A la Une Egypte

La véritable histoire de l’Égypte archaïque et prédynastique

PAR ROBERT TEMPLE

Dans mon livre Egyptian Dawn, je remets en question de nombreux aspects des opinions conventionnelles sur l’histoire de l’Égypte avant 2000 ans avant notre ère. Non seulement ai-je présenté beaucoup de nouvelles preuves, je montre également que certaines des anciennes preuves sont fausses.

Par exemple, il peut être démontré que les annales égyptiennes connues sous le nom de «fragments du Caire» sont le produit de faussaires d’antiquités datant de 1909/10.

Ceux-ci ont été vendus au bazar du Caire en 1910 et acceptés avec crédibilité par la plupart des égyptologues. En conséquence, de grandes parties de l’histoire reconstruite de l’Égypte archaïque sont fausses.

Mon collègue, le professeur Ioannis Liritzis, de l’Université de l’Égée à Rhodes, et moi-même avons remodelé plusieurs monuments égyptiens clés en utilisant une nouvelle technique de datation révolutionnaire. C’est ce qu’on appelle la thermoluminescence optique (différent de la thermoluminescence ordinaire utilisée pour la poterie). Il a été inventé par Ioannis qui, en tant qu’ancien physicien nucléaire, a mis au point cette nouvelle méthode pour dater directement les structures en pierre. La plupart de nos résultats montrent que les structures testées sont plus anciennes qu’elles ne devraient l’être.

Parmi les sarcophages qu’il contient, nous avons daté le célèbre puits d’Osiris, qui s’étend à plus de cent mètres de la surface du plateau de Gizeh, et nous en avons fait des découvertes surprenantes.

Nous avons re-daté les pyramides de Gizeh et prouvé qu’elles n’auraient pas pu être construites par Cheops, Chephren et Mycerinus.

UNE CHUTE DE 75 PIEDS DANS LA PARTIE CENTRALE DU PUITS D’OSIRIS À GIZA. PHOTO FOURNIE PAR ROBERT TEMPLE.

Je décris les détails supprimés de la pyramide royale du roi Enezib, cinquième roi de la première dynastie, à Saqqarah, qui mesurait 75 pieds de long et 43 pieds de haut, mais qui n’est jamais mentionnée dans les histoires de l’évolution des pyramides, car elle est «trop gênante».

Je montre le lien surprenant qui existe entre cette pyramide et la pyramide à degrés du dernier roi Zoser, construite par Imhotep.

Je traduis pour la première fois les noms de sept rois prédynastiques de la Basse-Égypte (du Nord) inscrits sur la pierre de Palerme, une ancienne annale.

Je pense avoir découvert les emplacements précis de pas moins de sept tombes royales intactes à Gizeh, et je publie les photos et les plans. Celles-ci incluent les tombes de Chéops, de Chephren et de Mycerinus, qui n’ont jamais été visitées depuis l’inhumation de ces pharaons.

Ces pharaons n’ont jamais été enterrés dans des pyramides, contrairement à ce qu’ils imaginaient naïvement aujourd’hui, mais à l’intérieur du Plateau, comme l’avait insisté Hérodote dès le Ve siècle avant notre ère, bien que tout le monde ignore ses déclarations explicites à cause de son «aveuglement par consensus». Je crois que la tombe de Sneferu est aussi l’une d’entre elles.

Quant aux trois autres, je ne sais pas à qui ils appartiennent. L’une est probablement une gigantesque salle de Sokar (appelée plus tard Sokar-Osiris, Ptah-Sokar-Osiris ou simplement Osiris). C’est peut-être ce que les enthousiastes ont tendance à appeler «la salle des archives».

Une « Tombe d’Osiris » beaucoup plus grande est probablement là-bas que la minuscule au fond de la tige d’Osiris. Il contiendrait un autre canal souterrain entourant une île avec un sarcophage, mais à une très grande échelle. J’ai découvert des preuves liant King Send (Sened), cinquième roi de la deuxième dynastie, à Giza. Il est possible qu’il soit enterré là-bas. Seules l’excavation et l’ouverture de ces capsules temporelles scellées répondront à nos questions.

J’ai pu prouver que de vastes cavernes souterraines avaient été creusées dans le plateau calcaire de Gizeh et que d’énormes complexes de chambres souterraines existaient sous le plateau de Gizeh, comme beaucoup de gens le soupçonnaient depuis longtemps.

Je suppose que ces lieux doivent contenir des textes ainsi que les trésors habituels, or, etc. Franchement, je suis plus intéressé par les textes que par l’or. Toute personne sensée serait.

J’ai déjà suggéré dans mon précédent ouvrage The Sphinx Mystery (2009) que le plateau de Gizeh était un complexe de conception unifiée et que les trois pyramides principales et le Sphinx étaient construits comme un seul concept. Je produis beaucoup plus de preuves de cela dans ce nouveau livre.

J’ai maintenant pu reconstituer les deux (3) plans restants superposés de Gizeh, qui expliquent l’essentiel de Gizeh. Ils consistent en deux carrés distincts mais se chevauchant. J’appelle l’un le « Shadow Square » et l’autre le « Perfect Square ». Ce ne sont que des noms que je leur ai donnés pour des raisons de commodité, mais je les crois appropriés.

Les aspects fondamentaux qui ont échappé à tout le monde en essayant de reconstituer les plans de conception dissimulés de Gizeh sont les suivants: découvrir plus d’un, une sorte de «triple verrouillage», et (2) la «clé» pour percer les secrets de deux des plans est l’ombre portée à midi sur le solstice d’hiver par la Grande Pyramide. (D’où le nom ‘Shadow Square’.)

Si vous ne tenez pas compte de cette ombre, vous ne pourrez pas trouver les véritables limites septentrionales des plans de Gizeh. (L’un d’eux a une pointe d’ombre qui définit cette distance et l’autre en est un dérivé secondaire.) Dans mon étude de la géométrie de Gizeh, j’ai atteint une précision de moins de deux pieds sur une superficie d’environ 11 millions de pieds carrés .

Le «carré parfait» de Gizeh donne un design Eye of Ra (oeil de Ra) qui regarde le zénith du ciel. Je reproduis ceci ici (voir illustration, courtoisie de Robert Temple, page 41). Ce n’est que si ce carré particulier est utilisé que l’on peut placer une boussole aux coins NE et SO des arcs de balancement carrés qui forment la vesica piscis (qui constitue le hiéroglyphe égyptien de la lettre « r », écrivant ainsi « Ra » ou « Re » , et qui signifie également «fraction» dans les mathématiques égyptiennes) qui coupe des points clés sur les monuments de Gizeh.

Lorsque le cercle correct est dessiné à l’intérieur de celui-ci en utilisant le centre de la place comme origine, pour former l’iris de l’œil, un œil de Ra intersectant six points clés se forme, fixant le ciel.

Cet Œil de Ra est présent dans toute l’histoire de l’art égyptien depuis des milliers d’années.

Mais sa plus grande et la plus belle expression était l’Œil invisible de Ra formé sur le plateau de Gizeh à la suite du plan de Gizeh, qui donnait lieu à la taille et à la position précises des trois pyramides principales. L’oeil, vu dans l’illustration, coupe le sommet, le coin sud-est et le point central de la base de la face sud de la grande pyramide, le point médian du Sphinx et les points médians des bases des faces nord et ouest de la pyramide. de Chephren.

« L’OEIL DE RA » À GIZEH. CELA NE PEUT ÊTRE INSCRIT DE MANIÈRE SIGNIFICATIVE QUE DANS LA PLACE PARFAITE (OÙ ELLE INTERSECTE DE NOMBREUX POINTS CLÉS DES MONUMENTS), PAS DANS LA PLACE DE L’OMBRE (OÙ ELLE N’EN COUPE AUCUN). SI VOUS PLACEZ UN POINT BOUSSOLE SUR B ET ÉCRIVEZ UN ARC ENTRE A ET D, PUIS UN POINT COMPAS SUR C ET ÉCRIVEZ UN ARC OPPOSÉ ENTRE A ET D, VOUS OBTENEZ LA FORME DE L’ŒIL. EN GÉOMÉTRIE, CELA S’APPELLE UNE VESICA PISCIS ET EST GÉNÉRALEMENT DÉRIVÉ DE L’INTERSECTION DE DEUX CERCLES DE TAILLE ÉGALE. C’EST LE HIÉROGLYPHE ÉGYPTIEN POUR LA LETTRE «R» ET DANS LES MATHÉMATIQUES ÉGYPTIENNES C’EST AUSSI LE SIGNE SIGNIFIANT «FRACTION». PUISQUE LES ÉGYPTIENS N’ONT PAS ÉCRIT DE VOYELLES, CELA SIGNIFIE ÉGALEMENT «RE» OU «RA», QUI EST LE NOM DU DIEU SOLEIL. CE HIÉROGLYPHE INSCRIT COUPE (1) LE SOMMET DE LA GRANDE PYRAMIDE, (2) LE COIN SUD-EST DE LA GRANDE PYRAMIDE, (3) LE MILIEU DE LA TAILLE DU SPHINX, (4) LE MILIEU DE LA BASE DE LA FACE OUEST DE LA PYRAMIDE DE CHEPHREN. SI VOUS PRENEZ UN POINT CARDINAL ET LE PLACEZ AU CENTRE DU CARRÉ PARFAIT, DU POINT O ET QUE VOUS TRACEZ UN CERCLE DE RAYON OP, IL COUPE LE POINT P (LE MILIEU DE LA BASE DE LA FACE SUD DE LA GRANDE PYRAMIDE) ET LE POINT MÉDIAN DE LA BASE DE LA FACE NORD DE LA PYRAMIDE DE CHEPHREN. L’ŒIL DE RA CROISE AINSI SIX POINTS CLÉS DES MONUMENTS DE LA PLACE PARFAITE DE GIZEH. COMME IL S’AGIT DE COURBES INSCRITES SUR LA SURFACE EN PENTE DU PLATEAU PLUTÔT QUE DE LIGNES DROITES, COMME ON PEUT LE CONSTATER AVEC TOUTES LES AUTRES CORRÉLATIONS DE POINTS DE REPÈRE, LA PRÉCISION EST LÉGÈREMENT PLUS FLOUE QU’ELLE NE L’EST AVEC LES LIGNES DROITES, ET PEUT ÊTRE À QUELQUES PIEDS DE QUELQUES UNS. POINTS PLUTÔT QUE DANS UN OU DEUX PIEDS. CEPENDANT, COMME LA PLACE PARFAITE CONTIENT PRÈS DE 11 MILLIONS DE PIEDS CARRÉS, UN TEL NIVEAU DE PRÉCISION LÉGÈREMENT DIMINUÉ EST TOUJOURS RIGOUREUX ET ACCEPTABLE. CET ŒIL DE RA REGARDE LE CIEL, LE POINT CENTRAL QUE NOUS APPELONS LE ZÉNITH. C’EST UN SYMBOLE APPROPRIÉ DE LA NATURE SOLAIRE DE L’ENSEMBLE DU COMPLEXE DE GIZEH. (SOURCE: HTTP://WWW.EGYPTIANDAWN.COM/CHAPTER1.HTML)

On pourrait se demander pourquoi les anciens Égyptiens devraient se donner tant de peine pour concevoir un oeil de ra que personne ne pourrait jamais voir et qui est invisible, et même s’il ne l’était pas, il ne pourrait être vu que du haut du ciel, car il n’existe que sur un plan géométrique ou dans l’esprit, et rien ne peut être vu sur le sol.

La réponse à cette question se trouve peut-être dans un texte étrange survivant parmi la collection d’anciens textes de sagesse connus sous le nom d’ Hermetica., Tractate Five. (Ces textes sont de dates diverses, ayant été écrits sous leur forme actuelle en grec sous le règne des Ptolémées ou des Romains, et donc probablement aussi tard que le 2e siècle de notre ère.)

Nombre d’entre eux ont été retravaillés sous la forme d’œuvres philosophiques grecques mélangées à matériel égyptien ancien dans un méli-mélo complet. Personne n’a jamais été en mesure de dresser une liste définitive des documents égyptiens et des documents grecs, car ils sont tous mélangés, bien que certains traités comme celui-ci semblent relativement non dilués.

Dans ce texte, le dieu égyptien de la sagesse et de l’écriture, Thoth (sous le nom de son nom grec Hermès) s’adresse à son disciple appelé Tat:

Vous devez comprendre comment quelque chose qui semble invisible à la multitude deviendra entièrement visible pour vous. En fait, si ce n’était pas invisible, ça ne le serait pas toujours. Tout ce qui a été vu a été engendré parce qu’il a été vu à un moment donné. Mais l’invisible l’est toujours et, comme il l’a toujours été, il n’a pas besoin d’être vu. … Clairement, celui qui est seul non-légué est également inimaginable et invisible… la compréhension… est invisible, voit l’invisible, et si vous avez la force, Tat, l’œil de votre esprit le verra. … Pouvez-vous avoir une vision de l’image de Dieu?… Si vous voulez voir Dieu, considérez le soleil. … Voudrais-tu que tu puisses pousser des ailes et voler dans les airs, entre le ciel et la terre, pour voir la terre ferme… Oh, c’est un spectacle très heureux à voir, mon enfant… C’est l’ordre du cosmos, et ceci est le cosmos de l’ordre.

La réponse est que les anciens prêtres égyptiens croyaient que la véritable image du divin ne pouvait être qu’invisible.

C’est la vérité la plus profonde des mystères sacrés égyptiens, ironique dans une civilisation que l’on croyait généralement vénérer des idoles.

En fait, l’Égyptien n’a pas «adoré les idoles» dans le sens où nous pensons à ces mots. Il n’y avait pas de mot en ancien égyptien qui signifie «croyance», tout comme il n’y avait pas de mot qui signifie «religion». Ils ont communié avec l’ordre cosmique, et tous les dieux et déesses étaient des images et des facettes personnifiées de celui-ci.

Tout comme vos parents ou votre épouse peuvent conserver un album ou un cahier de photos de vous, toutes différentes, certaines souriantes, certaines souriantes, certaines habillées en père Noël, de même les Égyptiens avaient leur galerie de portraits de l’Être suprême ressemblant autrement personnifications des aspects infinis de lui-même, disposés comme des statues et des sculptures en relief et des peintures dans tous les temples à travers le pays.

À un moment donné, Dieu était Osiris, à un autre moment, Dieu était Isis et, à un autre moment, Amon, ce qui signifie de manière significative «Celui qui est caché», qui ne peut être vu et qui est invisible.

Je crois que le concept sacré que l’invisible est plus important que le visible existait depuis les temps prédynastiques en Egypte et explique la pensée derrière tous les sarcophages, tombeaux, pyramides et chambres secrètes vides.

Ce que je viens de dire à propos des modèles invisibles n’apparaît pas dans mon livre, c’est une extension de ce que ce livre contient.

Parmi les nombreux autres «invisibles» et choses cachées que je révèle, se trouve un réseau élaboré de passages secrets, de puits et de chambres qui criblent les murs du temple de la vallée de Gizeh comme un nid d’abeilles. Le livre et son site Web www.egyptiandawn.com contiennent un très grand nombre de photos de ces caractéristiques jusque-là inconnues du seul temple intact préservé de l’ancien royaume d’Égypte.

J’ai également traduit en allemand le seul rapport de fouille de cette structure, publié en 1912, qui ne mentionne absolument pas ces passages et ces salles. Cette traduction peut être téléchargée à partir du site Web du livre.

Oh oui, et j’ai presque oublié de mentionner que le dernier chapitre du livre contient une solution à l’énigme de l’Atlantide. Quoi et où était-elle? Avait-elle un lien avec l’Egypte ancienne?

Tout cela est répondu. Je publie également des photos et une description du plus grand anneau mégalithique au monde, dont peu de gens avaient connaissance à ce jour.

Illustrations courtoisie de l’auteur.

Egyptian Dawn de Robert Temple est disponible dans toutes les bonnes librairies.

Voir également, sous-titré en français 

https://www.newdawnmagazine.com/articles/the-true-story-of-archaic-predynastic-egypt

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires