A la Une Le TEMPS Nouveau Paradigme

Le retour vers le futur bientôt d’actualité avec le « Chronoscaphe »

Un titre pour une question qu’on se pose depuis pas mal de temps : celle du voyage dans le temps !

Si des cas troublants ont fait l’actualité, le problème n’est toujours pas résolu, et il semble bien loin de l’être…

Le 15 Novembre 2010, un superbe documentaire exceptionnel tant dans la forme que dans le contenu, intitulé «Through the Wormhole» a été diffusé sur Discovery HD Showcase . Ce programme spécial était consacré à l’un plus grands mystères de l’univers : le voyage dans le temps. L’émission présentait les dernières théories des universitaires et des chercheurs sur les trous noirs, la notion d’espace-temps et la théorie des cordes (cette dernière suscite d’énormes attentes : elle est susceptible de modifier, de révolutionner notre conception de l’Univers)

Un débat relancé ? Parmi les polémiques les plus vives, celle de la possibilité de voyager dans le temps est sans doute dans le top 3 ! L’un des arguments des opposants est connu : si le voyage temps est possible, pourquoi la machine du temps n’a pas encore été construite et/ou utilisée ?

Théoriquement, le voyage temporel est possible: les scientifiques se réfèrent à notre position (dans l’espace) comme une combinaison de nos trois dimensions et de notre position dans le temps (la fameuse quatrième dimension ) ce qui définit l’espace-temps.

Selon Stephen Hawking et ses partisans, pour voyager dans le temps,il vous suffit de trouver un « trou de ver », un trou noir super-massif , de vous équiper d’une fusée qui peut aller très, très vite. Grosso Modo, ces « Wormholes » permettent de prendre des raccourcis à travers le temps et l’espace. Ceux-ci existent tout autour de nous, mais à l’échelle quantique (on cause ici en « nanomètres »).

Proposition alternative d’Amos Ori du Technion

Le physicien Amos Ori, professeur à l’Institut de technologie d’Israël à Haïfa, propose un modèle de machine temporelle tout à fait révolutionnaire.

La théorie d’Ori ne nécessite pas de trous de ver pour passer d’un point spatio-temporel de l’univers à un autre. Au contraire, elle implique et utilise pleinement la théorie d’Einstein (relativité générale), dans laquelle le temps peut être déformé par l’attraction gravitationnelle d’objets cosmiques.

Le modèle d’Ori utilise cette dernière afin de créer une boucle temporelle. Amos Ori énonce la possibilité de former « des courbes temporelles fermées. » : Selon lui , le temps serait en mesure de se courber sur lui-même!

« La machine, c’est l’espace-temps lui-même ! », explique-t-il.

« Si nous devions créer un espace avec une chaîne de ce genre dans l’espace, cela pourrait permettre aux générations futures de revenir visiter notre temps. Nous, cependant, ne pouvons pas retourner dans le passé, car nos prédécesseurs n’ont pas créé cette infrastructure pour nous. »

Selon ces physiciens, il est possible d’entraîner l’incurvation d’un espace-temps dans une direction définie pour rendre possible un retour dans le temps dans un espace-temps parallèle.

En suivant la théorie du chercheur israélien, c’est le fait même d’en fabriquer une qui autoriserait le voyage dans le passé. « En créant aujourd’hui une machine à remonter le temps, nous rendrions possible le retour dans notre temps aux générations futures. Si nous ne pouvons malheureusement pas nous rendre dans notre passé, c’est parce que nos prédécesseurs n’ont pas créé ce type d’infrastructure pour nous ».

Le système développé par les scientifiques dépasse certaines des limites rencontrées jusqu’à présent pour élaborer ce type de machines.

Les chercheurs de Technion sont persuadés qu’il est possible de recourir à un espace vide contenant de la matière positive pour remonter dans le temps.

Mais avant de construire ce « chronoscaphe », bien des obstacles, théoriques et pratiques, restent à surmonter, à commencer par le contrôle des champs gravitationnels. D’autres scientifiques ont envisagé d’utiliser un trou noir ou un trou de vers pour voyager dans le temps.

Mais encore faudrait-il pouvoir rentrer dans le trou noir sans être écrasé, étiré et détruit car la singularité centrale est d’une densité infinie. Une solution est envisageable si les trous noirs tournent autour d’un axe central.

Ceci permet de définir un point par lequel il est possible de pénétrer dans un trou noir en toute sécurité. Comme dans l’oeil du cyclone, ce point serait dénué de toute force gravitationnelle !

Autre obstacle, et non des moindres, un trou blanc viole le second principe de la thermodynamique qui veut que dans un système fermé, l’entropie (désordre) ne peut pas décroître, autrement dit, on ne peut pas créer de la matière à partir du néant.

Le voyage dans le temps n’est donc pas pour demain mais il n’est pas définitivement à exclure.

Certains physiciens ont en effet émis l’hypothèse, parfaitement possible, en théorie, qu’il existe des « fontaines blanches », qui courberaient l’espace dans le sens inverse et qui, au lieu d’attirer la matière, la cracheraient.

Le trou noir et la fontaine blanche formeraient un trou de ver, sorte de raccourci dans l’espace temps.

Il serait alors possible, en théorie, de fabriquer un trou de ver dont le trou noir est immobile par rapport à nous et dont la fontaine blanche se déplace à des vitesses proches de celle de la lumière.

Le temps ne s’écoulera pas de la même manière aux extrémités du tunnel : il sera plus lent du coté de la fontaine blanche. Ainsi, quand deux mois se seront écoulés à l’entrée du trou noir la fontaine blanche sera en retard, dans le passé.

Il suffira alors d’emprunter le trou de ver pour remonter le temps. Au mieux, on ne pourra revenir qu’à la date de création du trou de ver. La machine à remonter le temps est donc un tunnel spatio-temporel dont l’entrée respecte l’évolution du temps, mais dont la sortie reste figée à la date de sa création.

Imaginons que l’on parvienne à créer un tel tunnel le 1er janvier 2050. Si l’on utilise ensuite ce tunnel en 2100, on doit pouvoir en ressortir le 1er janvier 2050.

Mais en admettant que toutes les immenses difficultés techniques et matérielles liées à la réalisation d’une telle machine puissent être surmontées, il reste à résoudre certains paradoxes redoutables comme celui du « voyageur imprudent ».

Que se passerait-il en effet si un voyageur temporel revenait dans le passé et tuait son grand père ? Cesserait-il d’exister ?

Continuerait-il d’exister dans une autre dimension temporelle parallèle ?

Autant de questions passionnantes qui n’ont pas fini de faire les beaux jours des films et romans de Science-Fiction.

Le simple fait que la machine à voyager dans le temps ne soit plus considérée comme une absurdité ou une totale impossibilité scientifique et soit envisagée comme une perspective certes lointaine mais faisable est tout de même fascinant et en dit long sur les extraordinaires avancées dans la connaissance des lois physiques fondamentales qui régissent notre univers.

http://www.rtflash.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares