Climat Conspirationisme

LE PROBLÈME PLANÉTAIRE DES « CHEMTRAILS

LES CHEMTRAILS: INTOXICATION DE L’HUMANITÉ !!!

Étude et l’information sur les programmes d’interventions climatiques et atmosphériques

chemtrailsEn tant que membres de l’Association Citoyenne pour le Suivi, l’Etude et l’Information sur les Programmes d’Intervention Climatiques et Atmosphériques (ACSEIPICA) et de la Dissidence Française, j’ attire votre attention sur le sujet ci-dessus mentionné, et vous apporte les informations issues de nos observations et recherches sur ce phénomène, de plus en plus préoccupant.
Bon nombre d’entre vous ont déjà reçu individuellement des dossiers émanant de citoyens de toute la France et de membres de notre association. Aujourd’hui, c’est à l’ensemble des Députés, Eurodéputés français et des Sénateurs que nous nous adressons : en dépit du déni des instances officielles jusqu’à présent, nous vous prions de vous pencher sur ce problème et de bien vouloir constituer une Commission d’Etude Parlementaire à ce sujet.
Permettez-nous de vous faire part des observations et témoignages émanant de nos adhérents et sympathisants de toutes les régions de France, depuis 2002. Nous formons un réseau de citoyens sur l’ensemble du territoire, réunis par l’observation, l’indignation, le questionnement et l’inquiétude devant ces traînées longues qui peuvent rayer le ciel d’un bout à l’autre de l’horizon, larges, épaisses, émises par des avions qui volent en escadrilles ou se succèdent sans cesse et dessinent des quadrillages, des croix, des ronds et autres formes insolites qui défigurent le ciel. La fréquence de ces manèges est totalement aléatoire mais ils se produisent simultanément au-dessus de tous lieux de France, sinon d’un quart ou d’une moitié du territoire national, et très fréquemment (quasiment tous les jours), ce qui exclut l’hypothèse, parfois avancée comme justification, qu’il puisse s’agir de vidange des fonds de réservoirs, ce qui est un phénomène bien distinct.
Première constatation: l’apparence des traînées d’avions a beaucoup changé, et ceci subitement, à partir des années 2000-2002, selon les régions. Jusqu’en l’an 2000, nous voyions les traînées de condensation d’avions, courtes, fines, émises en haute altitude, s’évaporer rapidement et cela ne nous a jamais paru anormal, ni inquiétant. En revanche, ce que nous voyons depuis 2002 dépasse la logique.
Deuxième constatation: le trafic civil a certes augmenté, comme l’attestent les bilans des derniers Salons du Bourget, mais cette augmentation n’est pas en rapport avec l’intense circulation aérienne que l’on constate parfois en tous sens depuis dix ans, en-dessous des couloirs civils. Nous avons affaire, en grande partie, comme représenté sur les images ci-jointes, à des traînées émises aussi par des avions militaires. Leur taille apparente permet d’évaluer leur altitude : ils sont de toute évidence en-dessous de 8.000 mètres. Or, et ceci depuis l’an 2000, les avions civils sont tenus de voler au-dessus de cette altitude (auparavant 4.000 mètres).
Dans les campagnes, on entend leur bourdonnement quasi incessant, que le ciel soit couvert ou dégagé, ce qui, outre leur nombre, trahit également leur faible altitude. Aux jumelles ou au télescope, leur couleur, le plus souvent noire ou kaki ne fait aucun doute quant à leur fonction et l’on peut même distinguer sur certains la marque de l’OTAN. Officiellement, cette circulation n’existe pas puisque, lorsque nous interpellons les pouvoirs publics, la Direction Générale de l’Aviation Civile et les services de météorologie, les réponses que nous obtenons ne concernent que la condensation des gaz issus des moteurs des avions de ligne ou les épandages agricoles – préoccupants eux aussi 3. Ces phénomènes-là sont complètement étrangers aux faits que nous évoquons sur la base de nos observations quotidiennes.
En réponse à nos questions, ces mêmes institutions prétendent que de la condensation à basse ou moyenne altitude est maintenant possible et émanerait des avions de ligne alors que les avions dont nous parlons ici (militaires) sont au-dessous de 8.000 mètres et qu’il n’y a aucune raison pour que cela soit apparu du jour au lendemain. S’il n’y avait que les résidus d’un kérosène sans additif, ce n’est pas à cette altitude que devrait se produire le choc thermique justifiant la condensation. De plus, les avions qui émettent ces traînées le font par les ailes et non par les réacteurs !
Des témoignages de pilotes militaires recueillis parmi nos proches confirment cette réalité : ces manœuvres ont porté le nom de « guerre non-conventionnelle » au début des années 2000. Nous ne savons pas s’il en est toujours ainsi : selon d’autres témoignages plus récents, les pilotes qui effectuent ces épandages sont convaincus de mener une mission utile concernant le «réchauffement climatique », ce que nous discuterons ci-après.
Troisième constatation : l’apparence du ciel a, elle aussi, beaucoup changé, subitement à partir des années 2000-2002, selon les régions.
Ces traînées s’effilochent en nuages fibreux ; quand le ciel est dégagé, il devient laiteux, nimbé d’un voile artificiel, persistant et blanchâtre.
Lorsqu’il y a des nuages, ceux issus de ces traînées s’y mêlent et produisent, en quelques heures, des sortes de tubulures gris-violet, plus ou moins foncées, voire noires, en longues strates parallèles à l’horizon; de nombreuses photos et vidéos sont disponibles à ce sujet. Bon nombre de ces traînées salissent durablement le ciel et affectent la couleur des nuages. C’est au moment des levers et des couchers du Soleil que cela est le plus flagrant, les couleurs étant fortement accentuées, dans des ciels bariolés comme on n’en voyait jamais au 20ème siècle.
De nouveaux types de nuages sont également apparus dans les nomenclatures de nuages éditées depuis l’an 2000 4… L’effet de ces épandages sur la météorologie locale est directement observable: par beau temps, le bleu profond du ciel est de plus en plus rare, et l’on perçoit que l’atmosphère est subitement plus chaude, plus lourde et plus éblouissante. Par ciel couvert, quand le baromètre remonte, les brouillards persistent de plus en plus longtemps. Ainsi, la chaleur est augmentée par beau temps et diminuée par mauvais temps. Nous observons également qu’après des pluies, le sol se dessèche beaucoup plus vite qu’à l’époque d’avant l’an 2000, où l’on ne voyait pas de tels épandages.
Quatrième constatation : Bien que la circulation entre 2.000 et 8.000 mètres ne soit effectivement pas du ressort de la DGAC, celle des avions de ligne, par contre lui incombe : or, nous avons constaté plusieurs anomalies au sujet de certains vols : nous avons observé, lors de récents voyages en avion, que d’autres avions en vue, laissaient des traînées bien longues ; qu’une couche opaque semblait persister aux alentours de 10.000 mètres, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années ; que, de certains aéroports, des avions partaient ou arrivaient sans passager ; ou que des avions décollaient ou atterrissaient alors qu’aucun vol n’était annoncé. Nous avons également constaté que, à nombre égal de passagers transportés, le budget carburant des compagnies «low cost», était quatre fois moindre que celui des compagnies classiques. Le prix du kérosène n’est-il pas le même pour tous ? Cela nous pose question.

Etudes de référence et informations officielles

Sur ce problème, censé ne pas exister, les rapports officiels assimilent délibérément toutes les sortes de traînées d’avions à des «contrails ».
Cependant une étude d’experts professionnels en aéronautique, le rapport Case Orange 5, établit sans ambiguïté, que les «chemtrails» se distinguent nettement de ce qu’on appelle les «contrails» (les traces normales de condensation laissées par les avions circulant à haute altitude, supérieures à 8.000 m, fines, courtes et qui disparaissent rapidement); ce rapport confirme ce que nous observons et fait état :
• de la circulation d’avions militaires à des altitudes bien inférieures qui produisent les traînées particulièrement suspectes que nous venons de décrire. Le rapport analyse finement les traînées de condensation émises par les avions militaires: leur carburant est moins raffiné que celui des avions civils et peut donc occasionner davantage de condensation et à des altitudes moindres. Cette distinction est d’autant mieux mise en évidence que les quadrillages et autres tracés auxquels nous assistons ne sont pas justifiables par ce fait.
• de traînées émises par des avions civils, au-dessus de 8.000 mètres, lesquelles contiennent des produits qui, ajoutés au carburant, peuvent être brassés dans la haute atmosphère jusqu’à quatre ans avant de retomber au sol.
On nous parle du réchauffement planétaire dû au CO2. Nous observons pourtant en premier lieu, depuis 2002, l’influence réchauffante et asséchante de ces épandages sur notre météorologie locale ; or de cela, il n’est jamais question. Tout au plus voit-on des études sur l’assombrissement du ciel dont la cause est attribuée à l’augmentation dans l’atmosphère du taux moyen d’aérosols issus entre autres des résidus de condensation des avions, lesquels provoquent la formation de nuages ou de voiles nuageux et ont pour effet de diminuer le rayonnement solaire au sol et d’entraîner par là même un rafraîchissement des basses couches atmosphériques.
On en déduit donc officiellement que les traînées d’avions – ces « contrails persistants » ainsi pudiquement désignés, ont un effet refroidissant sur le climat. C’est ce que prévoit cette nouvelle techno-science, la « Géoingénierie », de l’anglais « Geoengineering », terme apparu dans le vocabulaire depuis une dizaine d’années, qui a pour objet de modifier l’environnement à l’échelle planétaire.

La géo-ingénierie, une réalité d’aujourd’hui 6

 

En France, beaucoup de nos concitoyens disent encore qu’on ne peut pas modifier le climat. Or cela fait plus de 60 ans que des brevets militaires et civils, publics et privés sont déposés à des fins d’ensemencement des nuages, de modifications climatiques ou d’équipements d’avions pour des épandages; la liste ne cesse d’augmenter 7.
Des programmes de modification de l’environnement tels que le Projet Cirrus (1947), Storm Fury (1962-1983)8, l’Opération Popeye (1966-1972) ont bel et bien déjà existé officiellement.
En 1977, la convention ENMOD, a limité les manipulations délibérées de l’atmosphère en cas de guerre ou de conflit tout en les autorisant dans un but «pacifique»9. Le terme « techniques de modification de l’environnement » désigne toute technique ayant pour objet de modifier – grâce à une manipulation délibérée de processus naturels – la dynamique, la composition ou la structure de la Terre, y compris ses biotes, sa lithosphère, son hydrosphère et son atmosphère, ou l’espace extra-atmosphérique.» (Enmod, Art. 2 et 3)
Le 29 Octobre 2010, à Nagoya – Japon, lors de la Conférence des 193 parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB), un moratoire a été demandé sur les projets et les expériences en géo-ingénierie par Tuvalu, les Philippines, le Costa Rica, le Groupe Africain, la Suisse, le groupe ALBA10, la Grenade, Greenpeace, Climate Alliance et ETC Group. Ce moratoire s’insère dans un des trois chapitres de cette convention que les parties sont tenues de signer d’ici le 1er Février 201211. Ainsi, « toute expérimentation, privée ou publique, ou tout aventurisme visant à manipuler le thermostat planétaire constituera une violation de ce consensus soigneusement élaboré dans le contexte des Nations Unies ». La France a signé cette convention le 20/09/2011
La rédaction de ce moratoire a été motivée par une série de projets futuristes, étudiés publiquement par des scientifiques comme David Keith12 ou Ken Caldeira13, soutenus par des institutions telles que le Council of Foreign Relations (CFR)14, Bill Gates, ou encore par l’American Association for the Advancement of Science (AAAS)15, discutées par la Royal Society de Londres16, et suivies de près par l’ETC Group17. Ces programmes visent à renvoyer vers l’espace un pourcentage du rayonnement solaire par des interventions très risquées à grande échelle dans l’atmosphère, dans l’intention avouée de réduire le «réchauffement climatique» postulé, sans autre forme de procès, comme étant exclusivement dû à l’excès de CO2 et autres gaz à effet de serre.
Les promoteurs de la Géo-ingénierie dénomment cette technique la « Gestion du Rayonnement Solaire » (ou GRS). Cela consiste à injecter des particules de soufre et d’aluminium dans la stratosphère afin de confectionner un écran réfléchissant aux rayons solaires, s’inspirant pour cela de l’effet refroidissant induit par l’éruption du volcan Pinatubo en 1991. Il est inquiétant que des concepts à ce point ultra-simplistes aient le vent en poupe. Un peu de bon sens suffit à comprendre que cela ne peut en rien régler la situation, bien au contraire : le soufre mute en acide sulfurique lequel détruit la couche d’ozone ; ceci impacte la configuration des précipitations, les rendant moins abondantes, modifie le ph des sols, affecte l’ensemble de l’écosystème mais aussi notre système immunitaire.
L’incohérence est tout simplement flagrante ; en diminuant le rayonnement solaire au sol, on limite la photosynthèse et donc l’absorption du CO2 par les végétaux et sa transformation en oxygène, ainsi que la synthèse de la vitamine D très importante chez l’être humain18
Le GIEC, qui fait référence au sujet du climat, est régulièrement entaché de scandales, révélant la falsification ou l’occultation de données; il peut être bon de revenir sur la genèse de cet organisme, consultant exclusif des instances gouvernementales en matière de climat, créé par ces mêmes instances…
Alors…
Allons-nous laisser, sans rien dire, des avions épandre délibérément jour et nuit dans l’atmosphère, des particules de produits chimiques divers, alors que cela a un impact notable sur le climat, les sols, l’eau, l’air et la santé de tous les êtres vivants ?
Nous respirons tous le même air. Or, l’Air, tout comme l’Eau font partie des biens communs de l’Humanité.
Nous sommes tous concernés, sans aucune exception.
Pour mener cette étude, il faut également aborder les programmes d’étude de la ionosphère : notamment les programmes militaires d’armes électromagnétiques comme HAARP (américain), SURA (russe), mais aussi le programme civil européen-sino-japonais EISCAT 20, qui produit les mêmes effets : leurs émissions d’ondes VHF et UHF excitent (donc chauffent) la ionosphère laquelle répercute en retour des ondes VLF et ULF dont l’effet est celui d’un four à micro-ondes .
La plupart de ces stations sont situées autour de l’Arctique, la première ayant vu le jour à Gakona (Alaska) en 1993. Il semble justifié de se demander si cela n’a pas une influence sur la fonte de la calotte polaire arctique ; de même, un indice notable à ce sujet est que la calotte Antarctique, elle, ne diminue qu’autour de la zone américaine, où se trouve effectivement une autre station HAARP . Mais il n’est pas absolument certain que HAARP et les Chemtrails sont reliés… Il est plus certain par contre que ces études faites sur l’ionosphère, les innovations qui en découlent, les nouvelles installation plus secrètes et les armes électromagnétiques, existent bel et bien !!!
Nous sommes en droit de nous interroger sur le contenu réel de ces épandages aériens mais aussi de nous questionner sur les conséquences des manipulations du climat, sachant que celles-ci perdurent depuis de trop nombreuses années sous couvert du Secret Défense.
– Quels sont ces avions qui nous survolent, hormis ceux du trafic civil, identifiables sur les sites radar virtuel22 ou flightradar24 23?
– Les réglementations du transport aérien (civil et militaire) sont-elles correctement appliquées et respectées, sur notre territoire ? Existe-t-il des recours juridiques contre le non-respect de ces règles et la pollution délibérée issue des épandages aériens ?
– En Europe, et en France, l’épandage aérien n’est-il pas une infraction par rapport à la législation sur le Droit de l’Environnement mais aussi sur le principe de Souveraineté des pays ?
– A l’échelon national, qui donne les ordres ? Les autorisations ? Comment cela est-il géré et contrôlé ? Quelles sont les dépendances à l’échelon international ?
– Des dérogations pour épandages sont accordées par certaines préfectures sans que la population en soit informée : s’agit-il uniquement d’épandages agricoles ?
– Moi, Mr RAHEM Méziane membre de l’ACSEIPICA, demande au Président de la République, Chef des Armées, d’interdire le survol de notre territoire par les avions de l’OTAN et l’épandage aérien de substances quelles qu’elles soient en vertu du plus élémentaire des principes de précaution. Nous vous demandons également de faire pression pour cela et de le soutenir dans cette démarche.
– Les produits avec lesquels sont régulièrement ensemencés les nuages depuis des années (iodure d’argent, baryum, aluminium) retombent sur nos têtes et s’infiltrent dans nos voies respiratoires, nos muscles, nos os, notre sang, notre cerveau, notre système nerveux et s’accumulent dans l’ensemble des écosystèmes. Des études détaillées ont été réalisées à ce sujet 24.
– Cela n’a t-il aucune influence sur la santé de nos concitoyens, de nos proches, et de nous-mêmes? L’accroissement notable des maladies respiratoires, digestives, neuro-dégénératives et des cancers liés à l’environnement, nous interpelle fortement quant aux effets sur la santé de ces épandages quasi-quotidiens. En effet, ces programmes d’épandages de microparticules chimiques modifient le ciel et le climat, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, affectent la biodiversité dans son ensemble, la faune, la flore et la chaîne alimentaire complète impactée sur notre propre sol et par delà les frontières.
– Faire diligence pour que des prélèvements soient effectués à même les traînées de ces épandages aériens afin d’analyser ce qu’elles contiennent exactement – vérifier notamment la présence de sels hygroscopiques, d’iodure d’argent, de chlorure de sodium, de particules d’aluminium, de sels de baryum, de dioxyde de soufre, d’acide sulfurique, de strontium, manganèse, fibres de polymères divers, du mercure, dioxyde de titane, du brome, du béryllium, de l’oxyde de thorium, des particules de métaux et même la présence de globules rouges artificiels, de mycoplasmes, et de spores / mycotoxines et si la présence de telles micro / nanoparticules est normale ou pas.
– Comment sont financées ces opérations ? En France, le budget militaire augmente chaque année alors que celui des services publics connaît de sévères restrictions dont le peuple paie les frais. – Alors que la Bourse du Carbone est devenue très florissante, qui tire réellement avantage de ces manipulations climatiques ? – Enfin, si les media officiels n’en parlent pas, les émissions télévisées, les publicités en particulier, sont peu à peu et subrepticement truffées de ces traînées blanches dans le ciel. Est-ce dû à l’aveuglement et l’ignorance des réalisateurs ; ou y a-t-il derrière cela une volonté d’accoutumer le public, par des messages subliminaux, à un phénomène qui a tout l’air d’une procédure programmée ? Ce phénomène procède sans doute des deux ?
Au regard de ce courrier et des références jointes, nous nous permettons également de mettre votre esprit critique en éveil et de vous demander si les causes du « réchauffement » climatique sont vraiment celles que l’on veut nous faire croire ?
Tôt ou tard, ces faits seront jugés pénalement. Ces épandages aériens, ces manipulations climatiques sont une violation des Droits Humains et une violation de l’Intégrité environnementale de la Terre Mère.
J’exige, de savoir ce que sont concrètement ces traînées blanches et de quoi sont-elles composées.
Je demande, que le principe de précaution et le contrôle citoyen soient systématiquement appliqués à la recherche scientifique et aux nouvelles technologies, qu’il s’agisse de nanotechnologies et d’actions sur le climat.
Je demande, que le moratoire de Nagoya sur la géo-ingénierie du 29 Octobre 2010, adopté entre autres par la France, soit effectivement respecté en tenant compte de la réalité actuelle des interventions de géo-ingénierie en cours.
Je demande, que nos responsables gouvernementaux abordent la question de manière responsable 25.
Nous demandons expressément que ces épandages cessent.

Voici des liens :

« Chemtrails » de l’anglais « chemical trails », ce qui signifie : trainées d’avions chimiques (issues d’épandages aériens de produits chimiques). Une vidéo tout récemment publiée sur YouTube révèle l’existence d’un cours sur les «chemtrails», ainsi nommés, à l’US Air Force Academy en 1990 :http://www.ctbusters.com/home/? p=1366&preview=true
Des nuages comme « cirrus fibratus », « cirrus uncinus», … n’existent, dans le ciel, et dans les nomenclatures de nuages, que depuis l’an 2000. Voir : http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/climatologie/d/nuages-en-tout-genre– comment-les-differencier_545/c3/221/p6/
Le rapport Case Orange, présenté le 29 mai 2010 à Gand (Belgique) lors du premier symposium international du Bel- fort Group pour la vérité sur les épandages aériens – Version intégrale en anglais :http://www.scribd.com/doc/35636874/Case-Orange-Chemtrails-BelfortGroup-pdf ouhttp://rockastres.org/IMG/pdf/Case_Orange_-_Belfort_Group_VO.pdf
La Géo-ingénierie – Gestion du rayonnement solaire expliquée en 10 minutes ! – Extrait du documentaire « Playing God With Planet Earth » : http://www.dailymotion.com/video/xjvl9e_la-geo-ingenierie-expliquee-en-10-minutes_news
Les brevets sur la modification du climat et l’épandage de matériaux dans l’atmosphère : http://www.chemtrails-france.com/brevets/index.htm
Modifications climatiques : http://fr.wikipedia.org/wiki/Stormfury
Convention ENMOD en français : http://www.icrc.org/dih.nsf/FULL/460?OpenDocument – texte intégral en anglais : http://www.icrc.org/ihl.nsf/FULL/460?OpenDocument
CDB – Nagoya – Oct 2010 – Géoingéniérie – Moratoire : http://www.iisd.ca/vol09/enb09544f.html (paragraphe « la biodiversité et les changements climatiques – la géoingéniérie ») ethttp://www.cbd.int/abs/background/ Signataires : http://www.cbd.int/abs/nagoya-protocol/signatories/
David Keith – New York – Sept 2007 – L’utilisation de soufre et d’aluminium dans l’atmosphère est ouvertement discutée ! http://www.youtube.com/watch?v=dVn1sdo_TMA&feature=channel_video_title David Keith – Standford University – Solar Geoengineering to Manage Climate – 31/01/2011 : https://www.youtube.com/watch?v=zt5yR9dYV64&feature=channel_video_title
American Association for the Advancement of Science – (AAAS) Researchers Discuss Understudied Geoengineering Approaches to Climate Change :http://www.aaas.org/news/releases/2011/0505geoengineering.shtml http://vivo.aaas.org/vivisimo/cgi-bin/query-meta?input-form=simple&query=geoengineering&v%3Aproject=aaas– website
Vitamine D : La vitamine D joue un rôle capital dans la croissance, l’ossification, l’immunité, et la protection contre certains cancers ; plus de 90% des besoins en vitamine D sont issus de l’exposition habituelle au soleil :http://www.anamacap.fr/telechargement/alimentation/vitamined2.pdf
Parlement Européen – HAARP – Extraits essentiels : Résolution sur l’environnement, la sécurité et la politique étrangère: stratégie en vue de l’utilisation de ressources militaires à des fins environnementales – 14 Janvier 1999 :http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-%2F%2FEP%2F%2FNONSGML+REPORT+A4-1999– 0005+0+DOC+PDF+V0%2F%2FFR
L’association scientifique EISCAT (European Incoherent Scatter Scientific Association) Site officiel d’EISCAT: http://www.eiscat.se/about/whatiseiscat EISCAT’s ionospheric Heating facility (including Dynasonde) : http://e7.eiscat.se/about/info/heating/ L’association scientifique EISCAT (European Incoherent Scatter Scientific Association) : http://fr.wikipedia.org/wiki/EISCAT
Issu de notre propre recherche.
An Updated Look at Aerosol Toxins – Dr. Ilya Sandra Perlingieri :http://carnicom.com/carnicominstitute/perlingieri.html
Lettre adressée à la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) http://acseipica.blogspot.com/p/lettres-officielles.html http://rockastres.org/spip.php?article69

