune idée de ce qu’il leur arrivait lorsqu’elles ont eu leurs règles pour la première fois et parce que les complications liées à la grossesse et à l’accouchement représentent la deuxième cause de décès chez les filles de 15 à 19 ans.

N’augmente ni l’activité sexuelle, ni les comportements sexuels à risque ni les taux d’infections sexuellement transmissibles (IST) dont le VIH. Par ailleurs, le rapport démontre que les programmes uniquement axés sur l’abstinence ne parviennent pas à prévenir l’initiation sexuelle précoce, ni à réduire la fréquence des rapports sexuels ou le nombre de partenaires chez les jeunes.

La publication pointe également la nécessité d’offrir une éducation sexuelle complète et de qualité auprès des jeunes :

Pour offrir un accès à des informations et des conseils sur le passage de l’enfance à l’âge adulte et sur les difficultés d’ordre physique, social et émotionnel auxquelles ils sont confrontés ;

Pour relever les défis posés par les questions de santé sexuelle et reproductive, qui sont particulièrement complexes durant la puberté comme l’accès à la contraception, la grossesse précoce, la violence fondée sur le genre, les IST et le VIH/SIDA.

Pour sensibiliser les jeunes à la prévention et la transmission du VIH compte tenu du fait que, dans le monde, seuls 34 % d’entre eux font preuve de connaissances précises dans ce domaine ;

Pour compléter ou réfuter la grande quantité d’informations de qualité variable que les jeunes trouvent sur internet, et aider ces derniers à faire face au cyber-harcèlement, un phénomène grandissant.

La publication a été produite en collaboration étroite avec ONUSIDA, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ONU-Femmes et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

https://fr.unesco.org/

Vu sur http://echelledejacob.blogspot.co.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année