11 septembre 2001 A la Une

Les Saoudiens et la CIA craignent-ils “une révélation explosive” sur les attentats du 11 septembre?

Le cas macabre du journaliste disparu Jamal Khashoggi soulève la question : les dirigeants saoudiens craignent-ils qu’il ne révèle des informations très compromettantes sur leurs activités secrètes ? En particulier, leur implication possible dans les attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York.

Ce qui est encore plus intriguant, c’est que les médias américains rapportent que les services de renseignements américains avaient espionné et étaient au courant des plans des autorités saoudiennes pour capturer Khashoggi avant son apparent départ à Istanbul, la semaine dernière, au consulat de ce pays.

Si les Américains savaient que la vie du journaliste était en danger, pourquoi ne l’ont-ils pas averti pour éviter sa perte?

Jamal Khashoggi (59 ans) était devenu un voyou, du point de vue de l’élite saoudienne. Ancien rédacteur en chef des médias d’Etat saoudiens et conseiller à la cour royale, il a été très vite en contact avec la Maison des affaires saoudiennes et s’y est familiarisé. Comme l’a dit un commentateur de façon énigmatique : “Il savait où tous les corps étaient enterrés.”

L’année dernière, Khashoggi s’est exilé aux États-Unis, où il a commencé à écrire des articles d’opinion pour le Washington Post.

Les articles de Khashoggi semblaient prendre un ton de plus en plus critique à l’égard de l’héritier du trône saoudien, le prince héritier Mohammed bin Salman.

Le prince héritier de 33 ans, ou MbS comme on l’appelle, est de facto le souverain du royaume riche en pétrole et se substitue à son vieux père, le roi Salman.

Alors que les médias occidentaux et plusieurs dirigeants, tels que les présidents Trump et Macron, ont fait de MbS “un réformateur”, Khashoggi a ruiné cet effort de relations publiques en critiquant la guerre au Yémen, le blocus du Qatar et la répression des critiques saoudiens dans le pays.

Cependant, ce qui a pu causer plus d’inquiétude aux rois saoudiens, c’est que Khashoggi avait connaissance de choses plus sombres et plus sales. Et pas seulement sur les Saoudiens, mais aussi les acteurs étatiques américains.

Il a été l’assistant du prince Turki al Faisal, qui est une personnalité éminente du renseignement saoudien, avec ses relations systématiques avec ses homologues américains et britanniques. Le père du prince Turki, Faisal, était autrefois le roi d’Arabie Saoudite jusqu’à son assassinat en 1975 par un rival familial. Faisal était un demi-frère du roi actuel, Salman, et donc le prince Turki est un cousin du prince héritier – bien qu’il ait 73 ans, soit plus du double de son âge.

Pendant près de 23 ans, de 1977 à 2001, le prince Turki a dirigé le Mukhabarat, l’appareil de renseignement saoudien. Il a joué un rôle déterminant dans l’organisation saoudienne, américaine et britannique des combattants moudjahidin en Afghanistan pour combattre les forces soviétiques. Ces extrémistes en Afghanistan sont ensuite devenus le réseau terroriste d’Al-Qaïda, qui a servi de bouc émissaire dans diverses guerres par procuration au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie centrale, notamment dans l’arrière-cour russe du Caucase.

Dix jours avant les attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York, qui ont coûté la vie à quelque 3 000 Américains, le prince Turki a pris sa retraite de son poste de chef du renseignement saoudien. C’était un départ abrupt, bien avant l’expiration de son mandat.

Il y a déjà eu des rumeurs dans les médias américains selon lesquelles ce haut responsable saoudien savait à l’avance que quelque chose d’important allait se passer le 11 septembre 2001. Au moins 15 des 19 Arabes qui auraient détourné trois avions commerciaux ce jour-là étaient des ressortissants saoudiens.

Le prince Turki a par la suite été cité dans un procès intenté en 2002 par des familles de victimes du 11 septembre 2001. Il ne semble pas qu’il ait été délibérément impliqué dans l’organisation du complot terroriste. Plus tard, des commentaires publics ont indiqué que le prince Turki était horrifié par l’atrocité. Mais la question est de savoir s’il était au courant de l’incident imminent et s’il a alerté les services de renseignements américains, qui n’ont alors pas pris les mesures appropriées pour l’empêcher.

Jamal Khashoggi a longtemps été un conseiller médiatique de confiance du prince Turki, avant que ce dernier ne démissionne de ses fonctions publiques en 2007. Après le 11 septembre 2001, Turki a été l’ambassadeur saoudien aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Une idée provisoire ici est que Khashoggi, dans ses rapports étroits avec le prince Turki au cours des années, a pu avoir glané des informations privilégiées très sensibles sur ce qui s’est réellement passé le jour du 11 septembre 2001.

Les pirates de l’air arabes étaient-ils de simples pigeons utilisés par la CIA américaine pour faciliter un événement qui a depuis été utilisé par les planificateurs militaires américains pour lancer une “guerre mondiale contre le terrorisme” comme un prétexte à des guerres illégales outremer ? Il existe de nombreuses preuves que les attentats du 11 septembre 2001 étaient en effet un “false flag” orchestré par l’Etat profond américain comme prétexte à ses ravages impérialistes.

L’apparent enlèvement et l’assassinat de Jamal Khashoggi la semaine dernière semblent être un geste désespéré et étonnant de la part des dirigeants saoudiens. Selon des sources turques, le journaliste aurait en effet été attiré au consulat d’Istanbul, où il a été tué par un commando de 15 personnes. Selon certaines informations, l’assassinat présumé a été ordonné au plus haut niveau de la cour royale saoudienne, ce qui implique le prince héritier MbS.

Pourquoi les dirigeants saoudiens ordonneraient-ils un acte aussi odieux, qui entraînerait inévitablement de graves problèmes politiques, comme en témoignent les retombées des gouvernements et la couverture médiatique dans le monde entier?

Au cours de l’année écoulée, la Maison des Saoud avait demandé à Khashoggi de revenir à Riyad et de reprendre ses services en tant que conseiller médiatique auprès de la cour royale. Il refusa, craignant que quelque chose de plus sinistre ne se prépare. Lorsque Khashoggi s’est présenté à Istanbul pour récupérer un document de divorce auprès du consulat saoudien le 28 septembre, il semble que la Maison des Saoud ait décidé de le prendre en otage. On lui a dit de retourner au consulat le 2 octobre. Le même jour, le groupe de 15 personnes est arrivé de Riyad à bord de deux jets privés Gulfstream pour la mission visant à le tuer.

Les revendications officielles saoudiennes renforcent la crédulité. Ils disent que Khashoggi a quitté le bâtiment du consulat vivant par une porte dérobée, bien qu’ils ne fournissent pas d’images de vidéosurveillance pour prouver cela. Les Turcs affirment que leurs propres installations de vidéosurveillance surveillant l’avant et l’arrière du consulat saoudien montrent que Khashoggi n’a pas quitté les lieux. Les Turcs semblent confiants dans leur affirmation selon laquelle il aurait été assassiné à l’intérieur du bâtiment, ses restes démembrés et transportés dans des véhicules diplomatiques. Les deux jets privés sont partis le même jour d’Istanbul avec les 15 Saoudiens à bord pour retourner à Riyad, via Le Caire et Dubaï.

Pour commettre un tel acte imprudent, les Saoudiens ont dû être alarmés par les commentaires critiques de Khashoggi parus dans le Washington Post. Les chroniques semblaient fournir de plus en plus de renseignements préjudiciables sur le régime du prince héritier MbS.

Le Washington Post a rapporté cette semaine que des sources de renseignements américaines savaient, grâce à des interceptions de télécommunications, que les Saoudiens avaient l’intention d’enlever Khashoggi. Cela implique la Maison des Saoud dans un acte ignoble de meurtre prémédité.

Mais cette même révélation pourrait aussi, sans le vouloir, impliquer les services de renseignements américains. Si ces derniers étaient au courant d’une intention malveillante envers Khashoggi, pourquoi les agents américains ne l’ont-ils pas averti de ne pas se rendre au consulat saoudien à Istanbul ? Il aurait certainement pu obtenir les mêmes documents personnels à l’ambassade saoudienne à Washington DC, un pays où il résidait et où il aurait été en sécurité.

Jamal Khashoggi a peut-être connu trop de sombres secrets au sujet de la collusion des renseignements américains et saoudiens, principalement liés aux incidents terroristes du 11 septembre 2001. Et avec sa volubilité croissante en tant que journaliste critique dans un important organe d’information américain, il était peut-être temps de le faire taire. Les Saoudiens comme tueurs à gages, la CIA américaine comme facilitateurs.

Source: Zero Hedge, le 14 octobre 2018 – Traduction Nouvelordremondial.cc

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année