A la Une Anciens Aliens Nephilims SUMER

La nouvelle conscience de l’Univers (3ème partie) La Fraternité du Serpent

Lire la 1ère partie 2ème partie

La Fraternité du Serpent, des origines à aujourd’hui…

Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des évènements. Honoré de Balzac

Nos origines :

Il y a plus de 6000 ans, la première grande civilisation humaine dont nous avons des preuves, fut fondée entre l’Euphrate et le Tigre, par les Sumériens.

Après la traduction des Tablettes sumériennes, plusieurs historiens ont établis une genèse de l’homo sapiens en accord avec celle des Tibétains (si on en croit le lama Lobsang Rampa), des Hawaiiens, des aborigènes d’Australie, des Indiens d’Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), des Mayas (d’après le prêtre de la confrérie blanche des Mayas, Miquel Angel).

Les Nephilims des mythes sumériens, « ceux qui descendaient du ciel sur la Terre », étaient des extra-terrestres venant d’une planète encore inconnue de notre système solaire qui fait le tour du soleil en 3.600 ans, la planète Nibiru.

Cette planète fut décelée en 1983 par le satellite astronomique à infrarouge (IRAS), et c’est en 1987 que son existence fut reconnue officiellement comme probable par la NASA sous le nom de « Planète X« .

Les habitants de cette planète, appelée aussi Marduck, atterrirent sur notre Terre pour la première fois il y a environ 450.000 ans pour sauver leur planète. Ils firent venir des Annunakis et se mirent à leur faire extraire l’or et d’autres matières premières dont ils avaient besoin. Et puis à une certaine époque, les Annunakis se révoltèrent, refusant de travailler dans des conditions pitoyables…

Ils avaient besoin d’aide, car si les Annunakis ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières, qui le ferait ?

Nous savons au travers des tablettes que c’est EA et sa soeur qui créèrent l’homo sapiens il y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations génétiques sur des femelles d’hominiens..

Certains pseudos historien (qui n’ont aucunes formations en histoire comme Sitchin) vous disent que ce serait la Mésopotamie qui fut leur première colonie… Mais aujourd’hui au travers des découvertes, nous savons que ce serait certainement en Afrique du Sud ou le seul singe qui pourrait avoir le plus proche ADN des Humains existait.

Cette théorie qui peut faire sourire en premier lieu, prend une dimension différente quand on ne s’intéresse pas qu’aux travaux de Darwin sur l’évolution… Mais déjà quand nous intéressons à ce manipulateur, nous observons plusieurs choses :

Darwin n’avait aucuns diplômes de médecine… De plus sa théorie n’était pas destinée aux humains mais aux plantes!

Théorie qui n’est absolument pas fondée sur le genre Humain mais qui à été reprise par un groupe d’homme qui étaient tous membres d’une société plus que macabre : la société d’Eugénisme Américaine ! Oui vous l’aurez compris, les théories de Darwin ne sont que des affabulations et manipulations de personnes prônant l’Eugénisme !

Revenons à notre sujet du jour ; Alfred Wallace, déclarait que « quelque puissance intelligente avait guidé ou déterminé le développement de l’Homme ».

En 1973, le Prix Nobel Francis Crick qui avait codécouvert la structure de l’ADN, émettait l’hypothèse que « la vie sur la terre émanait peut-être d’organismes venant d’une planète lointaine ».

Les anthropologues n’arrivent toujours pas, de nos jours, à faire le lien entre nous et nos plus proches parents, les simiens. Il y a environ 300.000 ans, après un demi-million d’années d’évolutions minimes, l’homo erectus se transforma alors soudainement en homo sapiens, qui se caractérise par une augmentation de 50 % de la capacité de la boîte crânienne. Le fait que nous nous soyons mis debout, libérant du même coup nos deux bras qui nous servirent à manipuler des outils, est avancé par certain pour expliquer cette accélération de l’évolution.

De plus nous sommes pourvus d’un organe qui consomme près de 40 % de notre énergie et dont nous n’exploitons qu’une faible partie des possibilités : le cerveau.

Cet état de fait va à l’encontre des théories de l’évolution qui veut que les gènes favorisés par la sélection naturelle sont ceux qui sont nécessaires à la survie.

Cette dernière aurait même pu être menacée quand on sait que la taille de la boîte crânienne s’est dilatée jusqu’à la taille maximale du vagin, présentant un risque obstétrique majeur pour la mère et l’enfant.

Sans oublier que notre organisme est Herbivore / Frugivore…

Des maîtres et des esclaves :

Les régnants des civilisations extra-terrestres de l’époque devaient faire face à d’innombrables rivalités, dues, entre autres choses, à la conduite à mené face à leur création.

Les hommes (Lulu de leur vrais nom d’origine) qui n’étaient rien d’autre que des esclaves stériles pour la majorité de leurs « maîtres », furent soumis à la famine, aux maladies, à des guerres biologiques.

Les textes de Mésopotamie nous informent que, tous ces moyens s’étant révélés inefficaces pour faire régresser de façon remarquable la population humaine, certains Nephilims dont ANU décidèrent d’exterminer les hommes en provoquant un grand déluge.

Sur les deux hémisphères de notre planète se développa un groupe de savants qui s’était donné pour but de répandre des connaissances spirituelles et d’atteindre la liberté au niveau spirituel.

Cette fraternité qui avait une grande influence dans les premières civilisations avait pour symbole le serpent.

Cette » Fraternité du Serpent » combattait l’esclavage et essayait de libérer l’humanité de la servitude des Nephilims.

Les tablettes Mésopotamiennes indiquent que EA, Prince extra-terrestre de la terre, créateur de l’homo sapiens, se rebella, n’acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes, et fonda cette « Fraternité du Serpent « . Mais la Fraternité fut vaincue par d’autres groupes des extra-terrestres régnants, EA fut banni sur Terre et calomnié par ses adversaires. De » Prince de la Terre « , il passa » Prince des ténèbres « .

On enseigna aux hommes que tout le mal de la Terre était de sa faute et qu’il voulait que les hommes deviennent des esclaves. On exhorta les hommes à le démasquer chaque fois qu’il se réincarnerait et à l’anéantir avec ses créatures s’ils les rencontraient.

L’histoire montre que la » Fraternité du Serpent » – malgré l’effort jusqu’à nos jours de beaucoup d’hommes dévoués et loyaux voulant instituer une véritable réforme spirituelle à l’aide de la fraternité à continué à être persécutée et ce aux travers les siècles…

Un exemple parmi tant d’autre : le Groupe de la Fraternité fondé par Galilée « Les Illuminati » ont TOUS été tués les uns après les autres par un Vatican ne désirant surtout pas que les vérités soit révélées…

Après ces quelques lignes on comprend mieux que le Vatican empêche la publication des inscriptions des dalles de pierre de l’Ile de Pâques relatant la genèse de l’homme, ou des rouleaux de papyrus de Qurâm (de la mer morte).

On comprend mieux que le black-out soit fait sur les apparitions d’OVNI, on ne s’étonne plus de la multitude de confréries et de sociétés secrètes qu’il peut exister de nos jours, mais qui ne sont que poudre aux yeux, qui ne servent qu’à égarer les curieux qui, trop occupés à percer les pseudo secrets de ces confréries de paille, ne s’intéressent pas à l’essentiel, dont seules les plus hautes sphères sont tenues au courant ou encore les membres de la Fraternité qui eux sont dans l’obligation de vivre dans le plus grand des secrets sous peine d’être assassiné…

Assassiné par qui?

Quand EA a perdu la bataille, ce que ne vous dit pas le manipulateur de Sitchin dans ses livres (vous allez comprendre pourquoi par la suite), c’est qu’en fait ANU ayant perdu les batailles précédentes avait du faire appel à des Mercenaires venu de l’Espace : des Reptiliens… avec qui il a fait un pacte… (nous y reviendrons aussi).

Des Reptiliens qui ont du mal à combattre les Humains comme nous le racontent certains textes anciens retrouvés dans divers endroits de la Terre :

Les tablettes racontes que les reptiliens n’ayant pas réussis à combattre les humains dans un premier temps ont kidnappés des femmes humaines et ont fait des expériences pour arriver à créer des reptiliens à l’apparence humaine et ainsi se confondre avec eux et pouvoir les dominer de l’intérieur…

Un plan qui prendrait de nombreuses années, mais 3,6 milles ans, c’est quoi dans l’échelle du temps ?

Les Nephilims ont pillé les ressources de la Terre pendant 300 000 ans ! Vous l’aurez compris, 3,6 milles ans, c’est de la broutille !!!

Donc, ces reptiliens sont apparu du jour au lendemain, et avaient comme maitre absolu : ANU, le grand maitre des Nephilims, père d’EA, créateur des Humains… http://mutien.com

LA CONFRERIE DU SERPENT…

serpent

Un résumé de l’histoire

Les tablettes Mésopotamiennes indiquent que  » EA  » Enki , Prince extra-terrestre de la terre, créateur de l’homo sapiens, se rebella, n’acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes, et fonda la  » Confrérie du Serpent « .

Zecharia Sitchin, auteur de  » Am Anfang war der Fortschritt  » ( Au début était le progrès ) et de  » Der zwölfte Planet  » ( La douzième planète ), maîtrise, entre autres, l’araméen, la langue de Jésus et de ses disciples et compte parmi les 200 savants du monde capables de lire l’écriture des anciens SUMERIENS.

Il constata que dans la Bible écrite en hébreu, chaque mot a une signification tout à fait exacte et que nos Bibles en différentes langues ne sont que des interprétations de l’original, puis se mit à s’intéresser à l’archéologie, aux langues et à l’histoire de l’Orient ancien.

Z. Sitchin commença à étudier les anciennes mythologies, les légendes des Grecs, des Hittites, des anciens Cananéens et Babyloniens et tomba sur les textes sumériens, notés sur des tablettes d’argile. Il les traduisit et en conclut une genèse sur l’HOMO SAPIENS qui est en contradiction complète avec les conceptions des grandes religions du monde.

