A la Une Hermétisme et occultisme Les NOMBRES

Les « Prophéties » mathématiques de Nostradamus

par Didier Coilhac

Les « Prophéties » de Nostradamus représentent un thème qui résiste toujours et encore à l’interprétation. De nombreux auteurs ont proposé des explications à de nombreux quatrains mais on peut considérer que le sceau du secret n’est toujours pas brisé!

nostradamusLe secret résiste parce que la plupart des interprètes essayent de comprendre la signification littérale des énigmatiques quatrains. A ce jeu-là, comme les quatrains ne disent rien de précis, les interprétations peuvent être démultipliées, sans satisfaire pleinement l’intelligence. D’ailleurs, les différents auteurs n’expliquent pas uniformément tel ou tel quatrain de Nostradamus : chacun propose sa petite explication personnelle. Cela fait des siècles que ça dure !

Quel est le secret des « Prophéties » ? Comment détecter et mettre à jour les messages qu’elles contiennent ?

Nostradamus avait prévu qu’on essaierait de comprendre son œuvre littéralement, en lisant un quatrain pour en évaluer le sens caché. Mais il ne voulait pas être deviné trop facilement : c’est là qu’il attend son lecteur, et se dérobe.

Il a utilisé plusieurs clefs complémentaires. Les mathématiques en sont une.

On peut affirmer aux amateurs d’ésotérisme, lassés des multiples interprétations, qu’il existe une substance bien plus convaincante. Michel de Nostredame était un spécialiste des mathématiques, un expert dans l’art du chiffrage. Il faut compléter l’image du voyant inspiré par le ciel, avec celle du scientifique rationnel et méthodique.

Il a énigmatiquement dit de lui-même qu’il  » avait reçut comme de main en main la connaissance des Mathématiques de ses antiques progéniteurs. »(« Nostradamus » Dr Edgar Leroy).

Par ailleurs, un certain Jean d’Astruc rédigea en 1767 des « Mémoires pour servir à la faculté de Montpellier ». Il affirme que le bisaïeul de Nostradamus « lui enseigna les éléments du latin et des mathématiques. »

Les Mathématiques étaient considérées par les Pythagoriciens comme issues de l’Intelligence divine ou cosmique.

Les lois qui régissent les Nombres ne sont pas inventées par telle ou telle personnalité brillante : elles sont découvertes. Elles peuvent constituer un langage universel car des civilisations espacées dans le temps et l’espace redécouvriront inlassablement les mêmes lois, théorèmes et axiomes.

Les chiffres sont des Idées qui existent indépendamment des Hommes ; ils font partis de la substance abstraite de l’Univers.

Avant que la Matière fut, les Nombres étaient, et ont servi à l’agencer selon leurs propres lois. Vues ainsi, les Mathématiques ne sont pas utilitaires mais le reflet de l’ordre divin.

nostradamus 2(Photo prise dans le musée de la Maison de Nostradamus, Salon-de-Provence).

Qu’est-ce qui permet de déposer une preuve ? Les nombres. 1, 2, 3 etc…

Présentons tout de suite un nombre fabuleux, qui était connu du vivant de Nostradamus : le nombre d’or.

Léonard de Vinci l’appelait la section dorée, et cet invariant est considéré par beaucoup comme la signature de Dieu lui-même. Comment ne pas s’enthousiasmer quand on découvre que le nombre d’or, Phi, se prête aux égalités suivantes :

Phi=1,618
1/Phi=0,618
Phi²=2,618

C’est magique…

Quel est le nombre le plus connu de la géométrie? Pi, bien sûr, généré par la division du périmètre d’un cercle par son diamètre. Les décimales de Pi étaient connues à l’époque de Nostradamus : 3,14159.

Si Nostradamus a joué des chiffres pour coder ses  » Prophéties « , nul doute, il a utilisé Phi et Pi, les 2 balises intemporelles. Et là, des découvertes sidérantes nous attendent !

Les  » Prophéties « : avec les 58 quatrains manquants

Les  » Prophéties  » de Nostradamus forment un recueil de 10 Centuries contenant chacune une centaine de quatrains. Les quatrains n’ont aucun sens direct. Dans une approche mathématique, les choses se présentent bien : 10 Centuries de 100 quatrains, on constate une rationalisation du découpage. Ah, mais ça, par exemple ! Cette régularité n’est pas sans faille: la Centurie VII ne comporte que 42 quatrains !

Faisons une représentation des  » Prophéties  » qui tient compte de l’absence de 58 quatrains :

On pose le milieu ; les groupes de quatrains ne semblent pas s’harmoniser symétriquement les uns avec les autres. C’eût été trop facilement décelable et ce n’est pas ce que souhaitait Nostradamus. Il faut passer par le nombre d’or pour découvrir la secrète harmonie:

nostra 1 nostra 2500 x 142 x 58 x 300 = 1235
ce qui est quasiment 2/Phi (= 1236).

Nous formulons les égalités sans tenir compte des virgules, pour la facilité de présentation. Nous écrirons nos nombres réduits à 4 chiffres, ce qui est suffisant pour témoigner d’une précision considérable.

Ne nous emballons pas ; ce résultat est encourageant mais pourrait résulter du hasard. Heureusement, il y a beaucoup mieux. Lorsque nous additionnons 58 à chacune des autres quantités, les choses deviennent sérieuses:

58 / (300+58) = 1620,
ce qui est quasiment Phi (=1618)

(500+58) x 58 = 3236
= 2Phi exactement (=3236)

142 + 58 = 2

Quoi ? Phi, 2 Phi et 2 ! Cela revient à dire que ces quatre quantités génèrent potentiellement le Nombre d’Or.

nostra 3On peut aussi ajouter 58 à 600, ce qui donne un résultat intéressant :

(600+58) x 58 = 1 / 2620,

ce qui est quasiment 1 / Phi² (=1/2618).

Conclusion ? Les quatrains ne sont pas compilés au hasard, suivant une inspiration aléatoire du type  » voyance « . On peut comprendre l’œuvre comme une série de nombres soigneusement prémédités. Pour créer la structure des  » Prophéties « , Nostradamus a choisi des nombres de quatrains s’harmonisant avec le nombre d’or. Cette démarche explique les 58 quatrains manquants et, à ce stade, ne tient pas compte du contenu des quatrains.

Les  » Prophéties « : sans les 58 quatrains manquants

nostra 4On compte les 942 quatrains réellement écrits, qui peuvent être distribués en 3 groupes de 314 quatrains (ou 1OO x Pi) :

nostra 5En fait, concernant le nombre total de quatrains, deux possibilités se présentent : 942 quatrains écrits ou 1000 quatrains théoriques. Ces deux quantités paraissent faites pour se compléter :

1000 + 942 = 1942 ce qui est exactement Pi / Phi !

Et la Moyenne ?

A l’origine des « Prophéties », on devine un travail de type scientifique (et la Renaissance se passionnait pour cela). Les proportions sont codées quand on prend en compte les 942 quatrains réellement écrits ; elles le restent quand on se base sur les 1000 quatrains théoriques.

Si l’on suit cette logique de mathématisation forcenée, une question s’impose : que se passe-t-il quand on prend la moyenne des deux ? Nous prenions les 58 quatrains manquants, nous ne les prenions plus : essayons d’en prendre la moitié, c’est à dire 29. On obtient alors le nombre théorique de 971 quatrains.

nostra 6Notre gymnastique est bonne car ce nombre n’est pas innocent. 971 / 6 = 1618, c’est à dire exactement Phi!

Cela revient à dire que les 971 quatrains théoriques se décomposent en 6 groupes de 100 Phi quatrains :

nostra 7Nostradamus est un petit malin car 0,6 = Pi/2Phi². C’est là le choix d’un mathématicien connaisseur de Phi et Pi, et de leurs dérivés.

Et alors? Le 600ème quatrain des  » Prophéties  » représente une exception : il est le seul rédigé en latin ! Il est également le seul à porter un titre :

LEGIS CANTIO CONTRA INEPTOS CRITICOS
Quos legent hosce versus mature censunto,
Profanum vulgus & inscium ne attrectato:
Omnesq; Astrologi, Blennis, Barbari procul sunto,
Qui aliter facit, is rite sacer esto.

INCANTATION DE LA LOI CONTRE LES CRITIQUES INEPTES:
Que ceux qui liront ces vers y réfléchissent mûrement:
Que le vulgaire profane et ignorant n’approche pas:
Arrière tous les astrologues, les sots, les barbares!
Que celui qui agit autrement soit maudit selon les rites!

Il est donc clair que l’initié de Salon ne destine pas son œuvre au premier venu. A y  » réfléchir mûrement « , les quatrains doivent être codés, mais pas astrologiquement (ou pas seulement) : ( » Arrière tous les astrologues « ).

On retrouve 6 dans la structure des « Prophéties » de la façon suivante:

942 / 971 = 5996 Phi, donc quasiment 6 Phi.(Virgule enlevée).

On entrevoit maintenant quelle savante préparation chiffrée à présidé à la rédaction des Centuries. Nul hasard dans les nombres mais plutôt une invitation à retrouver le fil d’Ariane.

Le contenu de cette page nous oriente vers une science mathématique, initiatique, déposée comme une bouteille à la mer.

Les mathématiques des « codeurs » de l’Ancien Régime nous apparaissent bien plus sophistiquées que ce que l’on pouvait croire. Les architectes, maîtres d’œuvre, décorateurs et autres cabalistes partageaient une science des Nombres très raffinée. Il s’en servait en tant que clefs de chiffrage de différentes informations secrètes. Par surcroît, ces mathématiques devaient représenter pour eux une haute compréhension de l’Univers, une connaissance du mystère de la Vie.

nostra 8Le Milieu, la Moitié ou la Moyenne sont des concepts essentiels.

Il n’est pas surprenant de les retrouver ici. Nos 971 quatrains de moyenne se divisent en 2 parts de 485,5 quatrains. Le Nombre d’Or n’est pas loin car 485,5 / 300 = 1618.

Tout est donc préparé, ajusté en secret, pré-déterminé…un peu comme une boite de jeu Légo sans le mode d’emploi.

Voici donc un authentique moyen de comprendre les « Prophéties » de Nostradamus. Ceci n’est qu’un hors-d’œuvre ; par les mêmes techniques, il reste énormément à découvrir.

A suivre, donc…

SOURCE : http://revelations-du-passe.blogspot.co.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires