Gnostiques et Rose-Croix Nephilims Spiritualité

Les mille et une facettes de la déesse Sophia

Sophia a quelques équivalents linguistiques : Hokhma en hébreux et Sapienta en latin. En Grèce, elle est l’équivalent de Pneuma, symbolisé par la colombe, un animal fortement associé à Sophia. Son nom signifie littéralement, « Sagesse » et elle fut la déesse des philosophes païens pendant des siècles. Le mot « philosophe », utilisé initialement par Pythagore, signifie “Amoureux de Sophie”, étant donné que que les philosophes étaient d’abord des mystiques et dévots de la Déesse.

Certains historiens d’art croient que la femme – celle que Dieu entoure d’un bras pendant que l’autre s’étend pour toucher la main d’Adam – qui apparaît dans l’œuvre peinte au plafond de la chapelle Sixtine par Michel-Ange est Sophia.

La gnose

Sophia est la figure centrale du Gnosticisme, un mouvement philosophique et mystique chrétien originaire de Rome et de la Perse, qui a pour but la réalisation individuelle de l’être divin grâce à l’expérience extatique.

La nature de Sophia y est présentée comme la connaissance intérieure plutôt que la connaissance acquise par le monde extérieur.

D’après les mythes gnostiques, Sophia est née du silence et a donné naissance à son tour au Féminin et Masculin qui, ensemble, ont créé les éléments de notre monde matériel.

Le Féminin Divin a ensuite donné naissance à deux entités : Jehovah (le Dieu des Chrétiens) et le Fils des Ténèbres, Ildabaoth.

Lorsque les humains furent créés, Sophia tomba en amour avec eux (et c’est ce passage qui m’a fasciné). Son affection envers les humains éveilla une jalousie chez Ildabaoth et Jehovah.

Espérant garder les humains faibles et ignorants, les frères les interdirent de manger le fruit de l’arbre de connaissance. Leur mère, le Féminin Divin, décida alors de descendre sur terre sous la forme d’un serpent pour apprendre aux humains comment désobéir aux deux dieux envieux.

Sophia fut si désespérément amoureuse des humains qu’elle décida de vivre parmi eux. À sa surprise, ils l’ignorèrent. Elle tenta de leur parler mais l’ignorèrent toujours. Elle cria du haut des plus grands sommets, et l’ignorèrent encore. Dans son angoisse, Sophia quitta les humains en leur disant : « vous m’avez nié et ignoré, je ferai donc de même lorsque vous serez en détresse. Seulement ceux qui seront à ma recherche avec de la sincérité au cœur mériteront mon amour et ma bienveillance. »

Certains croient que, sous la forme d’une colombe, Sophia est à l’origine de l’immaculée conception et que sous la forme de Jésus, elle tente de s’unir avec les mortels qu’elle adore.

Judéo-christiannisme

Dans l’Ancien Testament, Sophia est l’origine de tout, la source de sagesse, la mère de tout, l’aspect féminin de Dieu et gardienne de la connaissance.

Les Chrétiens perçoient deux aspects chez Sophia: la Sophia des cieux, représentée comme une vierge pure et immaculée et la Sophia déchue, représentée comme une prostituée, une âme tombée sur Terre et incarnée, perdue dans le monde et en besoin d’élévation spirituelle.

Dans les Évengiles, les deux Maries sont son incarnation terrestre : la Sophia des cieux est représentée par la Vierge Marie et la Sophia déchue est représentée par Marie-Madeleine qui est « sauvée » par Jésus.

Le Graal

Sophia est aussi considérée comme la déesse du Graal.

Elle est souvent représentée en Dame Noire qui protège le Graal (note intéressante : le Graal était d’abord représenté par un chaudron !) pour le bien-être des habitants de la Terre.

C’est ainsi qu’elle fut associée aux Vierges Noires et à Marie-Madeleine.

Une de ses prêtresses (source perdue) a déjà affirmé que Sophia était la gardienne du féminin sacré, étant associée au Graal. Sophia serait responsable du retour de la Déesse en cette période de l’humanité. Cette même prêtresse représente Sophia comme une fleur : plus les humains entretiennent une relation avec le féminin divin, plus la fleur reprend et si nous ignorons le féminin divin, cette fleur fane.

Ses origines et attributs

Sa véritable origine est impossible à retracer.

Elle est présente dans plusieurs cultures et époques.

Elle est associée à Isis, Ishtar, Shekinah, Marie, Hékate, Marie-Madeleine, Anath, Eve, Déméter, Perséphone et Héra.

Sa fête est le 28 novembre et on lui associe les couleurs rouge et blanc.

Son sanctuaire sacré se situe à Istanbul, Hagia Sophia (désormais un musée) et un temple gnostique a été construit à Los Angeles en son honneur par l’église orthodoxe.

Ses symboles sont la colombe, le croissant de lune, l’étoile, la coupe et l’arbre. Sophia est toujours vénérée en Russie, où une forme de syncrétisme de croyances païennes et de croyances chrétiennes vit toujours, surtout à la cathédrale de Sainte-Sophia à Kiev.

Sophia est une déesse de justice, de sagesse, de bienveillance, de connaissance et d’honnêteté. Elle est grande, créative, initiatrice et enseignante. Une femme dévouée à Sophia n’a aucune peur de la vérité.

On dit que Sophia a trois filles : Foi, Espoir et Charité.

Ce sont ses cadeaux à l’humanité, des outils bien précieux pour affronter les épreuves de la vie humaine qui peut apporter désespoir, confusion et souffrance.

Elle donne un sens à l’expérience humaine et donne la capacité de comprendre son destin.

Elle permet de prendre une distance face à nos émotions qui nous paralysent nous empêchent de comprendre que mêmes les expériences les plus traumatisantes sont sources de grandes leçons.

Sophia est la source du sens donné à sa vie.

Sources:

http://goddessschool.com/projects/rainsong/1fpsophia.html
http://northernway.org/presentations/godwife/1.html
www.goddess-gift.com/goddess-myths/sophia-goddess-wisdom.htm

http://mysteresdeladeesse.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année