A la Une Désinfo

La Chine fait de la « résistance » pour récupérer ses « Territoires occupés »

Tous les pays ont du culot, tous les terroristes sont des mythomanes, mais la Chine bat tous les records dans ce domaine.

En effet : La Chine condamne le Premier ministre indien Modi après sa visite dans les territoires occupés

Le ministre chinois des Affaires étrangères a condamné samedi la visite du Premier ministre indien Narendra Modi dans les territoires occupés.

La Chine affirme que l’État frontalier de l’Arunachal Pradesh, au nord-est du pays, est occupé et elle « s’oppose résolument » aux activités des dirigeants indiens dans cette région.

L’Arunachal Pradesh est un État du nord-est de l’Inde, créé d’abord comme territoire de l’Union le 20 janvier 1972 avant d’accéder au rang d’État proprement dit le 20 février 1987.

Sa partie septentrionale est revendiquée par la Chine comme faisant partie de la Région autonome du Tibet.

Il a une frontière internationale de 160 km avec le Bhoutan à l’ouest, de 1 080 km au nord avec la Chine et de 440 km à l’est avec la Birmanie. Il s’étend des pics enneigés de l’Himalaya au nord jusqu’à la vallée du Brahmapoutre au sud. C’est le plus vaste État du nord-est, plus étendu que l’Assam qui est cependant plus peuplé.

Les habitants actuels de l’Arunachal Pradesh ont pour ancêtres des populations venues du Tibet au cours de la période préhistorique.

Les Anglais inventent la ligne McMahon

En 1913-1914, l’administrateur britannique Sir Henry McMahon dessina, dans le cadre de la Convention de Simla, une nouvelle ligne frontière de 890 km entre l’Inde britannique et le Tibet, connue sous le nom de ligne McMahon, qui faisait passer sous contrôle britannique divers territoires contrôlés par le Tibet, notamment la région de Tawang.

Les représentants britannique, tibétain et chinois paraphèrent la convention, mais le gouvernement de Pékin s’opposa aussitôt à l’accord et renia le paraphe de son délégué.

Depuis lors, les gouvernements chinois successifs, d’abord de la République de Chine, puis de la République Populaire de Chine, ont toujours revendiqué la souveraineté chinoise sur cette région qu’ils considèrent comme une partie du Tibet – pays lui-même revendiqué.

Concrètement, la région demeura sous administration tibétaine jusqu’en 1950, au moment de la mainmise sur le Tibet par la nouvelle République Populaire de Chine.

À cette occasion, l’Inde déclara unilatéralement la ligne McMahon comme sa frontière avec la Chine, et força l’administration locale tibétaine à quitter la région de Tawang où elle était restée présente.

La ligne McMahon est reconnue par le 14e dalaï-lama, comme elle le fut par le 13e dalaï-lama, et présentée sur les cartes publiées par l’actuelle Administration centrale tibétaine en exil à Dharamsala, comme frontière sud du Tibet.

Guerre sino-indienne

La guerre sino-indienne est un conflit ayant opposé la république populaire de Chine et l’Inde en 1962, pour le contrôle de territoires himalayens.

Après l’annexion du Tibet en 1951, la Chine a repoussé sa frontière sud-ouest au détriment de l’Inde. L’armée populaire de libération pénétra au Ladakh le 7 août 1959, dans l’Himalaya occidental, et y construisit une route reliant l’Aksai Chin à la province chinoise du Xinjiang1.

La guerre est déclenchée le 20 octobre 1962 par la Chine, dirigée par Mao Zedong, qui entend modifier la frontière héritée de la ligne McMahon en sa faveur.

En octobre 1962, le Consulat général de l’Inde à Lhassa est fermé et n’a pas été rouvert depuis lors.

Cette guerre eut une influence notable sur la rupture sino-soviétique, le gouvernement soviétique ayant pris ouvertement parti pour l’Inde, tout comme le gouvernement des États-Unis

Le TIBET : un Etat qui a existé pour de bon

Pendant toute la période 1912-1950 le Gouvernement du Tibet avait une autorité exclusive dans le domaine des affaires intérieures à l’intérieur de son territoire, C’est donc considérer qu’il y avait effectivement un gouvernement au Tibet, qui de surcroît était exempt de soumission dans quelque affaires internes que ce soit.

Dans cette période , le Tibet exerçait de facto son indépendance et était constamment opposé aux tentatives Chinoises de contrôle du Tibet. Selon le Comité de Recherches Juridiques :

Le Tibet à démontré de 1913 à 1950 qu’il avait toutes les conditions requises pour être un Etat, selon les critères retenus en Droit international. En 1950, il y avait une population qui possédait son territoire, ainsi qu’un gouvernement en exercice sur ce territoire, qui définissait en toute liberté, sans aucun assujettissement étranger, ses propres affaires nationales. De 1913 à 1950 les relations étrangères étaient menées exclusivement par le gouvernement du Tibet, des documents officiels rapportent la preuve que les pays qui ont été en relation avec le Tibet ont traité avec lui en tant qu’Etat indépendant.

Le TIBET : un Etat au sens du droit international

Le TIBET selon la CHINE a toujours appartenu à la République Populaire de CHINE, il n’aurait donc jamais selon elle été un Etat. Partant de ce postulat l’idée même d’annexion du TIBET par la CHINE est inconcevable, de même les problèmes actuels seraient, pour reprendre les termes des autorités chinoises, une affaire purement intérieure.

Le TIBET conteste ces allégations. Il revendique au contraire son statut passé d’Etat indépendant et souverain.
Il convient donc de vérifier si le TIBET d’avant 1949 (date du début de l’invasion chinoise) était un Etat au sens du droit international.

Un Etat au sens du droit international est « un groupement d’individus fixé sur un territoire déterminé et soumis à l’autorité d’un même gouvernement qui exerce ses compétences en toute indépendance tout en acceptant de se soumettre directement au droit international ». Il constitue une autorité publique qui exerce le pouvoir sur un territoire et sur sa population.

Il importe que trois éléments soient conjugués pour qu’un Etat soit reconnu comme tel en droit international :

  • · Une population : constituée d’hommes et de femmes, dont le nombre importe peu, formant une communauté, distincte des autres au point de constituer une nation.
  • · Un territoire : caractérisé par une surface de sol sur laquelle la population réside, cette surface est déterminée par des frontières.
  • · Un pouvoir souverain : « ce qui fait un Etat, c’est l’établissement au sein de la nation d’une puissance publique s’exerçant supérieurement sur tous les individus qui font partie du groupe national ou qui résident seulement sur le sol national.

Nous pouvons alors constater que contrairement à l’invention d’un Etat de Palestine,  le TIBET satisfait à ces critères cumulatifs de définition alors il ne fait aucun doute qu’au sens du droit international le TIBET était bien un Etat.

Preuves que le Tibet était réellement un état souverain

  • Le TIBET d’avant l’invasion chinoise était qualifié parfois par les visiteurs occidentaux, lorsqu’ils s’y rendirent au XIXème siècle, de « théocratie féodale » compte tenu notamment d’une concentration des pouvoirs temporels et spirituels entre les mains du Dalaï-Lama.
  • Concentration des pouvoirs qui à pris naissance à partir du XVIème siècle.
  • La continuité politique de la gouvernance était assurée non pas par hérédité mais par le mécanisme de la réincarnation. Conformément aux croyances bouddhistes chaque Dalaï-Lama après son décès se réincarne. La réincarnation du précédent Dalaï-Lama est donc investi des pouvoirs temporels et spirituels dés l’âge de sa majorité. C’est un système qui implique donc une certaine instabilité et vulnérabilité lors des périodes transition et de passation de pouvoir. En attendant que la nouvelle réincarnation du Dalaï-Lama obtienne sa majorité, un régent est nommé pour diriger le pays.
  • Un Traité de paix formel a été conclu entre la CHINE et le TIBET dans les années 821-823 qui déterminait les frontières entre les deux pays. Les deux parties avaient promis solennellement que « la grande ère où les Tibétains seront heureux au TIBET et les CHINOIS heureux en CHINE ne connaîtra jamais de changement ».

La dynastie Mandchoue Quing installée au XVIIème sur le trône de CHINE est intervenue en 1720 au TIBET, où elle a imposé par la force le VIIème Dalaï-Lama face aux Mongols Dzungar qui occupaient le pays. Les Dalaï-Lama dépendaient donc de la protection des empereurs chinois.

Ce fut le début de la tutelle chinoise sur le TIBET. C’est de cette époque que date la prétention du gouvernement de Pékin sur les provinces orientales du TIBET, le Kham et l’Amdo. Seules les provinces centrales étaient reconnues comme relevant de l’autorité du Dalaï-Lama.

Mais eu début du XXème siècle après avoir assisté impuissante à l’expédition britannique de 1904, la CHINE tenta de renforcer militairement son autorité sur le TIBET mais, à la chute de la dynastie Quing en 1911, le XIIIème Dalaï-Lama proclama officiellement l’indépendance de son pays.

Dès 1911, le TIBET s’est donc officiellement reconnu indépendant.

  • Lors de la seconde guerre mondiale le TIBET était reconnu comme un Etat indépendant notamment par les Etats-Unis et la Grande Bretagne, dont la preuve est rapportée par l’envoi d’une délégation américaine à Lhassa, en 1943, pour requérir du gouvernement tibétain l’autorisation de faire transiter par le TIBET une aide militaire à la CHINE au moment de la guerre avec le JAPON. Le TIBET a donc ainsi donné son autorisation à des alliés d’apporter une assistance humanitaire à la CHINE.
  • Le TIBET était en effet indépendant et n’était soumis à aucune subordination étrangère de 1911 à 1950 ce qui est confirmé par un Traité a été conclu entre le TIBET et la MONGOLIE en janvier 1913 précisant que les deux Etats attestent s’être libéré de la domination Mandchoue et d’avoir constitué chacun un Etat indépendant. Ce traité porte le sceaux des représentants du TIBET et de la MONGOLIE La pièce originale de ce traité a été retrouvée son existence ne peut être niée de même que sa valeur juridique.
  • Le 7 novembre 1950, le gouvernement de LHASSA en a appelé aux Nations Unies, en un document aux sceaux du Cabinet (Kashag) et de l’assemblée nationale (Tsongdu).
  • · Lorsque le Népal a présenté sa demande d’adhésion aux Nations Unies en 1949, il a mentionné ses traités et relations diplomatiques avec le TIBET afin de démontrer sa pleine personnalité juridique internationale.
  • · Le TIBET avant l’occupation disposait de son propre hymne national , sa langue, son armée, ses propres institutions, il délivrait des passeports en sa qualité d’Etat tibétain, de même les cartes géographiques témoignent de l’existence d’un Etat distinct de celui de la CHINE, dont les frontières étaient parfaitement délimitées

Les Nations Unies ont notamment adopté deux résolutions internationales dans lesquelles elles faisaient référence à l’autonomie passée du TIBET et à son droit à l’autodétermination :

  • – Résolution 1353 de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 21 octobre 1959 qui dispose notamment : « Consciente également de l’héritage culturel et religieux particulier du peuple tibétain et de l’autonomie dont il a traditionnellement joui ».
  • – Résolution 1723 de 1’AssembIée Générale du 20 décembre 1961 qui dispose : « Gravement préoccupée de la suite des événements au Tibet, notamment de la violation des droits fondamentaux du peuple tibétain et des mesures prises pour détruire le particularisme culturel et religieux qui l’a traditionnellement caractérisé(…). Considérant que ces événements violent les droits fondamentaux de l’homme et les libertés fondamentales énoncés dans la Charte des Nations unies et dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, notamment le principe de l’autodétermination des peuples et des nations, et qu’ils ont pour effet déplorable d’accroître la tension internationale et d’envenimer les relations entre les peuples (…). Réitère solennellement sa demande à ce qu’il soit mis fin à des pratiques qui privent le peuple tibétain de ses droits fondamentaux et de ses libertés fondamentales, notamment de son droit à l’autodétermination. »

Les Nations Unies aujourd’hui ont oublié l’Etat historique de Tibet colonisé par la Chine et occupé en partie par l’Inde, pour se concentrer exclusivement sur un Etat de Palestine qui n’a jamais existé….

Et il y a quand même des abrutis pour ne pas voir la réalité mensongère des résolutions de cet organisme vénal contrôlé par le 4ème Reich !

Bref….

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares

Les + partagés cette année