A la Une Histoire - doc Peuples de la BIBLE

Les peuples de la mer du deuxième millénaire av.-J.C

par Leonardo Melis

Ces informations sont résumées d’un article de Nexus n°84, janvier-février 2013 (p.84-85) comparées à la version « officielle » de wikipédia. L’interview de Nexus est celle de Leonardo Melis qui est l’auteur de quatre ouvrages en italien sur les « Peuples de la mer ».

Mediterraneo1-500x500Wikipédia indique que les peuples de la mer décrits par les égyptiens ont mis à mal les hittites d’Anatolie.

Les dates données des invasions sont vers 1200-1100 av. J.-C., c’est-à-dire une centaine d’années après la période amarnienne d’Akhenaton, mais les Shardanes auraient été actifs dès le début de la période amarnienne. Cela serait confirmé par une rencontre entre des ambassadeurs shardanes et Akhenaton :

Leonardo Melis dit :

« Très probablement invités par ces mercenaires qui demeuraient auprès des pharaons, les Shardana envoyèrent une ambassade en Egypte (1355) pendant le règne d’Amenophis IV et de la reine Nefertiti sa très belle épouse…

Son intérêt pour les ambassadeurs shardana accrut considérablement lorsque ceux-ci parlèrent de leur religion consacrée à l’Unique Grand Dieu… »

Leonardo Melis indique que les

« peuples de la mer venus de Sardaigne, Corse, Catalogne, Irlande, Danemark ont colonisé l’Occident en moins 2000 av. J.-C. Une longue famine les a poussés à prendre la mer. Ce sont les ancêtres de beaucoup de peuples aujourd’hui. »

« Il s’agit donc apparemment de mouvements migratoires d’ampleur auxquels peuvent sans doute être attribuées les nombreuses destructions observées sur plusieurs sites côtiers de Méditerranée orientale à cette période. Ce phénomène prend place dans une dynamique conduisant à l’effondrement des royaumes dominant le Moyen-Orient et l’est méditerranéen à la fin de l’Âge du bronze récent, dans lequel il semble avoir eu une importance capitale. »

« Melis reconnait parmi les soldats du Pharaon, les anciens habitants de la Méditerranée occidentale dédaignés jusqu’à présent par l’historiographie officielle ou tout au plus identifiés sous d’autres noms tels que : Étrusques, Sicules, Corses, Ligures, Vénètes, Libyens, Mycéniens et Minoens, peut-être Philistins… de Sardes, il n’en est pas question. »

Les Peuples de la Mer s’étant implantés pour certains en Palestine, ils auraient été intégrés parmi les cananéens (phéniciens). Mais les phéniciens auraient aussi été attaqués par les Peuples de la Mer.

Wikipédia reprend une thèse qui va à l’encontre de celle de Leonardo Melis :

« Enfin, il est souvent proposé que d’autres groupes aient migré plus à l’ouest. Sur la base de la proximité des noms, il a ainsi été proposé que les Shekelesh soient les ancêtres des Sicules établis en Sicile, et que les Shardanes soient les ancêtres des Sardes et auraient de la même manière donné leur nom à la Sardaigne. En fait ces propositions ne reposent pas sur des preuves solides (en particulier l’absence de trace archéologique) et ne peuvent être étayées. L’idée selon laquelle les Teresh seraient les ancêtres des Tyrrhéniens et des Étrusques est encore moins tenable »

Cette arrivée des Peuples de la Mer est liée à l’effondrement de l’empire hittite à la fin du Bronze récent.

« En effet, les régions égéennes et ouest anatoliennes d’où semblent venir les Peuples de la mer connaissent de grands bouleversements à la fin de l’Âge du bronze, qui n’ont rien à envier à ceux de l’Anatolie centrale, de la Syrie et du Levant. Elles se traduisent par la destruction généralisée des sites de la civilisation mycénienne et la disparition radicale de celle-ci en quelques décennies. »

Selon un article sur la traduction français du livre « Shardana, les Peuples de la Mer« , ces peuples répartis en Méditerranée ont une origine mésopotamienne, avec « leurs anciens frères » du Nord (ce qui implique une séparation ?) :

« après avoir quitté la Mésopotamie, ces Peuples ont colonisé tout l’Occident et en particulier les îles qui comme la Corse, la Sardaigne, les Baléares et la Sicile se trouvent à l’intérieur du Grand cercle d’eau. Ce sont aussi ces Peuples auxquels sont venus s’en ajouter d’autres en provenance du Nord et qui n’étaient autre que leurs anciens frères, qui en 1200 av.-J.C. ont déferlé sur les grandes puissances anéantissant tout sur leur passage. »

Les Shardana auraient quitté la Mésopotamie vers 2300-2000 av.-J.C. (Sargon d’Akkad). Puis « leur domination en Méditerranée a duré jusqu’en 1200. Puis il y eut l’invasion de 1200 av.-J.C. où ils se transférèrent en masse vers l’Orient et où ils s’unirent aux populations locales leur apportant leurs connaissances et leur technologie. Cela dura 400 ans environ. »

Il y a donc eu une réunion vers -1200 entre des peuples de la Mer d’origine nordique et des peuples de la Mer restés en Méditerranée, mais tous deux étant à la base d’Ur ?

« Au IXe siècle av.-J.C., ils revinrent cette fois encore en masse vers l’occident : en Sicile, en Etrurie, en Ligurie, à Carthage, à Tartessos, à Marseille et en Corse. Les Grecs les appelèrent les Phéniciens. »

Bien plus tard dans l’histoire, Leonardo Melis pense qu’il y a eu un lien entre les descendants des Shardanes, et les Templiers :

« En 700 après J.C on verra naître les « Judicats » c’est à dire ces petits royaumes indépendants qui étaient gouvernés par des « Juges » (rois). Un de ces Juges Gonare de Torres fut le grand ami de Bernard de Clairvaux fondateur de l’ordre des Templiers. Gonare de Torres vint mourir en France auprès de son ami qu’il tenait en très haute estime. «

« le drapeau Sarde portant une croix rouge et la tête de quatre Maures bandés a été emprunté au drapeau du premier grand Templier : Hugues de Payns. »

Maintenant, pour en revenir à l’article de Nexus, voici quelques points évoqués :

– Les Etrusques, Lybiens, et DE.DAN (sher.Dan), ont la même origine mésopotamienne (Ur). On retrouve des traces linguistiques suméro-akkadiennes dans la langue corse, basque, sicule, toscane. Les armes de ces peuples sont liées aussi à la Mésopotamie. [note : au passage, le hongrois aussi serait dérivé du sumérien, alors…]

– On retrouve le même type de cité fortifié (nuraghi sardes) et d’embarcations en Irlande, Palestine, Dan-mark, Corse.

– Les Sher-Dan (princes de Dan) étaient des « juges » ou « chefs » qui ont investi la Sardaigne, la Corse en partie, et la partie thrace des Balkans. Il existe un « puits sacré » comme à Sardaigne, à Sofia (Sardica). [note : voir cet article pour des infos sur les puits sacrés]

– Marins et commerçants (bronze et poissons salés). Mercenaires parfois pour l’Egypte, Mycènes, et Hattusa.

– Les latins, phéniciens, carthaginois, étrusques, … étaient les Shardana/Sicules/Corses qui rentraient chez eux après les invasions à l’est. Les « dix tribus d’Israël » non hébraïques voyageaient avec eux.

Un autre chercheur évoquant les Peuples de la Mer est Iman Wilkens, qui explique que les récits d’Homère sont ceux des Peuples de la Mer (qui devinrent les Achéens et Pélasgiens).

SOURCE : http://newsoftomorrow.org

Goliath et les peuples de la mer

Documentaire ARTE

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Articles Phares