A la Une Crimes contre l'humanité Pédocriminalité Secrets - doc

Génocide, abus rituels: Les « fosses communes » de l’église et de la CIA

Une importante Fosse Commune remplie de femmes et d’enfants découverte à l’Université de Vancouver au Canada

Une fosse commune de plus,  contenant des corps de femmes et d’enfants autochtones canadiens récemment assassinés de la région de Cowichan a été découverte – les preuves et les corps devant être détruits par le gouvernement canadien et l’Université de Vancouver.

Les fosses communes ont été découvertes près de l’ancien hôpital indien de Nanaimo, près de l’Université de l’île de Vancouver.

Un informateur de la Gendarmerie royale du Canada a affirmé que des agents du gouvernement canadien, de l’Église unie du Canada et de l’Université de Vancouver ont récemment ordonné conjointement la destruction de restes humains dans la fosse commune puisque le site contenait non seulement des corps d’Autochtones récemment assassinés, mais aussi des générations de femmes et d’enfants utilisés dans des expériences de contrôle mental (menées par la CIA), des tests de dépistage de drogues et de stérilisation qui ont été tués à l’Université de Vancouver.

Pendant plus de cinquante ans, le NIH a été un centre expérimental géré par l’Église unie et l’armée canadienne en coopération avec la CIA.

Le même informateur a déclaré que des femmes autochtones de la région de Cowichan assassinées récemment ont été enterrées dans les fosses communes des NIH afin de cacher où elles se trouvaient.

De toute évidence, la GRC avait reçu l’ordre strict de faire taire ou d’arrêter toute personne qui tentait d’enquêter sur les lieux de sépulture des NIH.

Récemment, le journaliste Bob Hansen a été congédié de son émission à la radio CHLY de Nanaimo après avoir interviewé Kevin Annett, chef de la section Crimes of Church and State (www.itccs.org), au sujet des fosses communes des NIH.

Ce n’était pas la première fois que le gouvernement canadien et son bras militaire, la GRC, étaient accusés de couvrir des meurtres massifs d’enfants.

Selon un communiqué de presse publié le 4 mai 2017 par l’ITCCS, des adolescents et des enfants autochtones du Canada auraient été enlevés, tués et leurs corps jetés dans l’océan Pacifique par des juges de haut rang, des politiciens et l’archevêque catholique à Vancouver.

L’ITCCS a enquêté sur des affaires pour la Cour internationale de common law à Bruxelles.

« Nous croyons qu’une source importante pour les enfants a été la réserve indienne Squamish locale et les enfants fugueurs amenés par la GRC « , a déclaré un communiqué de presse de l’ITCCS.

On pensait que les élites mondiales organisaient les enlèvements, puis plaçaient des enfants indigents dans leurs yachts pour voyager à l’extérieur d’une limite territoriale de 12 miles au large de la côte du Pacifique.

L’objectif était de se trouver dans des eaux internationales « juridiquement sûres » afin d’effectuer des abus sexuels sataniques, de la pédophilie et des rites de sacrifice d’enfants avant de se débarrasser des corps et d’autres preuves des homicides dans l’océan.

Un réseau satanique a également été pensé centré au club exclusif de Vancouver, au centre-ville de Vancouver, sous le nom de code The Twelve Mile Club.

En 2014, le tribunal de la CIJCJC a ouvert une enquête sur les membres du Twelve Mile Club, Satanic Ninth Circle Child Sacrifice Cult et leur bras mafieux italien du Vatican, Ndrangheta.

Il semble également y avoir des liens avec le ministre Denis Lebel, de l’ancien premier ministre canadien Stephen Harper et le cardinal Gerald Lacroix du Québec, qui aurait participé le 22 février 2014 au sacrifice humain d’un petit garçon et d’une petite fille à Rome ; le sacrifice prévu de deux enfants à Westmount, au Québec, le 22 août 2014. 15 2014 où des membres de la secte du Neuvième Cercle* ont été arrêtés ; le 28 septembre 2014, le décès du chef de la Division de la traite des personnes d’Ottawa, Kal Ghadban, qui a contribué aux arrestations au Québec, et le 22 octobre 2014, la fusillade du soldat Nathan Cirillo dans la capitale du Canada.

*Le Neuvième Cercle est un culte rituel secret impliquant des sacrifices sataniques au sein de l’église catholique romaine ; ce culte a été fondé au XVIIe siècle par l’ordre des Jésuites*. Il est ainsi nommé en rapport avec le neuvième cercle de l’enfer, décrit dans le poème de Dante « L’Enfer », et fait référence à la demeure de Satan, et à tous ceux qui trahissent la confiance sacrée.

Selon l’ITCCS, un système organisé d’enlèvement, d’exploitation, de torture et de meurtre d’un grand nombre de femmes et d’enfants semblait exister sur la côte ouest du Canada et était exploité et protégé en partie par des secteurs de la GRC, du service de police de Vancouver (VPD), de la magistrature et des membres du gouvernement de la Colombie-Britannique et du gouvernement fédéral du Canada, y compris les militaires canadiens.

On croyait que ce système était hautement financé en partie par un trafic de drogue massif et lié à des organisations criminelles comme les Hell’s Angels, la Triade de Hong Kong, et des mafieux « free lance » sans nom de Vancouver et des États-Unis.

Le problème a été perçu comme étant d’envergure internationale, vieux de plusieurs décennies et a été fourni pendant de nombreuses années avec des femmes et des enfants des réserves autochtones et des pensionnats, avec la collusion rémunérée d’avocats, de membres du clergé et de représentants de l’Église catholique romaine, anglicane et de l’Église unie du Canada, ainsi que de dirigeants autochtones financés par l’État et de fonctionnaires du ministère des Affaires indiennes.

On croyait que Vancouver n’avait qu’un seul interlocuteur dans la roue de la pédophilie, de l’esclavage sexuel, des marchés noirs d’organes humains, des films « snuff » et de la pornographie juvénile violente qui avaient des débouchés dans tout le monde de la région du Pacifique, en particulier en Chine et en Thaïlande.

Unrepentant: le génocide des amérindiens au Canada (Kevin Annet)

Nous sommes amèrement conscients de la façon dont la religion est exploitée pour le gain financier, pour la faveur sexuelle, pour le pouvoir et pour cacher les abus contre les autres, mais c’est une obligation de ne jamais oublier, et de toujours partager, ces informations…

Voici l’histoire d’un génocide impitoyable, racontée  à travers les yeux de cet ancien ministre (Kevin Annett) qui a dénoncé sa propre église, après avoir appris des milliers de meurtres dans les pensionnats indiens.

En VOSTFR … voir en haut de l’article

Le Vatican a été relié à d’autres fosses communes pour enfants

Depuis 2008, 35 fosses communes remplies de corps d’enfants ont été retrouvées en Irlande, en Espagne et dans l’Église anglicane, Église unie du Canada, bien qu’il y ait eu principalement 80 pensionnats autochtones catholiques à travers le Canada.

Le gouvernement canadien et le Vatican ont bloqué tous les efforts d’excavation de ces fosses communes, même si les ossements d’enfants dans une fosse commune ont été vérifiés par des professionnels du pensionnat indien Mohawk de Branton, en Ontario.

L’ancien premier ministre canadien Stephen Harper et l’ancien pape Joseph Ratzinger faisaient partie des 30 élites mondiales reconnues coupables dans le premier tribunal de la CIJCJC qui s’est occupé de 50.000 enfants autochtones canadiens disparus.

Quelques jours plus tard, le pape Ratzinger a démissionné.

Le tribunal de la CIJCJC a également déclaré le supérieur jésuite Aldofo Pachon coupable de crimes contre l’humanité, ainsi que l’actuel pape François et archevêque de Canterbury Jason Welby.

Quelques jours plus tard, Pachon annonçait sa démission.

Judy Byington

Meurtre par décret

Le meurtre par décret est un dossier non censuré de l’extermination planifiée d’enfants autochtones dans les «pensionnats indiens» meurtriers du Canada. Il est publié en tant que contre-rapport correctif à l’erreur judiciaire par l’Église et l’État connu sous le nom de «Commission vérité et réconciliation» (CVR).

Basé sur des témoignages oculaires et des documents d’archives délibérément supprimés ou ignorés par la CVR, le Murder by Decree prouve que le génocide des peuples autochtones a commencé comme une campagne dirigée par la religion et continue d’être une politique gouvernementale délibérée au Canada.

Ce contre-rapport révèle ces faits surprenants: – Plus de la moitié des enfants des pensionnats indiens ont commencé à mourir la première année où ces établissements paroissiaux ont été ouverts.

Ce taux de mortalité énorme s’est maintenu pendant plus d’un demi-siècle en raison des pratiques délibérées de guerre bactériologique.

La preuve de ces crimes et de leur nature intentionnelle a été continuellement détruite par la GRC et l’Église catholique, anglicane et unie depuis au moins 1960 – Le même génocide se poursuit aujourd’hui, vise les femmes et les enfants autochtones et est motivé par les intérêts des entreprises étrangères affamées pour les terres et les ressources autochtones Le meurtre par décret est publié par le Tribunal international pour les disparus du Canada (ITDC), une coalition internationale de juristes et de groupes de défense des droits de la personne.

L’ITDC a été créée en décembre, 2015 pour enquêter sur la disparition de personnes au Canada, poursuivre les responsables et empêcher un nouveau blanchissement par le Canada de ses crimes contre l’humanité.

Ce rapport est une réponse à ces crimes et une sommation urgente au monde et à tous les Canadiens de ne plus vivre sous des régimes génocidaires.

Publié par les bureaux centraux de l’ITDC à Bruxelles et à Toronto. Pour plus d’informations: disparuofcanada@gmail.com

Au sujet de Kevin Annett

Kevin Annett est un militant mondial des droits de l’homme renommé, auteur et lanceur d’alerte, qui a dirigé le mouvement pour dénoncer et poursuivre les meurtres d’enfants par l’Église et l’État, au Canada et en Europe. Kevin est le co-fondateur du Tribunal international des crimes de l’Église et de l’État (www.itccs.org). Il a été nominé à deux reprises pour le prix Nobel de la paix. Les messages pour lui peuvent être laissés à commonland@gmail.com et au 386-492-2395.

Sources :
http://beforeitsnews.com/celebrities/2018/05/child-mass-gravesite-found-at-vancouver-university-2475390.html
http://beforeitsnews.com/contributor/pages/243/590/stories.html
http://beforeitsnews.com/celebrities/2017/09/child-trafficking-genocide-led-by-vatican-canadian-government-2475207.html
https://operationdisclosure.blogspot.fr/2018/05/mass-gravesite-of-women-and-children.html

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires