Civilisations disparues EUROPE

Le plus ancien calendrier lunaire au monde aurait 10 000 ans

Les archéologues ont mis au jour des preuves de ce qui pourrait être le plus ancien calendrier du monde dans un champ d’Aberdeenshire, en Ecosse. Une découverte étonnante qui nous rappelle étrangement un passage de l’ancien testament qui relate comment Itsraq, fils d’Abraham, creusaient des puits dans le désert du Neguev…

Selon une nouvelle étude, les humains auraient inventé un système sophistiqué calendaire des milliers d’années plus tôt qu’on ne le pensait précédemment.

La découverte est basée sur une analyse détaillée des données d’un site archéologique dans le nord de l’Ecosse – une rangée de fosses anciennes que les archéologues croient être le plus ancien calendrier mondial. Il a près de cinq mille années de plus que son plus proche rival – un ancien calendrier créé à partir de l’âge du bronze en Mésopotamie.

Créé par les Britanniques de l’âge de la Pierre, il y a quelques 10.000 années, des archéologues croient que le complexe de puits a été conçu pour représenter les mois de l’année et les phases lunaires du mois.

calendrier lunaireIls croient qu’il a également permis l’observation du lever du soleil en plein hiver – en effet, la naissance de la nouvelle année – alors que le calendrier lunaire pourrait être re-calibré annuellement pour le ramener en ligne avec l’année solaire.

Remarquablement le monument était en usage pendant quelque 4000 ansà partir de 8000 avant JC (période au début du mésolithique) à environ 4000 avant JC (début du néolithique).

Les fosses ont été périodiquement retaillées – probablement des dizaines de fois, voire des centaines de fois – par rapport à celles de quatre millénaires. Il est donc impossible de savoir si oui ou non elles contenaient originellement des poteaux en bois ou des pierres dressées après qu’elles aient été creusées il y a 10.000 ans.

Cependant les variations dans les profondeurs des fosses suggérent que l’arc avait une conception complexe – avec chaque mois lunaire potentiellement divisé en trois «semaines» d’environ dix jours – ce qui représente la lune croissante, la lune gibbeuse / pleine et la lune décroissante.

Les 50 mètres de longueur de la rangée de 12 fosses principales ont été organisés comme un arc vers un plongeon en forme de V à l’horizon sur lequel le soleil se levait le jour de la mi-hiver. Il y a 12,37 cycles lunaires (mois lunaire) dans une année solaire – et les archéologues croient que chaque fosse représentait un mois en particulier, avec l’ensemble de l’arc représentant une année.

Les 12 puits ont peut-être joué un autre rôle en représentant le mois lunaire.

Reflétant les phases de la lune, le noir et l’affaiblissement de ce qui prend 29 jours et demi, la succession de creux, disposés en arc peu profond (peut-être symbolisant le mouvement de la lune dans le ciel), commence petit et peu profond à une extrémité , croît en diamètre et en profondeur vers le centre de l’arc, puis décroît dans sa taille, à l’autre extrémité.

Cette nouvelle étude d’un groupe de 12 fosses fouillées à Warren Field, près du château de Crathes, montre qu’elles semblent concorder aux phases de la lune pour suivre les mois lunaires tout au long d’une année.

>Jusqu’à présent, les premiers appareils de mesure du temps étaient considérés comme ayant été créés en Mésopotamie il y a environ 5000 ans. Mais les experts disent que ce système de fosse pourrait précéder ces découvertes de cinq millénaires !

Ce monument Mésolithique est susceptible d’avoir été créé par les sociétés de chasseurs-cueilleurs il y a près de 10.000 ans.

Il a été fouillé entre 2004 et 2006 avant d’être récemment analysé par une équipe dirigée par l’Université de Birmingham. Les chercheurs ont découvert que le monument s’aligne également sur le lever du soleil au solstice d’hiver, ce qui, selon eux, donnerait une correction astronomique annuelle pour maintenir le lien entre le passage du temps indiqué par la lune, l’année solaire et les saisons.

calendrier lunaire 3Le projet a été dirigé par Vince Gaffney, professeur d’archéologie du paysage à l’Université de Birmingham.

Selon lui « les preuves suggèrent que les sociétés de chasseurs-cueilleurs en Ecosse avaient à la fois le besoin et les moyens de mesurer le temps à travers les années, ainsi que de corriger la dérive saisonnière de l’année lunaire et cela s’est produit près de 5000 ans avant les premiers calendriers officiels connus dans le Proche-Orient. »

Le Dr Richard Bates, de l’Université de St Andrews, a déclaré que le monument de fosses a fourni une nouvelle preuve de la sophistication des sociétés
du début du Mésolithique en Ecosse : « c’est le premier exemple d’une telle structure et il n’y a pas d’autre lieu comparable connu en Grande-Bretagne ou en Europe au cours des plusieurs milliers d’années qui ont suivi la construction du monument de Warren Fields ».

Le site a été découvert lorsque des marques inhabituelles dans les cultures ont été observées au cours d’un relevé aérien par la Commission royale sur les monuments anciens et historiques de l’Ecosse.

Selon le Dr Shannon Fraser, archéologue pour l’Est de l’Ecosse, « c’est un monument remarquable, qui est à ce jour unique en Grande Bretagne. Nos fouilles ont révélé un aperçu fascinant de la vie culturelle il y a environ 10.000 ans ; et maintenant cette dernière découverte enrichit encore notre compréhension de leur relation avec le temps et les cieux. »

calendrier lunaire 4Un système de croyance cosmologique dualiste

Dans son rôle d’un calendrier annuel (couvrant 12 mois – une pour chaque fosse), un système d’alternance des profondeurs de la fosse suggère que les mois voisins peuvent être jumelés en quelque sorte, ce qui pourrait refléter une sorte de système de croyance cosmologique dualiste – connu dans les documents ethnographiques et historiques dans de nombreuses parties du monde, mais pas encore détecté archéologiquement à l’âge de pierre.

Garder la trace du temps aurait été d’une immense utilité économique et spirituelle aux communautés de chasseurs-cueilleurs du mésolithique. Leur calendrier aurait aidés à déterminer le moment précis où les troupeaux d’animaux pouvaient s’attendre à migrer ou à la fois plus susceptibles où les saumons pourraient commencer leur voyage.

Mais les leaders des communautés de l’Age de Pierre – y compris potentiellement des Shamans – peuvent aussi avoir utilisé le calendrier pour se donner l’apparence d’être en mesure de prédire ou de contrôler les saisons ou le comportement de la lune et du soleil…

« La recherche démontre que la société de l’âge de pierre il y a 10.000 ans était beaucoup plus sophistiquée que ce que nous avions déjà soupçonné. Le site a des implications sur la façon dont nous comprenons comment la société du Mésolithique s’est développée sur le plan économique, social et cosmologique « , a déclaré le professeur Gaffney.

« Les preuves suggèrent que les sociétés des chasseurs-cueilleurs en Ecosse avaient à la fois la nécessité et la technicité de suivre le temps à travers les années, à corriger la dérive des saisons de l’année lunaire et que cela s’est produit près de 5000 ans avant les premiers calendriers officiels connus dans le Proche-Orient . Ce faisant, cela illustre une étape importante vers la construction formelle du temps et donc de l’histoire elle-même « , a-t-il dit.

Sources:

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares