Gnostiques et Rose-Croix Hermétisme et occultisme

La Fraternité Rosicrucienne Antique, une inconnue parmi les sociétés initiatiques les plus connues

« La société secrète est la gardienne d’une illumination intérieure. »
(allégorie de l’initié et de l’initiation)

De nombreuses sociétés secrètes, écoles de mystères, confréries, ou encore fraternités se sont succédé au fil du temps – s’inspirant les unes des autres, et puisant dans les différents enseignements « la substance » pour accéder à leur propre élévation, illumination… Les membres de ces groupes isolés – en quête de savoir, de pouvoir, ou d’immortalité – s’engageaient alors par un serment solennel, à garder le silence sur les rites et les symboles utilisés lors de leur initiation.

Arnold Krumm-Heller (1876-1949) par Claire Mercier

Heinrich Arnold Krumm est né en Allemagne le 15 avril 1897 de Ferdinand Krumm et Ernestine Heller. A l’âge de 15 ans il travailla aux chemins de fer chiliens. C’est au cours de cette période qu’il eut de nombreux contacts avec les indiens et qu’il se familiarisa avec la médecine traditionnelle indienne. Plus tard, il fonda une clinique à Constitution, puis à Santiago. Sa vie aventureuse le conduisit dans plusieurs pays d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, principalement au Mexique, où il participa aux révolutions de Madero et Carranza. ll devint diplomate sous le gouvernement de Carranza, assumant notamment des missions auprès des gouvernements suisses et allemands.

Il revint en Allemagne en 1920 et commença une carrière de journaliste et d’éditeur. C’est à cette époque que débuta sa collaboration avec Theodor Reuss, Carl Kellner et Franz Hartmann. A la mort de Theodor Reuss, Arnold Krumm-Heller se considéra comme son successeur. Sur la base des différentes chartes en sa possession, il commença à fonder, à partir de 1927 la Fraternitas Rosicruciana Antiqua.

Cette fraternité comprend sept grades, trois maçonniques et quatre spirituels.

Après l’Allemagne, Krumm-Heller installa la F.R.A. en Espagne, mais il quitta l’Espagne pour l’Amérique du Sud en raison de l’accession au pouvoir du Général Franco. Il voyagea beaucoup et de nombreuses branches de la fraternité, appelèes aula furent créées, principalement en Amérique du Sud (Brésil, Pérou, Colombie, Vénézuela). Ces aula conservèrent le plus souvent une certaine indépendance vis-à-vis de leur fondateur.

Arnold Krumm-Heller, peu de temps avant sa mort, se rapprocha de Clymer et adhéra à la FUDOSFI* de Chevillon et Clymer, rivale de la FUDOSI*.

Notes de Miléna : Le chef de FUDOFSI, a été assassiné par la Gestapo …

*La F.U.D.O.S.I. (rivale) fut fondée en 1934 « pour protéger les liturgies sacrées,les rites et les doctrines des Ordres Initiatiques Traditionnels que se sont appropriés des mouvements clandestins qui les ont profanés »(FUDOSI journal , nov.1946). La FUDOSI n’était pas un Ordre, mais une Fédération Universelle d’Ordres et de Sociétés Esotériques autonomes.

Le but de la F.U.D.O.S.I. était d’unir « les Ordres authentiques » sous la coupe d’une Fédération Universelle. Parmi les Ordres participants : l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix, les Fils d’ISMAEL (Maçonnerie arabe), Le Droit Humain, La Grande Loge d’Espagne, la Grande Loge Symbolique d’Espagne, la Grande Loge du Portugal, le Rite Antique et Primitif de Grande-Bretagne et d’Irlande, le Rite Swedenborg de Grande-Bretagne,la Grande Loge du Cap-Vert, LE Rite Bleu d’Argentine, la Grande Loge de l’Ohio, la Grande Loge de Saint-Jean du Massachusetts, le Rite Swedenborg allemand et français, l’Ordre Illuminati allemand, le Haut Conseil du Mexique, le Rite De Memphis-Mizraim et le Rite Égyptien Italien, le Ordre Esotérique Rosicrucien et l’Ordre Martiniste. On le voit, la plupart des Ordres participants étaient des organisations Maçonniques.

Après la mort de Krumm-Heller, les différentes branches de la FRA connurent des destins divers, mais la Fraternité continua principalement à se développer en Amérique du Sud et en Espagne.

La Fraternité Rosicrucienne Antique

fraternité rosicrucienne antiqueLa Fraternité Rosicrucienne Antique est une fraternité initiatique, indépendante de tout mouvement religieux ou politique, elle propose à ceux qui veulent postuler à l’initiation rosicrucienne antique un enseignement simple et progressif qui aborde les différentes sciences traditionnelles, astrologie, magie, alchimie et kabbale.

L’enseignement, à la fois théorique et pratique, se veut synthétique afin de permettre à l’étudiant de conquérir au plus vite une totale autonomie sur le sentier de l’initiation. C’est pourquoi l’appartenance à la Fraternité est limitée à une période de sept années.

La F.R.A. forme des esprits critiques dans le domaine de la spiritualité et invite chacun de ses membres à s’enrichir de toutes les expériences qu’offrent les traditions de ce monde. Son enseignement est donc non dogmatique, spiritualiste, philosophique et métaphysique.

A l’enseignement théorique, qui nécessite l’étude des cours et des livres conseillés par la Fraternité, s’ajoute une discipline quotidienne préparant à l’éveil, cette discipline aborde les techniques de méditation, de prière, de rappel de soi, la voie des sons, le travail sur les couleurs/lumières, et prépare aux voies alchimiques et théurgiques.

L’initiation

Les étudiants de la Fraternité, en fonction de leurs travaux et de leurs aspirations, peuvent être invités à recevoir l’initiation dans les temples rosicruciens de la Fraternité, perpétuant ainsi l’ancienne Tradition.

Les candidats à l’initiation, dément préparés par l’étude et l’examen, peuvent ainsi participer aux mystères rosicruciens, et vivre pleinement les cérémonies initiatiques qui véhiculent par leur symbolisme, l’ancienne sagesse.

Renseignements et inscriptions : ARKANORUM – B.P. 236 75464 PARIS cedex 10 – FRANCE – http://loriginelmagazine.com/

Les Sociétés Initiatiques au fil du temps

La Confrérie du serpent (3OOO av. JC / Sumer)

sociétés secretes 1La libération, l’éveil spirituel

Parmi tous les animaux vénérés par les hommes de la préhistoire, aucun ne l’était de façon aussi marquante et significative que le serpent, et cela parce que le serpent était le symbole d’un groupe qui avait acquis une grande influence dans les premières civilisations sur les deux hémisphères de notre planète.

La confrérie du serpent était une confrérie savante qui s’était donné pour but de répandre des connaissances spirituelles et d’atteindre la liberté au niveau spirituel. Elle combattait l’esclavage d’êtres spirituels et essayait de libérer l’humanité (…) Le mot originel de la Bible pour serpent, nahash, tire d’ailleurs son origine de NHSH qui signifie « déchiffrer, trouver ».

Le prince rebelle EA (Enki) fut le fondateur de cette « Confrérie du Serpent ». Dans les anciennes tablettes mésopotamiennes, on lit qu’Ea et son père Anu possédaient une grande compréhension éthique et spirituelle. Ce fut d’ailleurs ce savoir qui fut symbolisé plus tard dans l’histoire biblique d’Adam et Eve. (Voir Le Serpent Cosmique)

Ea se serait révolté non pas contre Dieu comme écrit dans la Bible, mais contre les actes cruels de ses congénères. Mais, et malgré leurs intentions louables, Ea et la Confrérie du Serpent ne réussirent pas à libérer les hommes (…) Ea fut ensuite banni et calomnié par ses adversaires qui voulaient s’assurer qu’il ne retrouverait plus jamais d’adeptes parmi les Hommes. C’est ainsi que de « prince de la Terre », Ea passa à « prince des ténèbres ». (Source : Appendice dans Sociétés secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle )

Les mystères d’Osiris (24OO av. JC / Egypte Ancienne)

La renaissance, l’immortalité

la légende d’Osiris

Dieu de la fertilité et du renouvellement de la nature, Osiris symbolise le cycle de la végétation qui meurt sous les eaux du Nil et renaît après la décrue du fleuve. Cette idée de renouvellement, voire de résurrection, permet à la figure d’Osiris de s’étoffer au cours des siècles, et de devenir le symbole de la résurrection des âmes dans l’au-delà. Fils aîné de Geb et de Nout, il est reconnu par Rê comme son successeur. Après que Geb se soit retiré au ciel, Osiris devient roi d’Égypte et épouse sa sœur Isis.

Selon la légende, à peine devenu souverain du monde, Osiris, Dieu civilisateur, enseigne au peuple égyptien la loi, l’agriculture, et le respect de la religion. Mais sa popularité auprès de ses sujets provoque la jalousie de son frère Seth. Ce dernier parvient à enfermer Osiris dans un coffre qu’il jette à la mer. Isis, sa sœur-épouse, récupère sa dépouille et la garde cachée. Mais Seth retrouve le cadavre, le dépèce, et en disperse les morceaux à travers le pays. Isis entame une nouvelle quête, recueille ce qui reste de son époux et, grâce à ses incantations, parvient à le ressusciter. C’est alors qu’est conçu Horus, qui par la suite vengera la mort de son père et accèdera au trône. Quant à Osiris, il devient dans le monde souterrain le maître du royaume des morts, et le juge de l’âme des défunts.

sociétés secretes 2Anubis présente le défunt à Osiris et place son cœur sur le plateau d’une balance.

le culte d’Osiris – Parallèlement aux rites funéraires qui lui étaient attribués, les fêtes religieuses en l’honneur d’Osiris étaient aussi très populaires. Elles se tenaient à Abydos où chaque année on jouait une représentation de la légende osirienne. Une procession était alors organisée lors de laquelle Osiris sur sa barque massacrait ses adversaires. Ces cérémonies se tenaient au 4ème mois de la saison de l’inondation, au moment où la décrue du Nil entraînait une nouvelle floraison. Cette renaissance végétale symbolisait la victoire de la vie sur la mort. Une poignée d’élus pouvaient pénétrer dans le Temple ayant ainsi accès aux mystères d’Osiris (alors que la majorité se contentait de déposer des offrandes à ses portes). Des prêtres célébraient alors dans le secret des temples les « mystères » de ce Dieu souterrain.

L’alchimie ( 800 av. J-C )

La Transmutation

sociétés secretes 3naissance et évolution de l’alchimie

L’alchimie est né à Alexandrie vers le 9e siècle av. JC. Les alchimistes cherchaient alors à fabriquer, à partir de métaux divers, le métal parfait que serait l’or. Simultanément, une école d’alchimie se développa en Chine dont le but était également de découvrir des procédés d’obtention de l’or.

Un peu plus tard, une autre école d’alchimie fleurira en Arabie de 750 à 1258. Le premier ouvrage connu issu de cette école est le Summa Perfectionis « Sommet de la perfection », attribué au scientifique et au philosophe Geber. Cet ouvrage est le plus vieux livre sur la chimie à proprement parler. Il décrit toutes les connaissances et croyances de l’époque.

Héritiers des connaissances antiques, les alchimistes arabes travaillaient avec l’or et le mercure, l’arsenic et le soufre, les sels et les acides. Ils utilisaient différents procédés tels que la distillation dans les alambics, la sublimation ou la cristallisation.

L’alchimie issue de l’Arabie se développa à travers l’Espagne et l’Europe. Les premiers travaux connus de l’alchimie européenne sont ceux de Roger Bacon et d’Albert le Grand. Ils cherchèrent à fabriquer ou à découvrir une substance, la pierre philosophale, plus parfaite encore que l’or, et qui pouvait être utilisée pour amener les métaux de base jusqu’à la perfection de l’or.

une quête spirituelle

Mais l’alchimie est aussi une recherche spirituelle et demandait de ce fait une initiation à ses mystères… Le concept fondamental de l’alchimie dérive en effet de la doctrine selon laquelle toute chose tend à atteindre la perfection. Les corps sont alors classés en solides, liquides et vapeurs, et selon leur couleur.

Les textes alchimiques décrivent le processus de la fabrication de la Pierre Philosophale. Ces descriptions ne sont pas linéaires par rapport au processus opératoire, et il arrive souvent qu’un ouvrage ne livre qu’une ou plusieurs parties du « Grand Œuvre ». Le processus opératoire est alors décrit de manière codifiée. Les alchimistes utilisent par ailleurs de nombreux symboles pour permettre au chercheur de faire les recoupements nécessaires, le lecteur apprend alors à édifier un système philosophique dans lequel l’alchimie prend tout son sens.

la table d’émeraude

sociétés secretes 4La table d’Émeraude est le texte fondamental de l’Alchimie. Attribuée à Hermès Trismégiste « le trois fois grand », elle contient les préceptes de l’hermétisme. La figure d’Hermès Trismégiste fut associée à une divinité égyptienne, Thot, et considérée comme la divinité de la Magie.

Paroles des arcanes d’Hermès : « Il est vrai, sans mensonge, certain et très véritable : ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; par ces choses se font les miracles d’une seule chose. Et comme toutes les choses sont et proviennent d’un, par la méditation d’un, ainsi toutes les choses sont nées de cette chose unique par adaptation. Le Soleil en est le père, et la Lune la mère. Le vent l’a porté dans son ventre. La terre est sa nourrice et son réceptacle. Le Père de tout, le Thélème du monde universel est ici. Sa force ou puissance est entière si elle est convertie en terre.

Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l’épais, doucement avec grande industrie. Il monte de la terre et descend du ciel, et reçoit la force des choses supérieures et des choses inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire du monde, et toute obscurité s’enfuira de toi. C’est la force, forte de toute force, car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide. Ainsi, le monde a été créé. De cela sortiront d’admirables adaptations, desquelles le moyen est ici donné. C’est pourquoi j’ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie universelle. Ce que j’ai dit de l’œuvre solaire est complet. »

Les mystères d’Eleusis (700 av. J-C / Grèce Antique)

Le Voyage de l’âme – La (re)naissance

sociétés secretes 5La ville d’Eleusis, à 25 km d’Athènes, était dédiée au culte de Déméter (Déesse de la fertilité) qui apprit aux hommes l’agriculture. Les mystères d’Éleusis se déroulaient alors en deux parties : Au printemps avaient lieu « les petits mystères » – rites préliminaires non frappés par le sceau du secret, et à l’automne (fin septembre-début octobre) se tenaient « les grands mystères » – cérémonies secrètes que les initiés ne devaient en aucun cas divulguer.

le mythe de Déméter / Perséphone

(Perséphone et Hadès)

Perséphone (anciennement Coré « la fille » par opposition à Déméter « la mère ») fut enlevée par Hadès. Terrassée par la nouvelle, sa mère partit à sa recherche. C’est sous l’apparence d’une vieille femme que Déméter chemina jusqu’à Eleusis. Une fois arrivée, elle fut reçue par Céléos et Métanire. Elle mit alors fin à son jeûne en buvant le kykéon, et se chargea en secret d’immortaliser leur fils Démophon (en le plongeant dans le feu). Surprise par Métanire, elle s’interrompt et révèle à ses hôtes sa divinité ainsi que ses connaissances qu’elle leurs chargera de transmettre.

Toujours inconsolable par la perte de sa fille, Déméter décida d’empêcher les semailles de germer. Zeus et les autres Dieux la supplièrent de laisser pousser les cultures mais elle menaça d’affamer l’humanité si elle ne revoyait pas sa fille. Zeus céda et envoya Hermès chercher Perséphone dans le monde souterrain des Enfers. Hadès accepta de rendre Perséphone à sa mère mais cette dernière, ayant mangé les grains de grenade, était liée pour l’éternité au royaume d’Hadès. Un compromis sera malgré tout trouvé : Perséphone montera vers le Ciel au printemps, et retournera sous Terre à l’automne.

L’initiation aux mystères

Les petits mystères, ouverts à tous, ont lieu à Agraï, à l’est d’Athènes, sur les rives du fleuve Ilissos. Ils se déroulent principalement sous la forme de rites de purification dans les eaux du fleuve. C’est au cours des petits mystères que débute l’instruction des candidats à l’initiation. Ces derniers, à la fin des cérémonies, prennent le nom de mystes « initié ».

À l’automne ont lieu les grands mystères, rites s’étalant sur 10 jours accessibles aux seuls mystes. Ils débutent par le départ d’une procession de jeunes hommes, les éphèbes, se rendant d’Athènes jusqu’à Éleusis pour y chercher les hiéras (objets sacrés). Ceux-ci sont ensuite rapportés voilés jusqu’à Athènes, où ils sont déposés dans le sanctuaire de l’Éleusinion. Les cérémonies se poursuivent pour les mystes par un bain purificateur dans la mer, où est également plongé un porcelet qui est ensuite sacrifié. Une nouvelle procession part alors d’Athènes pour retourner à Éleusis et y rapporter les hiéras. À Éleusis se déroulent des célébrations de Déméter et Perséphone et des sacrifices en leur honneur. L’initiation aux grands mystères a lieu dans le Télestérion, après consommation d’une boisson sacrée, le kykéon.

le sceau du secret

Seuls les initiés avaient le droit de pénétrer dans le Télestérion et d’assister aux mystères. Nul n’avait le droit d’en révéler le secret sous peine de mort. Il est donc difficile de savoir précisément ce qui se passait lors de ces cérémonies. Ils comprenaient probablement des représentations sacrées de la quête terrestre de Déméter à la recherche de sa fille Perséphone. Les initiés eux-mêmes entraient alors dans la peau de Déméter, errant dans le Télestérion plongé dans l’obscurité. La fin de la quête de la déesse et la réapparition à la surface de Perséphone est signifiée par le retour de la lumière dans le temple et la présentation aux initiés d’un épi de blé. Les grands mystères comprennent une seconde étape, à laquelle ne peuvent participer que ceux qui ont été initiés depuis une année au moins. Il s’agit certainement aussi d’une représentation sacrée, mais qui, évoquant l’union de Déméter et de Zeus, se rapproche plus d’un culte de la fertilité. C’est à la fin de cette étape que les initiés prennent le nom d’epoptes « ceux qui savent ».

« Heureux qui possède, parmi les hommes de la terre, la vision de ces mystères.»

Les écoles de mystères (600 av. J-C / Grèce Antique)

La Philosophie des Sciences

societes secretes 6l’école ionienne / Thalès (600 av. JC)

Thalès de Millet fit partie des fameux 7 sages de l’Ionie, il fut le père de la philosophie, et le fondateur de l’école ionienne. Il voyagea en Crète, en Asie, et en Egypte – où il apprit la connaissance des mathématiques et de la géométrie. De retour en Grèce, il fonda cette école des mystères. Il y enseigna la sphéricité de la terre, l’obliquité de l’écliptique, et la vraie cause des éclipses de soleil et de lune. Il parvint également à les prédire, en employant les méthodes que les prêtres égyptiens lui avaient communiquées. Il dégagea de ses recherches un premier élément, l’Eau, pour fonder ensuite une genèse “ physique ” à partir des cosmologies magico-religieuses de la haute antiquité. Il affirma en effet que l’eau est la substance primordiale dont procède toute la matière. Thalès eut pour successeurs Anaximandre, Anaximène, et Anaxagore qui fut d’ailleurs persécuté par les athéniens pour avoir enseigné les vérités de cette école ionienne.

La Libération de l’Ame

Orphisme (500 av. JC)

Prélude au christianisme, l’orphisme constitue à la fois une religion secrète à caractère initiatique et une philosophie : l’âme, prisonnière du corps, porte le fardeau d’un crime originel ; elle ne sera libérée qu’au terme de nombreuses incarnations en se purifiant par les jeûnes, l’ascétisme et l’initiation spirituelle. C’est aussi la promesse d’une vie post-mortem. Dans les principes de l’orphisme, les hommes devraient donc se débarrasser du côté titanique ou mauvais de leur nature et préserver uniquement la nature « dionysiaque » ou divine de leur être. À travers une longue série de réincarnations, les hommes se prépareraient ainsi à l’au-delà. S’ils avaient vécu dans le mal, ils seraient punis, mais s’ils avaient vécu dans la sainteté, leur âme serait libérée après leur mort.

Le mythe de Dionysos

Des fragments de passages poétiques, notamment des inscriptions sur des tablettes en or découvertes dans les tombes de pratiquants orphistes du 6e siècle av. JC, suggèrent que l’orphisme était fondé sur une cosmogonie centrée sur le mythe du dieu Dionysos, fils de Zeus et Perséphone. Zeus voulait en effet faire de son fils le maître de l’univers, mais Héra, jalouse, livra le jeune dieu aux Titans qui le déchirèrent et le dévorèrent. Athéna, déesse de la Sagesse, parvint à récupérer son cœur et le rapporta à Zeus, qui féconda Sémélé donnant naissance à un nouveau Dionysos. Zeus punit alors les Titans en les détruisant avec sa foudre, et créa la race humaine avec leurs cendres. Les humains eurent donc une double origine : le corps terrestre était l’héritage des Titans (nés sur la terre), l’esprit venait de la divinité de Dionysos (dont les restes avaient été mélangés à ceux des Titans).

L’école pythagoricienne (530 av. J-C / Grèce Antique)

Les Vibrations et la Transmigration des Ames

Pythagore

sociétés secretes 7Originaire de Samos, Pythagore voyagea en Égypte et à Babylone où il fut initié aux mathématiques, à l’astronomie, aux sciences orientales, ou encore à la musique. Après douze années d’exil, Pythagore quitta finalement Babylone et fonda une fraternité d’initiés à Crotone, au sud de l’Italie. Outre une visée politique, la confrérie fondée par Pythagore avait également une dimension morale et religieuse. Les pythagoriciens adhéraient à certains mystères, semblables à ceux de l’orphisme. Obédience et silence, abstinence de nourriture, simplicité vestimentaire, modestie des possessions et examen de conscience, telles étaient leurs règles.

La métempsychose

Les pythagoriciens croyaient également en l’immortalité et à la transmigration des âmes (métempsycose). Ils avaient en effet l’intime conviction que l’âme de chacun est prisonnière du corps, qu’elle est délivrée de celui-ci après la mort, et réincarnée ensuite dans une nouvelle forme de vie (supérieure ou inférieure selon le degré de vertu auquel elle est parvenue). La fin suprême de l’homme serait de purifier son âme en cultivant les vertus intellectuelles, en s’abstenant des plaisirs sensuels et en accomplissant divers rites religieux.

La musique des sphères

Ayant découvert les lois mathématiques de la gamme musicale, les pythagoriciens concluront que les mouvements planétaires produisent une « musique des sphères » et développèrent une « thérapie par la musique » dans le but de mettre l’humanité en harmonie avec les sphères célestes. Ils identifièrent la science aux mathématiques, soutenant que toute chose est composée de nombres et de figures géométriques. Ils apportèrent d’importantes contributions aux mathématiques, à la théorie musicale et à l’astronomie. Pythagore donnait alors ses conférences derrière un écran dans un langage voilé qui ne pouvait être pleinement compris que par les initiés les plus avancés. La phrase la plus significative de son instruction concernait le concept fondamental à savoir que le nombre est à la fois la forme et l’essence de la création.

« Dieu a tiré la Terre du Néant comme il a tiré le un du zéro pour créer la multitude » (citation gravée sur le fronton de l’école à Crotone)

Le culte d’Isis (4OO av. JC / Egypte + Empire Gréco-romain)

Le Souffle de la Vie – La Guérison

le mythe d’Isis

isis (2)Protectrice des femmes, des enfants et des défunts dans l’au-delà, Isis possède une habileté de magicienne. Avec l’aide de Nephtys, Anubis et Thot, elle rend le souffle de la vie à son époux Osiris, après son assassinat par leur frère Seth. Elle incarne le pouvoir de vaincre la mort par l’amour – « seules ses paroles sont capables de rendre la vie à la gorge qui étouffe ».

le culte d’Isis

C’est dans les derniers temps pharaoniques qu’apparaissent sur les bords du Nil des sanctuaires dédiés à la déesse Isis. C’est ainsi que le temple basé à Philae, et commencé par Nectanebo Ier vers 350 av J-C, sera pendant des siècles le domaine d’Isis – la grande magicienne qui règne sur la vie, la mort et la résurrection. Son culte se répandit ensuite dans tout l’empire gréco-romain. Partout les Grecs chantèrent le nom de l’Egypte, et répandirent dans toute l’Europe le culte de la Femme-Mère Universelle. Ce sont eux qui révélèrent quelques aspects de la sagesse des anciens prêtres. Respectueux, ils turent ce qu’ils avaient acquis de la connaissance cachée dans les sanctuaires. Habiles dans l’art de la parole, ils laissèrent le voile d’Isis recouvrir les secrets initiatiques dont ils devinrent les héritiers.

Le culte de Mithra (100 av. J-C / Empire Gréco-romain)

La Lumière Eternelle

Mithra

Né d’un roc, Mithra préside à travers un certain nombre de miracles – dont par exemple le jaillissement d’une source au cœur d’un rocher qu’il avait frappé d’une flèche, ou encore la conservation de la puissance vitale de la nature (l’immortalité).

Dieu perse de la Lumière, Mithra dompte puis terrasse le taureau (sa propre animalité) en l’égorgeant. Dans l’Avesta, les écritures sacrées zoroastriennes, Mithra apparaît comme le yazata « le bénéfique », l’esprit du bien et l’ordonnateur du monde. Sauveur de l’Univers et du monde divin, Mithra prendra ensuite place sur le char du Soleil. Les Grecs d’Asie Mineure l’identifièrent en effet à Hélios.