Elle est, pourtant, scientifiquement la plus compréhensible et la plus logique, de plus, elle est en parallèle avec celle des Tibétains, des Hawaiiens, des aborigènes d’Australie, des Indiens d’Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), des Mayas ( d’après le prétre de la confrérie blanche des Mayas, Miquel Angel ) et aussi avec les dalles de pierre de l’île de Pâques dont le Vatican garde sous clé les restes de celles qui n’ont pas été détruites.

D’après la thèse de Sitchin, les  » ANNUNAKIENS  » des mythes sumériens,  » ceux qui descendaient du ciel sur la Terre « , étaient des extra-terrestres venant d’une planète encore inconnue de notre système solaire qui fait le tour du Soleil en 3600 ans. (c’est bien entendu la planète Nibiru).

Ces Annunakiens atterrirent pour la première fois sur notre Terre il y a environ 450.000 ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire de l’or et d’autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l’ HOMO SAPIENS il y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations génétiques sur des femelles d’hominiens.

Ils avaient besoin d’aide, car ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La Mésopotamie fut leur première colonie. Bien que certains spécialistes soient sceptiques face à ces Dieux astronautes, le monde scientifique doit de plus en plus reconnaître que ses conclusions sont justes. Surtout depuis que les sondes spatiales américaines  » Voyager  » ont photographié Uranus et Neptune et prouvé que la descrïption des Sumériens d’après laquelle les deux planètes étaient jumelles avec une végétation marécageuse bleu/ vert était exacte.

Uranus et Neptune ne furent, pourtant, découvertes officiellement que récemment.

William Bramley écrit dans  » Die Götter von Eden «  sur les Sumériens :

 » Sur les tablettes mésopotamiennes, la création de l’HOMO SAPIENS est attribué surtout à un  » Dieu « . Le nom de ce  » Dieu  » est EA. Il aurait été le fils d’un roi de ces extra-terrestres qui, dit-on, régnait sur une autre planète appartenant au vaste royaume de cette race extra-terrestre.

Le prince EA était connu sous le titre  » ENKI  » ( le seigneur ou le prince) de la Terre. D’après les textes des Sumériens, le titre d’EA n’était pas tout à fait approprié. Il aurait perdu au profit de son demi-frère  » ENLIL  » d’immenses territoires de la Terre sur lesquels il régnait, suite à une des innombrables rivalités et intrigues qui préoccupaient apparemment les régnants de cette civilisations extra-terrestres. « 

On attribue à EA PRINCE DE LA TERRE non seulement la  » création de l’homme  » mais aussi beaucoup d’autres réalisations.

Il aurait asséché les marais du golfe Persique pour les remplacer par des terres fertiles, il aurait construit des digues et des bateaux et aurait été un bon scientifique. Par sa création de l’homo sapiens, il donna la preuve qu’il s’y entendait dans la technique génétique, mais, si on en croit les tablettes en argile, cela nécessita beaucoup d’expérimentations.

Et, ce qui est important, c’est qu’il aurait été bienveillant avec sa création, l’homo sapiens.

D’après les textes de Mésopotamie, EA prit parti pour le nouveau genre humain au conseil des extra-terrestres. Il s’éleva contre beaucoup de cruautés que d’autres extra-terrestres, et parmi eux son frère Enlil, infligèrent aux hommes.

Il ressort des tablettes sumériennes qu’il ne voulait pas faire de l’homme un esclave mais qu’il fut mis en minorité par les autres. Les hommes qui n’étaient pour eux rien d’autre que des bêtes de somme furent traités cruellement par leur maîtres. On parle dans les tablettes de famines, maladies et de ce que nous appelons aujourd’hui, la conduite de guerre biologique.

Mais comme ce génocide ne faisait pas assez régresser la population humaine, les extra-terrestres décidèrent d’exterminer les hommes en provoquant un grand déluge.

Beaucoup d’archéologues confirment aujourd’hui qu’il y a eu au Proche-Orient un déluge qui remonte à des millénaires qu’on retrouve non seulement dans les tablettes sumériennes mais aussi dans l’épopée de Gilgamesh et dans l’Ancien Testament.

D’après les textes sumériens, EA raconta à un Mésopotamien du nom d’Utnapischtim le plan des autres extra-terrestres et il lui apprit à construire un bateau pour qu’il prenne la mer avec sa famille, quelques artisans, un peu d’or, du bétail et des animaux sauvages. L’histoire de Noé vient, comme beaucoup d’autres histoires de l’Ancien Testament, des écrits plus anciens de la Mésopotamie. Les Hébreux ne changèrent que les noms et instituèrent un seul Dieu dans la religion juive alors qu’il y avait de nombreux dieux dans les écrits originels.

Parmi tous les animaux vénérés par les hommes de la préhistoire, aucun ne l’était de façon aussi marquante et signifiative que le serpent et cela parce que le serpent était le symbole d’un groupe qui avait acquis une grande influence dans les premières civilisations sur les deux hémisphères de notre planète.

Il s’agissait d’une confrérie savante qui s’était donné pour but de répandre des connaissances spirituelles et d’atteindre la liberté au niveau spirituel, c’était la  » CONFRERIE DU SERPENT « .

Elle combattait l’esclavage d’êtres spirituels et essayait de libérer l’humanité, de la servitude des extra-terrestres (le mot originel de la Bible pour serpent, nahash, tire son origine de NHSH, ce qui signifie  » déchiffrer, trouver « ).

Le prince rebelle EA fut le fondateur de cette  » Confrérie du Serpent « . Dans les anciennes tablettes mésopotamiennes, on lit qu’Ea et son père Anu possédaient une grande compréhension éthique et spirituelle. Ce fut précisément ce savoir qui aurait été symbolisé, plus tard, dans l’histoire biblique d’Adam et Eve.

Le symbole biblique de l’arbre remonterait à des oeuvres mésopotamiennes antérieures à la Bible, comme, par exemple, celle où on montre un serpent qui s’enroule autour d’un tronc d’arbre (notre symbole actuel du caducée) et qui correspondrait aux représentations ultérieures du serpent au jardin d’Eden.

Dans la représentation mésopotamienne, deux fruits sont accrochés à l’arbre. A droite de l’arbre se trouve le symbole d’Ea, la demi-lune (le savoir) et à gauche, on voit une planète, symbole d’Anu (la vie). EA aurait envoyé un homme vers cet arbre Pour qu’il accède à la connaissance. C’est la raison pour laquelle Ea est présenté comme le soi-disant coupable qui a essayé de montrer au premier homme le chemin de la liberté spirituelle.

Ea se serait révolté non pas contre Dieu (ainsi qu’il est écrit dans la Bible) mais contre les actes cruels des soi-disant dieux. Malgré leurs intentions visiblement louables, EA, le légendaire, et la confrerie du serpent dans ses débuts ne réussirent pas à libérer les hommes.

Il est dit dans des anciens textes mésopotamiens, egyptiens et bibliques que le serpent ( la Confrérie du Serpent ) aurait été vaincu bientôt par d’autres groupes des extra-terrestres régnants.

Ea fut banni sur Terre et calomnié par ses adversaires qui voulaient s’assurer qu’il ne retrouverait plus jamais d’adeptes parmi les hommes. De  » prince de la Terre  » il passa  » prince des ténèbres  » et fut affublé aussi de surnoms horribles tels que prince de l’enfer, incarnation du mal, diable.

On le présentait comme le pire ennemi du plus grand être et comme le gardien de l’enfer. On enseigna aux hommes que tout le mal de la Terre était de sa faute et qu’il voulait que les hommes deviennent des esclaves. On exhorta les hommes à le démasquer chaque fois qu’il se réincarnerait et à l’anéantir avec ses créatures s’ils les rencontraient.

L’histoire montre que la  » Confrérie du Serpent «  malgré les efforts jusqu’à nos jours de beaucoup d’hommes dévoués et loyaux voulant instituer une véritable réforme spirituelle à l’aide de la fraternité devint avec ses nouveaux maîtres, les Illuminati une arme redoutable d’oppression spirituelle et de trahison spirituelle.

Les tablettes sumériennes témoignent de l’existence, et de l’action sans aucun doute réelle de la  » Confrérie du Serpent «  et soutiennent donc la thèse d’une conjuration qui aurait débuté longtemps avant que n’existent les Juifs et les francs-maçons à qui on fait, aujourd’hui, volontiers porter la faute.

Il est alors facile de comprendre pourquoi le Vatican empêche par tous les moyens non seulement la publication des inscrïptions des dalles de pierre de l’île de Pâques qui relatent la genèse de l’homme, ou celle des rouleaux de papyrus de Qumran ( de la mer Morte ). Ces dalles et ces manuscrits de la mer Morte apporteraient la preuve que la Bible actuelle a été falsifiée dans des points essentiels pour satisfaire les intérêts égoïstes de quelques puissants personnages…

Bien sur il existe, et il existera toujours quelques prétendus pseudo scientifiques, qui veulent remettrent en cause les interprétations de Mr Z Sitchin, mais ils n’ont aucune valeur, car eux même ne connaissent pas la langue de Sumer, ils pratiquent la raillerie, ou nous sortent du chapeau de sois disant contradicteur, dont les éléments contradictoires ne tiennent hélas absolument pas la route. http://homme-et-espace.over-blog.com/

Hermès et la Fraternité du Serpent

Des hermétistes se réfèrent à un Hermès Trimégiste égyptien, un Thôth-Hermès (« trois fois grand » = trimégiste) qui passait pour avoir été le vizir du roi Osiris et pour avoir composé les hiéroglyphes et la « Table d’émeraude » ou les « Sept principes de Thôth-Hermès ».

Selon une légende populaire égyptienne, «la possession de l’ouvrage conférait la toute puissance sur la nature universelle, tout en portant malheur au détenteur ». Jacques Bergier crut même à l’existence d’une conspiration du silence, s’acharnant au cours des millénaires à la destruction des exemplaires du « Livre de Thôth » (Jean Louis Bernard).

Hermès Trimégiste, un personnage avide de pouvoir

Laura Knight-Jadczyk est une enquêtrice un peu spéciale. Elle conduit ses investigations dans le monde du mystère, des traditions secrètes et des conspirations à l’aide d’un Ouija (ou planchette spirite) qui lui permet de recevoir les messages d’entités nommées Cassiopéens.

Un message des Cassiopéens présente Hermès Trimégiste comme un personnage avide de pouvoir, un agent de la Fraternité du Serpent et un traître à la cour d’un Pharaon qui régna il y a plus de 5 200 ans.

Le 33 des francs-maçons et le 11 de la Fraternité du Serpent

« Si cette date de formation de la société connue par la suite comme les francs-maçons (5 633 avant l’ère chrétienne) est correcte, cela signifie qu’elle existait environ 2 400 ans avant la rébellion d’Hermès qui a eu lieu il y a 5 211 ans. Les Cassiopéens ont dit que Hermès était un « traître à la Cour du Pharaon Rana » qui était le chef égyptien d’une alliance spirituelle de tous les peuples de la région actuellement désignée comme « Moyen-Orient ».

Ce qui nous paraît le plus intéressant, ici, c’est que ce sont les dates qui nous fournissent des indices – le 33 représente les Osiriens (la société des francs-maçons originelle), le 11 représente Hermès et la Fraternité du Serpent.

Nous remarquons également que l’histoire de la lutte de Jacob avec l’ange se trouve au chapitre 33 de la Genèse, et que le verset qui nous dit que Jacob a transmis quelque chose à Essaü est le 11e.

Laura Knight-Jadczyk , inspirée par les Cassiopéens, affirme que les désobligeants « Lézards » sont à l’origine de la Fraternité du Serpent.

Quoi qu’il en soit, pervers ou pas, l’enseignement attribué à Hermès se résume à sept principes transmis de toute antiquité d’une école ésotérique à la suivante. « Ils n’ont été publiés qu’à la fin de la guerre de 1914 par trois initiés anonymes, sous le titre de « Kybalion » – terme à rapprocher de Kabbale. » (Jean Louis Bernard)

Les sept principes de Thôth-Hermès

1) Principe du mentalisme : « Le Tout est esprit ; l’Univers est mental ». L’Esprit ( = Dieu) est au-delà du mental, donc ; et le mental universel, arcane du cosmos, n’est que sa manifestation première.

2) Principe de correspondance : « Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut. » La loi d’analogie, clef de la magie, découle de ce principe, de même que l’analogie entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, entre le cosmos et la cellule. Autre analogie : le mysticisme (force d’en haut) correspond à l’érotisme, au point que ces deux forces sont les pôles d’une seule réalité.

3) Principe de vibration : « Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre. »

4) Principe de polarité : « Tout est double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même signification ; les pôles opposés ont une nature identique, mais des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes les vérités ne sont que des demi-vérités ; tous les paradoxes peuvent être conciliés. » Ce principe annule le fanatisme.

5) Principe de rythme : « Tout s’écoule, au-dedans et au-dehors ; toute chose a sa durée ; tout évolue, puis dégénère ; le balancement du pendule se manifeste dans tout ; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le rythme est constant. »

6) Le principe de cause et d’effet : « Toute Cause a son Effet ; tout Effet a sa Cause ; tout arrive conformément à la Loi ; la Chance n’est qu’un nom donné à la Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la Loi. »

7) Le principe de genre : « Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes masculin et féminin ; le Genre se manifeste sur tous les plans. »

Le Kybalion est basé sur les enseignements d’Hermès Trismégiste. Sa connaissance embrasse les rapports de l’Homme avec la nature. Sa pratique rendait l’Initié « Roi de l’Univers Matériel » d’où son nom d’Art Royal. Les 7 principes hermétiques, les lois de la vie, l’univers mental, le divin paradoxe, le Tout, les plans de correspondance, la vibration, la polarité, etc. y sont expliqués. https://bouddhanar.blogspot.co.il/

La Fraternité du Serpent aujourd’hui

Le texte qui suit est un manifeste naasène moderne dans lequel nous pouvons lire les fondements de la vision du monde et du champ initiatique qu’ils développent aujourd’hui.

« Nous travaillons avec le Serpent car il est l’Unique, celui dont parle la Bible, נחש, Na’hash, d’où parfois naaséniens est le nom donné à ses adeptes. Ce groupe travaille principalement, mais pas exclusivement, à partir du matériel de la Kabbale extatique, sa doctrine est basée sur l’idée que נחש est l’agent de libération, libération par la Connaissance. Donc Gnose.

« On nomme ainsi la Fraternité gnostique de l’Égypte et du Proche-Orient, connue aujourd’hui comme alors sous divers noms, et possédant des mystères et des rites secrets particuliers. Un serpent vivant, représentant le principe du Christ (et non pas une vulgaire incarnation matérielle) était, et est toujours utilisé lors des mystères et vénéré comme symbole de la Sagesse, ou Sophia. Le Christ des Ophites n’est en rien le dieu fait homme mais plutôt l’Éternel Initié, le Pèlerin signifié par des centaines de symboles ophidiens au cours des milliers d’années ayant précédé l’ère vulgaire ».

Selon nous, il n’y a aucun antagonisme entre dieu et diable en tant qu’énergies participant à l’univers. D’ailleurs, dieu en tant que créateur y est présenté comme perfectible, l’homme et la création étant libres en raison de l’acte de rébellion consentie par dieu lui-même afin de permettre à l’homme et à la création de poursuivre le chemin libre et propre qu’il se choisira.

Le but restant une amélioration de l’homme – non au point moral – mais disons sous forme de réintégration de sa propre divinité. Nous rejetons tous les dogmes religieux, le péché originel, le péché tout court, car comme nous le dit si bien l’Évangile selon Marie : « Il n’y a pas de péché. C’est vous qui faites exister le péché… ».

Nous rejetons le diabolisme comme contre culture, l’angélisme comme sous forme du déisme, nous n’acceptons aucun intermédiaire entre nous et נחש, nous ne cherchons pas à convaincre, ni à convertir, nous sommes. Nous n’acceptons pas plus les théories gnostiques prônant une vision maléfique de la matière ou une dichotomie esprit-matière. Nous n’adorons aucune idole, aucun livre, aucun saint ou contre saint, aucun ange ou démon. Nous nous assimilons à נחש. Nous n’avons aucun grade, aucun chef, aucun lieu de réunion, car nous sommes par nous mêmes, libérés des causalités de la religion et du grégarisme sociétal. Nous sommes enfin les fils du serpent au même titre que tous les humains.

Nous ne sommes ni supérieurs ni inférieurs ni autres.

Notre seule particularité est d’avoir cherché le contact et l’union avec נחש. Nous ne pratiquons aucune magie collective autre que celle pratiquée par l’initié et l’initiateur. Nous ne pratiquons pas la Magie Sexuelle même si le Serpent connut Ève et que ce fut le premier mode d’initiation. Nous pratiquons les trois oeuvres de la nature, noire, blanche et rouge avant que d’être homme-vert en une quatrième phase. Nous cheminons sur l’Arbre de Vie à la recherche de l’Arbre d’Éternité, non pour être immortels toutefois. Nous voulons des êtres libres de leurs propres fantasmes mais aussi des êtres autonomes et conscients de leurs conditions. Au sens de la recherche de la gnose et de l’union avec NHS, au sens où nous cherchons la voie mystique et extatique avec la magie et la méditation, nous sommes des illuminés mais ni de Bavière ni d’Avignon…

Nous sommes ceux qui rampent et mangent la poussière, ceux qui se dressent pour frapper, ceux qui se lovent pour méditer, ceux qui s’enfouissent sous terre pour éviter les rayons de la curiosité. Nous sommes sans maîtres, sans dieux, sans religions, nous sommes sans liens entre nous car tout groupe est vampirique par essence et l’homme est seul de sa naissance à sa mort, seul il sera dans la tombe comme il l’était dans le ventre de sa mère. Il n’y a pas de sauveur, il n’y a pas de corrupteur, il n’y a pas de racheteur ni d’intercesseur, il n’y a que l’homme. Nous lisons et méditons tous les livres sacrés car ils sont l’essence de l’Un qui n’est pas définissable en bien ou mal. Nous n’acceptons aucune morale imposée, nul jugement des dieux ou des gueux. Notre venin enfin nous protège contre les fous et les adorateurs, les scientistes et les folles de dieu-diable. Voilà ce que nous sommes… Nous sommes brûlants et nous sommes les Beni Na’hash ou Aroumim. »

Ophites. – Nom général donné à une série de communautés gnostiques. On range dans cette catégorie les Naasséniens, qui sont ceux généralement auxquels on se réfère quand on parle d’Ophites sans autre précision, les Caïnites, les Séthiens, les Pérates, puis des groupes moins importants ou moins connus, comme les stratiotiques, les phibionites, les borhoriens, les barbéliotes et d’autres encore.

Naasséniens*. – Leur nom vient du terme sémitique nahas qui signifie «-serpent ». Ce sont donc les ophites (ophis = serpent) proprement dits, bien que ce nom s’emploie mieux pour désigner le groupe de toutes les sectes ophiolâtres du gnosticisme. Le berceau des naasséniens paraît avoir été la Phrygie. Ils admettaient comme principe premier l’humain, « être des êtres », « moteur universel et immobile ». Au-dessous de lui, il y a le Fils de l’humain ou Adamas, qui semble parfois se confondre avec le premier.

Adamas est androgyne; de lui sort le courant de toute vie et « s’écoulent » à la fois la substance de tout être et la forme qui individualise l’être, c.-à-d. la matière et l’esprit. Il y a peu d’intérêt à détailler la série des émanations d’éons qui procèdent d’Adamas. L’un d’eux, Yaldebaôt (fils du Chaos) – d’autres lisent El-Chadday (Dieu tout-puissant) – est identifié à Yahveh, le Dieu des Hébreux, qui crée le monde et l’humanité. Celle-ci se laisse séduire par la Sophia (= Science).

Le Christ intervient, informe les humains de l’existence du Père invisible et finit par ramener au principe premier ceux qui se laissent éclairer. Comme chez tous les ophites, le serpent tenait une grande place dans le culte et dans le symbolisme des naasséniens. Les gnostiques dont parle Irénée (Adv. haeres., I, 10,1; 31,2) sont apparemment un rameau des naasséniens, que combat Hippolyte (Philosoph., V, pp. 432 et suiv.).

Caïnites*. – Cette secte tire probablement son nom de ses doctrines sur Caïn. Ces doctrines avaient un grand rapport avec celles des autres Ophites. Selon les Caïnites, le Dieu de la Bible, le créateur du ciel et de la terre et Dieu des Juifs, était un dieu d’une nature très imparfaite, rempli d’ignorance et d’orgueil. En conséquence, les Caïnites trouvaient la perfection dans l’opposé de la révélation juive et honoraient les personnages que la Bible avait stigmatisés.

En premier lieu, Caïn qui, en donnant la mort à son frère Abel, avait montré que la puissance dont il tenait sa force était d’un ordre supérieur à celle qui protégeait Abel, c.-à-d. à Yahveh, le Dieu des Hébreux; puis Ésaü, les habitants de Sodome, Coré et ses compagnons au sujet desquels ils avaient écrit toute une légende. Judas l’Iscariote était aussi tenu en honneur par les Caïnites; s’il trahit son maître, c’est qu’il savait que sa trahison était nécessaire au salut du genre humain; si on l’a noté d’infamie dans les Évangiles, c’est que les autres apôtres le haïssaient parce qu’il avait connaissance de vérités supérieures qui ne leur avaient pas été révélées.

Ils avaient des livres apocryphes dont l’un, au témoignage de saint Epiphane de Chypre, se nommait l’Ascension de Paul, et où l’on décrivait toutes les merveilles et tous les secrets que l’apôtre Paul avait vus et appris, lorsqu’il fut ravi au troisième ciel. On a souvent accusé les Caïnites d’immoralité; ils auraient exactement pratiqué le contraire des lois juives et auraient même placé chacune de leurs pratiques immorales sous la protection particulière d’un ange. Comme ces pratiques étaient fort nombreuses et que les anges ayant une dénomination distincte le sont assez peu, les Caïnites avaient inventé, paraît-il, des noms angéliques, et ils invoquaient cet ange au moment où ils se livraient à quelque acte d’immoralité.

Selon leur expression, c’était avoir la gnose parfaite. On a très peu de renseignements sur la doctrine et l’existence des Caïnites. Ils commencèrent probablement d’apparaître dans les premières années du second siècle et un siècle plus tard, saint Hippolyte, dans son Hérésiologie, ne les jugea pas dignes d’être réfutés en forme, d’où l’on peut conclure qu’ils n’avaient ni vogue, ni influence, s’ils n’étaient pas complètement disparus.

Séthiens*. – Cette secte du IIe siècle de l’ère chrétienne honorait en Seth le fils de la divine Sagesse, représentant l’esprit, en opposition à Abel qui représentait I’âme et à Caïn qui représentait la chair.

Pérates*. – Les adeptes de cette secte se nommaient pérates, « traversiers», parce qu’ils entendaient passer du monde sensuel dans celui de la vie éternelle. Ils prêchaient la connaissance du Dieu « autogène »; l’intermédiaire entre le principe de l’idée-pure et la matière est le logos (= la raison) représenté comme le «-serpent universel » (Ouroboros), établissant une sorte de va-et-vient entre le monde et Dieu. L’astrologie les préoccupait beaucoup. Leur origine remonte à 150 environ.

Le caractère commun à toutes ces communautés est le rôle attribué dans leur symbolisme et dans leur culte au serpent (ophis, en grec).

Comme dans presque toutes les sectes ophiolâtres de l’Antiquité, le serpent symbolisait une puissance salutaire, guérissante; dans les écrits sacrés de l’église chrétienne, ces gnostiques mettaient en évidence l’histoire de Moïse et du serpent d’airain (Nombres, xxi), rappelée par Jésus (Jean, III, 14).

Le serpent représentait d’ordinaire l’élément humide, fécond par excellence, qui pénètre tout et d’où émanent les éons, les incarnations les plus variées. Le serpent, pour eux renferme tout en lui « comme la corne de la licorne-».

