KUNDALINI

La Kundalini: le Shivaïsme du Cachemire, l’Advaïta Védanta, et les Extraterrestres

L’emblème de la Mission Râmakrishna, où l’on voit le cobra.
L’emblème de la Mission Râmakrishna, où l’on voit le cobra.

Quelle est la place de la kundalini dans les écoles indiennes de la non-dualité (Advaïta Vedānta), et quelle est l’origine et le but des pratiques cherchant à la réveiller ?

Parmi les mouvements les plus connus du Néo-Védanta, la Mission Ramakrishna de Swami Vivekananda, disciple de Râmakrishna intègre le Kundalini Yoga à ses enseignements. On retrouve le procédé de « shaktipat« , la transmission d’un pouvoir :

Swami Vivekananda a touché Swami Abhedananda quand il voulait essayer le pouvoir de Sri Ramakrishna, peu après l’avoir reçu. Swami Vivekananda l’a touché et Swami Abhedananda eut un choc électrique – sa kundalini s’éveilla. (source)

Il est intéressant de noter que les détails fournis par Râmakrishna dans l’Evangile de Râmakrishna correspondent aux informations de Lakshman Joo qui étudiait le shivaïsme du Cachemire (même si pour le shivaïsme du Cachemire, à la différence de l’Avaita Vedanta, le monde n’est pas illusoire mais réel). Lakshman Joo (qui a influencé Osho et Miguel Serrano) décrit les différentes manières par lesquelles la kundalini peut s’élever, elle peut donner par exemple la sensation qu‘un être cobra se déploie dans le corps.

La kundalini est très présente dans le shivaïsme du Cachemire qui en mentionne trois sortes :

  • – para-kundalini,
  • – prana-kundalini,
  • – shakti-kundalini.

Pour plus d’informations, voir cet article :

La Descente du Pouvoir : Possession, Mysticisme, et Initiation dans la Théologie Shivaïste d’Abhinavagupta.

Voir aussi cette video de Christopher Tompkins qui montre des rouleaux très anciens écrits en écriture Shāradā.

L’Advaita Vedanta traditionnel/originel évoque aussi la kundalini, qu’on retrouve chez Shankara :

Shankara entreprit de purifier le rituel tantrique. Il écrivit lui-même un ouvrage de louanges à la Déesse : le Saundarya Lahari, dans lequel il parle des chakras et de la Kundalini. Dans cet ouvrage il montre l’importance de l’abandon (surrender) au divin, en l’occurrence à la Déesse, qui détient tous les pouvoirs. (…)

Une légende rapporte qu’à l’intérieur d’un temple dédié à la Déesse Sharada était installé un trône destiné à recevoir l’être qui pourrait prétendre à l’omniscience. Jusqu’ici, aucun lettré kashmirien n’avait réussi à bénéficier de l’approbation verbale de Sharada. La plupart des lettrés qui avaient perdus les débats organisé contre l’acharya doutaient encore qu’il puisse accéder à cette place excessivement honorifique.

Mais arrivé au seuil du temple, Shankara eut la joie de voir la Déesse elle-même en ouvrir les portes et l’inviter à monter sur le trône d’omniscience, auprès d’Elle.

Shankara se rendit ensuite au mont Kaïlash, la demeure de Shiva. Il en ramena des Shiva lingam, qu’il consacra ensuite dans cinq temples shivaïtes, dont un à Kedarnath. Il dessina et consacra également le Shri Chakra dans de nombreux temples dédiés à la Déesse.

On retrouve aussi la kundalini dans le Siddhayoga de l’hindouisme shivaïte, influencé par Abhinavagupta. Il la décrit comme étant une divinité à part entière :

Traditionellement, pour travailler efficacement avec la Kundalini, il est nécessaire d’être initié, ou il faut l’abhisheka dans le coeur spirituel. Cette initiation est placée sous les auspices du Seigneur et la Déesse du Clan spirituel (Kula) auquel on est associé. Toute la pratique tourne autour de cette relation.

A ce sujet, voir également La Kundalini, ou, L’énergie des profondeurs: étude d’ensemble d’après les textes du Sivaïsme non dualiste du Kasmir de Lilian Silburn :

L’auteur a réuni dans cet ouvrage des extraits relatifs à la kundalini et conformes à l’enseignement des écoles non dualistes Kaula, Trika et Krama afin de proposer une vue d’ensemble cohérente. Cette étude se présente donc sous la forme de traductions et d’explications de textes; elle s’inspire essentiellement de l’œuvre capitale du grand mystique cachemirien du Xe siècle Abhinavagupta : le Trantrâloka (Lumière sur les Tantra) et de la glose qu’en fit Jayaratha.

La Kundalini a été popularisée durant le 19ème et 20ème siècle dans divers mouvements, pour les rendre plus mystiques (de sorte qu’ils attirent plus de monde), comme le rapporte ce fil de discussion.

On retrouve cette influence en Occident dans la Société Théosophique. Steiner en parle d’ailleurs comme d’une lumière permettant de voir à l’intérieur du corps. On peut faire un parallèle avec des cas d’abductions où les entités, sous forme de « sphère lumineuse » pénètrent dans le corps d’une personne. La personne peut alors observer son corps de manière transparente.

Selon le mouvement du Sahaja Yoga, la fondatrice Shri Mataji Nirmala Devi se dit capable « d’éveiller la Kundalini » de milliers de personnes à la fois, devant une assemblée, comme à distance ou par Internet. Le kundalini yoga est aussi intégré dans le yoga-nidra de Shivananda.

Cependant, l’Avaïta Védanta a un rapport flou avec la kundalini, et en prend parfois de la distance tout en continuant à l’accepter.

Le non-dualiste Sri Ramana Maharshi considère par exemple la kundalini comme une puissance positive, que le yogi doit cependant ramener au niveau du coeur après l’avoir élevée, car elle ne résout pas la dualité.

Selon Ramana Maharshi :

Les yogins affirment qu’il existe une nadi dénommée jiva-nadi, atma-nadi ou para-nadi. Les Upanishads mentionnent un centre d’où s’élancent des milliers de nadis. Certaines écoles localisent ce centre dans le cerveau, d’autres en diverses parties du corps.

La Garbha Upanishad décrit la formation du foetus et la croissance de l’enfant dans le sein de sa mère. L’individualité ou jiva vient habiter l’enfant au septième mois de sa conception, en passant par la fontanelle. Le jiva vient donc de l’au-delà, entre dans le corps par la fontanelle et agit par l’intermédiaire de milliers de nerfs subtils (nadis) répandus dans tout l’organisme.

C’est pourquoi le chercheur de vérité doit se concentrer sur le sahasrara, le lotus aux mille pétales, c’est-à-dire le cerveau, pour regagner sa source. Il est recommandé de recourir au pranayama pour réveiller la kundalini-shakti qui gît endormie, lovée telle un serpent, dans le muladhara. La shakti remonte le long du corps en empruntant un nerf subtil dénommé sushumna, qui est enfermé à l’intérieur de la moelle épinière et qui remonte jusqu’au cerveau.

Si la concentration est effectuée sur le sahasrara, il n’y a aucun doute que l’extase du samadhi s’ensuivra. Mais les vasanas (pulsions, désirs) ne sont pas encore détruites. Par conséquent, le yogi est contraint de sortir de son samadhi et de se replonger dans la dualité, étant donné que ses samskaras (limitations) n’ont pas encore été détruites.

Il doit donc s’efforcer d’extirper complètement ses vasanas, afin que la pression de ces dernières ne l’oblige plus à sortir de la paix du samadhi. C’est alors qu’il descend du sahasrara jusqu’au coeur, en empruntant la jiva-nadi qui n’est que la prolongation de la sushumna. Celle-ci est donc incurvée à son extrémité. Elle part du muladhara, s’élève le long de la colonne vertébrale jusqu’au cerveau et de là se recourbe pour descendre et se terminer dans le coeur. Quand le yogi a atteint le coeur, son samadhi devient permanent. Nous voyons donc que le coeur est le centre final.

Sur le site de James Schwartz (il est l’auteur de Comment atteindre l’illumination – la vision de la Non-dualité ), il y a un article intitulé « Le Vedanta et la Kundalini ».

En voici des extraits intéressants :

Une kundalini éveillée n’est pas synonyme d’illumination.

Gopi Krishna, qui a eu un « éveil spontané » à 34 ans, a contribué à populariser la kundalini (ici en anglais).

Le Védanta remet en question l’idée directrice qui sous-tend le yoga. Le problème se trouve dans le fait que tout ce qui est causé par une action, par le karma, ne durera qu’un certain temps.

Quand l’énergie qui a généré l’expérience se retire, l’expérience se termine et l’on revient à un état de séparation, de limitation et d’incomplétude.

La Kundalini est une force karmique. C’est le Soi qui opère dans le temps. Elle peut vous conduire au Soi ou peut vous en éloigner énormément. Elle peut même conduire à la folie quand l’esprit est faible. Très souvent la folie que vous voyez chez les gens spirituels est due à l’incapacité à intégrer les expériences spirituelles dans la vie quotidienne.

Donc la kundalini, l’énergie du Soi, est un mélange incertain qui ne devrait pas être recherché. Si vous la rencontrez, vous devez apprendre à la gérer.

Mais plutôt que de la cultiver, il vaut mieux cultiver la dévotion pour Dieu.

Oui, la bhakti est une voie duelle, tout comme la kundalini, mais cultiver l’amour pour le Soi sous une certaine forme est plus naturel que de forcer le corps et l’esprit à faire des choses très compliquées et potentiellement dangereuses. Le Védanta dit que les pratiques sadhanas peuvent purifier l’esprit mais qu’elles ne produiront pas l’illumination. C’est parce que l’illumination est la fin de l’ignorance du Soi.

L’expérience ne retirera pas l’ignorance. Seule la connaissance qui vient avec l’expérience peut le faire. Si vous ne le savez pas, vous pouvez avoir toutes sortes d’expériences mystiques et être tout aussi ignorant du Soi qu’un animal. (…)

Vous expérimentez l’unité, la complétude, et l’infinitude pendant un temps et puis l’expérience prend fin et vous retrouvez la dualité, l’incomplétude et la finitude. C’est pourquoi le kundalini yoga et tous les autres yogas apportent rarement l’illumination. (…)

La kundalini est une chienne capricieuse. Elle est totalement infidèle et inconstante. A un moment elle vous séduit et rend fou de passion, et juste après elle vous abandonne sans demander votre avis et vous finissez colérique et déprimé. Prenez pour but la shanti, elle est toujours meilleure que la shakti.

Le livre de Marc-Alain Descamps qui aborde la kundalini d’un point de vue psychiatrique.

On trouve de nombreux témoignages sur l’expérience de la kundalini. Il semblerait d’ailleurs que, selon Marc-Alain Descamps, « les montées sauvages de Kundalini se multiplient à notre époque et provoquent des malaises divers, mais encore trop de médecins et psychiatres ne savent pas les reconnaître. »

Mon hypothèse, développée dans la dernière conférence, est que la kundalini est principalement une force exogène, stimulée ou apportée au corps par des entités négatives. On peut même penser que la kundalini pourrait être liée à des « viols spirituels » tels que décrits par Eve Lorgen ou Eva Draconis.

Pour citer l’expérience de Swami Muktananda :

Il signalait aussi des effets secondaires désagréables. “Tout le corps était chauffé, et la tête était lourde. Chaque cellule de mon corps commençait à gémir”. Il a observé spécialement que la zone anale était parcourue de douleurs. D’autant plus, il a mentionné les sensations lorsqu’il était comblé par le désir sexuel – confession faite aussi par la pratiquante soufi, Irina Tweedie. La connexion entre la stimulation de la force vitale et de l’énergie sexuelle a été reconnue par toutes les traditions ésotériques, spécialement en tantrisme et taoïsme.

Dans la tradition occidentale, on en trouve une manifestation très similaire dans « l’extase » de Sainte Thérèse d’Avila :

Tandis que j’étais en cet état, il plut au Seigneur de me favoriser à différentes reprises de la vision suivante.

Je voyais près de moi, du côté gauche, un ange sous une forme corporelle. … Il n’était pas grand, mais petit et extrêmement beau. A son visage enflammé, il paraissait être des plus élevés parmi ceux qui semblent tout embrasés d’amour. Ce sont apparemment ceux qu’on appelle Chérubins, car ils ne me disent pas leurs noms. Mais il y a dans le ciel, je le vois clairement, une si grande différence de certains anges à d’autres, et de ceux-ci à ceux-là, que je ne saurais l’exprimer. Je voyais donc l’ange qui tenait à la main un long dard en or, dont l’extrémité en fer portait, je crois, un peu de feu.

Il me semblait qu’il le plongeait parfois au travers de mon cœur et l’enfonçait jusqu’aux entrailles.

En le retirant, on aurait dit que ce fer les emportait avec lui et me laissait tout entière embrasée d’un immense amour de Dieu. La douleur était si vive qu’elle me faisait pousser ces gémissements dont j’ai parlé. Mais la suavité causée par ce tourment incomparable est si excessive que l’âme ne peut en désirer la fin, ni se contenter de rien en dehors de Dieu. Ce n’est pas une souffrance corporelle. Elle est spirituelle. Le corps cependant ne laisse pas d’y participer quelque peu, et même beaucoup. C’est un échange d’amour si suave entre Dieu et l’âme, que je supplie le Seigneur de daigner dans sa bonté en favoriser ceux qui n’ajouteraient pas foi à ma parole. Les jours que durait cette faveur, j’étais comme hors de moi. J’aurais voulu ne rien voir et ne point parler, mais savourer mon tourment, car il était pour moi une gloire au-dessus de toutes les gloires d’ici-bas.

Cette hypothèse d’une origine exogène de la kundalini s’appuie également sur divers témoignages dont celui de « Seth Ananda » relevé sur le forum The Tao Bum :

Mes expériences dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises, ont commencées par une pratique intense de respiration pranique avec des méditations Merkaba. Je faisais des respirations praniques 4 heures par jour. Je pratiquais aussi la MCO (MicroCosmic Orbit de Mantak Chia), et l’exercice du pilier central, et je bloquais l’éjaculation lors des rapports sexuels tantriques avec ma partenaire.

Durant la respiration pranique je visualisais un tube de lumière ou un pilier brillant qui passait par le centre du corps. Je respirais à travers lui, de la tête aux pieds, en visualisant une sphère dorée au niveau du chakra du coeur, ou à l’inverse, je respirais de bas en haut, vers une grande sphère que je visualisais autour du corps.

Après avoir pratiqué intensivement cet exercice c’était devenu si « réel » que si quelqu’un venait à me demander qui j’étais, j’aurais dit que j’étais « une sphère dorée avec une pilier de Lumière au milieu, enveloppant une vague silhouette humaine… »
En d’autres termes la visualisation s’était cristallisée et devenait réelle dans mon esprit.

Un jour j’ai décidé « d’élargir » mon canal. Ce faisant, comme un diapason, ma colonne vertébrale a commencé à vibrer de bas en haut et de la chaleur a commencé à se faire sentir. Cela m’a effrayé au début car les sensations étaient très fortes et donc j’y allais doucement en rapetissant mon canal s’il le fallait.

Puis un jour moi et ma partenaire étions dans l’étreinte orgasmique, faisant circuler notre énergie et notre plaisir mutuellement, quand j’ai commencé à avoir une « autre » sorte d’Orgasme. Au lieu de se contracter de plus en plus, mon corps voulait juste se détendre et se relâcher complètement, et je savais que je n’allais pas éjaculer comme d’habitude.
Mes testicules se sont rétractées et ont commencé à palpiter et propulser mon fluide « vers le haut » de la colonne vertébrale.
[Ce qui est anatomiquement impossible je le sais mais je décris juste les sensations].

Je sentais vraiment que mon coccyx buvait mon éjaculat.

Je pouvais d’un coup « voir » à l’intérieur de mon corps [NdT : le phénomène évoqué plus haut], et dans mon sacrum, dans le creux, une chaleur des plus intenses commença à apparaître, comme si les jus « bouillaient » et se précipitaient soudainement dans ma colonne vertébrale. -Terrifiant ! – Quand ils entrèrent dans mon cerveau, c’était comme s’ils grondaient l’Intérieur en explosant dans les ventricules droit et gauche et à travers le premier ventricule… Mon cerveau a eu un spasme complet, et je l’ai senti [et entendu] claquer à l’intérieur de mon crâne, et j’ai soudainement quitté mon corps.

Note :

Ce son typique est parfois entendu à l’endormissement. Selon Taisha Abelar, il est caractéristique de la « sortie » du double :Le craquement que tu entends à ta nuque est le moment où ton côté droit et ton côté gauche se sont séparés. Cela laisse une brêche directement au milieu de ton corps où l’énergie monte jusqu’au cou, l’endroit où le son est entendu. Entendre ce « pan » signifie que ton double est sur le point de devenir conscient. (…)Après m’être concentrée un certain temps sur ma respiration, je sentis une énergie vibrante monter le long de mon dos, essayant de se pousser hors du sommet de ma tête. Puis quelque chose s’ouvrit en moi. A chaque inspiration, une ligne s’allongeait jusqu’en haut de l’arbre ; à l’expiration, la ligne était à nouveau tirée dans mon corps. La sensation d’atteindre le haut de l’arbre augmenta à chaque respiration jusqu’à ce que j’aie vraiment l’impression que mon corps croissait, devenant aussi grand et volumineux que l’arbre.

A un moment, une affection et une empathie profondes pour l’arbre m’enveloppa. Ce fut à cet instant précis que quelque chose monta avec puissance le long de mon dos et hors de ma tête, et je me retrouvai en train de regarder le monde depuis les branches du haut. Cette sensation ne dura qu’un instant, car elle fut interrompue par la voix du gardien m’ordonnant de redescendre et de couler à nouveau dans mon corps.

Une aventure astrale de folie… Un peu plus tard, la même nuit, un extraterrestre physique a ouvert un trou dans l’espace et s’est présenté devant moi et ma copine. Il m’a rendu visite pendant 6 mois et m’a donné de nombreuses informations sur des sujets comme : la téléportation, la fusion de l’esprit avec les objets, et des informations sur les Jus dont je faisais l’expérience.

Note :
On peut faire un lien avec cet article sur les origines du tantrisme. « La littérature védique montre que le culte du linga et de la Déesse Mère ont pris de plus en plus d’importance dans la société védique elle-même. Un grand nombre d’éléments tantriques comme les mantras, sacrifices, charmes magiques sacerdotaux, et culte des êtres semi-divins et démoniaques étaient répandus au sein du peuple védique. Environ une dizaine d’hymnes du Rig-Veda concernent la magie. »

Pour en revenir aux Jus…
De là, les jus de la colonne vertébrale se sont mélangés aux jus des glandes de mon cerveau pour créer l’Amrit, le Nectar Divin. Il s’est infiltré à travers mon palais mou, et si je restais assis suffisamment longtemps il coulait à l’arrière de ma langue, et oui, c’est le gout le plus agréable qui existe. Ce n’est pas juste agréable physiquement mais aussi agréable psychiquement.
De ma bouche il entrait dans mon sang et système nerveux et provoque de nombreux changements inhabituels.
Le premier, était la Félicité…
Le second était à mon Esprit et sentiment de moi qui devint totalement Fluide et non-rigide.
Le troisième était que je pouvais entrer et sortir de mon corps à volonté.

Aussi souvent que j’élargissais mon canal central, mon fluide de la colonne vertébral se propageait de nouveau jusqu’à mon cerveau (mais sans la chaleur), pour parfaire encore le processus.

Mon ami extraterrestre disait que si je répétais ce cycle quelques années, mon crâne se ramollirait et s’ouvrirait, changeant complètement de forme lorsque de zones cérébrales entières se développeraient.

Cependant, cette expérience n’a duré que 6 mois, car j’ai arrêté de visualiser le piller/canal central, et son Image cristallisée dans mon esprit s’est affaiblie peu à peu en intensité jusqu’à ce que le fait de l’élargir ne produisait plus de sensations de vibrations à la colonne vertébrale…

Donc durant mes recherches ces 16 dernières années, sur ce phénomène de jus, j’en ai conclu que certaines choses aidaient plus que d’autres à produire ces évènements.

Comme n’importe quel exercice qui fait passer de l’énergie dans la colonne vertébrale comme le MCO.

Comme les pratiques sexuelles tantriques/taoïstes ou le célibat.

Comme des Images visualisées qui deviennent une réalité vivante, et qui ensuite ‘intersectent’ d’une certaine manière la colonne vertébrale et surtout la région du sacrum…

Comme des pratiques qui aident à « adoucir » et sensibiliser le corps, l’amenant dans un état de vitalité et de réceptivité totale…

Comme des aspirations spirituelles vraiment très fortes. Dans le tantrisme hindou, ils parlent de l’Ojas circulant vers le haut ou le bas. Si elle circule vers le bas on parle de courant de Mort, car votre essence subtile est propulsée à l’extérieur avec vos désirs pour les objets du monde.

Quand elle circule vers le haut on parle de courant de Vie. Elle peut être temporairement amadouée en se concentrant sur la couronne ou le troisième oeil, ou avec des techniques de grande attraction, mais pour qu’elle circule vers le haut pour de bon vous devez avoir de très fortes aspirations spirituelles. Avec avec la sexualité tantrique cela aide beaucoup (…)

Différentes représentations de vortex : En haut à gauche : passage dans un vortex d’une personne par des militaires, avec un effet de tourbillon qui mène à une base souterraine (image : NOT), en haut au milieu : Image du Libre d’Abraham Juif, Paris, Bibl. Nat., vers 1700, en haut à droite : Dessin extrait de Linda Moulton Howe. En bas à gauche : « Fenêtres » s’ouvrant et se refermant dans le ciel, laissant passer des objets géométriques (Image : NOT), en bas à droite : « Fenêtres » ouvrant sur d’autres réalités (Image : Colm Kelleher, voir cet article)

Puis « Seth Ananda » revient sur cet « extraterrestre » qu’il a vu entrer dans notre dimension par un trou, c’est-à-dire une fenêtre :

Ma copine ne l’a vu que la première nuit quand il s’est présenté. Nous étions allongés sur le lit et nous reposions [et moi je planais avec le Jus], quand il a ouvert un trou inter-dimensionnel près de moi. Il m’a félicité {par télépathie} pour avoir réussi à activer mon Jus de la colonne vertébral. Il m’a aussi dit qu’il venait de mon moi futur et que revenait m’aider allait aussi l’aider, quoi que cela signifie…

Il était de couleur perle [NdT : gris argenté], avec une teinte légèrement bleue. Sa peau était froide et caotchouteuse. Il a dit qu’il était une forme de vie basée sur le silicium.

Il avait des grands yeux brillants, profonds, noirs, ovales et empathiques.

Sa tête avait une forme un peu comme un dauphin, sans le nez et ailerons de dauphin, un peu comme les Aliens des films de Giger, mais sans avoir un air méchant.

Pas de bouche, ni yeux, ni organes sexuels, ni anus. Je parle de lui au masculin uniquement parce qu’il avait l’air légèrement masculin.

De l’autre côté du trou inter-dimensionnel aurait dit que c’était l’espace, noir et profond.

Il passa à travers et frappa le devant de ma tête. Puis il se déplaça [avec le trou] du côté du lit de ma petite amie et frappa aussi le côté de sa tête.
A ce moment là j’ai pensé qu’elle dormait, mais le lendemain elle m’a dit qu’elle avait senti que quelque chose avait touché le côté de sa tête, et que lorsqu’elle avait ouvert ses yeux elle avait été étonnée de voir un être extraterrestre sortant d’un petit portail, et elle « savait » juste que tout allait bien; elle l’a salué puis s’est rendormie.

Il a ensuite quitté le « trou » ouvert mais s’est retiré dans son espace, et en quelque sorte il flottait au-dessus de moi et s’est positionné au même endroit que mon corps [il le faisait depuis sa dimension] et puis il « envoyé » la forme de son esprit dans le mien.

J’ai senti comme si je téléchargeais tous les contenus de sa personnalité et connaissance. C’était complètement écrasant et je me suis évanoui.

Quand je me suis réveillé, la première chose que ma petite amie m’a dit fut « Eh, la nuit dernière j’ai vu… »

Ce jour-là un peu plus tard, quand tout le monde était sorti, j’étais assis sur la terrasse extérieure avec une tasse de thé, et il a encore une fois ouvert le « trou » et est entré, mais cette fois il a refermé le trou derrière lui et s’est juste promené avec moi dans le jardin.
C’est là que les leçons ont commencées.

Après « l’envoi de son esprit », je pouvais sentir la « saveur » particulière de chaque sorte de conscience, et je pouvais voir les qualités énergétiques de chaque esprit, un peu comme si c’était un super-complexe complètement dingue qui changeait constamment de motifs à la manière de noeuds celtiques.
[et pour être clair, quand je dis l’esprit, je veux dire la somme des contenus dans chaque esprit, tout ce qui fait de nous des individus…]

Il faisait fusionner mon esprit avec des objets, avec un pourcentage différent. C’était crucial car le principe de base de ce procédé était le même que tous les autres Siddhi [NdT : pouvoir surnaturel] que son espèce utilise. Il me tambourinait encore et encore que la sensation n’est pas limitée au corps. Que si je pouvais sentir quelque chose je pouvais le sentir partout. C’était une clef de compréhension qu’il appelait la loi de résonance et l’Intention.

Pour fusionner les esprits, je devais percevoir les qualités de mon esprit, puis percevoir les qualités de l’esprit des objets, noter la différence, puis pendant une seconde « avoir l’Intention » de faire correspondre ma fréquence avec eux. C’était tout ce qu’il fallait faire, avec mon Jus qui circulait. Il n’y avait plus de Seth et j’étais un arbre.

La même chose valait pour la téléportation, il s’agissait de percevoir l’espace de mon corps/esprit, percevoir l’espace dans lequel je voulais être, de noter la différence, et d’avoir l’Intention d’inverser la résonance et puis « Bing ! ».

Je n’ai jamais réussi à le faire, mais il n’arrêtait pas de recommencer encore et encore devant moi. C’était comme si j’étais à l’école sauf que là c’était beaucoup plus amusant.

Après il venait me voir de temps à autres, quand il voulait. En public il restait de son côté, mais il se mettait à me diriger par télépathie s’il pensait qu’il était l’heure de passer à une autre leçon…

J’ai beaucoup appris durant ces six mois, mais tout cela m’a beaucoup perturbé pendant de longues années. En même temps, il n’y avait pas de retour arrière possible. J’ai intégré des choses en partie seulement, de ma propre manière.

Il déclarait qu’il faisait partie d’une race de gitans inter-dimensionnels. Il disait qu’ils avaient complètement transcendé le besoin de technologie et qu’il ne fallait pas faire confiance aux êtres qui se disent être évolués mais qui y ont encore recours.

Il disait que chaque partie de l’univers est en harmonie avec toutes les autres parties, et que si vous utilisez les lois de résonance pour voyager, vous pourriez aller n’importe où, même dans un soleil, car quand vous voyagez avec l’Harmonie, vous avez toujours le corps adapté à l’environnement dans lequel vous atterrissez.

Il pensait que les vaisseaux spatiaux et les OVNIs étaient très amusants et ringards.

Il m’a dit qu’il y avait des fêtes Inter-dimensionelles quelque part dans les pléiades qui durent des mois et qu’il y faisait parfois un tour…

C’est à peu près tout ce dont je me souviens pour le moment.

Ce témoignage permet de comprendre que les pratiques tantriques ou même alchimiques – car le même procédé est utilisé dans des écoles d’alchimie – permettent d’éveiller le « troisième oeil » et ouvrent sur le monde hyper-dimensionnel, un peu comme le fait la DMT.

Ce que dit Seth Ananda sur son « apprentissage » par une entité d’apparence extraterrestre rejoint exactement les « apprentissages » relatés par de nombreux abductés, qui sembleraient avoir lieu dans le cadre d’études génétiques sur des lignées impliquées dans l’hybridation. Comme le rapporte un abducté :

Durant mon « test », j’ai vu des êtres qui ont tenté de me donner le secret de la kundalini. Ces êtres n’étaient pas bons. Ils voulaient que je les vénère. Ils voulaient entrer dans mon corps. Ces êtres étaient des dracos, mais il y en a beaucoup d’autres derrière. Ils voulaient tous entrer dans mon corps, pour m’activer la kundalini et me posséder.

Ils ont tenté d’entrer dans mon esprit au début, puis ils m’ont attaqué par tous les moyens possibles pour que je me soumette. J’ai résisté avec une forte volonté, mais quelqu’un qui n’est pas préparé pourrait être blessé ou mourir. Je n’utilise pas de « boucliers » énergétiques, comme parfois le font les guérisseurs, pour se protéger, avec des formes géométriques de lumière. Durant l’attaque, j’ai été blessé, à cause de la douleur des températures très hautes et très basses dans mon corps, me brûlant et me gelant. Ils ont fait entrer de force des patterns géométriques dans ma tête. Les attaques psychiques de haut niveau utilisent des patterns géométriques.

Comme toujours, une étude comparée des pratiques spirituelles et du phénomène OVNI/abductions apporterait beaucoup à ces deux domaines. Quelques parallèles ont été donnés dans cet article, mais il y en a encore beaucoup d’autres.

Note :
Pour d’autres informations, sur un site évoquant les jinns, voir : The Truth about Spontaneous Chi Kung, Dangers of Chi.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année