Son culte fut ensuite introduit à Rome vers 68 av. JC par des pirates ciliciens. Le mithraïsme se propagea alors dans toute l’Italie et les différentes provinces romaines pendant le Bas-Empire. Il recevra le surnom de « juge des âmes ». Et fut par ailleurs le rival du christianisme.

sociétés secretes 8« Mithra sacrifiant le taureau en présence du soleil et de la lune » (alors qu’un chien et un serpent boivent le sang qui sort de la plaie)

Le mithraïsme

Le culte de Mithra était celui d’un ordre initiatique fermé, sélectif, élitaire, où les divers degrés d’initiation comportaient la révélation de secrets inconnus des membres des degrés inférieurs. Il se distinguait des religions de masse du type oriental où tout pouvait être transmis à tous. La loi du silence était la règle. Pour comprendre la religion de Mithra, il faut se remémorer les courants gnostiques qui pratiquaient une pensée symbolique orientée vers l’éternité. Servir Mithra obligeait l’initié à aider non seulement la communauté des croyants, mais également l’humanité tout entière pour la conduire sur la voie du salut et du bien. Culte secret, réservé à une élite, il conduisait à la lumière…

L’initiation

L’initiation consistait en un certain nombre d’épreuves, dont un ensevelissement rituel, symbole de la mort volontaire du néophyte à l’ignorance du monde, et de sa renaissance à la vérité. Ce que les adeptes de son culte (répartis en une stricte hiérarchie) devaient retenir c’était l’assurance de la bonne marche du cycle cosmique. Mithra jouait aussi un rôle important dans la prospérité de la terre – le sang qui jaillissait du sacrifice d’un taureau fécondait alors les espèces végétales et animales. Les adorateurs de Mithra pratiquèrent des sacrifices et des initiations rituelles dans des grottes secrètes, où les affiliés s’engageaient par serment. Plus tard, les sacrifices sanglants furent remplacés par une oblation de pain, d’eau et de vin…

L’ordre des Templiers (12ème siècle)

La libre circulation des pèlerins

or-du-temple-la-rochelle-jacques-de-molay-543poReligieux et militaire à la fois, l’Ordre des Templiers naquit lors de la deuxième croisade, en Terre Sainte. Il fut créé le 27 décembre 1118 à Jérusalem à partir d’une milice appelée Les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. L’Ordre s’accrut rapidement et bientôt les Chevaliers du Temple constituèrent une véritable et puissante armée. Malgré cela, ils finirent par succomber sous le nombre et quittèrent le Proche-Orient pour se replier en Europe, où ils s’étaient transformés en bâtisseurs et en propriétaires terriens.

Les Templiers tracèrent alors des routes, construisirent des ponts, dressèrent des places fortes, et établirent des fermes et commanderies dans tout les royaumes d’Europe. Ces travaux nécessitèrent notamment un grand nombre de compagnons. Les ouvriers, les maçons, les charpentiers, et les tailleurs de pierre ainsi enrôlés étaient francs, c’est-à-dire libres, lorsqu’ils décidaient d’observer les règlements des templiers. C’est ainsi que s’organisèrent des compagnies ouvrières et compagnonniques qui édictèrent leurs règles et leurs signes tels que nous les connaissons encore aujourd’hui.

Philippe Le Bel, pour s’emparer du trésor et des biens des Templiers leurs fit un procès en les accusant des pires crimes. Le Grand Maître Jacques de Molay fut, avec quelques uns de ses pairs, brûlé pour hérésie le 18 mars 1314 à Paris, sur un bûcher dressé sur l’Île de la Cité. Mais la connaissance et l’enseignement des Chevaliers du Temple perdura. On en retrouve d’ailleurs la trace dans les symboles et les rituels de la Maçonnerie contemporaine.

La Franc-maçonnerie (14ème siècle)

Le Temple de l’Alliance Eternelle / L’Union des Savoirs

sociétés secretes9Du légendaire Hiram découlent la plus part des rituels initiatiques utilisés de nos jours avec plus ou moins de références à Salomon, à son temple, et à quelques autres récits bibliques totalement ou partiellement repris selon les obédiences.

la légende d’Hiram

La légende rapporte qu’Hiram travaillait depuis 7 ans à l’édification du Temple. Les travaux touchant à leur fin, 3 compagnons – désireux de s’attribuer les privilèges du maître – se postèrent chacun devant une porte du temple. Le premier compagnon demanda la parole secrète au maître, mais ce dernier lui répondit qu’il n’était pas possible de l’obtenir ainsi, et qu’il fallait avoir la patience d’attendre le moment opportun.

Le compagnon frappa alors l’architecte au cou à l’aide d’une règle – cette blessure symbolise la mort physique d’Hiram. Le 2ème compagnon, ayant obtenu la même réponse, porta sur le sein gauche du maître un puissant coup d’équerre – c’est la mort sentimentale. Chancelant, Hiram se dirigea vers la 3ème porte et se trouva confronté au dernier compagnon qui lui posa la même question. Le coup de maillet porté sur son front acheva son agonie – cette troisième mort correspond à la mort mentale de l’architecte. Les 3 meurtriers se demandèrent alors s’ils connaissaient la parole secrète du maître, mais aucun d’eux n’avait pu l’obtenir. Comprenant l’inutilité de leur crime, ils plantèrent à l’endroit où ils avaient enseveli Hiram un rameau d’acacia, arbre de Vie. Cette légende marquera fortement la symbolique maçonnique, ainsi que les différentes cérémonies initiatiques. L’accession au grade de maître reprend d’ailleurs les étapes de l’assassinat d’Hiram qui doit d’abord « mourir » pour renaître.

sociétés secretes10« Êtes-vous maître ? – L’acacia m’est connu. » Hiram de Tyr (dans la bible)

Selon le 1er Livre des Rois, Hiram de Tyr était un excellent bâtisseur. A la demande de Salomon (3ème roi d’Israël, vers 950 av. J-C), Hiram s’occupa de la décoration du Temple « La maison de l’Éternel » – qui abrita pour un temps l’Arche d’Alliance. Il réalisa entre autres la Mer d’airain (gigantesque réservoir d’eau lustrale), dix bassins de bronze, ou encore les deux colonnes de bronze, baptisées Jakin et Boaz, qui jouèrent par la suite un rôle symbolique et considérable dans la Franc-Maçonnerie.

1er Livre des Rois (Chap.VII, 13-22) – Le roi Salomon fit venir de Tyr Hiram, fils d’une veuve de la tribu de Nephthali, et d’un père Tyrien, qui travaillait sur l’airain. Hiram était rempli de sagesse, d’intelligence, et de savoir pour faire toutes sortes d’ouvrages d’airain. Il arriva auprès du roi Salomon, et il exécuta tous ses ouvrages. Il fit les deux colonnes d’airain (…) Il dressa les colonnes dans le portique du temple ; il dressa la colonne de droite, et la nomma Jakin ; puis il dressa la colonne de gauche, et la nomma Boaz. Il y avait sur le sommet des colonnes un travail figurant des lis. Ainsi fut achevé l’ouvrage des colonnes.

La franc-maçonnerie « opérative » (14ème siècle)

sociétés secretes 11La Franc-Maçonnerie tire également son origine des bâtisseurs (cathédrales, abbayes, monastères) et tailleurs de pierre de l’époque. Ces compagnons/apprentis/maîtres bâtisseurs se réunissaient alors dans des loges, et se transmettaient les secrets du métier de génération en génération.

Quatre siècles plus tard, cette première Franc-Maçonnerie sera désignée comme « opérative », en raison de son côté purement professionnel. À partir du 16ème siècle, ces cercles de bâtisseurs commencèrent à s’ouvrir à d’autres corps de métiers puis, progressivement, à admettre dans leurs rangs des hommes fortunés, des hommes de loi, des ecclésiastiques, des philosophes, des médecins, ou encore des artistes… Dès lors, la Franc-Maçonnerie dite « spéculative » commença à émerger.

La franc-maçonnerie « spéculative » (18ème siècle)

Les secrets de la Franc-Maçonnerie opérative (liés aux métiers de tailleur de pierre ou d’architecte) se verront peu à peu dilués dans les mystères de l’époque (l’alchimie, la kabbale, les principes réformateurs de la Rose-Croix, ou autres doctrines hermétistes). Les membres de cette franc-maçonnerie dite « spéculative » entrevoyaient alors une synthèse possible entre la philosophie, la science expérimentale, et la magie antique. Le 24 juin 1717, quatre loges londoniennes se rassemblent en une seule et même loge. La première « Grande Loge de Tous les Temps » basée à Londres confiera alors à l’écossais James Anderson la rédaction d’un livre des Constitutions (contenant à la fois l’histoire légendaire de la fraternité et les obligations des francs-maçons).

Initiations / Les 33 degrés

Dans chacun des rituels, nous retrouvons une structure commune, le «Grade». Les grades sont les degrés de l’initiation correspondant au niveau de connaissance, de spiritualité et de capacité à raisonner selon les lois maçonniques. Les trois premiers grades sont l’«apprenti», le «compagnon» et le «maître» (90% des francs-maçons sont d’ailleurs confinés dans ces grades, sachant qu’il y en a 33 en tout, et ne les dépasseront jamais). Les loges qui forment ces premiers degrés sont appelées «Loges bleues». Les révélations se transmettent alors sous forme d’enseignement de génération en génération. L’initiation est une cérémonie sans définition religieuse pendant laquelle le profane accède à la Lumière symbolique, propice à la la découverte de lui-même et des autres. Bien qu’initié, le Franc-maçon reste toujours dans une voie initiatique exigeant une permanente ouverture d’esprit, et une continuelle volonté de rechercher ce qui est juste et vrai…

La Fraternité des Rose-Croix (17ème siècle)

Le Savoir / La sagesse

origines

sociétés secretes 12La Rose-Croix est une fraternité internationale vouée à la quête de la sagesse ésotérique. Son emblème est formé d’une rose rouge placé au cœur d’une croix. L’origine de leur ordre remonte à l’Égypte ancienne et a perduré à travers les siècles en restant volontairement dans l’ombre pendant longtemps. Les enseignements des rosicruciens constituent une combinaison de différents éléments empruntés à l’hermétisme égyptien, au gnosticisme, à la Kabbale juive, ainsi qu’à d’autres croyances et pratiques occultes.

les 3 manifestes

L’existence des Rose-Croix fut révélée publiquement par une large diffusion de 3 manifestes de la fraternité : « Fama Fraternitatis » – La « Confessio Fraternitatis » – « Les Noces Chimiques de Christian Rosenkreutz » (parus respectivement en 1614, 1615 et 1616).

sociétes secretes 13La « Fama Fraternitatis » révèle l’existence de l’Ordre de la Rose-Croix à travers l’histoire allégorique de Christian Rosenkreutz (1378-1484). Depuis le périple qu’il mena à travers le monde, en passant par la création de la Fraternité rosicrucienne, jusqu’à la découverte de son tombeau. Lorsque les Rose-Croix le découvrirent en 1604, ils virent alors sur le sommet de la porte, indiqué en grands caractères : « Je m’ouvrirai dans 120 ans ».

La « Confessio Fraternitatis » complète le premier Manifeste, d’une part en insistant sur la nécessité pour l’Homme et la société de se régénérer, et d’autre part en indiquant que la Fraternité des Rose-Croix possède une science philosophique permettant d’opérer cette Régénération. Pour justifier sa publication, la Confessio Fraternitatis expose les 37 raisons qui poussent la confrérie, jusqu’alors secrète, à dévoiler son existence pour lancer son appel aux savants. En cela, elle s’adresse avant tout aux chercheurs désireux de participer aux travaux de l’Ordre, et d’œuvrer au bonheur de l’Humanité. L’aspect prophétique de ce texte intrigua beaucoup les érudits de l’époque.

« Les Noces Chimiques de Christian Rosenkreutz » écrit par Johann Valentin Andréa, se présente comme un roman alchimique. Il retrace les 7 journées au cours desquelles Christian Rosenkreutz assiste à des noces royales. Invité par une messagère ailée, il quitte son ermitage pour se rendre à ce mariage. Après quelques périples, il arrive au sommet d’une haute montagne, avant de franchir 3 enceintes successives. Là, comme les autres invités, il est soumis à l’épreuve de la balance et jugé assez vertueux pour participer au mariage. Alors que l’on s’attend à assister à un mariage, c’est la décapitation de la famille royale que Christian Rosenkreutz nous décrit. Les cercueils sont ensuite embarqués sur sept navires en partance pour une île lointaine.

Arrivés à destination, ils sont déposés dans un curieux bâtiment de sept étages : la Tour d’Olympe. La suite du récit nous fait assister à une étrange ascension des invités à travers les sept étages de la tour. A chaque étape, sous la direction d’une femme et d’un vieillard, ils participent à des opérations alchimiques. On procède à une sorte de distillation des dépouilles royales dont on récupère un liquide qui donne bientôt naissance à un œuf blanc. De celui-ci naît un oiseau qui sera engraissé pour ensuite être décapité et réduit en cendres. Avec ces résidus, les invités fabriquent deux minuscules statues.

Ces homoncules sont nourris jusqu’à ce qu’ils prennent la taille d’adultes. Une dernière opération leur communique la flamme de vie. Les deux homoncules ne sont autres que le roi et la reine qui s’éveillent à nouveau à la vie. Peu après, ces derniers reçoivent leurs invités dans l’Ordre de la Pierre d’Or, et tous retournent au château. Cependant, Christian Rosenkreutz, lors de sa première journée au château, avait commis une indiscrétion. Il avait pénétré dans le mausolée où gisait Vénus endormie. Cette indiscrétion lui vaudra d’être condamné à devenir le gardien du château. (Source : Rose-Croix, Histoire et mystères)

Les « Illuminés de Bavière » (18ème siècle)

La Naissance d’un Nouvel Ordre Mondial

sociétés secretes 141776 – Adam Weishaupt, ancien jésuite et professeur de droit canonique, créa avec l’aide d’Adolf von Knigge (un aristocrate allemand franc-maçon) et l’apport financier de Mayer Amschel Rothschild (banquier et fondateur d’une puissante dynastie familiale), une organisation qu’il nomma « L’Ordre des Illuminés », des « Illuminati », ou encore des « perfectibles ». Son ambition première était alors de détruire toute religion et société existante. Hostile à l’autoritarisme catholique, Adam Weishaupt nourrissait en effet l’ambition d’une vaste réforme culturelle, dont la société avait selon lui besoin. « Nous devons tout détruire aveuglément avec cette seule pensée : le plus possible et le plus vite possible.» (A. Weishaupt)

1777/1782 – Adam Weishaupt s’infiltrera dans une loge Franc-maçonnique de Munich. Tout en s’inspirant des enseignements, rites, et grades auxquels il fut initié – il séduira certaines loges de ses desseins « éclairés ». Cinq ans plus tard, l’alliance entre les Francs-maçons et les « Illuminés de Bavière » fut scellée à Wilhelmsbad. En contrôlant les « Illuminés de Bavière », les Rothschild exerçaient par la même leur influence sur d’autres loges secrètes importantes et influentes de l’époque.

1785 – L’ordre des Illuminés de Bavière fut « publiquement » perçu comme une conspiration destinée à détruire l’Eglise et le pouvoir mit en place. Officiellement aboli, cet Ordre continua néanmoins son Œuvre à l’abri des regards. « La grande force de notre Ordre réside dans sa dissimulation ; qu’il n’apparaisse jamais sous son nom propre, mais toujours sous le couvert d’un autre nom, d’une autre activité… » (A. Weishaupt)

LES 13 GRADES

L’Ordre des illuminés est composé de 13 grades (symbolisés par les 13 paliers de la pyramide). Les membres de la base étaient alors isolés, ne connaissant pas ceux du niveau supérieur, tout en leur devant néanmoins l’obéissance. Dans chacune des classes, les adeptes étaient chargés de se surveiller mutuellement, et de recruter par la même occasion de nouveaux initiés. (http://cosmobranche.free.fr)

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares