A la Une Civilisations disparues

Histoire Secrète de l’Humanité : une civilisation mondiale a-t-elle réellement existé?

Bill Ryan reçoit Klaus Donna (vidéo VOSTFR ci-dessus)
Toutes les recherches ont mené à cette certitude qu’il y a longtemps, peut-être des milliers d’années, une civilisation mondiale aurait existé…

Le point de vue de Guy Tarade

L’histoire  de l’humanité se trouve sans doute résumée et masquée dans la Genèse biblique et les mythologies universelles. Celle que nous a léguée la Grèce antique méritant une attention toute particulière. Un fait est certain, tous ces récits évoquent d’incroyables secrets sur nos origines, voilés sous des allégories.


Les textes nous sont parvenus, enjolivés, tronqués mais bien réels. Tous contiennent des parcelles de vérités devenues aujourd’hui difficilement vérifiables, car l’environnement au sein duquel se jouent ces psychodrames a été bouleversé par de fantastiques cataclysmes.

La Genèse peut être interprétée de trois façons différentes. La première est exotérique, la seconde ésotérique et la troisième matérielle.

Les scribes d’Israël détenteurs des archives oubliées de l’humanité, masquèrent dans leurs écrits une fantastique réalité, qui pendant des siècles échappa aux théologiens et aux savants qui dépouillèrent leurs textes à l’apparence naïve.

Le premier chapitre du livre sacré des Hébreux, le Béreshit est un puits de science qui mérite d’être lu et relu avec attention.

Au paragraphe IX de la genèse, le rédacteur fait dire à l’Eternel :

 » Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi. YAHVE  appela le sec terre, et il appela l’amas des eaux mers. »

Les exégètes estiment que ces quelques lignes  sont pleines de sens et qu’elles décrivent notre planète aux premiers temps de sa création. En ces temps, il n’existait qu’un seul continent et un océan primordial. Notre globe n’était pas incliné sur son écliptique de 23°27 comme aujourd’hui. Certains prétendent qu’un satellite de glace ne gravitait qu’à quelques rayons terrestres, sa formation avait eu lieu alors que notre planète n’était encore qu’à l’état d’une nébuleuse et que, sous l’action de la force centrifuge, les corps les plus légers se trouvaient éjectés dans l’espace.

Cet  « iceberg » volant  contenait en son centre des millions de mètres cubes de liquide, et notre terre se présentait  sous la forme d’une vaste île, un continent unique. La Pangée de la fin du paléozoïque regroupait toutes les terres émergées qui s’est ensuite divisé entre le Gondwana au sud et le Laurasia au nord.

Rien n’interdit de penser que c’est à cette lointaine époque une colonie extraterrestre s’implanta sur notre terre.

Comme l’enseigne le récit biblique, la masse d’eau des mers était contenue dans un seul lieu  » subissant l’attraction permanente de cette « lune de glace».

Pour une raison inconnue, ce satellite se désagrégea, explosa. Se trouvant dans la banlieue de notre globe et tournant à la même vitesse que celui-ci, ses débris vinrent ravager sa surface, tout en modifiant son inclinaison originelle. La masse des eaux contenue  » en un seul lieu « , ne subissant plus  l’attraction du satellite, se trouva libérée, engloutissant et ravageant tout dans son déferlement.

Un accident cosmique a jadis bouleversé la terre. Dans sa simplicité, trop vite taxée de naïve, la bible nous relate un déluge qui est resté gravé à jamais dans la mémoire des hommes. Partant de cette hypothèse, dès lors, nous pouvons comprendre les      » blancs  » constatés dans l’évolution biologique. D’énormes masses d’arbres privées de la lumière ne pouvaient plus dégager que de l’acide carbonique, cet acide, se transformant à son tour, pétrifia les oiseaux en calcaire. Car sinon d’où proviendraient les roches du crétacé sur une planète formée principalement de    silice  ?

Une telle catastrophe engendra des forces gigantesques qui disloquèrent l’unique continent de l’ère primaire, ce Gondwana, dont l’existence fut avancé par Alfred Wegener, et maintenant admise par de nombreux savants.

En ouvrant un Atlas, il nous est de constater immédiatement  que les côtes du continent eurafricain correspondent aux côtes orientales des Amériques. Un véritable jeu de puzzle à l’image des Titans.

Si nous savons encore qu’au milieu de l’Atlantique, une chaîne de montagnes sous-marines  suit le même profil, dès lors, il est bien clair qu’il se produisit  autrefois une formidable fracture de l’écorce terrestre :  » une dérive des continents « . Cette fracture fut provoquée par les forces d’inertie résultant d’une brusque accélération de la rotation dela terre. Voilà trouvée peut-être, la cause de l’effondrement de l’Atlantide décrite par Platon et la destruction des animaux préhistoriques qui stupéfia Cuvier.

C’est le déluge qu’affronta  » l’universel Noé «. L’Histoire des religions, publiée aux Editions Quillet, comptabilise 602 récits identiques recensés sur les cinq continents.Tous évoquent ce drame universel.

Imaginons les océans passant  au-dessus des terres sous l’action du coup d’accélérateur imprimé à l’œuf maternel. La preuve de ce cataclysme est d’ailleurs confirmé parle fait bien connu, selon lequel les côtes orientales des Amériques furent affectées par le Déluge contrairement aux côtes occidentales de l’Eurafrique ?L’humanité a perdu le souvenir des événements anciens, et seules des traditions plus ou moins altérées nous rapportent que jadis, une très grande civilisation a connu  » l’âge d’or « , avant de sombrer dans le néant.

Rêvons ! L’Atlantide, tout comme Hyperborée et la terre de Mû ont sans doute existé…mais sous d’autres  noms. Hélas, tous les documents qui faisaient état de ces anciens mondes ont été perdus ou détruits et leurs derniers détenteurs, les ont censurés ou tronqués, car pour le politiquement correct, notre Histoire doit commencer à Sumer, alors que ses racines sont peut-être dans les étoiles !

Guy Tarade et Christophe Villa-Mélé ©
Site : http://lesarchivesdusavoirperdu.over-blog.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Elishean mag



Print Friendly
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Recherchez sur le réseau

lucien de sainte croix (2)

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Partagez105
+12
Tweetez
Épinglez
Partagez2