Des serpents apprivoisés figuraient dans les cérémonies des cultes; il en circulait sur les tables dressées pour l’eucharistie. Par un jeu de mots, en rapprochait le mot grec grec naos (= temple) du mot sémitique nahas (= serpent), et on déclarait inséparables l’idée de culte et celle de serpent. (F.-H. K. / E Amélineau). in. Imago Mundi

Le rituel du passage des portes est un rituel permettant à l’adepte d’évoluer…

La Fraternité du Serpent n’a rien à voir avec les Illuminatis

Les Illuminati sont une « élite dans l’élite ».

C’est la plus ancienne et la plus secrète des organisations des « Maîtres du Monde ».

La plupart de ces organisations ont un siège social et des membres dont on connaît l’identité. Mais les membres des Illuminati ne sont pas connus de manière certaine, même si certains noms circulent avec insistance. Il s’agit de grandes familles capitalistes ou issues de la noblesse, comme par exemple les Rothschild, les Harriman, les Russel, les Dupont, les Windsor, ou les Rockefeller (notamment l’incontournable David Rockefeller, également co-fondateur du Groupe de Bilderberg et du CFR).

Les Illuminati existent sous leur forme actuelle depuis 1776, date de fondation de l’Ordre des Illuminati en Bavière par Adam Weishaupt, un ancien Jésuite.

A cette époque, leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie.

Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir sur la population.

La création des Illuminati marquait le lancement d’un Plan conçu pour se dérouler sur plusieurs siècles, en utilisant le contrôle du système financier naissant pour parvenir une domination totale sur le monde. La réalisation du Plan s’est ensuite transmise comme un flambeau de génération en génération, au sein d’une élite héréditaire d’initiés qui ont su adapter le Plan aux évolutions technologiques, sociales, et économiques.

Contrairement aux autres organisations des Maitres du Monde, les Illuminati ne sont pas un simple « club de réflexion » ou « réseau d’influence ». Il s’agit d’une organisation dont la véritable nature est ésotérique ou « occulte ».

Les dirigeants politiques ou économiques se présentent au public comme des personnes éminemment rationnelles et matérialistes. Mais le public serait étonné d’apprendre que certaines de ces personnes participent à des cérémonies étranges, dans des sociétés secrètes où se perpétuent le culte des dieux égyptiens et babyloniens: Isis, Osiris, Baal, Moloch, ou Sémiramis.

Le terme « Illuminati » signifie littéralement « les Illuminés » (du latin « illuminare »: illuminer, connaître, savoir).

Les Illuminati se considèrent en effet comme détenteurs d’une connaissance et d’une sagesse supérieure, héritées de la nuit des temps, et qui leur donne une légitimité pour gouverner l’humanité.

Les Illuminati sont la forme moderne d’une société secrète très ancienne, la « Fraternité du Serpent » (ou « Confrérie du Serpent »), dont l’origine remonte aux racines de la civilisation occidentale, à Sumer et Babylone il y a plus de 5000 ans.

La civilisation qui domine le monde aujourd’hui est en effet la prolongation de la civilisation Sumérienne, qui a inventé tout ce qui caractérise la civilisation occidentale: l’administration d’état, l’argent, le commerce, les taxes et les impôts, l’esclavage, les armées organisées, et une expansion fondée sur des guerres perpétuelles et l’asservissement des autres peuples. Ce fut aussi la première civilisation à détruire son environnement. Pratiquant une agriculture intensive après avoir inventé l’irrigation, les civilisations Sumérienne et Babylonienne ont transformé des prairies verdoyantes en un désert qui est aujourd’hui l’Irak.

Depuis Sumer et Babylone, la Fraternité du Serpent s’est perpétuée en prenant des formes et des noms multiples à travers les époques, exerçant son influence sur les religions et les pouvoirs politiques successifs, dans une longue filiation qui inclut les « écoles de mystère » égyptiennes et grecques, l’église chrétienne de Rome (utilisée comme « véhicule » par la « Fraternité » pour s’implanter en Europe), les Mérovingiens (d’où le personnage « Mérovingien » dans le film « Matrix »), les Templiers (et leurs nombreuses ramifications – Franc- Maçons, Rose-Croix, Prieuré de Sion, Ordre Militaire et Hospitalier de St Jean de Jerusalem, Ordre de Malte…), et enfin les « Illuminati » et les organisations qui y sont rattachées.

Le symbole des Illuminati est présent sur les billets de 1 dollar: une pyramide dont le sommet (l’Elite) est éclairé par l’oeil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Les deux mentions en latin sont très significatives. « NOVUS ORDO SECLORUM » signifie « nouvel ordre pour les siècles ». En d’autres termes: nouvel ordre mondial. Et « ANNUIT CŒPTIS » signifie: « notre projet sera couronné de succès ». Un projet aujourd’hui proche de sa réalisation finale.

Il existe donc plusieurs « serpents » et l’assimilation entre les illuminatis et les ophites n,est pa vraiment adéquate. http://cercleocculte.actifforum.com/

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Recherchez sur le réseau

lucien de sainte croix (2)

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Partagez34
+1
Tweetez
Enregistrer
Partagez