Egypte Histoire - doc

Le sexe dans l’Égypte ancienne

Ce documentaire (0h48) explique que les anciens égyptiens, à l’instar de leurs nombreux dieux et leurs monuments, vivaient une sexualité particulière, dans laquelle le sacré tenait une place d’importance.

La première sexualité dans l’ancienne Égypte est d’origine divine. Si l’on se penche sur les différentes cosmogonies égyptiennes qui permirent de créer le Monde, l’on découvre que le premier acte sexuel fut divin, et qu’il donna naissance aux dieux puis aux hommes.

Les théologiens héliopolitains organisèrent le monde en annexant en un système unique les divinités voisines : Rê-Atoum avait d’abord créé à l’origine le couple théologique de Chou et de Tefnout. Ceux ci engendrèrent Geb, la terre, et Nout, le ciel. Geb et Nout à leur tour engendrèrent deux couples : Osiris et Isis, Seth et Nephthys. C’est ainsi que fut constituée la Grande Ennéade d’Héliopolis.

Nous ne connaissons pas l’origine du dieu Rê, qui est simplement le nom du soleil jusqu’à dans la langue copte. Il est déjà solidement installé à Héliopolis à l’aube de l’histoire égyptienne. Il a pour animal sacré le taureau Mnévis, son culte comporte une pierre dressé, le Benben. Le Benben figurait la colline qui avait émergée de l’océan primordial et sur laquelle le soleil s’était placé pour la première fois. Le taureau est considéré comme un animal géniteur, le Benben, pierre dressée possède un statut phallique.

Dans la mythologie égyptienne, le sexe en érection était un signe de puissance et de fortune. Selon Kent Weeks, archéologue à l’université américaine du Caire, Ramses II, l’un des plus grands pharaons de l’histoire, se vit offrir pour ses 15 ans une épouse, une douzaine de concubines et les clés de tous les harems d’Egypte. On lui attribue une centaine d’enfants.

Pour les égyptiens, une vie réussie ne se concevait pas sans mariage et nombreux enfants. La famille constituait la cellule sociale de base au sein de la société égyptienne. La sexualité était à la fois moyen de procréation et source de plaisir, et la langue égyptienne ne comporte pas moins d’une bonne vingtaine de mots pour désigner l’acte sexuel.

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires