A la Une Jean leDuc Nephilims

L’Hostilité de Caïn et l’Énigme des Géants

par Jean leDuc

Caïn est l’équivalent du grec Hephaistos, le forgeron boiteux de la Mythologie, et Hephaistos est le nom donné à la planète perdue entre Mars et Jupiter.

1 – Le Premier Antichrist

« Et Adam connut encore sa femme; et elle enfanta un fils et l’appela Seth (substitut); car Dieu, dit-elle, m’a donné un autre fils au lieu d’Abel, que Caïn a tué. Et un fils naquit aussi à Seth, et il l’appela Énosh (la défaillance). Alors les hommes commencèrent à invoquer le nom de l’Éternel pour être délivré. » (Gen. 4: 25,26).

Considérant que Seth et sa descendance, qui furent « les fils de Dieu », instituèrent un culte d’adoration à l’Éternel basé sur la promesse édénique; on peut très bien concevoir le contraire, en ce que Caïn et sa descendance adamique « selon la chair » instituèrent un culte opposé.

Toutes les indications nous permettent de reconnaître que Caïn inaugura le culte d’adoration du Soleil, c’est à dire le culte de l’intelligence qui se nomme aussi « le Culte du Moi » ou « le Culte de l’enchantement de Soi », du mot Hébreu « Nachash » qui signifie « enchantement » et « raisonnement », et qui fut traduit regrettablement par « serpent ».

Ce terme est relié dans l’Apocalypse à « Dragon », celui qui admire attentivement, l’Illuminé ou l’Initié, un Souverain.

Ceci identifie Caïn comme le premier Souverain Pontife, c’est à dire « le premier Antichrist ».

Il est significatif que nous retrouvons chez les Hindous une pratique de ce culte qui se nomme « le Koundalini » ou « l’ascension du serpent de feu vers le soleil intérieur de l’âme ». Cette relation nous indique pourquoi les anciennes civilisations furent imprégnées de pratiques magiques de toutes sortes.

Que Caïn fut l’origine de l’adversité contre Dieu est confirmé par le grand exégète biblique Matthew Henry (Matthew Henry’s Commentary, vol-1, pg.36,37):

« Ève aurait été satisfaite que son fils Caïn fut l’accomplissement de la promesse, le Messie promit. Ceci est indiqué dans ses paroles: J’ai acquis un homme de par l’Éternel (Gen.4:1), qui peuvent se traduire selon l’original: « J’ai eu un homme, l’Éternel même, le Dieu-homme ». Croyant qu’elle avait obtenu l’accomplissement de la promesse en son premier fils, elle le nomma Caïn, nom qui signifie: posséder, appartenir, se procurer, conquérir, usurper. Elle en fut si enthousiasmé et remplie d’une fausse joie, qu’elle considérait un autre fils « inutile »;ainsi son deuxième fils fut nommé Abel, nom qui signifie: inutile, vain, insignifiant, et qui porte la notion de ABBA ou Dieu le Père. Après un certain temps, Cain et Abel amenèrent à Adam, le premier sacrificateur de la race humaine, chacun leur offrande à l’Éternel; car Adam fut le Souverain Sacrificateur du monde entier en ces jours là, tout comme Melchisédech le fut après le Déluge.

Nous avons souvent la fausse impression qu’il y avait très peu de monde sur la Terre en ce temps; mais selon Walter T. Brown Jr. (In the Begenning):

« Les statistiques impliquent qu’en ce temps, les gens avaient de grosses familles, probablement de neuf enfants ou plus, avec une longévité de vie inouïe. Si cela fut la grosseur d’une famille typique en ces jours, la population du monde avant le déluge fut donc possiblement dans les billions ».

Il est significatif que l’Écriture mentionne l’offrande de Caïn en premier. Ceci nous indique qu’il fut le plus considéré des fils d’Adam. En effet, l’Écriture nous enseigne clairement que le droit d’aînesse allait généralement au premier enfant mâle qui ouvrait la matrice (Nb.3:12,13). Sûrement l’influence de la mère de Caïn, qui le croyait être l’accomplissement de la promesse et qui voyait son fils premier-né comme étant Dieu manifesté dans la chair, modifia la personnalité de Caïn qui se croyait être le Messie et s’enfla d’orgueil. Nous voyons ceci dans l’attitude qu’il avait lors de la présentation de son offrande; attitude qui fut celle du Pharisien face au Publicain:

« Le pharisien debout, priait ainsi en lui-même: 0 Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes… ou même comme ce publicain… Le publicain, se tenant à distance, n’osait même lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: 0 Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé » (Luc 18:9-14).

Caïn, le pseudo possesseur de la promesse, le faux Messie et dieu de ce monde, sous le règne du pouvoir de la chair, rempli d’orgueil et de confiance en lui-même; offrit son sacrifice selon le fruit de ses œuvres (Gen.4:3), et ainsi son sacrifice fut une abomination à l’Éternel (Pr.15:8; Ga-2:16). Mais Abel, l’inutile, le marginal, offrit son sacrifice par la foi dans la promesse à venir, et fut justifié; montrant qu’il fut humble et repentant. Le fait que Abel fut un berger, nous indique qu’il fut un dirigeant spirituel; tandis que Caïn, comme laboureur, fut un dirigeant politique caractérisé par la soif du pouvoir. Une traduction étymologique contextuelle de Gen. 4:1-5 nous aidera ici à comprendre d’avantage:

1 ¶ Or, Adam connut Ève sa femme, et elle conçut, et enfanta Caïn du raisonnement qu’elle acquit, et elle dit: J’ai acquis un homme qui est l’Éternel même.

2 Elle enfanta encore son frère Abel qu’elle considérait insignifiant; et Abel dirigeait la conversion des êtres vivants, mais Caïn gardait les hommes sous l’esclavage (Gen.2:19; 3:20).

3 ¶ Or, au bout de quelque temps, Caïn proposa la délivrance des hommes en offrande à l’Éternel;

4 Et Abel présenta, lui aussi, le droit d’aînesse de la conversion, et de son enrichissement. Et l’Éternel eut égard à Abel, et à son offrande;

5 Mais il n’eut point égard à Caïn, ni à son offrande; et Caïn s’enflamma de colère, et sa présence fut disgraciée (Naphal).

Comme fils d’Adam, qui fut le chef et roi de la race des « Vigilants » (Gen. 2:19,20) ou « fils de Dieu »(constructeurs puissants, selon l’original), Caïn et Abel détenaient des positions importantes dans l’administration et la direction de ces puissants constructeurs après la chute.

Le Texte Sacré nous indique que Caïn gardait intentionnellement les hommes dans l’esclavage de la chair, tandis que son frère Abel se préoccupait de leur conversion d’après la promesse Édénique dans Gen. 3:15. Nous voyons ainsi que Caïn avait la direction politique et Abel la direction spirituel du peuple. Caïn tenta de marchander avec Dieu en lui offrant subtilement la délivrance du peuple qu’il gardait sous son esclavage, s’érigeant ainsi comme Messie et Sauveur. Mais jaloux du fait que Dieu approuva l’offrande de son frère et non la sienne, Caïn tua Abel (Gen.4:8), de même que « celui qui est né selon la chair persécute celui qui est né selon l’Esprit » (Gal.4:29).

Dans son raisonnement tordu, Caïn tua son frère dans le but de forcer Dieu à le justifier selon ses œuvres, de s’emparer de l’héritage réservé uniquement aux justes, et de s’établir comme Souverain Pontife sur la race des Vigilants. C’est de lui que Jésus parle lorsqu’il dit aux Juifs:

« Vous avez pour père le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge » (Jn-8:44).

Il est indéniable que Caïn fut le premier meurtrier et le premier menteur de la race humaine (Gen.4:8,9), le chef de la puissance des ténèbres. Depuis la destruction du monde par le Déluge, l’esprit de Caïn « qui est réservé sous l’obscurité dans des liens éternels, jusqu’au jugement de la grande journée » (Jude 6); est l’esprit de voleur qui vient que pour dérober, tuer et détruire (Jn.10:10) l’œuvre du Seigneur Jésus, c’est à dire pour contrariez ses pas (Gen.3:15) en renversant l’Évangile de la Souveraineté de Dieu. Caïn est donc l’incarnation officielle de Satan dans la chair qui, après sa mort devint le prince des enfants de la rébellion, la postérité du serpent. Comme la personnification de l’esprit du mal (1 Jean 3:12), de l’esprit du raisonnement subtil d’indépendance qui résidait dans ses parents; Caïn devint le Diable authentique, l’ennemi de Dieu. Caïn est donc le résultat de la chute de l’esprit de l’homme dans la chair; et non point le résultat de la chute d’un ange mythique qui se nommerait Lucifer.

2 – La marque de Caïn

Le Texte Sacré nous dit que « Caïn sortit de devant la face de l’Éternel » (Gen.4:16). Or, le mot « sortir », qui en Hébreu est « Yâtsâ », porte la notion de « rejeter, renoncer, répudier, déserter; et signifie aussi « être condamné, être arraché, être chassé, éloigné et expulsé ». Ceci signifie que Caïn, étant condamné pour son péché, renonça et s’opposa volontairement à la Grâce de Dieu; abandonnant sa propre demeure, il rejeta toute prétention de la crainte de Dieu. Nous voyons ceci aussi dans le fait que « le visage de Caïn fut abattu » (Gen.4:6). Or le mot « abattu » est « Nâphal » dans l’original et signifie « être rejeté, être perdu, être disgracié ». Ce dernier porte la notion d’être « défavorisé par la nature quant au physique ». Ceci nous amène à un fait étonnant qui nous est révélé sur Caïn:

« Ainsi l’Éternel mit une marque sur Caïn, afin que quiconque le trouverait, ne le tuât point »(Gen.4:15).

Le mot « marque » ici est « Owth » et signifie « un miracle, un prodige, un signalement, une apparence ». Nous avons ici le premier miracle qui se produisit dans la Bible.

La rébellion de Caïn nécessitait que Dieu intervienne par un phénomène surprenant qui frappa d’un étonnement admiratif, celui qui s’était volontairement déclaré le prince des ténèbres. Il fallait que Dieu accorde une protection spéciale à Caïn; car si quelqu’un aurait tué Caïn, il aurait annulé la promesse que la postérité de la femme, le Messie ou le Christ, fut Celui qui était désigné pour écraser la tête du serpent. Étant le prince des ténèbres, il en advient que ce premier miracle qui apparu sur Caïn, modifia son apparence en conséquence de l’attitude de son cœur ténébreux, et sa peau prit un teint noir.

Il est intéressant de remarquer que le mot « Noir » porte la même signification que le nom de « Cham », fils de Noé; et qu’il signifie « le chaud, le brûlant », et par implication « le soleil ». Ceci nous indique la possibilité que la femme de Noé fut une métisse. Ces choses ne veulent pas dire que tous ceux qui sont de race noire sont des fils du Diable; mais que tous ceux qui se rebellent contre Dieu et son Christ le sont, qu’ils soient blanc, noir, jaune ou autre (Rom.3:10-12, 23,24). Il fallait simplement que la cause primaire de la rébellion soit marquée d’une manière spécifique au tout début de l’histoire.

Nous trouvons une légende intéressante sur la naissance de Cain dans « le livre d’Adam et Ève » (The Apocrypha and Pseudepigrapha of the Old Testament: R.H. Charles): « Elle enfanta un fils et il brillait ».

L’Apocalypse de Moise nous dit: « Et Dieu dit à l’archange Michael: dit à Adam: Ne révèle pas le secret que tu connais sur ton fils Caïn, car il est un fils de la colère ».

Or, comme nous savons, il n’y a aucun doute que Caïn ne tarda pas à devenir « fils de la colère » et qu’il brillait de l’esprit d’orgueil. Dans « L’Apocryphon de Jean » (The Nag Hammadi Library: James M. Robinson), un épître Gnostique, il nous est dit sur Caïn: « Celui qui est le premier chef prit une grande puissance de sa mère et parti de son lieu de naissance. Il devint très puissant et créa pour lui-même un autre monde avec une flamme de feu lumineuse qui existe encore maintenant. Et dans son arrogance, il engendra les autorités pour lui-même. C’est Caïn que la génération des hommes nomme « le soleil »… Il fut nommé ainsi, dans le but de séduire ».

Dans l’épître « Sur les Origines du Monde », il est dit: « L’enfant de Ève, qui est seigneur, fut nommé par les autorités: la Bête; afin qu’il égare le monde… L’interprétation de « la Bête » est « instructeur », car il fut considéré le plus sage des êtres vivants ».

Et dans « L’Évangile des Égyptiens », il est dit: « Cain, que la génération des hommes nomme « le soleil », préside sur l’enfer et le chaos ».

Malgré leurs extravagances, ces textes profanes s’accordent tous pour dire que Caïn fut le chef de la rébellion contre Dieu, le soleil spirituel, la fausse lumière qui égare le monde. Ceci est confirmé par la Parole de Dieu qui nous dit que « Satan lui-même se déguise en ange de lumière » (2 Cor.11:14); nous indiquant que le Malin n’est point un ange, mais un esprit, une attitude ou disposition, qui projette une fausse lumière. Or, « Caïn était de cet esprit malin », nous dit le Texte Sacré (l Jn.3:12).

Ainsi, lorsqu’on dit que Caïn fut Satan, il ne faut pas comprendre qu’il fut celui qui tenta Ève dans le Jardin d’Éden; ceci serait un non sens, puisqu’il ne fut pas encore né. Caïn fut la manifestation dans la chair de l’esprit de rébellion de ses parents, particulièrement de sa mère; esprit de convoitise, d’égoïsme, d’enchantement, d’indépendance, et d’orgueil. Avec Caïn et Abel nous voyons les premières lueurs de la double prédestination: l’élection et la rétribution.

3 – La Cité de Cain

Par opposition au Culte à l’Éternel établit par Seth, Caïn fonda le Culte de l’Intelligence; confrontant la lumière de l’esprit de l’homme, à la Lumière de l’Esprit de Dieu. Caïn fut celui qui construisit la première Cité et la nomma Hénoc, d’après le nom de son fils (Gen.4:17).

Il ne faut pas comprendre ici le mot « Cité » dans le sens moderne d’une ville. Dans le texte Hébreu, le mot employé est « Iyr » et vient de « Uwr » qui signifie « ouvrir les yeux », c’est à dire « un réveil qui contrôle », « une position élevée ». Rousas John Rushdoony (Revolt Against Maturity) nous dit que ce mot porte une signification démoniaque de « vengeance » et de « terreur » qui provient d’un démon contrôleur. Tandis que le mot « Hénoc » signifie « initiation » et « consécration », et porte la notion de « sacré ».

Nous trouvons ici tous les éléments d’une religion organisée qui domina la nouvelle civilisation des Caïnites par la force et la terreur. Elle est consacré à Caïn qui en est le GRAND-INITIÉ, le dieu Soleil, et le Souverain Pontife; et son administration est entre les mains d’Illuminés et de Vigilants déchus qui possèdent une science prodigieuse encore inconnue de nos jours.

Il est évident que le peuple de cette ancienne civilisation possédait d’éminentes facultés de compréhension spirituelles et technologiques, au-delà même de ce qu’on peut s’imaginer; cela ce voie même dans le sens étymologique de « fils de Dieu » qui, dans l’original, porte la notion de « constructeurs puissants). Nous savons aussi que leur science fut transmise aux fils de Noé qui fondèrent l’Égypte après le déluge et qui construisirent les Pyramides et les monolithes par la connaissance étonnante de l’électromagnétisme; ce qui bafoue nos scientistes modernes.

Il fut découvert récemment que la disposition des Pyramides reflète la position des étoiles précisément 10,500 avant Jésus-Christ, c’est à dire au moment même ou Caïn revint sur Terre de la planète Nod où il fut exilé.

Ces structures, reliées au Culte du Soleil d’avant et après le Déluge, sont des temples à l’Univers sous une forme microcosme dont le schéma dévoile une mappe du monde et du ciel et représente la construction géométrique de la nature. Leurs dimensions intérieures et extérieures racontent les relations mathématiques des principes universelles. Leur tout, fut de laisser une encyclopédie indestructible de l’homme et du Cosmos qui incorpore le spectre entier des champs d’énergies connues et inconnues.

Il faut mentionner ici que la science de l’électromagnétisme par laquelle les constructeurs des Pyramides firent flotter dans les airs d’énorme blocs de granite, fut redécouverte dernièrement par le Dr. Peter Main, professeur de Physique à l’Université de Nottingham en Grande-Bretagne (The Ottawa Citizen, 12 Avril, 1999) qui travaillait sur un projet expérimental d’anti-gravité.

Selon Rousas John Rushdoony, « la cité de Caïn fut une imitation du Jardin d’Éden, par laquelle il voulu établir un nouveau but et une nouvelle communauté basée entièrement sur l’indépendance de l’homme, plutôt que sur la Loi de la Parole Souveraine de Dieu. L’homme fut chassé en dehors d’Éden vers l’Est ou l’Orient, le pays où « le soleil se lève », le point de départ.

L’homme cherchait ainsi un nouveau commencement, mais Caïn cherchait un nouveau début sans Dieu et contre Dieu. Cette Cité, imitation de la Cité de Dieu en Éden, fut construite en réalité comme un défi à Dieu, un acte d’agression contre Dieu, et un nouveau début désigné uniquement pour usurper le début de Dieu en Éden… En créant cette nouvelle Cité comme un nouveau Éden, et en fermant les portes à Dieu, Caïn s’établit comme le nouveau Créateur à la place de Dieu. Ainsi le monde était pour avoir un nouveau début en Caïn, sous la condition de fermer les portes à Dieu ». Nous voyons ceci dans une traduction étymologique de Gen. 4:23:

« Et Lémec proclama à ses existences: le plaisir et la fortification, écoutez ma voix; existences de Lémec, prêtez l’oreille à ma parole: Oui! j’ai tué un homme pour ma séparation d’avec Dieu, et un jeune homme pour mon attachement à Caïn ».

La Cité de Caïn fut donc « un royaume », « un empire » qui incorporait tout notre système planétaire; car tout ce qui fut en rapport avec le soleil était sous sa domination puisqu’il était «le roi soleil». La location centrale de sa puissance demeure toutefois énigmatique.

Caïn construisit le centre de cette nouvelle civilisation dans le pays de « Nod »; comme nous avons déjà vue. Nous savons aussi que le mot « Nod » signifie « errer » et « exiler », et qu’il correspond en Grec au mot « Plané » d’où nous avons le mot « planète ». Nous avons ainsi l’indication que « le pays de Nod » fut une planète dans notre système planétaire où Caïn et sa descendance habitèrent après qu’ils furent banni de notre Terre (Gen. 4: 11, 14, 16).

Les découvertes récentes des Sondes Spatiales de la N.A.S.A. nous permettent d’identifier la planète de NOD comme étant la planète Astra, nommée aussi Vulcain, qui exista entre Mars et Jupiter. Ce lieu d’exil aurait été transformé par les Caïnites en un nouveau Jardin d’Éden; un jardin matériel par opposition au Jardin spirituel de Dieu. Puisque Dieu avait tout débuté sur notre Terre, Caïn, en opposition fit un autre début sur un nouveau monde qu’il décida de recréer à son image.

L’ancien texte gnostique « Sur les Origines du Monde » nous donne une indication où se trouvait ce nouveau Éden de Caïn: « Alors la Justice créa le Paradis à l’extérieur de l’orbite de la Lune et de l’orbite du soleil dans le Monde Perfide situé dans l’Est au milieu des pierres ».

Les « pierres » mentionnées dans ce texte correspondent à la Ceinture d’Astéroïdes situé entre Mars et Jupiter qui, d’après le scientiste Ralph Stair, firent partie d’une ancienne planète qui explosa en milliers de fragments, et donna naissance aux météorites qui pénètrent de temps en temps notre atmosphère comme des étoiles filantes. Cette planète fut l’habitation principal et le centre de la puissance des anciens Nephilims qui étaient sous la domination de l’autorité temporelle de Caïn.

4 – Le Retour de Cain

La postérité du serpent devait être séparé complètement, « chassée même de la Terre » (Gen.4:14), afin de ne pas corrompre la lignée de Seth et empêcher « le Germe de la femme », le Messie, de venir au temps désigné selon la promesse. La phrase « …et je serai vagabond et fugitif sur la Terre », peut très bien se traduire aussi: « … je serai perdu en fuyant de la Terre »; nous indiquant la condamnation absolue de Caïn et sa postérité qui « n’ont point gardé leur origine, mais qui ont abandonné leur propre demeure » (Jude 6). Il était donc absolument essentiel que les Caïnites soient complètement exilé de notre planète pour empêcher la destruction des Sethites.

Malgré la peine d’un châtiment éternel qui les menaçait, les Caïnites revinrent sur la Terre de leur planète avec un plan bien défini: s’emparer du Royaume de Dieu et de la promesse par une ruse perfide et habile. Ils instituèrent des mariages mixtes afin de corrompre la race des Sethites et engendrer une nouvelle race par laquelle ils forceraient Dieu à les inclure dans la promesse. Les mariages mixtes entre les enfants de Dieu et ceux du dehors furent toujours interdit, autant pour la race d’avant le Déluge que pour Israël (Ex.34: 16; Deut.7:3,4), que pour les Chrétiens (l Cor.7:39).

Même la Confession de foi de Westminster le déclare:  » … il est du devoir des chrétiens de ne se marier que dans le Seigneur. Par conséquent, ceux qui professent la vrai religion Réformée ne devraient épouser ni infidèles, ni papistes, ni d’autres idolâtres; leur piété devrait également les empêcher de s’unir par mariage avec des personnes notoirement connues pour leur inconduite ou qui soutiennent de damnables hérésies ».

C’est le retour des Caïnites sur la Terre qui donna naissance à la légende de la chute des anges dans le livre d’Énoch; et aux idées modernes de visites périodiques d’extra-terrestres.

On ne peut toutefois pas considérer les Caïnites comme des extra-terrestres, extranéens ou aliénigènes; car ils furent simplement des terriens exilés qui revinrent sur leur monde natal.

En plus, depuis la destruction de la planète des Nephilims et de l’empire de Caïn, il ne reste plus aucun être vivant dans tout l’univers sauf sur la Terre; ce qui met en échec l’hypothèse de l’existence d’extra-terrestres. Néanmoins il y aurait possiblement une exception avec Nemrod et ses élites après le déluge qui retournèrent parmi les étoiles et s’établirent sur Mars, de leurs descendants y demeureraient encore de nos jours.

Toutefois, les Patriarches de la lignée de Seth gardèrent l’intégrité de la foi jusqu’à Noé; ce qui permit de défaire le plan des Caïnites et de préserver la promesse intacte. L’alliance de ces deux branches de la race humaine fut une alliance entre « les générations des cieux et les générations de la Terre » (Gen.2:4): la lignée de Caïn étant les enfants des cieux, c’est à dire des cieux stellaires de l’espace ténébreux réservé aux astres errants, les fils du serpent ou fils de la rébellion; et la lignée de Seth étant les enfants de la Terre où Dieu est présent spirituellement dans les enfants de la promesse.

Nous pouvons très bien concevoir le déroulement des rapports qui conduisirent à l’union des Caïnites aux Sethites.

Le point de départ fut l’infiltration d’un enseignement spirituel qui plaisait au cœur charnel de l’homme dans le but de l’égarer de Dieu. Ceci nécessitait des rapports diplomatiques qui exercèrent une influence subtile par des échanges de produits et de technologie.

Joseph Flavius, grand historien Juif vers la fin du premier siècle, déclara que les hommes de cette civilisation étaient des maîtres en astronomie et dans diverses sciences. Comprenons aussi que les Nephilims étaient une race de géants au niveaux physiques et intellectuels.

La science des Caïnites ne manqua pas d’impressionner les Sethites. Ils furent des maîtres du textile et de l’agriculture (Gen.4:20); dans la fabrication d’instruments de musique et dans l’art de combiner les sons pour produire des impressions harmonieuses (Gen.4:21); et dans les procédés de la métallurgie et l’application des arts martiaux (Gen.4:22). Mais l’élément qui exerça le plus d’influences chez les Sethites, fut le laxisme de la conduite licencieuse des Caïnites (Gen.4:19) qui propagea le sensualisme, dans le but d’aveugler l’esprit par les sens.

Le livre d’Énoch ajoute qu’ils enseignèrent aux femmes l’art de charmer et le pouvoir de l’enchantement, ainsi que les propriétés des plantes et des racines et l’utilisation des cosmétiques (Enoch 7:1-6; 8:1-4). Ceci nous indique qu’ils furent des maîtres en médecine et en pharmacologie ainsi qu’en psychologie. Considérant le cœur tortueux des Caïnites, nous avons l’assurance que le meurtre, la prostitution et l’usage de la drogue; furent des choses courantes dans cette ancienne civilisation. A vrai dire, il n’existe presque aucune différences entre leur société et la nôtre. Il semblerait d’ailleurs que nous sommes dans une course effrénée pour les surpasser dans leurs abominations et leurs perversions. Ainsi nous avons l’assurance que si Dieu a détruit leur monde, il détruira certainement le nôtre.

5 – La race des géants

L’Écriture mentionne que l’union entre « les fils de Dieu et les filles des hommes » donna naissance à la race des « Nêphilim », traduit comme géants dans la majorité des Bibles.

Plusieurs sont sous l’impression que cette union produisit une race d’êtres disproportionnés, de monstres diaboliques gigantesques. Une telle mutation semble correspondre à la mythologie plutôt qu’à l’Écriture. Il convient donc de trouver la signification du mot « Nêphilim » pour éclaircir le problème.

Ce mot apparaît seulement trois fois dans l’Ancien Testament; une fois dans Gen.6:4 et deux fois dans Nomb.13: 33,34. Dans ces derniers passages, il n’y a aucun doute que le mot « Nêphilim » est relié directement à des êtres humains « de haute taille »; c’est à dire à des géants, tel que nous comprenons normalement le sens du mot:

« Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d’une haute-taille; et nous y avons vu les géants (Nêphilim), enfants d’Anak, de la race des géants (Nêphilim): nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles ».

Même si le mot « géants » n’apparaîtrait pas dans ces passages, la désignation « hommes de haute taille » suffirait pour nous indiquer que ces hommes furent des géants. En plus, d’après la Concordance Analytique de Young, le mot « Anak » dans ce passage signifie lui-même « géant ». Ceci nous indique que le mot « Nêphilim » porte une autre signification que celle qui lui est généralement attribué.

Le Dictionnaire Hébreu et Chaldéen de la Concordance de Strong nous donne la définition de « Nêphilim » comme étant « un tyran » dont les synonymes sont: « un autocrate, un despote, un dictateur, un dominateur, un maître, un oppresseur, un persécuteur, un usurpateur ». La racine primaire de ce mot est « Naphal » qui signifie « abattre, tomber, chuter, renverser » et est employé dans une grande variété d’applications. Ce mot est relié directement à la chute de Caïn dans Gen.4:6 où il apparaît pour la première fois:

« Et l’Éternel dit à Caïn: pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ». Ceci est une reprise du verset précédent où il est dit: « Cain fut fort irrité, et son visage fut abattu » (Gen.4:5).

Le mot « abattu » dans ces deux versets est « Naphal », nous indiquant que Caïn fut « déchu » ou « rejeté » à cause de son offrande; c’est à dire qu’il fut « disgracié », pour utiliser un terme plus précis. Caïn fut « déchu de la grâce » parce qu’il persistait à être justifié devant Dieu par ses œuvres. Ainsi dit la Parole de Dieu:

« Christ devient inutile à l’égard de vous tous qui voulez être justifié par la loi; et vous êtes déchus de la grâce » (Gal.5: 4); …parce que personne ne sera justifié par les œuvres de la loi » (Gal.2:16).

Dans cette relation, le mot « Nêphilim » porte la même signification que « déchu » ou « disgracié »; nous indiquant que la progéniture de l’union des Caïnites aux Sethites fut une race de dégénérés déchus de la grâce, et dont Caïn devint le chef après le meurtre de Abel. Ces disgraciés tombèrent si profondément dans la décadence et la débauche, que « toute l’imagination des pensées de leur cœur n’était que mal en tout temps » (Gen.6:5); et « toute chair avait corrompu sa voie sur la terre » (Gen.6:12).

Cette corruption dégradante et incurable de la race humaine nécessita son extinction. Il est triste de réaliser que d’une population de billions de personnes, seulement huit furent sauvé (l Pi.3: 18-20); tellement était forte la contagion du péché et de la rébellion. Que ces choses nous porte à regarder plus attentivement notre propre condition en ces derniers temps.

Mais qu’en est-il des géants, c’est à dire « des hommes à haute taille », tel que nous l’entendons?

Puisque le mot « Nêphilim » ou « Disgracié » est relié à « des hommes de haute taille »; nous devons admettre qu’il exista des géants littéral avant et après le Déluge. Goliath, le plus célèbre des géants, mesura six coudées et une paume. La coudée normale étant de seize pouces; ceci lui donne une grandeur de neuf à dix pieds. Og, le roi de Basam, de la race des géants des Réphaims, avait un lit de fer dans les environs de neuf coudées ou de treize pieds et demi. L’existence de géants dans l’Écriture est incontestable; d’où en est donc la source si elle ne se trouve pas dans l’union des fils de Dieu avec les filles des homme?

La seule réponse logique est que le gigantisme fut l’état normal de l’homme et de la nature avant le déluge. Ceci nous est amplement prouvé par les fouilles archéologiques qui découvrirent des ossements d’animaux géants tel que les dinosaures et les ptérosauriens, et des forets d’arbres géants pétrifiés. John C. Whitcomb Jr. (The Genesis Flood) mentionne une découverte étonnante d’empreintes géantes de pieds humain à côté de celles de dinosaures. Il prouve par cette découverte que l’homme et le dinosaure vivaient ensemble dans une même période, et que l’être humain était d’une taille gigantesque.

Dans ses photos nous voyons que ces empreintes géantes de pieds humain, découverte dans le lit de la rivière Paluxy près de Glen Rose au Texas, sont environ dix fois la grosseur d’un pied normal. On en trouva aussi au Arizona et près du Mt. Whitney en Californie, ainsi que près de White Sands au Nouveau Mexique et à plusieurs autres lieux.

Cet éminent scientiste a ceci à nous dire sur l’extinction des dinosaures: « Plusieurs théories furent avancée pour expliquer l’extinction soudaine des dinosaures à travers le monde. L’histoire des dinosaures est comme un roman mystifiant avec la dernière page arrachée. Il y manque la partie la plus importante. Ceci est vrai et les paléontologistes la savent. Ils savent même que l’énigme ne sera jamais solutionné; ou du moins, elle ne le sera jamais autant qu’ils n’acceptent pas le Déluge universel comme la solution du problème ».

Selon le professeur Luis Alvarez (Le Droit, Ottawa, 22 Mai, 1981), lauréat du Prix Nobel de Physique en 1968; les dinosaures auraient péri à la suite de la chute d’un astéroïde: « Je pense que nous avons démontré qu’un corps céleste en provenance du système solaire a causé cette catastrophe. que nous en avons apporté une preuve concluante ».

En reliant le fait du Déluge au concept de la chute de l’astéroïde qui détruisit les dinosaures; nous rejoignons la théorie de la planète qui explosa, proposée par les recherches du scientiste Ralph Stair.

Ainsi nous pouvons comprendre davantage comment un fragment énorme de cette planète frappa notre Terre, y changea son axe et produisit le Déluge; et tout cela selon la volonté souveraine de Dieu pour l’accomplissement de ses desseins. Mais ce qui est encore plus fascinant, est que l’existence d’un ou de plusieurs corps célestes dans notre système solaire avant le Déluge, serait relié à la cause du gigantisme en cette période. L’attraction d’une planète qui aurait disparue, serait responsable d’avoir affecté la gravitation de notre monde en ce temps. Ceci est prouvé par Isaac Newton, un des plus grand physicien, mathématicien et astronome.

Newton a montré que la force de gravitation ou le mouvement de rotation des astres, est le phénomène d’attraction universelle, suivant lequel deux corps quelconques s’attirent les uns les autres en raison directe de leur masse et en raison inverse du carré de leur distance. En d’autres mots, la gravitation d’un astre en rapport avec l’attraction d’un autre, détermine la masse, le poids, le temps et la taille des éléments à sa surface. La destruction subite de cette planète perdue aurait produit une régression progressive dans l’organisme de l’homme et de la nature pour en arriver à ce que nous sommes. La stature gigantesque de l’homme et sa longévité de vie furent ainsi réduite graduellement mais non uniformément.

Un passage curieux dans la version française du livre d’Enoch nous indique la continuité du gigantisme après le Déluge:

« Cet enfant qui vous est né (Noé) survivra seul ce grand cataclysme avec ses trois fils. Quand tout le genre humain sera détruit, lui seul sera sauvé. Et ses descendants enfanteront sur la terre des géants, non pas de l’Esprit, mais de la chair » (Enoch 105:15,16).

Il est clair que le livre d’Enoch vise la descendance de Noé selon la chair et non selon l’Esprit. L’Écriture nous indique que le gigantisme fut le lot de la lignée de Cham qui engendra Chus et Nemrod (Gen.10:6-8), les fils de la rébellion. Tandis que Japhet et Sem reçurent la bénédiction de Dieu, confirmant qu’ils furent des enfants de la promesse du Messie à venir.

Le mystère du gigantisme n’est pas complètement élucidé; mais si nous considérons son échec à travers l’histoire, nous apprenons cette leçon vitale: à savoir qu’il suffit simplement des gens de très peu de foi en Christ pour renverser les forteresses de nos géants modernes (Matt.17:20; 2 Cor.10:3-6). C’est à ceci que le Seigneur Jésus-Christ nous appelle; sondez donc votre cœur pour voir si vous êtes des nôtres, car « celui donc qui voudrait être ami du monde, se rend ennemi de Dieu » (Jc.4:4). A qui donc appartenez-vous?

A Christ seul soit la Gloire

SOURCE : http://levigilant.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Recherchez sur le réseau

lucien de sainte croix (2)

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Partagez23
+13
Tweetez
Enregistrer
Partagez1