LA CIA FINANCE UNE ETUDE SCIENTIFIQUE

La CIA finance une étude scientifique pour déterminer la faisabilité de modifier le climat de la planète afin de conjurer le changement climatique, selon des documents publiés par la National Academy of Sciences.
Les documents révèlent que le projet se déroulera pendant 21 mois pour un coût de 630.000 $, avec un rapport final en 2014. Les scientifiques soutenus par la CIA étudieront comment les conditions météorologiques pourraient être influencés et modifiés, et d’évaluer les impacts potentiels des tentatives de géo-ingénierie.
Le NAS site note que le financement de l’étude provient de «la communauté du renseignement américain ». William Kearney, un porte-parole de NAS, a déclaré à Mother Jones que l’agence en question est la CIA.
Les révélations marquent la première fois qu’une agence de renseignement a financé publiquement une telle étude.
Un porte-parole de la CIA n’a pas voulu confirmer que l’agence a été impliqué, mais a déclaré que «Il est naturel que sur un sujet comme le changement climatique de l’Agence travaillerait avec les scientifiques à mieux comprendre le phénomène et ses implications sur la sécurité nationale. »
Il semble que la CIA a externalisé ses études de géo-ingénierie à la suite de la fermeture apparente de son propre centre de recherche sur le changement climatique et la sécurité nationale en 2012. Le mouvement est venu suite aux critiques de membres républicains du Congrès qui a dit que la communauté du renseignement ne devrait pas être de passer du temps des recherches sur la modification du climat.
Le site NAS indique que l’étude englobera une « évaluation technique d’un nombre limité de techniques de géo-ingénierie proposées. » Une technique de premier plan qui sera évalué, selon les journaux, est «la gestion du rayonnement solaire», qui consiste à pulvériser des particules d’aérosol dans l’ stratosphère pour réfléchir la lumière du soleil loin de la planète – en d’autres termes chemtrailing.
L’étude se penchera également sur « l’élimination du dioxyde de carbone (CDR) », qui consiste à aspirer le carbone de l’air par des réactions chimiques ou nanoéponges poreuses. Bien sûr, le dioxyde de carbone est essentielle à toute vie sur Terre, donc « sucer de l’air » pourrait venir avec des conséquences désastreuses.
L’étude est également soutenue par deux autres agences gouvernementales – NASA et la National Oceanic and Atmospheric Administration.
Les rapports sur le projet, The New Scientist souligne que la participation CIA dans la modification du climat ne doit pas être considéré comme sinistre.
«En fait, l’intérêt principal de la CIA dans la géo-ingénierie ne réside pas dans l’utilisation offensive. Au contraire, la communauté du renseignement américain considère le changement climatique comme une menace potentielle pour la stabilité géopolitique mondiale, et donc veut une analyse approfondie des options d’atténuation. « Indique le rapport.
Les critiques rechignent à une telle déclaration naïf, compte tenu de l’histoire de la CIA a secrètement pour subvertir et de renverser des gouvernements étrangers qu’il n’approuve pas, et faire autre chose que d’assurer la stabilité géopolitique.
Des armes météorologiques existent depuis des décennies, la recherche sur les techniques offensives qui remontent aux années 1950. En 1997, le secrétaire américain à la Défense, William Cohen, a admis que les techniques de modification du climat ont été activement utilisées par les gouvernements depuis 15 ans . L’armée américaine a utilisé des techniques de Modifcation météorologiques depuis la guerre du Vietnam.
Il suffit de lever les yeux vers le ciel pour confirmer que nos gouvernements, à la demande des groupes de réflexion, des groupes de «recherche» et les organismes environnementaux radicaux, se sont déjà engagées dans ce type de programmes. Nos ciel est criblé de nuages artificiels, qui sont manifestement non seulement les traînées d’avions gonflables de série.
En effet, comme nous l’avons signalé l’année dernière, une expérience de projet de l’Université Harvard financé par le fondateur de Microsoft Bill Gates a vu des milliers de tonnes de particules de soufre pulvérisé sur le Nouveau-Mexique, dans le cadre d’une étude de la géo-ingénierie, en dépit du fait que même les écologistes fervents ont prévenu que le processus pourrait avoir des effets catastrophiques sur l’écosystème de la terre .
Ce n’est qu’un exemple d’une pratique qui est maintenant en opération depuis des années, sinon des décennies.
Des groupes tels que l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS) se réunissent régulièrement pour discuter des programmes de géoingénierie en cours, notamment la pulvérisation d’aérosols dans l’atmosphère.
Les niveaux d’aluminium, baryum et strontium dans l’air, l’eau et le sol ont augmenté de façon exponentielle, menant beaucoup à conclure que ce sont les séquelles de programmes de géoingénierie radicaux qui sont déjà en opération.
Une autre étude l’an dernier a révélé que le coût d’un programme massif de pulvériser soleil gradation des particules dans la haute atmosphère serait d’environ 5 milliards de dollars par an .
Cependant, l’étude menée par des scientifiques américains écrivent dans les Environmental Research Letters revue complètement échoué à analyser si un tel programme de géoingénierie massif serait une bonne idée et quelles sont les conséquences environnementales que cela aurait.
A Carnegie Institution similaire pour la proposition de la Science a récemment préconisé la pulvérisation de la haute atmosphère avec des aérosols, un processus qui «réduire de 20 pour cent la quantité de lumière qui prend une route directe vers le sol» et rendre le ciel bleu « fondu au blanc brumeux, » a rapporté le New Scientist.
Compte tenu du fait que la plupart des progrès de la science et de la technologie ont déjà eu lieu années avant qu’ils ne soient communiqués au public, il va de soi que les programmes de géo-ingénierie basé autour de la pulvérisation de la haute atmosphère de particules sont déjà en cours.
Les scientifiques admettent maintenant que des traînées de vapeur des avions créent des « nuages artificiels » qui bloquent le soleil. Ce n’est plus un sujet de débat. Les chemtrails «théoriciens du complot», qui ont été ridiculisés pour souligner que depuis le milieu des 90 s? Du reste, que les traînées des avions à réaction sont persistantes pendant des heures et forment des nuages artificiels, cela a été prouvés.
Lecture professeur Keith service de l’Université dit le Daily Mail que les nuages »formés par des vapeurs d’avions pourraient s’attarder» pendant des heures », privant les zones sous les trajectoires de vol occupés, comme Londres et les Home Counties, de soleil d’été. »
Le rapport fait également référence à une étude réalisée en 2009 Met Office qui a constaté que les vents de haut niveau ne se dispersent pas contrails qui a formé plus tard dans les nuages qui couvraient une étonnante 20,000 miles.
Comme nous l’avons documenté, les programmes de géo-ingénierie basé sur la prémisse d’aérosols artificiels étaient déjà en exploitation il ya des années, y compris au ministère américain de l'(DOE) Savannah River National Laboratory de l’énergie à Aiken, Caroline du Sud, qui en 2009 a commencé à mener des études qui participe tir énorme quantités de matières particulaires, dans ce cas «poreux à parois microsphères de verre», dans la stratosphère.
Un autre programme dans le cadre du programme du ministère de la science atmosphérique de l’énergie est dirigée vers », développer la compréhension globale des processus atmosphériques qui contrôlent le transport, la transformation et le destin de l’énergie traces de produits chimiques connexes et les matières particulaires. »
Le site Web du DOE affirme que «L’objectif actuel du programme est radiatif des aérosols forçage climatique:. Formation d’aérosols et de l’évolution et les propriétés des aérosols qui affectent influences directes et indirectes sur le climat et le changement climatique »
L’émergence du phénomène chemtrails a coïncidé avec une moyenne baisse de 22% dans la lumière du soleil d’atteindre la surface de la terre.
En 2008, une enquête de nouvelles KSLA constaté qu’une substance qui est tombé à terre d’un chemtrails haute altitude contenait des niveaux élevés de baryum (6,8 ppm) et le plomb (8,2 ppm) ainsi que des traces d’autres produits chimiques comme l’arsenic, le chrome, le cadmium, le sélénium et l’argent. Parmi ceux-ci, tous sauf un sont des métaux, certains sont toxiques alors que plusieurs sont rarement ou jamais trouvés dans la nature.
Le bulletin met l’accent sur le baryum, que ses spectacles de recherche est une « marque de chemtrails». KSLA trouvé des niveaux de baryum dans ses échantillons à 6,8 ppm ou «plus de six fois le niveau toxique fixé par l’EPA. » Le Department of Environmental Quality Louisiane confirmé que les niveaux élevés de baryum étaient «très inhabituel», mais a ajouté que « la preuve de la source était une toute autre affaire » dans sa discussion avec KSLA.
KSLA également demandé à Mark Ryan, directeur du Centre antipoison, sur les effets de baryum sur le corps humain. Ryan a déclaré que «l’exposition à court terme peut conduire à rien de l’estomac de douleurs à la poitrine et que l’exposition à long terme peut provoquer des problèmes de pression artérielle. » Le Centre antipoison en outre indiqué que l’exposition à long terme, comme avec toute substance nocive, contribuerait à affaiblir l’ système immunitaire.

Pulvérisation de soufre dans la haute atmosphère est liée à deux catastrophes environnementales et les problèmes de santé humaine.

Les effets sur la santé suivants sont liés à l’exposition au soufre.
– Neurological effects and behavioral changes – Effets neurologiques et les changements de comportement
– Disturbance of blood circulation – Perturbation de la circulation sanguine
– Heart damage – Des lésions cardiaques
– Effects on eyes and eyesight – Effets sur les yeux et la vue
– Reproductive failure – Échec de la reproduction
– Damage to immune systems – Les dommages aux systèmes immunitaires
– Stomach and gastrointestinal disorder – L’estomac et des troubles gastro-intestinaux
– Damage to liver and kidney functions – Dommages aux fonctions des reins et du foie
– Hearing defects – Défauts auditifs
– Disturbance of the hormonal metabolism – Perturbation du métabolisme hormonal
– Dermatological effects – Effets dermatologiques
– Suffocation and lung embolism – Suffocation et embolie pulmonaire
Même pro-géoingénierie scientifique Mark Watson, admet que l’injection de soufre dans l’atmosphère pourrait conduire à des «pluies acides, l’appauvrissement de la couche d’ozone ou la météo motif perturbation. »
Rutgers University météorologue Alan Robock aussi, « a créé des simulations informatiques indiquant que le sulfate de nuages pourraient affaiblir les asiatiques et africains moussons d’été, la réduction de la pluie qui irrigue les cultures vivrières de milliards de personnes. »
«Imaginez si on a déclenché une sécheresse et la famine tout en essayant de refroidir la planète», Robock lors d’une conférence de géoingénierie en 2010.
Le Groupe d’action Canada-basé sur l’érosion, la technologie et la concentration (ETC) a appelé à de telles expériences doit être arrêté. Cette expérience est seulement la première phase d’un beaucoup plus grand plan qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices, y compris de grands changements dans les régimes climatiques tels que les sécheresses mortelles, » a indiqué le groupe dans une déclaration écrite.
Fred Singer, président du Projet de la politique environnementale de la science et un sceptique de l’homme en théories du réchauffement climatique, prévient que les conséquences de bricoler avec délicat écosystème de la planète pourraient avoir des dangers considérables.
« Si vous faites cela sur une base continue, vous appuyez sur la couche d’ozone et de provoquer toutes sortes d’autres problèmes que les gens préfèrent éviter », a déclaré Singer.
Même le chef du Royaume-Uni scientifique de Greenpeace – un ardent défenseur de l’explication du réchauffement de la planète par l’homme – Doug Parr – a claqué tentatives de géoingénierie la planète comme «bizarre» et «dangereux».
Installation d’un avion d’épantage de chemtrail

MORGELLONS ET CHEMTRAILS

« Un certain nombre de fibres et d’échantillons de tissus prélevés sur les victimes de la maladie de Morgellons et des échantillons de fibres de chemtrail ont été envoyés à quatre des meilleurs laboratoires de notre pays: AMDL Inc, ACS Inc, le MIT, et Lambda Solutions Inc.
Castle et Staninger ont demandé à ces laboratoires d’identifier ces fibres. Ce qui est revenu des laboratoires est surprenant et est examiné en détail dans “Rense Morgellons Radio Broadcasts. Le Dr. Staninger a en outre déterminé que les fibres de chemtrails du Texas révèlent une concordance avec les fibres de chemtrails provenant d’Italie.
LES FIBRES DE CHEMTRAILS SONT UNE SORTE DE FIBRE INFANTILE DE TYPE “PRE-MALADIE DE MORGELLONS”. LES FIBRES DE LA MALADIE DE MORGELLONS SONT PLUS DEVELOPPEES, MAIS CES FIBRES SONT APPARENTEES AU TYPE DE NANOTECHNOLOGIE QUI ASSEMBLE LES NANOFILS. Provenant de l’animateur de radio en ligne et lauréat du prix Peabody, Jeff Rense, nous apprenons que la maladie de Morgellons est:
UNE INVASION COMMUNICANTE DES TISSUS HUMAINS (DECLENCHEE PAR LES NANOTECHNOLOGIES?) SOUS LA FORME DE TUBES VISIBLES QUI S’AUTO-ASSEMBLENT ET S’AUTO-REPLIQUENT, DE FIBRES COLOREES, DE FILS, DE MATRICES ELECTRONIQUES AVEC CE QUI SEMBLE ETRE DES CAPTEURS OU DES «ANTENNES», ET D’AUTRES CONFIGURATIONS VISIBLES, DONT CERTAINES TRANSPORTENT CE QUI POURRAIT ETRE DE L’ADN OU DE L’ARN GENETIQUEMENT MODIFIE. CES « MACHINES » (DECLENCHEES PAR NANOTECHNOLOGIE) SE DEVELOPPENT DANS DES CONDITIONS DE PH ALCALIN ET VIA L’UTILISATION DE L’ENERGIE BIO-ELECTRIQUE DU CORPS, SES MINERAUX ET D’AUTRES ELEMENTS NON IDENTIFIES POUR S’ALIMENTER EN ENERGIE. »
« Il existe certaines preuves suggérant que ces minuscules machines possèdent leurs propres “batteries” internes. On croit aussi qu’elles pourraient être en mesure de recevoir des signaux et de l’information par ondes EMF, ELF et micro-ondes syntonisées sur des fréquences spécifiques… Il a été signalé par la quasi-totalité des personnes atteintes que les nano-machines de la maladie de Morgellons semblent avoir une sorte d’intelligence de ruche ou de groupe.
LES NANO-FIBRES DES CHEMTRAILS PEUVENT-ELLES SE BRISER POUR DEVENIR DES NANOPARTICULES? Le Dr. Staninger semble penser qu’elles le pourraient. Les nanoparticules peuvent passer à travers les barrières sanguines dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et voyager vers le cerveau ou d’autres parties du corps. Dans le journal en ligne « Nature », Jim Giles a déclaré ce qui suit:
LES NANOPARTICULES – de minuscules morceaux de matière qui pourraient un jour être utilisés pour construire des circuits d’ordinateur plus rapides et améliorer les systèmes de délivrance des médicaments – PEUVENT SE DEPLACER VERS LE CERVEAU APRES AVOIR ETE INHALEES, SELON DES CHERCHEURS DES ÉTATS-UNIS.
LE DR. STANINGER PENSE QUE CES NANOPARTICULES POURRAIENT ETRE EN MESURE DE S’AUTO-ASSEMBLER EN NANOFILS COMPLETS UNE FOIS QU’ELLES SE TROUVENT DANS LE CERVEAU OU DANS D’AUTRES ORGANES. ELLE DIT QUE NOUS MANGEONS CETTE NANOTECHNOLOGIE, ELLE SE TROUVE DANS NOTRE ALIMENTATION – LES PLANTES ET LES ANIMAUX. ELLE DIT QU’ELLE COPIE L’ADN DES MICROBES OU DE CERTAINES AUTRES CELLULES AVEC LESQUELLES ELLE EST EN CONTACT A L’INTÉRIEUR DE NOTRE CORPS. ELLE CRÉE PLUS DE GERMES, PLUS DE CANCERS.
Un type de nanofil est impliqué dans la création de pseudo-cheveux et de pseudo-peau. Une femme atteinte de la maladie de Morgellons a été testée positive pour ces pseudo-cheveux. Ces protéines auto-répliquantes créent des formes chimériques (hybrides) qui ressemblent beaucoup à des insectes ou à des parasites. DES BEBES SONT EN TRAIN DE NAITRE AVEC CES NANO-MACHINES EN EUX. C’EST LA PREUVE QUE CETTE NANOTECHNOLOGIE PEUT PASSER A TRAVERS LES BARRIERES PROTECTRICES DE L’ORGANISME.
Le Dr. Castle a déclaré qu’il croit qu’au moins UN A VINGT MILLIONS D’AMERICAINS POSSEDENT CES CAPTEURS, ANTENNES, CABLES, ET MATRICES ELECTRONIQUES A L’INTERIEUR DE LEUR CORPS. LA MALADIE DE MORGELLONS SE PROPAGE A LA VITESSE DE 1000 VICTIMES PAR JOUR. CE TAUX AUGMENTERA PARCE QUE CHAQUE ANNEE, IL Y AURA DE PLUS EN PLUS DE VICTIMES POUR LA REPANDRE. Les gens qui ne présentent pas les symptômes extérieurs de la maladie de Morgellons peuvent malgré tout avoir cette nano-maladie à l’intérieur de leur corps. On pense que ceux qui possèdent les symptômes sont ceux dont le corps rejette les fibres. Pas de symptômes? Votre organisme pourrait être en train de s’adapter à l’infestation. « 
Est-ce donc possible que les chemtrails contiennent une sorte de technologie nanométrique qui s’assemblerait progressivement dans notre corps? Cela parait tout droit sortit d’un film de science fiction. Et pourtant, nous avons vu que les fibres retrouvés dans les chemtrails et ceux de la maladie des morgellons sont du même type et ne correspondent à aucune fibres connus et que celles-ci semblent se mouvoir par elles mêmes à l’intérieur de leur hôte. A quoi tout cela sert-il? Que cherche t-on à modifier à l’intérieur même de notre corps? Essayeront de passer outre notre consentement pour déployer une technologie de contrôle du comportement ou autre? Pour ceux qui pensent que c’est impossible, regardez cette vidéo et comment des composés s’assemblent entre eux de manière autonome :
Il reste une part d’inconnus dans l’équation mais une chose est sur: les chemtrails existent belle et bien, ils pourrissent notre environnement et notre santé depuis au minimum 15 ans et ils ne sont certainement pas là pour nous protéger du soleil comme certaines thèses de géo-ingénierie veulent nous faire croire.
Pour ceux qui ne seraient pas familiarisés avec les chemtrails :
Une salle informatique a bord d’un avion d’épandage de chemtrails
Quelques références :
Ciel avec chemtrails
A VOIR!!!
La différence entre un Contrail ou un chemtrail
Des liens sur cette maladie des morgellons

INTOXICATION DE L’EUROPE !

Des traînées de chemtrails en altitude
C’est l’icône qui apparaît la veille sur le site de Météo-France avant une journée d’épandage. Cette icône apparaît quand il n’y a aucun nuage, brume ou brouillard de prévu dans le ciel le lendemain, c’est à dire quand Météo-France n’a pas d’explications pour justifier que le ciel sera couvert.
« Soleil voilé » n’est pas une condition météo, le site « wunderground.com » par exemple utilise les conditions suivantes: clair, brume, brouillard mince, bancs de brouillard, brouillard, nuages épars, partiellement nuageux, généralement nuageux, couvert…, et indique clair, brume ou inconnu quand le ciel est couvert de traînées d’avion. Il n’y a rien de tel que « soleil voilé » qui n’est qu’une autre des inventions de Météo-France pour tromper la population.
On peut donc conclure que les opérations d’épandage sont programmées plus de 12 heures à l’avance et que Météo-France est directement informé de ces opérations.
Il est probable que les ordinateurs de Météo-France sont utilisés pour calculer, modéliser, planifier ces opérations, et que c’est Météo-France qui décide (ou au moins fournit les informations qui servent à décider) quand et où elles auront lieu.
Quelques « prévisions » de Météo-France, remarquez la précision: s’il y a des épandages le matin l’icône apparaît à 14h, s’il y a des épandages l’après-midi l’icône apparaît à 18h, s’il y a des épandages le soir l’icône apparaît à 2h du matin. Tout ça « prévu » la veille 14 à 24 heures avant les faits!!!:
Une approche critique du projet de nouvel ordre mondial que certaines institutions supra nationales et think tanks tentent de mener à bien sous prétexte de terrorisme, de réchauffement climatique ou de santé publique.
Pour ceux qui n’ont pas rejeté d’emblée et a priori l’idée que des groupes puissants contrôlés par des banques puissent influer sur le cours d’événements capitaux à l’échelle mondiale, une rapide recherche a suffi pour constater que non seulement une élite cherche à influencer les cours des événements planétaires dans un sens très précis, mais surtout que les preuves de cette action concertée sont surabondantes.
Il y a encore quelques mois, une série vidéos avaient suffi à me convaincre que les « chemtrails » n’étaient pas un sujet d’investigation farfelu. Sans savoir ce dont il retournait quant au projet dans lequel il s’inscrivait, il était clair que des traînées persistantes laissées par des avions de ligne, parfois en pointillés, visibles depuis la plupart des pays du monde, n’étaient pas le fruit de la classique condensation qui disparaît en quelques minutes (« contrails », abrégé pour « condensation trails », « traînées de condensation »). Restait à savoir s’il fallait s’inquiéter de ce phénomène, et pourquoi.
Depuis le milieu des années 90, des amateurs et des scientifiques ont mis en évidence la présence de sels d’aluminium, de barium et de strontium (parmi de nombreuses autres, mais celles-ci se retrouvent partout contrairement aux autres) dans des zones où les avions de ligne laissent les traînées suspectes, à des endroits où ces substances ne peuvent venir d’ailleurs que des airs (régions éloignées de plusieurs centaines de kilomètres de tout centre urbain, neiges éternelles). Les études se multiplient qui mettent toutes en évidence la présence de ces substances aux effets délétères, et leur lien avec l’épandage systématique auquel procèdent de nombreux avions de ligne commerciaux et militaires.
Ce projet est, sinon public, tout à fait officiel, et se déploie sous l’égide de l’OTAN, ce qui explique que les chemtrails ne se retrouvent que dans les cieux des pays qui en font partie, ce qui est déjà beaucoup.
Comme pour la plupart des projets de ce type, discrets mais officiels, ils sont conduits sous un prétexte vitrine qui les rend inattaquables ou perçus comme nécessaires par une majorité de la population., si elle devait en être informée Dans notre cas, les chemtrails seraient un phénomène de nature expérimentale destiné à permettre, par l’épandage d’aérosols dans la stratosphère, de refléter une partie du rayonnement solaire pour contrer le réchauffement climatique. Noble cause?
Pas vraiment. Depuis le sommet de Copenhague, pour les moins attentifs, il est admis par ses promoteurs eux mêmes que la théorie du réchauffement climatique a été vendue médiatiquement aux populations du monde contre les preuves scientifiques qui tendaient très largement soit à le déclarer inexistant, soit à le cantonner à une période plus courte et aujourd’hui révolue, pour tout un tas de raisons qui n’entrent pas dans la sphère de cet article.
Pour ceux qui ne seraient pas à la page de ce scandale, une petite recherche sur le thème du « Climategate » suffira à les mettre au parfum de ce que ceux qui s’intéressent sérieusement au sujet savent depuis 20 ans: si les problèmes écologiques sérieux sont légion, le réchauffement climatique n’en fait pas partie, et son ascension médiatique par voie de propagande éhontée, orchestrée par Al Gore, était destinée à créer la taxe carbone au profit d’une nouvelle institution supra nationale liée à la banque mondiale, pour concrétiser un projet de gouvernement mondial au nom de nécessités écologiques.
Par ailleurs, même si le réchauffement était une réalité, cela ne justifierait en rien le projet dit de « géo-ingénierie » dont les chemtrails sont la partie visible.
Les éléments les plus constants de l’épandage connu sous le nom de chemtrails (abréviation de chemical trails par opposition à condensation trails ou trainées de condensation, contrails) ou géo-ingénierie, ou encore épandage indirect ou semi-direct par aérosol sont la présence de sels d’aluminium, de baryum et de strontium. Pour s’en tenir à l’aluminium, il possède la double propriété de modifier le PH des sols arables, et de diminuer la capacité des végétaux d’absorber l’humidité. Dans les deux cas, sa présence, outre ses effets délétères multiples pour les organismes humains, le plus terrible étant le fait de favoriser certaines maladies neuro-dégénératives comme Alzheimer, provoque de surcroît une menace pour la production agricole dans son ensemble.
Dans le même temps, Monsanto dépose une série impressionnante de brevets pour des semences résistant à l’aluminium. De là à penser que Monsanto est partie prenante du projet de géo-ingénierie globale, il n’y a qu’un pas que chacun est libre de franchir ou non. À notre humble avis, cela mérite en tous cas des investigations approfondies compte tenu des enjeux en présence, et du mépris affiché régulièrement par Monsanto pour la vie et la nature, sans parler des agriculteurs.
S’agissant de recherche, ceux qui souhaitent en savoir davantage pourront utilement, s’ils lisent l’anglais, taper dans google les termes « indirect aerosol campaign » ou « semi-direct aerosol campaign », ou encore géo-ingénierie pour s’en tenir aux références françaises, et ils crouleront alors sous les études et publications scientifiques qui attestent que l’épandage aérien est un fait accompli et banal qui a cours, apprend-on en les lisant, depuis 1995, dans le cadre d’une multitude de projets ou la terre et ses habitants sont littéralement pris pour cobayes, alors que les autorités publiques des pays concernés continuent, partout dans le monde, à nier jusqu’à l’existence d’un épandage aérien planifié et globalisé.
Il serait presque réconfortant que la scandale se limitât à cacher aux peuples concernés ces diverses opérations sous prétexte de prévenir des mouvements de panique devant un phénomène que les autorités ne seraient pas certaines de pouvoir maîtriser. Mais le réchauffement lui-même est intégralement inexistant, ainsi qu’il est mentionné plus haut.
Cette remarque n’est pas le fait d’un scientiste échevelé tel que M. Claude Allègre, pour qui toute restriction aux possibilité techniques et un crime, car il se trouve que je suis catastrophé de voir l’ampleur des atteintes subies par la terre dans son ensemble ainsi que leurs effets pour ses habitants. Mais la question doit être posée: pourquoi ce mensonge sur le réchauffement, et pourquoi cet épandage ravageur, criminel et autoritaire est-il conduit à si grande échelle avec une telle discrétion?
En cette matière comme dans toutes les autres, les bonnes réponses viennent en se posant les bonnes questions. Dire que toute idée de complot est le fruit d’un cerveau de paranoïaque délirant n’est plus seulement une attitude de préjugé irrationnel, c’est aujourd’hui un déni de réalité. Alors vous aussi, cherchez, et vous trouverez!!

Mr RAHEM M

L’Allemagne admet la présence de chemtrails à but militaire

 

A plusieurs reprises les météorologues allemands ont fourni la preuve d’épandage suspect de polymères et de composés métalliques par les avions de la ‘Luftwaffe’; les infos et les associations citoyennes s’en mêlent et demandent des comptes .
En décembre 2007, lors d’un reportage d’un journal télévisé de la chaine RTL, des météorologues allemands dont Karsten Brandt, ont affirmé l’existence de ces aérosols et qu’ils étaient en lien avec des tests militaires de manipulation du climat.
Johannes REMMEL et Karsten BRANDT peut-être des noms à retenir !
Le météorologue Karsten BRANDT a déposé une accusation contre x pour manipulation du climat, basé sur ses vérifications et de données soigneusement recueillies par le radar par lequel il a noté chaque formation anormale de nuage.
Johannes Remmel est un député allemand de l’ Alliance des Verts, membre du Parlement depuis 1995, il intervient dans la protection de l’environnement et du consommateur.
Cette compagnie pratique l’epandage de chemtrail
Pour information, les pays ont perdu la souvraineté de leurs espaces aériens au profit de l’OTAN

DOCUMENT DE  » MEDIAPART « 

Étude norvégienne : « Les effets biologiques des retombées de la géo-ingénierie sur la vie végétale »
L’étude traduite et recopiée ci-dessous a été préparée par des chercheurs norvégiens. Elle contribue à documenter quelques-uns des effets hautement néfastes des programmes de GSA (géo-ingénierie stratosphérique par aérosols) et de GRS (gestion des radiations solaires) en cours. Il ne subsiste désormais plus de sources « organiques » de nourriture. Tout a été pollué avec les métaux toxiques et les produits chimiques qui sont émis par les programmes mondiaux de vaporisation d’aérosols. Certains des éléments toxiques que nous sommes contraints d’ingérer dans notre alimentation ont été identifiés, d’autres sont sans doute encore inconnus.
[Lien vers la version PDF (en anglais) de cet articl : BaSrTiO3_cell_communication.pdf ]

Conférence « Esprit Ouvert », Oslo, 19-21 octobre 2012

Harald Kautz-Vella :

Effets néfastes théoriques et scientifiquement prouvés des nano-particules de (Ba, Srx) TiO3 sur la croissance des végétaux (premier jet)
Concernant les qualités chimiques et physiques du TiO3 (Ba, Srx) désigné comme aérosols dans les concepts d’ingénierie climatique globale

Résumé :

– interrompant la communication cellulaire au seuil d’absorption de rayonnement UV de 230nm, en absorbant les faibles signaux UV intracellulaires responsables du déclenchement de la division cellulaire;
– irradiant l’ADN de la plante avec de la lumière hautement énergétique de longueur d’onde (λ) de 230nm stockée dans un état excité dans les nucléides [les protons et les neutrons présents dans le noyau des atomes, ndt] de baryum et de strontium. Cette excitation est provoquée par l’exposition aux radiations cosmiques dans les nuages. Les photons à haute énergie stockés peuvent être relâchés par une interaction non-linéaire lorsqu’un photon longitudinal UV de faible énergie et de même λ (un bio-photon) frappe une nano-particule. L’état excité des nucléides se décharge alors en une onde en réplique inversée dans le temps qui s’écoule directement en retour vers l’ADN, l’exposant alors à un impact photonique UV de même λ mais beaucoup plus énergétique;
– déséquilibrant le potentiel électrique de la cellule lorsque stimulées par le champ électromagnétique terrestre, des radiations radar ou des micro-ondes, en relâchant des électrons libres lors d’une altération induite dans leur géométrie cristalline selon leurs propriétés piézo-électriques, rendant les plantes vulnérables aux attaques fongiques.
L’interaction complexe de ces trois formes de nuisance théoriquement envisageables n’est pas entièrement comprise. Toutefois l’effet général sur les végétaux a pu être expérimentalement confirmé, démontrant un dosage létal pour les plantes d’approximativement 35mg de (Ba, Srx) TiO3 par kg de matière organique sèche, en fonction du type de plante et d’autres variables externes (à la fois par des analyses en laboratoire et) des études en extérieur.
Attendu que :
– la quantité de (Ba, Srx) TiO3 évaluée, en g/ha [grammes par hectare, ndt] et par an résultant des projets de géo-ingénierie est beaucoup plus élevée que le dosage mesuré comme mortel pour les végétaux en g/ha et qu’en sus de cela,
– l’indissolubilité de ces cristaux mènerait à une accumulation continuelle de ces particules dans la biosphère,
la mise en œuvre de ces projets serait une menace pour les écosystèmes du monde qui tôt ou tard mèneraient à la destruction totale des biotopes naturels et des récoltes agricoles dans les zones de retombées.
Ajouter une légende

1. Introduction

 

L’esprit humain est entraîné à penser à l’échelle macroscopique, ce qui peut mener à des erreurs de décision quand il s’agit d’exposer la nature à des nano-particules. Plus petites sont les particules, le plus grand devient le rapport de surface au volume. Nous sommes techniquement capables de produire des particules de (Ba, Srx) TiO3 offrant une surface de 2500m² au gramme. Pour les estimations qui vont suivre, cette valeur servira dans les opérations de calcul.
En théorie une quantité de 300 tonnes de ce matériau serait suffisante pour en construire une couche de l’épaisseur d’une particule à même de couvrir optiquement un pays de la taille de l’Allemagne. Assurer la dissémination par aérosols de ces particules prendrait 30 vols de Boeing 737.
Ce simple calcul est ce qui rend ces matériaux si tentants quand il s’agit de géo-ingénierie. Que ce soit pour l’ensemencement de nuages pour contrôler le changement climatique, ou pour protéger des zones industrielles des effets d’éruptions solaires en formant un écran de plasma dans les couches supérieures de l’atmosphère en utilisant les propriétés piézo-électriques de ce matériau – les bénéfices peuvent être considérables. De plus le baryum, les isotopes non-radioactifs 85, 86, 87 et 88 du strontium et le titane ainsi que ses oxydes peuvent être considérés comme chimiquement non-toxiques.
Il y a des preuves irréfutables que des vaporisations non-autorisées ont été menées par le passé. Des séquences vidéo d’avions militaires en pleine opération de vaporisation, de traînées d’avions persistantes à des températures de -35° et un taux d’humidité de 40%, la langue de bois des personnes impliquées jusqu’à l’ancien directeur du FBI, et des analyses chimiques révélant les taux de titanate de baryum/strontium dans l’analyse des eaux pluviales, des sols et de spécimens de plantes dans la plupart des pays industrialisés. Nonobstant cela l’objectif de ce document n’est pas de discourir sur l’existence ou la légitimité d’actions passées, mais de présenter les effets d’activités futures alors qu’elles sont apportées dans le débat public, notamment par le service fédéral allemand de l’environnement, « Umwelt Bundesamt » dans le livret « Geo-Engeneering. Wirksamer Klimaschutz oder Grössenwahn. Methode. Rechtliche Rahmenbedingungen. Umweltpolitische Fragen. Berlin, April 2011 » [Géo-ingénierie. Protection du climat efficace ou mégalomanie. Méthode. Cadre juridique général. Questions de politique environnementale. Berlin, avril 2011 – PDF (en anglais)]
Ne sont pas prises en considération dans ces discussions publiques les propriétés optiques et électro-physiques de ces matériaux, qui sont remarquables, ou leur possible interaction avec les systèmes biologiques.
L’objectif de ce document est d’apporter ces considérations au débat…
Des échantillons de plantes mourantes dont le taux de croissance avait été ralenti de manière significative de tout autour du monde ont révélé au cours d’analyses de laboratoire des valeurs répétitivement hautes de baryum, de strontium et de titane en une concentration molaire relative indiquant une quantité de 35mg de titanate de baryum/strontium nano-cristallin par kg de matière organique sèche au moment de la mort de la plante. Bien qu’il n’y ait pas d’explication biochimique pour quelque dommage causé à la plante, la corrélation des dommages et des concentrations de baryum, de strontium et de titane est suffisamment significative pour prendre en considération des mécanismes alternatifs d’interaction plante-particule autres que ceux qui sont connus par la chimie. Sachant que des nano-particules de la taille de celles projetées dans les brevets de géo-ingénierie peuvent être absorbées par les plantes dans leur ensemble, et connaissant les propriétés remarquables de ces matériaux, ces modes d’interaction alternatifs peuvent très bien être optiques et/ou électro-physiques dans leur nature.

2. Affirmation

 

2.1 Interruption optique de la communication cellulaire
Dans la conception des bio-photons les molécules d’ADN d’une plante envoient des modèles qui s’interfèrent de faibles émissions bidirectionnelles dans la gamme des UV, qui toutes ensemble forment une image holographique servant de schéma directeur pour la plante, amenant à des divisions cellulaires là où il n’y a pas d’onde-réplique renvoyée par une molécule ADN receveuse pour cause d’une cellule « manquante ».
L’onde mono-directionnelle et donc visible déclenchera la division cellulaire dans une cellule avoisinante pour refermer l’espace. Des plantes entières auraient leurs échanges luminiques intracellulaires dans un état entièrement annihilé par les ondes UV et leurs répliques inversées dans le temps, les plantes blessées ou les zones de croissance active comme le cambium devraient montrer un excès d’ondes UV mono-directionnelles, déclenchant la division cellulaire.
Une forme simplifiée de ce concept est utilisée dans des technologies de projection holographique se servant de lasers comme « ADN transmetteur » et du même type de nano-cristaux piézo-électriques comme « ADN récepteur » et capables de projeter des hologrammes en 3D de haute définition.
Le seuil d’absorption des nano-particules de titanate de baryum/strontium a son maximum à une longueur d’onde de 250nm, absorbant 90% de la lumière passant par le cristal.
La communication intracellulaire qui est responsable du déclenchement est accomplie par des photons de faible énergie d’une longueur d’onde de 260nm.
Adjoindre ces deux découvertes ensemble démontre que l’insertion de particules piézo-électriques de cette qualité devrait interférer lourdement avec la communication cellulaire – ainsi l’ADN et les particules se servent de la même longueur d’onde et de la même forme d’onde électromagnétique pour communiquer.
Afin de comprendre la relation quantitative entre ce type particulier d’opacité suscité par les nano-particules et les dommages causés aux plantes il est utile de calculer la densité optique des particules dans la plante au moment de la mort.
Estimant qu’une concentration de 35mg/kg de matière organique sèche ainsi que mesurée dans l’herbe norvégienne comme dans l’écorce d’arbres californiens mourants l’on peut affirmer que
35mg ≈ 87,5m² de surface particulaire ≈ 21.875 de surface optique
Estimant que 1kg de matière organique sèche équivaut à 3l = 0,003m3 de matière organique vivante, l’opacité sera atteinte à une distance optique de 0,1311mm ce qui est dans l’ordre de la taille d’une cellule.
Au moment de la mort d’une plante, contenant 35mg (Ba, Srx) TiO2, la densité optique des nano-particules est suffisamment élevée pour aller jusqu’à interrompre les communications de cellules directement avoisinantes!
2.2 Irradiation de l’ADN des plantes avec du rayonnement UV de haute énergie

 

Comprendre le concept de bio-photons comme un modèle d’ondes bi-directionnelles avec leurs ondes-répliques inversées dans le temps envoyées et reçues par des molécules d’ADN, incluant des éléments photo-actifs étrangers pourrait induire le changement de la force des photons impliqués de faibles à pas si faibles.
Il est connu que des particules dans les nuages peuvent être excitées par la radiation cosmique incidente et relâcher cette radiation plus tard sous la forme de rayons gamma. Cette émission de rayons gamma peut subvenir spontanément ou être déclenchée par l’arrivée d’un photon.
En visualisant cette possibilité, il devient évident que l’implication de nucléides en état d’excitation dans un échange de bio-photons pourrait mener à l’émission de quanta de rayons gamma stockés sous la forme d’ondes de réplique inversées dans le temps étant dirigées directement en retour vers l’ADN qui avait émis le photon déclencheur.
Ce processus non-entropique redirigeant de grandes quantités d’énergie de retour vers une source faible déclencheuse est en fait la caractéristique principale des systèmes optiques non-linéaires. Pour une compréhension plus complète veuillez vous rapporter aux articles référencés.
Le rayonnement UV de haute énergie est connu pour être la source principale de dommages aux végétaux. Par conséquent un dépôt d’aérosols optiquement excités pourrait mener à des dommages à l’ADN par l’émission de quanta UV.
2.3 Déséquilibrage du potentiel cellulaire

 

Le système immunitaire de toutes les cellules suit une courbe hautement raffinée de potentiels électromagnétiques cellulaires, avec des différences de potentiel définies entre le cœur de la cellule et la membrane cellulaire interne, ainsi qu’entre la membrane cellulaire interne et la membrane cellulaire externe. Toute altération de ces potentiels cellulaires affaiblit le « système immunitaire » en dérangeant l’équilibre des procesusi oxydants et anti-oxydants.
Le titanate de baryum/strontium, en tant que substance piézo-électrique change sa géométrie cristalline quand elle est exposée à des champs électromagnétiques externes. Tout changement dans la structure cristallographique est accompagné de l’émission d’électrons.
En tant qu’aérosol dans l’atmosphère cet effet peut être utilisé pour « allumer ou éteindre » des nuages en appliquant des champs électromagnétiques tels qu’utilisés par les appareils HAARP et ICECAT ou d’autres systèmes d’antennes de radiations de micro-ondes en altérant la structure cristallographique, ce qui mène à changer par du courant libre la particule en ion, provoquant instantanément la formation d’une gouttelette dans le nuage.
Le même effet provoqué par des téléphones cellulaires terrestres, des transmissions radar ou de micro-ondes mèneraient à l’émission spontanée d’électrons libres par la particule, ce qui altérerait le potentiel cellulaire de la plante et donc détruire ou affaiblir le système immunitaire de la plante.
Comme cause indirecte la plante pourrait mourir d’infections fongiques dissimulant la cause première de sa souffrance.

3. Preuves expérimentales

Des expériences de germination avec du titanate de baryum/strontium du domaine industriel, ajouté en concentrations différentes pré-définies au processus de germination, ont besoin d’être menées afin de déterminer de manière expérimentale le dosage létal de titanate de baryum/strontium pour les plantes. J’estimerais une concentration de 35mg/kg de graines imbibées comme zone ciblée d’expérimentation, ajoutant le titanate de baryum/strontium à l’eau pour être sûr qu’il soit complètement absorbé par les graines.
Je suggérerais de travailler sur des semences céréalières telles que le maïs, le soja et le blé, et des plantes à croissance rapide comme le cresson pour des résultats rapides afin de pouvoir publier une première version.
Il devrait être possible d’acheter du (Ba, Srx) TiO3 via Internet, j’ai vu des offres. S’il est impossible de mettre la main sur de petites quantités je suggère de contacter en privé des personnes travaillant dans des laboratoires où cette substance est utilisée.

4. Conclusion

Bien que les mécanismes présentés en postulat avec leurs interactions n’aient pas fait l’objet de recherches complètes il y a assez de preuves et de logique autour du sujet pour NE PAS utiliser les nano-particules décrites à moins que la chose ait été convenablement étudiée, et que les dommages à la nature et aux végétaux aient pu être exclus.
Bien qu’il soit tentant de contrôler la météo pour le bénéfice de l’agriculture, bien qu’il puisse paraître sans alternative, pour protéger nos technologies pendant les éruptions solaires pouvant nous frapper jusqu’à l’équateur pendant un possible basculement magnétique – surtout, pris en considération le déplacement s’accélérant de façon exponentielle du pôle nord magnétique au cours des cinq dernières années, indiquant la période de novembre 2012 à mars 2013 comme moment de transition possible – le prix pourrait être trop élevé et la nature pourrait simplement ne pas se réveiller après un hiver de vaporisation d’aérosols – étant totalement aveuglés par notre tentative de protection.
…………………………………
Madame, Monsieur,
Je demande respectueusement à tous et à toutes qui ont accès à des conditions de laboratoire ou à des serres disposant de conditions contrôlées de se livrer aux expériences manquantes au chapitre 4 et de rapporter les résultats, comprenant des photos à:
kautzvella@gmail.com
Tél. 0049 179 2661123
Si je ne devais pas réagir à des résultats arrivants dans la semaine ce texte peut être utilisé dans le domaine public et complété avec vos résultats chiffrant les doses létales de titanate de baryum/strontium, ensemble avec les preuves expérimentales. Tant qu’un e-mail ou contact téléphonique m’a été donné je souhaite évaluer les résultants entrants moi-même et les publierai dès qu’il y aura un schéma visible dans ces résultats.
Merci pour votre attention et possibles contributions.
Harald Kautz-Vella
Lien vers l’article d’où est tirée la traduction: http://www.unhealthyearth.com/2012/10/norwegian-study-biological-effects-of.html

INFO :

Des filaments atmosphériques aéroportés, collectés au sol aux quatre coins de la France en fin d’année 2012 par de simples citoyens, ont été confiés à AnAlytikA (Centre Indépendant d’Investigations et d’Expetises en Chimie Organique, situé à Cuers, Var, France).
Le rapport analytique publié récemment par AnAlytikA apporte les preuves scientifiques de l’origine anthropique de ces filaments.
Parmi les nombreux composants organiques détectés figurent plusieurs molécules connues pour entrer dans la composition des carburants et lubrifiants de réacteurs d’aviation, y compris plusieurs « phtalates » perturbateurs endocriniens.
Bernard Tailliez, Fondateur et Directeur Scientifique d’AnAlytikA, se déclare préoccupé car ses investigations révèlent l’existence d’une nouvelle forme de pollution atmosphérique, directement imputable au trafic aérien.
La communauté scientifique et les autorités compétentes -maintenant alertées- doivent rapidement approfondir leur connaissance de l’origine et des conséquences, sanitaires et climatiques, de cette nouvelle forme de pollution atmosphérique.
Et publier leurs conclusions, puisque : « L’obligation de subir donne le droit de savoir » (Jean Rostand).
Les Agents sans Secret et « AnAlytikA » remercie l’association « ACSEIPICA » et les citoyennes ayant participé à la collecte des échantillons et au financement des investigations : sans un tel engagement citoyen la problématique en question n’aurait jamais éveillé l’attention des autorités.
ALERTEZ VOTRE ENTOURAGE !!
Dans tous les pays, joignez-vous au mouvement pacifique mondial de protestation contre toutes les formes de gestion du rayonnement solaire (SRM) et de géoingéniérie par aérosols stratosphériques (SAG).
Il est temps de nous réapproprier notre ciel.
Nous appelons tous les citoyens du monde à participer, chacun chez eux, aux mouvement de protestation contre les chemtrails et la géoingéniérie et d’affirmer les certitudes acquises par l’observation. Notre environnement et notre planète sont au bord du précipice à cause des conséquences de la géoingéniérie en cours depuis plusieurs décennies.

POURQUOI CONTESTER TOUTES LES FORMES DE GEOINGENIERIE ?

 

Connexion entre les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) et la géoingéniérie :
L’un des composants toxiques des nuages artificiels est l’aluminium. Les résultats d’analyses du monde entier en confirment la présence dans les eaux de pluies. Le PH des sols devient beaucoup plus alcalin, ce qui les empoisonne et tue plantes et semences.
Monsanto le sait et a déjà prévu des graines résistantes à l’aluminium qui pourront se développer dans ce type de sols modifiés. Il s’agit bien là d’un plan démoniaque.
Nos gouvernements, les scientifiques, se méprennent , et nous mentent sur les causes du réchauffement climatique tout en maintenant le public dans l’ignorance du plus grand désastre écologique planétaire que le monde ait jamais connu. Ils n’ont pas de plan B et le temps court plus vite que les prédictions des modèles informatiques.
NOUS avons un plan B : il consiste à STOPPER toute forme de géoingéniérie !
Engagez-vous à organiser/participer localement à cette marche mondiale contre les chemtrails et la géoingéniérie.

LETTRE OUVERTE À MÉTÉO FRANCE

A M. François JACQ, Président de Météo France, Madame et Messieurs les directeurs :
Christophe MAOCEC, Olivier GUPTA, Alain SOULAN, Yves GLEYZES,
Philippe DANDIN, Emmanuel LEGRAND, Françoise RUIZ, Jean-Marc BONNET,
Philippe BOUGEAULT et François LALAURETTE
« Monsieur le Président, Madame et messieurs les directeurs,
J’ai découvert avec étonnement que Météo France a ajouté récemment deux nouveaux éléments à son catalogue de symboles:
Désormais, il existe les symboles «Soleil voilé» et «Ciel voilé».
J’en déduis que ces nouveaux symboles illustrent des nouveaux phénomènes de la météo: Un Soleil voilé et/ou un Ciel voilé.
Nous sommes habitués depuis quelques temps à ce que les présentateurs météo à la télévision, à la radio et sur l’internet nous rassurent sur ces nouveaux phénomènes avec des phrases comme «un voile en haute altitude», «le ciel légèrement voilé, sans conséquences» et le très percutant: «un ciel pas vraiment bleu»!
Je fais partie d’une association environnementale active dans l’observation du ciel, et plus particulièrement dans le recensement et l’observation des traînées persistantes des avions.
Suite à nos observations, nous sommes en position de pouvoir affirmer avec certitude que les nouveaux phénomènes météorologiques du «Soleil voilé» et du «Ciel Voilé» sont la conséquence directe des nombreuses traînées persistantes des avions qui forment une couche nuageuse artificielle blanchissant le ciel, et cela dans toutes les conditions de météorologie ambiante.
Par conséquent, il nous semble que Météo France vient de franchir un cap très grave:
la dissimulation d’un phénomène météorologique NON NATUREL, à l’aide de visuels créés dans le but d’institutionnaliser et banaliser ces phénomènes artificiels.
Ce phénomène de pollution atmosphérique par des avions avec des conséquences météorologiques immédiates coïncide étrangement avec des tendances actuelles qui soutiennent de plus en plus ouvertement la «Géo-ingénierie du Climat», et plus particulièrement «la gestion du rayonnement solaire» qui propose la dispersion de particules chimiques par des avions dans l’atmosphère afin de bloquer la lumière du Soleil.
Nous citons ici l’Agence Nationale de la Recherche qui a lancé un appel en mai 2012 «Géo-Ingénierie du Climat- Quelles recherches et quels partenariats?», établissant par la suite le groupe de recherche «ARP REAGIR (Réflexion Autour de la Géo-Ingénierie Environnementale)» qui semble travailler actuellement sur ce sujet de manière confidentielle.
Nous avons constaté que Météo France utilise ce nouveau symbole « Soleil Voilé » sur les cartes de prévision météo pour annoncer par avance un ciel effectivement couvert de traînées persistantes.
Nous demandons donc à Météo France :
· Quel est le descriptif interne qui accompagne les deux nouveaux symboles?
· Est-ce que Météo France est partenaire du groupe REAGIR?
· Est-ce que Météo France est au courant de programmes de Géo-ingénierie?
France Météo est un service public et a donc l’obligation de répondre aux questions de citoyens concernés par le problème de la pollution atmosphérique et les conséquences météorologiques et environnementales.
Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs. »
BILLE GATES

 

Bill Gates finance un programme d’ensemencement des nuages avec des particules toxiques Par Ethan Huff, le 25 juillet 2012 Les géo-ingénieurs commencent enfin à sortir du placard à « chemtrails », alors que des rapports émergent qui décrivent des projets délibérés visant à larguer des tonnes et des tonnes de produits chimiques sulfurés dans l’atmosphère avec le but annoncé de combattre le « réchauffement climatique ». Le journal « The Guardian » du Royaume-Uni
Meteorological Office…

 

Le monde se refroidit, le niveau de la mer baisse, la glace est en train de s’étendre, il y a moins de phénomènes météorologiques extrêmes, et il faisait plus chaud il y a mille ans. Mais le mythe du réchauffement planétaire donne aux gouvernements l’excuse de s’ingérer dans chaque aspect de notre vie, avec maintenant Al Gore qui exige publiquement une taxe sur le carbone de l’énergie que nous utilisons.
Après la fin de la période la plus active du Soleil depuis plus de 11.000 ans, les 10 dernières années démontrent une nette tendance au refroidissement, car les températures postérieures à 1998 se sont stabilisées et sont désormais en chute libre.
Mais ces chiffres ne dissuaderont pas un ordre du jour de contrôle aussi déjanté qu’Al Gore, qui, la nuit dernière, a exigé publiquement l’imposition d’une taxe sur le carbone des combustibles fossiles utilisés, au moment où même les familles de la classe moyenne ont du mal à payer leurs factures à cause de la paralysie économique, de la montée en flèche du prix du pétrole et de l’inflation.
Andrew Bolt du journal Australian Sun-Herald a mis en parallèle une série de graphiques établis sur les chiffres d’une pléthore d’organismes scientifiques. Ils démontrent que la plupart des affirmations alarmistes sur le changement climatique sont non seulement infondées, mais aussi, que ce que l’on observe actuellement est en fait totalement à l’opposé des proclamations des défenseurs d’un réchauffement mondial à cause de l’activité humaine.
C’est pour cette raison que 31.000 autres scientifiques, dont des personnalités mondiales comme Freeman Dyson, professeur en physique, Richard Lindzen, professeur en physique atmosphérique, et Fred Singer, professeur en sciences du climat, ont publié une lettre commune le mois dernier pour prévenir les gouvernements de ne pas s’embarquer dans le mouvement du réchauffement mondial, »
Bolt écrit : Il n’existe aucune preuve scientifique convaincante du fait que la libération par l’homme de dioxyde de carbone, de méthane, ou d’autres gaz à effet de serre, soit à l’origine, ou provoquera dans un avenir prévisible, un réchauffement catastrophique de l’atmosphère terrestre ou un dérangement climatique mondial.
C’est pourquoi, Ivar Glaever, lauréat du Prix Nobel de Physique, a déclaré ce mois-ci : « Je suis sceptique, » parce que « nous ne savons pas vraiment quel est l’effet réel sur le climat. »
Et c’est pourquoi, l’American Physical Society (APS) a déclaré ce mois-ci [en français] : « Au sein de la communauté scientifique, il y a une présence considérable de gens qui ne sont pas d’accord avec les conclusions du GIEC, selon lesquelles l’émission anthropique de CO2 serait très vraisemblablement le principal responsable du réchauffement planétaire qui se produit depuis la Révolution Industrielle.
Le graphique ci-dessus, obtenu auprès du Hadley Centre of Britain’s Meteorological Office, montre la manière dont la température a chuté, s’est stabilisée, et manifeste maintenant une tendance nette au refroidissement, depuis le pic de 1998 dù au phénomène météo « El Nino, » entièrement naturel et n’ayant rien à voir avec l’émission de CO2.
Les chiffres concordent aux évidences anecdotiques d’une tendance au refroidissement : La Chine a dernièrement enduré sonhiver le plus froid en 100 ans, pendant que l’Amérique du Nord enregistrait un niveau de neige record et que la Grande-Bretagne subissait son mois d’avril le plus froid depuis des décennies, la floraison tardive des jonquilles ayant été pilonnée par la grêle et la neige presque chaque jour. L’été britannique a aussi torpillé les nombreux désirs au réchauffement planétaire, avec des températures en Juin et Juillet se débrouillant pour atteindre rarement plus de 16 degrés, et même en une occasion ne dépassant pas les 9 degrés au milieu de l’après-midi.
Une affirmation commune à Al Gore et à l’Église des Écologorets, représentée avec réalisme dans le film catastrophe hollywoodien, The Day After Tomorrow, prédit l’augmentation dramatique du niveau de la mer suite au réchauffement mondial.
En réalité, les chiffres du Colorado Centre For Astrodynamics Research montrent que le niveau global de la mer, après avoir augmenté depuis 2000, a diminué sensiblement ces deux dernières années.
En outre, selon la US National Oceanic and Atmospheric Administration, la glace de mer s’est expansée rapidement au cours de ce même laps de temps et il y a maintenant plus de glace dans le monde que ce que l’on observe d’habitude.
Un autre glapissement commun des alarmistes prétend que le réchauffement planétaire provoque les phénomènes météo extrêmes. Bien qu’il y ait eu des phénomènes météorologiques beaucoup plus violents et dévastateurs avant la montée du niveau de CO2 postérieure à la Deuxième Guerre Mondiale, chaque inondation, ouragan, tornade ou cyclone, est imputé au changement climatique induit par l’activité humaine.
Les faits nous racontent une autre histoire. Selon l’American Meteorological Society, le réchauffement mondial ne nous amène pas plus de cyclones, ouragans ou tornades.
Par ailleurs, l’alarmisme sur la sécheresse attribuée au réchauffement mondial est démenti par l’augmentation du niveau des précipitations.
Imposture hystérique des écologorets qui se plaisent à imaginer que jamais le monde ne fut plus chaud, malgré le fait que la planète oscille terriblement entre des température extrêmes depuis des éternités.
Les nouveaux chiffres de l’US National Council for Air and Stream Improvement démystifient le graphique en « crosse de hockey » notoirement controversé du GIEC, et montrent que la Terre était plus chaude il y a mille ans. À cette époque, les agriculteurs faisaient pousser des récoltes au Groenland et cultivaient même la vigne sur une terre aujourd’hui couverte de glace à 80 pour cent.
Malgré la foule de preuves versées en faveur des changements naturels du cours planétaire, s’embarquant à présent dans une tendance au refroidissement, la rhétorique insensée, l’alarmisme, l’intimidation et les sermons sur la nécessité d’accepter des immixtions dans nos droits aux déplacements, dans notre intimité et notre comportement, dans l’intérêt de sauver la Terre est à son comble.
Les compagnies mondiales et les gouvernements ont réuni leurs forces pour lancer un assaut de propagande sur la façon dont nous devrions devenir écologorets, pendant que les véritables atteintes environnementales, déboisement, cultures génétiquement modifiées, chemtrails, épissure de gènes et cancer dù au rayonnement de la téléphonie mobile, sont entièrement ignorées.

Retour aux épandages aériens…

C’est dans ce contexte de radicalisation des idées néomalthusiennes qu’à partir de l’extrême fin des années 1990, les épandages aériens acquérirent une envergure jusque-là inégalée dans certaines régions du monde, à commencer par les États-Unis, et attirèrent de ce fait l’attention du public vigilant.
De nombreux échantillons de l’air ambiant seront prélevés par des organismes et laboratoires indépendants, révélant des quantités anormalement élevées de métaux lourds tels que l’aluminium, le baryum ou le strontium dont les effets toxiques sur la santé sont dévastateurs. Des échantillons de l’air de Phoenix montraient par exemple des taux d’aluminium et de baryum respectivement 6 400 et 278 fois plus élevés que la limite toxique fixée par le gouvernement des États-Unis.
Dans son film « Bye bye blue sky », Patrick Pasin révèle que l’armée française a quant à elle déjà passé commande pour l’achat de 10 tonnes de baryum, un métal n’ayant aucune utilité militaire conventionnelle en ces quantités.
Vers le milieu des années 2000, de nombreuses personnes, d’abord aux États-Unis, principalement en Californie, au Texas et en Floride, puis au Canada, en Afrique du sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande prétendront être atteints d’une pathologie inconnue (improprement désignée par le terme Morgellons) comprenant de multiples symptômes tels que lésions de la peau, douleurs osseuses et articulaires, fatigue chronique, anxiété. Les malades prétendaient ressentir la présence d’organismes étrangers et que des fibres de très petite taille étaient expulsées de leur peau.
Des laboratoires indépendants conduisirent des analyses des échantillons dermatologiques envoyés par les malades de différents pays et mirent en évidence l’existence de fibres constitués de différents matériaux tels que du polyéthylène, du silicium ou d’autres matières inorganiques. Une classification des différentes fibres découvertes a été effectuée par Jan Smith. Étudiées en laboratoires, ces fibres ne correspondent à aucune fibre industrielle ou vestimentaire répertoriée et ne brûlent pas lorsqu’elles sont soumises à des températures supérieures à 950°C. Très probablement issues de la nano-ingénierie militaire, elles seraient capables d’interagir avec les éléments constitutifs du corps humain afin de se développer au sein-même des organismes des malades.
Fibres bleues d’un échantillon de chair
Une étude récente, menée par plusieurs spécialistes dont les Dr. Hildegarde Staninger (toxicologie industrielle), Michael Wright, Rahim Karjoo entre autres, démontre clairement le lien entre chemtrails et morgellons.
L’épidémie de morgellons progresse : actuellement environ 120.000 cas déclarés (on suppose qu’il en existe plus du double), et 1.000 nouveaux cas sont enregistrés chaque jour. Au début, cela ne touchait que les USA, le Canada et l’Australie, là où ont commencé les épandages, mais maintenant l’épidémie se développe en Europe, en Amérique latine, en Indonésie… ET C’EST TANT MIEUX !
En effet, depuis plusieurs années nous sommes nombreux à essayer d’avertir nos contemporains afin qu’une action soit menée pour arrêter ces agissements criminels, mais nous nous heurtons souvent à l’indifférence, au doute, à la mauvaise foi de tous ceux qui refusent de voir.
Aujourd’hui, ceux qui seront atteints par cette maladie ne pourront plus fermer les yeux sur les chemtrails ! Et peut-être qu’enfin le citoyen moyen prendra conscience qu’il faut stopper cela de toute urgence.
La maladie elle-même n’était surement pas prévue par ceux qui lancèrent ce programme. D’après le Dr. Hildegarde Staninger qui a pu examiner les échantillons, les produits répandus contiennent des nano-robots, issus de la nanotechnologie, qui sont associés à de nombreux composants (métaux, polystyrène, bactéries) pour « construire » une sorte de toile d’araignée (des fibres) á l’intérieur de l’organisme humain. C’est ce que ressentent ces malades qui décrivent le phénomène comme s’ils avaient des « insectes sous la peau », et c’est ce qui apparait lorsque la maladie se déclare : des fibres sortent par la peau provoquant des lésions qui ne guérissent pas. Voir la vidéo sous titrée en français :http://www.dailymotion.com/video/xgs8v3_1-7-interview-hildegarde-staninger-morgellons-chemtrails_webcam

CHEMTRAILS, GEO-INGENIÉRIE ENFIN ÉVOQUÉS AU PARLEMENT EUROPEEN

« Une conférence sur les chemtrails a (enfin) eu lieu au sein du parlement Européen les 8 et 9 avril 2013. Des scientifiques et citoyens de toute l’Europe ont pu présenter officiellement leurs constats et recherches à propos des épandages illégaux. Cette conférence est particulièrement symbolique pour tous ceux qui essaient de faire émerger la vérité sur ce sujet depuis plus de 10 ans et qui sont sans arrêt taxés de conspirationnistes. »

 

UN LIVRE À LIRE : « Ces maladies créées par l’homme »

 

Le site « Carnicom »

 

Cliff Carnicom et ses associés ont documenté les cellules du sang desséché flottant dans l’atmosphère dans les zones peuplées, à la fois Nouveau-Mexique et Colorado. Avec autant d’échantillons de l’atmosphère contenant les composantes biologiques, Carnicom conclut que les crimes de la plus haute importance, sont perpétrés contre des citoyens sans leur connaissance ou le consentement.

Al Gore

Interrogé par Elene Degeneres au sujet des chemtrails, Al gore a répondu que cette idée constitue une solution désespérée et complétement folle mais qu’elle était prise très au sérieux par certains savants. Il a ajouté que l’idée est de créer une barrière destinée à bloquer les rayons du soleil mais que cela entraînerait une forte pollution atmosphérique.
C’est la première fois qu’un dirigeant politique reconnaît publiquement la fonction et le danger des chemtrails.

La maladie d’Alzheimer liée aux chemtrails ?

A partir de 85 ans, une femme sur 4 et un homme sur 5 sont touchés en France par la maladie d’Alzheimer. 250.000 personnes disparaissent ainsi par an sur plus de 800.000 diagnostiquées par cette maladie nouvelle et inexpliquée (25 millions dans le monde !). Même si elle a pu être décelée en 1907 par le médecin allemand qui lui a donné son nom, rien n’indique les lieux de travail antécédents des patients consultés.
La présence d’aluminium est toujours citée comme étant l’un – sinon le seul – vecteur de cette dégénérescence cervicale. Si les chemtrails (épandages aériens d’aluminium) en sont la plus grande (ou seule) cause à cela, le fait que ces nanotechnologies soient respirées ou consommées dans les aliments, fait qu’elles passent dans le sang (voir aussi: transfusions sanguines) et s’accrochent aux muscles, os et perturbent le cerveau. Les personnes âgées (qui respirent pourtant autant que les jeunes) seraient plus disposées a en être victime, cela impliquerait peut-être l’absence ou la disparition progressive des éléments chélateurs, cette fonction n’imunisant plus le corps humain. La chélation (ou désintoxication des métaux ionisés) se pratique aussi par injections intraveineuses et en… suppositoires à base d’EDTA.
Seraient aussi en cause l’aluminium chauffé des casseroles et papiers d’aluminium mis au four.

L’arme climatique…

 

Ce phénomène, de toute évidence non-naturel, provoqué par l’homme peut revêtir des formes très diverses. L’image ci-après est en soi intéressante.
Il n’y a aucune nébulosité naturelle qui pourrait présenter une forme aussi tourmentée.
– S’il s’agissait au départ d’une forme moins complexe aucune turbulence naturelle ne saurait créer une structure de ce genre.
On peut donc hasarder différentes hypothèses :
1 – La forme tourmentée était pré-existante et résultait soit du plan de vol d’un avion réalisant un épandage.
2 – La forme est le résultat du balayage du faisceau d’ondes électromagnétiques ayant créé cette structure.
3 – La structure aurait été créée comme traceur, pour étudier les effets météorologiques lié à un effecteur non visible. La forme aurait été au départ régulière et ce sont les différentes actions sur les masses atmosphériques qui auraient produit un tel résultat.
Nous sommes chacun responsables de notre planète, nous pouvons acquérir toutes les connaissances nécessaires et oeuvrer nous-mêmes au bien de tous.

CONCLUSION ÉCOLOGIQUE

Le trafic aérien doit être de toute urgence reconsidéré.
Notre SOLEIL est le seul moteur qui alimente – photosynthèse, évaporation, pluies, rivières, flore, faune, insectes – avec 1 kilowatt envoyé sur chaque m² de la planète Terre.
Son absorption répétée en altitude par les ciels voilés dérèglera définitivement la prodigieuse horloge biologique complexe de la Vie sur la planète, réglée depuis des millénaires, bien avant que nos « savants » aient réussi à « modéliser » les traînées polluantes !
Aussi devrions-nous tous exiger que :
– nos « spécialistes » nous expliquent comment des cuillères à café d’eau rejetées dans un air à -50°C peuvent générer ces millions de mètres cube d’indésirables nuages bien trop souvent visibles désormais ?
– nos « politiques » règlementent aussi sévèrement que les contrôles techniques de nos véhicules terrestres le rejet de cuillères à café d’eau en altitude afin de retrouver rapidement nos beaux ciels bleus.
Vidéo à voir !
Giulietto Chiesa : Réunion à Bruxelles sur les nouvelles armes secrètes américaines
Ces jours-ci, se tient au Parlement européen de Bruxelles une rencontre qui porte le titre « Au-delà des théories sur les modifications climatiques – la société civile contre la géoingénierie ».
La rencontre se propose d’attirer l’attention du Parlement européen sur la nécessité de « protéger réellement » et sans délai les citoyens européens – en instituant une commission spéciale d’enquête (ce qui est inclus dans ses prérogatives et dans ses devoirs) – pour enquêter sur des faits extrêmement graves qui, selon une vaste quantité d’indices et de preuves, menacent la santé et la sécurité physique de millions de personnes.
D’après les documents d’ores et déjà rassemblés par les organisations participantes et par de nombreux parlementaires européens de cette législature et de la précédente, l’Europe a été soumise depuis plus d’une décennie à la diffusion aussi massive que clandestine d’aérosols, dont les caractéristiques restent encore à découvrir, mais dont tout laisse à penser qu’elle est en relation avec des expérimentations liées au réchauffement climatique en cours et/ou avec des recherches américaines sur des armes électromagnétiques, et même avec les manœuvres déloyales de Monsanto.
L’ignorance de la population concernant les chemtrails est entretenue par :
1) Le fait que presque personne ne regarde le ciel, il ne s’y passe théoriquement rien et regarder le ciel suffisamment longtemps quand il fait soleil (moment où sont généralement effectués les épandages) fait mal aux yeux.
2) Le fait que les chemtrails sont blancs, couleur symbole de la propreté, de la pureté et de l’innocence. Imaginez le scandale si le ciel était sillonné de ces mêmes traînées mais cette fois d’une couleur vertes ou rouges…
3) La campagne mondiale de désinformation, de tromperie et de lavage de cerveau organisée par les gouvernements qui consiste à utiliser tous les médias possibles pour montrer des images de chemtrails. Le but étant de vous incruster dans le cerveau que la présence de traînées dans le ciel est quelque chose de normal et habituel.
Conclusion : A vous de vous faire votre propre opinion, quoi qu’il en soit, si vous êtes en train de lire ces lignes c’est que vous avez suivi cet article jusqu’au bout et je vous encourage à aller plus loin dans les détails : >> Voir le dossier complet sur les chemtrails en Suisse <<
Des sites amis :

SOURCE :

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares