Atlantide Civilisations disparues MU Néonazisme Nephilims

Des géants de MU à la Conquête de Canaan, sur la trace des Nephilims

Les continents engloutis, les civilisations disparues, les hommes de taille gigantesque… appartiennent-ils tous aux archétypes de l’imaginaire ?

Parlons un peu de la Lémurie…

La Lémurie est une ancienne civilisation qui est supposée avoir existé avant et en même temps que l’Atlantide. On la situe dans le Pacifique Sud, entre l’Amérique du Nord, l’Asie et l’Australie. La Lémurie est appelée aussi Mu, ou Terre de Mu. A l’apogée de sa civilisation, les lémuriens étaient hautement évolués et d’une grande spiritualité. Mu, aurait été englouti par une éruption volcanique. Les survivants auraient alors fondé la civilisation Maya.

carte de MuDes explorations de la Lémurie ont eu lieu en 1910 !

Le fait que la Lémurie ait probablement existé a été établi dans notre société à partir de 1910.

Nous ne nous rappelons pas grand-chose à ce sujet, mais en 1912 un événement se produisit et modifia le cours de notre évolution. En effet, des expériences eurent lieu alors, qui étaient très semblables à celle vécue à Philadelphie en 1942 et 1943.Plus exactement, l’expérience eut lien en 1913 mais elle se termina en catastrophe et elle fut responsable du déclenchement de la Première Guerre mondiale, en 1914 . Après cela, nous n’avons plus jamais été les mêmes.

Avant la Première Guerre mondiale, la croissance spirituelle des Etats-Unis ressemblait grandement à ce qui se passe de nos jours.

Les gens étaient extrêmement intéressés par l’aspect psychique et spirituel, la méditation, la compréhension de notre passé ancien et par tout ce qui était de cette nature. Des gens comme le colonel James Chruchward et Auguste Le Plongeon, en France, étudiaient l’Atlantide, la Lémurie, et les modes de pensée, si on les compare à ceux d’aujourd’hui, étaient très semblables.

Alors, quand la Première Guerre Mondiale éclata, nous nous endormîmes littéralement et ne commençâmes à nous réveiller que durant les années 1960.

Mais les preuves qu’on avait rassemblées en 1910 sur l’existence de la Lémurie étaient tout à fait remarquables et cela avait trait au corail. Le corail ne peut pousser sous l’eau que jusqu’à une profondeur de 45 mètres.

On soupçonne qu’en 1910, le fond du Pacifique était plus haut qu’il ne l’est actuellement, étant donné que nous pouvions voir les anneaux de corail depuis la surface de l’océan. Ces anneaux s’étendaient d’ailleurs sur une grande distance sous la mer depuis l’île de Pâques.

Soit dit en passant, le fond de l’océan monte et descend périodiquement, c’est un fait. Vous ne le savez peut-être pas mais en certains endroits, le fond de l’océan Atlantique s’est élevé de plus de trois kilomètres en décembre 1969 ; vous pouvez vérifier ces données dans le magazine Life de janvier 1970.

Dans la région des Bermudes, quantité d’îles se mirent à percer la surface de l’océan. Quelques-unes sont encore là, mais la plupart d’entre elles ont à nouveau disparu sous la mer. Or, avant même que ces îles surgissent à l’aire libre, le fond de l’océan tétait profond de plus de 3 000 mètres.

Du temps où Platon a décrit l’Atlantide, les grecs avaient du mal à naviguer dans l’océan Atlantique une fois passé le détroit de Gibraltar, parce que l’eau n’était profonde que de trois à cinq mètres et parfois moins. Aujourd’hui, l’eau est à nouveau profonde dans cette partie du monde. On a estimé que les anneaux de corail qu’on découvrit dans le Pacifique étaient situés à plus de cinq cents mètre s de profondeur, et puisque le corail ne peut pas pousser en dessous de 45 mètres, cela voulait dire que les anneaux avaient coulé très très lentement.

En 1910, les gens pouvaient voir ces anneaux s’étendant loin dans la mer. Par conséquent, ils savaient qu’il avait dû y avoir beaucoup d’îles à cet endroit du Pacifique. Sans doute plus important encore, si vous étudiez la faune et la flore des îles hawaiiennes, vous retrouvez les mêmes caractéristiques sur toute une série d’îles formant un arc de cercle depuis Hawaii jusqu’à l’île de Pâques. Ces îles sont séparées par de longues distances, mais si vous regardez sur la carte, vous allez voir se dessiner une sorte de long collier.

Ce collier s’étendait jadis le long des rives occidentales de la Lémurie. Toutes ces îles, y compris Tahiti et Moorea, faisaient partie de la Lémurie. Toutes les îles composant ce collier ont exactement la même faune et la même flore – qui n’existent sur aucune des autres îles. Les mêmes arbres, les mêmes oiseaux, les mêmes abeilles, les mêmes insectes, les mêmes bactéries, les mêmes tout. La science ne peut expliquer ce phénomène que par la présence, à un moment donné, de ponts de terre entre ces îles ce qui les rendait faciles d’accès.

(Extrait de l’Ancien secret de la Fleur de Vie – Tome 1 – de Drunvalo Melchizédek)

Cela ne nous rappelle-t-il pas les diverses expéditions menées par l’Allemagne en Antarctique ? Car si le continent lémurien fut englouti , il reste des vestiges là où la glace a pu les maintenir… le pôle sud dont personne n’a encore révélé tous les secrets …!

antarctique et muQu’ont-ils découvert en 1913 ?

La découverte de tablettes rédigées en langage lémurien

En 1926, le colonel James Churchward, américain d’origine anglaise, fit sensation en publiant son 1er livre : « Le continent perdu de Mu. » Il affirmait que des tablettes découvertes en Inde et au Mexique, rédigées dans le langage de Mu qu’un vieux prêtre d’Asie lui avait appris à déchiffrer, confirmaient que ce continent avait été la source de toute civilisation, avant même l’Atlantide.

Après avoir quitté l’Inde, Churchward chercha d’autres preuves concrètes de l’existence de Mu, au Tibet, en Égypte, en Nouvelle Zélande et à l’île de Pâques. Il raconta avoir trouvé de nombreux textes gravés dans la langue sacrée de Mu. Malheureusement, personne d’autre n’a jamais vu ces plaquettes et le doute subsiste toujours sur les découvertes et les dires de Churchward.

De l’avis de David Icke…

« Il y a de cela plusieurs millénaires, avant même la soi-disant préhistoire, le Pacifique était le théâtre d’une civilisation très évoluée qui occupait un continent que nous appelons la Lémurie ou Mû. Les Lémuriens et d’autres peuples furent également à l’origine d’une autre grande civilisation, dans l’Atlantique cette fois, où se trouvait un continent que nous appelons l’Atlantide…

Les connaissances qui favorisèrent l’émergence de telles civilisations permirent l’érection d’imposantes structures telles que la Grande Pyramide et de nombreux sites sacrés partout sur Terre. (…) La Lémurie fut détruite par un cataclysme qui frappa la Terre il y a peut-être 12 000 ans de cela. L’Atlantide sombra ensuite, par phases successives au fil des millénaires suivants. Les différentes versions de l’histoire du grand déluge racontent cet anéantissement.

Lorsque les bouleversements géologiques sonnèrent le glas de l’Atlantide, les dieux et leurs lignées royales migrèrent au Proche et au Moyen-Orient et fondèrent un empire à Sumer, entre les rives du Tigre et de l’Euphrate (aujourd’hui en Irak). C’était autour de l’an 4000 avant notre ère. Selon l’histoire officielle, Sumer marqua le début de la civilisation humaine mais, en réalité, il s’agissait d’un recommencement après la destruction de l’Atlantide. (David icke à propos de la lémurie – les enfants de la matrice – 2002 -extraits)

Les Géants de MU et ceux des autres continents

L’étude des géants renverse notre compréhension du monde. Car il est possible que ces géants aient existé à une époque où tout était gigantesque. Effectivement, nous abordons de manière scientifique toutes les formes de gigantisme, dans la flore, avec les dinosaures et y compris pour les singes avec le Gigantopithecus et le Meganthropus. Pourquoi avons-nous alors oublié les géants de la race humaine ? Nous pourrions logiquement supposer que des hommes gigantesques auraient pu vivre à une époque où tout était gigantesque et connaître les dinosaures.

Des géants disséminés aux quatre coins du monde ?

Quelques histoires de Géants …

Des calculs montrent que la gravité à la surface au temps des dinosaures étaient environ la moitié de celle d’aujourd’hui.

C’est pourquoi, sans doute, les dinosaures étaient plus grands, plus longs, plus lourds… La gravité à la surface a constamment augmenté dans le temps. Magazine, Nexus, No 12, 01-02/2001

Il est pertinent d’envisager une époque où les hommes et les dinosaures auraient cohabité, d’autant plus que dans le Livre de ]ob (XXXX :10) sous le nom de Béhémoth, est décrit un animal ressemblant à un dinosaure.

Des Géants un peu partout !

« A Gargayan, dans la province nord des Philippines, on a trouvé le squelette d’un géant qui ne mesurait pas moins de 5,18 m. Ses incisives avaient 7,5 cm de longueur et 5 cm de largeur. »

« Des ossements appartenant à d’autres humains grands de 3 m ont été découverts dans le Sud Est de la Chine. Le Dr Pei Wen Chung, paléontologiste de renommée mondiale, affirme que ces restes datent de 300 000 ans. » Livre, Histoire inconnue des hommes, Robert Charroux, Ed. J’Ai Lu

« Un archéologue australien, le Dr Rex Gilroy, directeur du Mount York Natural History Museum, a tout récemment découvert à Mount Victoria des empreintes fossiles de pieds de géant dont l’authenticité ne saurait être mise en doute. » Livre, Mes preuves, cinq continents témoignent, Erich Von Däniken

« Le Dr C.N. Dougherty a irréfutablement démontré qu’on a trouvé dans la vallée des Géants, au Texas, des centaines de traces de sauriens de différentes espèces et, dans chaque cas, ces empreintes s’accompagnaient de traces géantes de pas humains. »

Le Docteur Louis Burkhalter, qui représentait autrefois la France dans les congrès de préhistoire écrivait en 1950 dans la « Revue du Muée de Beyrouth » : « Nous montrerons clairement que l’existence d’une race d’hommes gigantesques dans la période achenléenne doit être considérée dés à présent comme prouvée scientifiquement. »

Trois découvertes au moins indiquent l’existence dans le passé d’une race de géants :

– 1) le géant de Java
– 2) le géant de la Chine du Sud
– 3) le géant du Transvaal Livre, Vers un retour aux étoiles, Erich Von Däniken, Ed. J’Ai Lu

Découverte de débris d’os d’hommes de stature gigantesque. Un, au Transvaal, un dans la Chine du sud et un à Java.

Des traditions péruviennes font état de manière assez détaillées d’une race de géants, les Huaris, qui auraient bâti un grand nombre de constructions cyclopéennes réparties un peu partout dans la région andine. Magazine, Monde Inconnu (Le), No 67, 12/1985, Les Géants, Serge Hutin

Des traces de civilisations perdues dans Death Valley apparurent dans un rapport du Nevada Hot Citizen, le 5 août 1947. Des archéologues amateurs déclarent aujourd’hui avoir découvert, dans des cavernes de Californie, une civilisation perdue d’humains de neuf pieds de haut (2 m 74).

Des ustensiles d’une culture vieille de 80000 ans (sous certains aspects plus avancées que la nôtre) ont été trouvés. La caverne avait été découvert par un physicien de Beverly Hills, Bruce Russel en 1931. Ont été découverts côte à côte « les restes bien conservés de dinosaures, de smilodons (félins à grandes canines), d’éléphants impériaux et autres animaux éteints étaient exposés par paire dans des niches. » On y découvrit des articles ménagers, des fours qui apparemment fonctionnaient avec des ondes radio. Magazine, Nexus, No 12, 01-02/2001

Un géant fossilisé a été mentionné dans le magazine Strand de 1895. Son corps faisait 3,70 m. Il avait été découvert au cours d’opérations minières dans le comté d’Antrim, en Irlande. Magazine, Nexus, No 17, 11-12/2001, Les géants ont bel et bien existé, John Mount

« Dans certaines cavernes du Tibet, des ossements humains gigantesques ont été retrouvés. » Livre, J’ai vécu sur deux planètes, Phylos, Ed. Robert Laffont

Des empreintes d’humains gigantesques ou de squelettes de plus de six mètres de long ont été découverts lors de fouilles archéologiques. Livre, Famille de Lumières, Barbara Marciniak, Ed. Ariane

» Les géants furent les premiers constructeurs de cités cyclopéennes dont les vestiges existent encore sur l’île de Pâques. « Magazine, Monde Inconnu (Le), No 31, 07-08/1982, Michel Coquet

L’édification de cités géantes et le transport de monolithes pesant des milliers de tonnes –à Machu Pichu, à Ba’albeck, à Gizeh, etc…- trouvent une explication, à la fois dans la force titanesque des hommes et dans l’utilisation de leurs connaissances scientifiques.

Dans la province d’Agadir, on aurait mis au jour un atelier d’outils préhistoriques vieux également de 3000 siècles. Parmi d’autres objets, il y avait des bifaces qu’on employait à la main. Or ces bifaces pèsent 8 kg et leur préhension exige un écartement de doigts qui n’est possible qu’à un géant d’au moins 4 mètres. Livre, Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans, Robert Charroux, Ed. J’Ai Lu

Dans le passé, longtemps avant que l’histoire n’ait été relatée, des géants marchaient sur la terre. Ils étaient les jardiniers de la terre, ceux qui viennent ici pour superviser le développement de la vie sur cette planète. La race des géants n’était pas faite pour la vie terrestre, et c’est pourquoi, grâce à des moyens magiques, la taille de ces êtres diminua jusqu’à rejoindre celle des humains, et ainsi ils furent en mesure de se méler à eux sans être reconnus comme étant les jardiniers. Livre, C’était ainsi, T. Lobsang Rampa, Ed. J’Ai Lu

Avant la première destruction de l’Atlantide, la taille variait beaucoup, car en ce temps là, « il y avait des géants sur la terre, des hommes d’au moins trois ou quatre mètres, et bien proportionnés. » (Edgar Cayce, lecture 364) Livre, Visions de l’Atlantide, Edgar Cayce, Ed. J’Ai Lu

LES DIVERS TÉMOIGNAGES DANS L’HISTOIRE

Les Grecs nous ont laissé un important patrimoine de textes mythologiques où se développe une cosmogonie complexe. Leurs récits nous sont précieux au sens où ils semblent témoigner presque malgré eux. Ils nous ont fait parvenir ce que l’on croyait avant eux sont forcément partager ces croyances.

Lorsque Platon nous parle de l’Atlantide, à aucun moment, il affirme y croire. Il se contente de rapporter un récit fait à Solon par un Égyptien. Cette objectivité est d’une importance capitale pour l’étude de l’existence des géants.

Les Grecs semblent avoir entendu parler de la période de décadence des dieux. Ils rapportent des histoires complexes où foisonnent des batailles entre les Dieux et des géants, des titans, des cyclopes. Ainsi, à son retour de Troie, les Dieux décidèrent qu’Hercule les aiderait à se battre contre les géants car seul un mortel pouvait les vaincre.

Les géants étaient nés sur la Terre du sang d’Ouranos.

Le plus célèbre était Antée, invulnérable tant qu’il restait en contact avec sa mère, la Terre. On ne pouvait le tuer qu’en le soulevant, exploit qu’Hercule accomplit facilement. Ce qu’il faut retenir de cette mythologie aussi riche que compliquée est que les hommes participèrent aux dernières luttes contre les géants et dieux, comme d’ailleurs les Toltèques l’avaient également rapporté.

Notons aussi que la distinction que faisaient les Grecs entre les Dieux et les géants n’était pas très claire. Les Dieux ne sont-ils pas en fait des géants jugés bienfaisants par les hommes ? Ainsi Prométhée enseignait l’usage du feu tandis que les cyclopes sont à l’origine de la métallurgie.

D’après les récits grecs, la Terre a connu diverses périodes, terminées chacune par de grandes catastrophes. Il a existé des géants, parfois bons comme Hercule ou Prométhée considérés comme des civilisateurs, des initiateurs ne pas souvent ces créatures de grande taille étaient jugées mauvaises. Par chance, ils se sont exterminés entre eux et les derniers ont été tués par les hommes. Les récits grecs, loin d’infirmer les traditions bibliques ou amérindiennes, les complètent au contraire admirablement.

L’histoire de l’Égypte représente peut-être l’énigme la plus insoluble de l’histoire de l’humanité. La civilisation égyptienne semble sortir du néant, sans aucun développement ultérieur.

Bien au contraire, l’histoire égyptienne ne s’apparente qu’à une lente décadence. Les Égyptiens eux-mêmes ont toujours regardé en arrière et considéré leur première dynastie comme la grande période d’où toutes leurs connaissances leur étaient venues. Là aussi, on retrouve la mention de géants. Hérodote parle d’un géant Hercule qui aurait été un des premiers rois-dieux d’Égypte et qui n’avait rien à voir avec l’Hercule grec.

Certains textes Égyptiens affirment que les géants étaient en guerre contre les hommes et qu’ils émigrèrent en revêtant des formes d’animaux. Dans de nombreux mythes, les géants se réfugiaient dans les hauteurs lors des inondations et revenaient vers les plaines basses dans les périodes calmes.

Ne peut-on pas supposer que le pharaon, imitateur des anciens dieux géant, faisait de même et que lorsqu’il n’y avait pas de montagne dans les environs, il en faisait construire une, à savoir une pyramide ?

Les Thaïlandais anciens prétendaient que les hommes des premiers temps étaient d’une taille colossale.

Les nordiques, quant à eux, croyaient que les premiers êtres de la création étaient grands comme des montagnes.

Thor, le dieu du tonnerre, le fils aîné d’Odin et de la Terre, possédait un marteau, nommé Mjollnir qui ne ratait jamais son coup. Avec cette arme redoutable, il passait une grande partie de son temps à combattre les géants. Mjollnir a permis notamment aux Ases de se protéger de ces créatures démesurées. Un jour cependant, un géant le dérobe et jure de le rendre la seule condition qu’on lui permette d’épouser la déesse Freya. Thor et Loki, le dieu du Mal et de la ruse, prennent alors l’apparence de la déesse et de sa servante.

Lorsque pour bénir l’union, en place Mjollnir dans le giron de Thor, ce dernier enlève son déguisement et massacre tous les géants. La mythologie nordique met très souvent en scène des géants qui apparaissent là aussi comme les ennemis des Dieux et qui semblent avoir eu des problèmes pour trouver des épouses. De la même manière qu’avec l’histoire de David et Goliath, les géants sont abattus par des armes de jet, que ce soit à l’aide d’une fronde ou d’un marteau qui revenait lui-même dans la main de son lanceur.

L’épopée sumériennes de Gilgamesh fait état d’être de grande taille et les mythes eskimos en parlent également : « en ces temps-là il y avait des géants sur la Terre. »

Plus proche de nous, les chroniqueurs espagnols de la conquête du Pérou nous ont laissé des témoignages capitaux. Le dominicain Reginaldo de Lizarraga, qui vécut au Pérou de 1555 à 1599 et écrivit la descripçion y plobacion de las Indias, rapporte un mythe se rapportant à des êtres de stature incroyable. Cieza de Leon rapporte l’histoire d’une invasion de géants, recueillies auprès des indigènes de Santa Elena,

Dans L’actuel Equateur : « de la mer arrivèrent sur des bateaux de balsa et de paille aussi grands que des vaisseaux des hommes si immenses qu’un homme ordinaire de bonne stature atteignait la hauteur de leurs genoux. […] Comme ils n’avaient pas de femmes et que les indigènes voulaient pas d’ux à cause de leur taille, ils pratiquaient la sodomie entre eux, sans honte ni crainte de Dieu…

Les Indiens affirment que Dieu leur infligea une punition appropriée à l’énormité de leur crime. Alors qu’ils étaient ensemble, s’adonnant à leurs pratiques homosexuelles, un terrible feu descendit du ciel avec un énorme bruit, et il en surgit un ange resplendissant, une épée acérée et brillante à la main. D’un seul coup, il les tua tous et le feu les consuma. » Nous retrouvons encore une fois, la suppression de la race géants par une intervention divine suite à une conduite jugée répréhensible.

Nous pouvons faire remarquer que Platon expliquait également la catastrophe de l’Atlantide par des causes morales.

Les hommes étant devenus pervers les Dieux se mirent en colère et éliminèrent leur création : « ils tombèrent dans l’indécence -ils apparurent laids- et le Dieu des Dieux, Zeus, qui règne par les lois, compris quelles dispositions misérables prenait cette race, d’un caractère primitif si excellent. Il voulut leur appliquer un châtiment afin de les faire réfléchir et de les ramener à plus de modération. »

Suivant ce raisonnement, doit-on voir dans les géants mentionnés dans le texte biblique ou autres récits mythologiques, les descendants ou survivants de la lointaine civilisation atlantéenne.

Concernant le Pérou, le missionnaire jésuite Pedro Lozano parlait de « géants à face de chiens et aux longues dans pointus. » rencontrés près de Cuzco. Antonio Pigafetta, historien du voyage de Magellan autour du monde (1934), donna une description d’un peuple gigantesque qu’il déclarait avoir vu de ses propres yeux en Patagonie : « un jour où nous nous y attendions le moins, un homme d’une stature gigantesque se présenta à nous… Il était si grand que nos têtes arrivaient à peine à sa ceinture. »

Des indigènes du groupe de Malekula habitant les îles du Sud-Est de la Nouvelle-Guinée continuent à élever des mégalithes énormes en sculptant ces pierres en formes humaines. Ces monolithes sont taillés afin de représenter les ancêtres.

Ces ancêtres étaient donc à l’origine des géants. La majorité des récits mythiques évoquent des hommes de très haute stature, souvent en moeurs dissolus et qui furent anéantis par leurs créateurs. Les concordances entre les récits sont trop semblables pour qu’ils ne soient pas considérés uniquement comme des coïncidences. Tous ces textes renvoient à une histoire commune. Pourquoi cette quasi unanimité à décrire des êtres en chair et en os et d’une taille gigantesque s’ils n’avaient pas existé ?

Une civilisation originelle peuplée de géants

Les géants soulèvent une interrogations quant à leur histoire, leur antériorité et leur civilisation. En effet, faut-il voir dans les textes les mentionnant un fait isolé extraordinaire où le rédacteur, surpris, se trouve confronté à un homme de grande taille, bien supérieure à la normale, comme il peut en exister de nos jours ? Ou au contraire, ses géants décrits ne sont-ils que de rares descendants, des vestiges vivant en quelque sorte, d’une antique civilisation déjà disparue au moment où les rédacteurs de textes anciens les incorporaient à leurs récits ?

Dans le chapitre III de Baruch, la Bible nous donne un étonnant tableau d’une civilisation primitive :

L’humanité aurait commencé par une race gigantesque extrêmement développée intellectuellement, artistiquement et psychiquement (ces géants originels auraient ainsi eu des pouvoirs sur les oiseaux les animaux). Dieu, en raison de leur mauvaise conduite, causa leur extermination et remplaça par les hommes actuels.

Baruch décrit une civilisation mondiale très ancienne mais ne donne aucune indication sur le pays de ses premiers géants civilisés :

« où sont-ils les chefs des nations, ce qui maîtrisaient des bêtes de la terre, ceux qui se jouaient des oiseaux du ciel, qui amassaient l’argent et l’or en quoi les hommes mettent leur confiance, et dont les possessions n’avaient point de limite, ceux qui travaillaient l’argent avec tant de soins que leurs oeuvres sont impénétrables ?

Ils ont disparu, descendu à l’Hades, et d’autres ont surgi à leur place ; de plus jeunes ont vu la lumière qui ont habité sur la terre ; mais la voie de la science, ils ne l’ont pas connue, ils n’ont pas compris ses sentiers. […]

Israël, combien grande est la demeure de Dieu, et qu’il est étendu le lieu de son domaine, grand et sans fin, élevé, sans mesure !

Là naquirent les géants fameux des origines, à la haute stature et connaissant la guerre.

Ce n’est pas eux que Dieu choisit, il ne leur montra pas la voie de la science. Aussi ont-ils péri faute d’avoir la prudence, ils ont péri par leur folie. »

Les géants de la Bible et des traditions sont-ils des descendants de cette race gigantesque primitive, éliminée, selon la tradition, par la colère de Dieu en raison de leur attitude infamante ?

Les témoignages rapportés par les traditions toltèques du Mexique apportent une confirmation inattendue aux éléments apportés par les textes bibliques.

Les Toltèques sont encore mal connus de nos jours. Seuls quelques éléments ont été rapportés par les chroniqueurs de l’époque de la conquête espagnole. L’histoire des Toltèques écrites par Ixtlilxochitl, divise l’histoire du monde en plusieurs périodes appelés « Soleils » : la deuxième époque — le Soleil de la Terre — vit le monde peuplé de géants, les Quinametzins, qui disparurent presque entièrement parce que des tremblements de terre détruisirent la Terre.

Le Soleil du Vent fut la troisième époque, et les Olmèques et Xicalancas, races humaines, vécurent sur la Terre. Ils tuèrent les géants qui avaient survécu, fondèrent Chuchula et allèrent jusqu’à Tabasco.

« Tout comme dans les récits de la bible, une civilisation peuplée de géants semble avoir dominé la Terre dans des temps très anciens. Anéantis à la suite d’un cataclysme, les quelques géants survivants furent massacrés par les humains mais ont laissé dans des récits mythologiques l’empreinte de leur existence de leur magnificence perdue.

Au moment où les mythologies ont été rédigées, les géants n’étaient déjà plus qu’un lointain souvenir mais l’élément remarquable et qu’il se retrouve dans l’histoire les cinq continents. Il faut-il en penser ?

L’évidence laisserait supposer que la Terre, dans son histoire la plus reculée, a connu une civilisation de géant qui a subitement disparu pour avoir fâché les Dieux. Ce qui est indiscutable dans les mythologies qui ne sont parvenues, c’est qu’elles mettent en relief les mêmes caractéristiques en ce qui concerne ces géants.

Doit-on y voir un souvenir ancestral partagé par l’ensemble des civilisations ? Quelques questions restent encore en suspens.

Qui était ces géants ? D’où venaient-ils ?

À travers toutes les époques, sous l’Empire romain, au Moyen-âge, au XIXème siècle et encore de nos jours, dans le monde entier, des scientifiques, des archéologues, des hommes d’Eglise, des voyageurs, des historiens témoignent, cherchent, compilent dans des documentations très denses les traces et les preuves de l’existence sur Terre des géants, ces hommes ayant mesuré parfois jusqu’à plus de 4 mètres.

Quelles étaient ces dieux courroucés qui semblent avoir regretté leur création, éliminant les géants pour les remplacer par le race d’hommes dont nous faisons partie ?

Le moment de la destruction des géants correspond-il au déluge de Noé ou à la destruction de l’Atlantide comptée par Platon ?

Autant de questions qui renvoient une histoire méconnue de l’humanité, une histoire qui reste encore découvrir en s’aidant des quelques indices disséminés dans les vieux textes.

Les anciens peuples et les géants

Les histoires des civilisations anciennes sont pleines de références à des êtres de dimension gigantesque, de force démesurée et détenteurs d’un Haut Savoir, influençant directement ou indirectement les sociétés humaines. Du fait de leur grande taille et leurs grandes facultés, certaines races de géants ont été considérées comme des divinités dans l’Antiquité. L’histoire de ces géants se retrouve dans différents textes anciens et cultures du monde :

~ les Nephilim et leurs descendants les Anakim et Réphaïm de la Bible,
~ le Panthéon égyptien,
~ les dieux de l’Olympe, cyclopes et titans de la mythologie gréco-romaine,
~ les dânavas de la mythologie hindoue,
~ les guerriers du Valhalla de la mythologie scandinave
~ les Annunaki chez les sumériens, bien que l’on retrouve également le terme néfilims dans leurs archives écrites en langage cunéiforme, des géants astronautes des temps immémoriaux, venus de la planète Nibiru.

Les Égyptiens ont toujours considéré leur première dynastie comme la grande période d’où toutes leurs connaissances leur étaient venues.

On retrouve la mention de géants. Hérodote parle d’un géant Hercule qui aurait été un des premiers rois-dieux d’Égypte et qui n’avait rien à voir avec l’Hercule grec. Certains textes Égyptiens affirment que les géants étaient en guerre contre les hommes.

La mythologie nordique met très souvent en scène des géants qui apparaissent comme les ennemis des Dieux et semblent avoir eu des problèmes pour trouver des épouses.

De la même manière qu’avec l’histoire de David et Goliath, les géants sont abattus par des armes de jet, que ce soit à l’aide d’une fronde ou d’un marteau qui revenait lui-même dans la main de son lanceur.

Ce que nous savons de Goliath, c’est qu’il était le fils d’Horpa. Celle-ci ayant donné naissance à plusieurs géants. Sa soeur, Ruth se convertie au judaisme et donne la descendance de David. Cet épisode biblique confirme qu’il était encore fréquent à cette époque de voir des femmes engendrer des géants, en dehors de la terre d’Israël. (Ruth et Horpa étaient moabites et cette dernière engendra Goliath sur la terre des philistins.)

La bible nous parle aussi d’un géant qui se serait caché dans l’arche de Noé avec l’aide de Cham, et aurait ainsi échappé au déluge:

Og, roi de Basan, était resté seul de la race des Rephaïm. Voici, son lit, un lit de fer, n’est-il pas à Rabbath, ville des enfants d’Ammon? Sa longueur est de neuf coudées, et sa largeur de quatre coudées, en coudées d’homme. Deutéronome Ch 3 verset 11. (La terre d’Og, était appelée « la terre des géants)

Des témoignages plus récents nous parlent aussi de ces géants :

Le dominicain Reginaldo de Lizarraga, qui vécut au Pérou de 1555 à 1599 et écrivit « la descripçion y plobacion de las Indias », rapporte un mythe se rapportant à des êtres de stature incroyable. Cieza de Leon rapporte l’histoire d’une invasion de géants, recueillie auprès des indigènes de Santa Elena, dans l’actuel Equateur : « de la mer arrivèrent sur des bateaux de balsa et de paille aussi grands que des vaisseaux des hommes si immenses qu’un homme ordinaire de bonne stature atteignait la hauteur de leurs genoux. »

Antonio Pigafetta, historien du voyage de Magellan autour du monde (1934), donna une description d’un peuple gigantesque qu’il déclarait avoir vu de ses propres yeux en Patagonie : « un jour où nous nous y attendions le moins, un homme d’une stature gigantesque se présenta à nous… Il était si grand que nos têtes arrivaient à peine à sa ceinture. »

Des indigènes du groupe de Malekula habitant les îles du Sud-Est de la Nouvelle-Guinée continuent à élever des mégalithes énormes en sculptant ces pierres en formes humaines. Ces monolithes sont taillés afin de représenter les ancêtres.

Plusieurs mythologies nous confirme que des géants ont survécu au déluge :

L’histoire des Toltèques écrites par Ixtlilxochitl, divise l’histoire du monde en plusieurs périodes appelés « Soleils » : la deuxième époque — le Soleil de la Terre —vit le monde peuplé de géants, les Quinametzins, qui disparurent presque entièrement parce que des tremblements de terre détruisirent la Terre.Le Soleil du Vent fut la troisième époque, et les Olmèques et Xicalancas, races humaines, vécurent sur la Terre. Ils tuèrent les géants qui avaient survécu, fondèrent Chuchula et allèrent jusqu’à Tabasco.

En Grande-Bretagne, appelée autrefois Albion, vivaient des géants. Après la chute de Troie (Tiens on retrouve Troie, une ville liée aux géants) un héros nommé Brutus est arrivé en Grande-bretagne avec ses soldats et a conquis le pays. Ils se sont battus avec ces géants et en ont tué la majeure partie. Mais ils ont gardé le dénommé « gog-magog » un géant de 3 mètres 50. Le site de Stonehenge est appelé « la danse des géants », il fut érigé il y a 4 à 5 mille ans, par qui ? Les plus grosses pierres mesurent 9 mètres et pèsent 50 tonnes.

Sur les hauteurs du Golan à 80 Km de DAMAS se trouve un cercle de pierres appellé « le gilgal rephaïm ». Cette tombe, unique en son genre, était destinée à une personalitée importante pour l’époque. Il a fallu 40.000 tonnes de pierres pour le bâtir. Il a entre 4 à 5 mille ans. Cette région était gérée par Og souverain du Basan. Il était le dernier géant de la race des Rephaïm.

Il y avait donc plusieurs races ! La Bible nous donne la taille de son lit en fer environ 4 mètres 50 de long et 2 mètres de large.

Au Liban, selon des récits arabes, les temples de Baalbek auraient été construits par une race de géants pour le compte du roi Nemrod (Nimrod, fils de Cusch, fils de Cham, fils de Noé).

Lorsqu’après la sortie d’Egypte, Moïse se trouve près de rentrer en terre de Canaan, il envoie des explorateurs pour se rendre compte de ce qui attend le peuple hébreu :

« Et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants; et nous étions à nos yeux comme des sauterelles, et nous l’étions aussi à leurs yeux. » (Nombres 13 :34) « Alors toute l’assemblée éleva la voix, et se mit à jeter des cris, et le peuple pleura cette nuit-là. »(Nombres 14 :1, Ancien Testament)….

Les Anakims ou les enfants d’Anak, sont des synonymes des mots Anunnaki ou Anunna, tels qu’utilisés par Zachariah Sitchin au sujet de la civilisation sumérienne.

« Quand les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils prirent des femmes d’entre toutes celles qui leur plurent. Et l’Éternel dit : Mon esprit ne contestera point dans l’homme à toujours; dans son égarement il n’est que chair; ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre, en ce temps-là, et aussi dans la suite, parce que les fils de Dieu étaient venus vers les filles des hommes, et elles leur avaient donnaé des enfants : Ce sont ces hommes puissants qui, dans les temps anciens, furent des gens de renom. Et l’Éternel vit que la malice de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que mauvaise en tout temps. »(Genèse 6 ;1)

Avant la première destruction de l’Atlantide, la taille variait beaucoup, car en ce temps là, il y avait des géants sur la terre, des hommes d’au moins trois ou quatre mètres, et bien proportionnés. » (Edgar Cayce, lecture 364) Livre, Visions de l’Atlantide, Edgar Cayce, Ed. J’Ai Lu

Tout comme dans les récits de la bible, une civilisation peuplée de géants semble avoir dominé la Terre dans des temps très anciens. Anéantis à la suite d’un cataclysme, les quelques géants survivants furent massacrés par les humains mais ont laissé dans des récits mythologiques la trace de leur existence.

Il se peut que les gigantesques monuments, mégalithes, monolithes et ruines millénaires éparpillées à travers les continents, et même dans le fond des océans, soient les vestiges de cette époque antique qui a vu le règne des géants et que ces derniers aient pu également laissé leur empreinte dans la structure génétique des êtres humains (les gènes récessifs).

Qui sont-ils vraiment ? Quelles sont leurs origines ?

Selon la Bible, on les appelait les « Nephilim ».

Il s’agirait d’un peuple de géant né lorsque les anges déchus eurent des relations sexuelles avec des femmes terrestres, d’où leur grande taille et leur physique d’Homme.

Les « Nephilim » seraient en effet les ascendants des Anakim et des Réphaïm.

Selon certaines sources qui restent malgré tout obscures, la patrie de ces géants aurait été l’ancienne Thulé situé au pôle nord. Qu’en est-il de cette information ?

Le retour sur le scène de l’histoire, de la Pangée

Au début de l’ère secondaire, tous les continents actuels étaient assemblés comme dans un grand puzzle pour ne former qu’un seul continent géant : la Pangée. Ce supercontinent était entouré d’un immense océan : l’océan Panthalassa et une mer : La Téthys, l’ancêtre de la Méditerranée.

pangée2Selon les recherches de Fernand Crombette sur l’ancien continent unique : La Pangée, il s’avère que la terre de Canaan est le centre du monde et plus précisément la ville de Jerusalem.

pangée– Lire l’article : JERUSALEM au centre du monde…

Si on se réfère uniquement à la Bible, les géants postdiluviens seraient de la descendance du fils maudit de Noé : Cham

Saint Augustin, suivant la Septante, qualifie Nemrod de géant (gigans).

La Bible nous apprend que c’est Esaü qui tua Nemrod, afin de reprendre la « tunique d’Adam » que Nemrod avait volé .. C’est en revenant de cette chasse qu’il vendit son droit d’aînesse à son frère Jacob, pour un plat de lentilles….

A propos des fils de Cham, il écrit :

« Après cette énumération, l’Ecriture remonte à la souche et dit : « Chus engendra Nebroth, le premier géant sur la terre ; géant et chasseur violent contre le Seigneur. Aussi dit-on : chasseur contre le Seigneur comme le géant Nebroth. Sa domination s’éleva dans Babylone, Orech, Archad et Chalanne, dans la contrée de Senaar…»

Or ce Chus, père du géant Nebroth (pater gigantis Nebroth), est nommé le premier entre les fils de Cham, à qui l’Ecriture a déjà donné cinq fils et deux petits-fils.

Cham engendra-t-il ce géant après la naissance de ses petits-fils, ou avant ? Nous n’avons que peu de renseignements sur e sujet, mais l’Ecriture parle de son royaume, qui prit naissance dans la célèbre Babylone…

Or Assur, père des Assyriens, n’est pas l’un des fils de Cham, le second des fils de Noé, mais de Sem, l’aîné des fils de Noé ; d’où il paraît que, dans la suite, des descendants de Sem s’emparèrent de l’empire du géant Nébroth, et allant au-delà, fondèrent d’autres villes, dont la première fut appelée Ninive, du nom de Ninus. »

Ainsi nous avons la quasi certitude de l’origine des géants, disséminé sur la terre après le déluge, car il semble certain que tous n’ont pas été détruits et se sont propagé sue tous les continents, ce qui explique aisément les anecdotes racontées par les diverses tribus rencontrées lors des diverses expéditions menées par des scientifiques.

Mais que reste-t-il des géants antédiluviens ?

Nous pouvons voir sur la carte ci-dessus, qui place Jérusalem au centre du monde antédiluvien, que l’Antarctique était une région accolée au reste du monde, une région sans aucun doute luxuriante où pouvait évoluer une race d’homme dont on voudrait bien entendre encore parler … Qui étaient-ils?

Selon la géologie classique, cet environnement précédemment luxuriant a prospéré pendant des millions d’années durant l’âge permien. Le continent antarctique, en mouvement, s’est ensuite déplacé inexorablement sur quelques millimètres par an, en se dirigeant progressivement vers une hibernation glaciale.

Deux cartes anciennes, celles de Piri Reis et d’Oronteus Finaeus (vers 1500 avant Jésus-Christ), montrent étrangement l’Antarctique libre de glace.

Lire l’article : ANTARCTIQUE Le paradis tropical d’autrefois

Des Créatures Humanoïdes Géantes retrouvées dans les Eaux de l’Antarctique

creatures-3

creatures-2

Des pêcheurs japonais ont rapporté de nombreuses observations de ce qu’ils appellent le « Ninjen » depuis les années 90.

Ces créatures sont généralement décrites comme étant d’un blanc pur, mesurant jusqu’à 30 mètres de long, et vaguement humanoïdes en apparence, mais elles ne semblent pas avoir les traits du visage et certaines auraient des nageoires, ou ce qui ressemble à des queues de sirènes.

Des structures artificielles trouvées sous 3 km de glace

En avril 2001, un des grands secrets du monde a été révélé : une ancienne structure ou un appareil qui se trouvait enfermé des kilomètres glace dure sur l’Antarctique a été détecté par un satellite espion itinérant. L’armée américaine s’est immédiatement employée à annuler les rapports et cela a été consciencieusement respecté parles médias d’information traditionnels…

Articles sur ce sujet :

Les enjeux de l’Antarctique

Pour en revenir aux expériences secrètes qui ont abouti à la première guerre mondiale, et ont engendré la deuxième…

Avant la fin de la première guerre mondiale, fût créé la société secrète, les « FRERES DE LA LUMIERE » qui prit, plus tard, le nom de « SOCIETE VRIL ».

De la base secrète en Antarctique à la colonisation de Mars – 1ère partie

Au début de l’année 1946, la situation mondiale semblait stabilisée après les horreurs et les morts de la seconde guerre mondiale. Cependant, il restait encore des Nazis en fuite de part le monde, mais aussi des bases secrètes du III Reich. La base de Neu-Schbenland, sur le territoire allemand du même nom, en Antartique existait toujours et des Nazis l’occupait toujours après l’armistice.

Richard Byrd dira dans une conférence de presse le 5 mars 1947 que « la menace la plus grande vient maintenant du pôle sud car ils ont observés des engins volants pouvant atteindre des vitesses impressionantes !

De la base secrète en Antarctique à la colonisation de Mars – 2ème partie

Si vous avez pris connaissance de ces articles, vous comprendrez aisément que ce continent englouti : MU, n’est pas si englouti que ça, puisqu’il en reste une bonne partie cachée sous les glaces de l’Antartique.

Alors pourquoi tout ce statu quo sur les découvertes de l’Antarctique ?

Cent ans après l’ère de l’exploration, celle de l’exploitation est en train de s’ouvrir, l’Antarctique dissimule de fantastiques ressources.

Ce continent, l’Antarctique, n’appartient à personne, et à toute l’humanité en même temps, et vous allez être étonné, mais l’Antarctique, « terre de coopération internationale », est un continent protégé par un arsenal juridique de grande ampleur : le système du Traité sur l’Antarctique.

Tout d’abord il faut avoir bien compris ce que nous essayons de mettre en avant au tout début de cet article. Les informations de Drunvalo sont capitales à ce niveau : « Avant la Première Guerre mondiale, la croissance spirituelle des Etats-Unis ressemblait grandement à ce qui se passe de nos jours. »

La Vérité éparpillée

En réalité Drunvalo nous a mis depuis longtemps sur la piste des enjeux que nous subissons aujourd’hui :

« Il existe une histoire du monde cachée et secrète, sous-jacente à l’histoire officielle, et qui permet d’en expliquer bien des aspects. Pour vous aider à le comprendre, il me faut revenir des milliers d’années en arrière, jusqu’à l’époque du continent disparu de l’Atlantide. Grâce à la connaissance de l’histoire ésotérique des événements qui se sont déroulés à cette époque, les événements actuels prennent une tournure différente et acquièrent une signification, même lorsqu’ils semblent totalement illogiques et déconcertants.

Dans mon livre « l’Ancien Secret de la Fleur de Vie », j’ai évoqué cet aspect occulte de l’histoire de notre planète que Thot m’a décrite, cette époque au cours de laquelle un nouveau continent jaillit au cœur de l’Océan Atlantique, il y a entre 60 et 70.000 ans, une terre qui s’étendait de la côte est américaine actuelle jusqu’aux portes de Gibraltar. Ce continent s’appelait donc l’Atlantide.

Thot m’a parlé de l’Arbre de Vie qui fut placé dans ce nouveau continent. Il m’a expliqué que la Vie avait été insufflée dans cet Arbre de manière à ce qu’il y ait 10 vortex en rotation, situés exactement à l’emplacement des 10 centres des cercles de l’Arbre de Vie, et préfigurant les 10 zones d’habitation du nouveau continent.

A ce moment là, les Lémuriens, ceux qui avaient survécu au naufrage de la Lémurie, et qui habitaient pour la plupart dans la zone s’étendant actuellement de la Californie du nord jusqu’au sud du Pérou, commencèrent à migrer vers l’Atlantide. Lorsqu’ils y parvinrent, ces Lémuriens furent attirés par les vortex, car ils étaient exactement en harmonie avec le degré particulier d’évolution auquel correspondait leur fréquence vibratoire. Ils en utilisèrent huit, qui leur permirent de s’établir à la surface du nouveau continent, mais les deux derniers restèrent vierges de toute implantation.

C’est à ce « moment historique » que quelque chose de tout à fait nouveau se produisit sur la Terre.

Venant du futur, avec la permission de la Fédération Galactique, les Juifs arrivèrent sur notre planète et s’installèrent dans l’un de ces deux vortex demeurés vacants.

Les Juifs étaient alors une race avancée. Ils avaient décidé de revenir sur la Terre parce qu’ils avaient auparavant fait un mauvais choix dans leur évolution. Thot m’a dit qu’ils étaient comme des écoliers qui n’auraient pas compris une leçon et qu’ils devaient impérativement « revenir » et repasser le test à nouveau.

Les Juifs se joignirent donc à notre évolution, amenant avec eux une connaissance extrêmement avancée de l’Univers. Ils étaient au courant du Mer-Ka-Ba vivant. C’est grâce à lui qu’ils parvinrent jusqu’à la Terre (et ils ont secrètement conservé cette connaissance du Merkaba depuis lors, dans l’Étoile de David et dans leurs textes sacrés).

L’Étoile de David ou Hexagramme de Salomon, symbole du Mer-Ka-Ba vivant, serait un puissant pentacle énergétique, capable de canaliser des forces gigantesques.

Les Juifs venus en Atlantide connaissaient aussi les 72 ordres des anges. Et ils disposaient de bien d’autres connaissances qui furent par la suite enseignées dans les écoles des Mystères.

Si la colonisation de l’Atlantide s’était arrêtée là, la guerre en Irak n’aurait probablement jamais eu lieu. Mais quelque chose d’autre s’est produit en ces temps là, et nous en subissons aujourd’hui les conséquences.

En des temps encore plus anciens, il y a près d’un million d’années, les Martiens utilisèrent eux aussi la science du Merkaba. Mais ils le firent sans la connaissance du Mer-Ka-Ba spirituel. À la place, ils construisirent sur Mars un Merkaba physique, un bâtiment de 15 km de haut, qui était un véhicule de voyage interdimensionnel espace/temps. C’est grâce à ce véhicule, et sans la permission galactique, qu’ils parvinrent eux aussi sur la Terre peu après la formation de l’Atlantide où ils trouvèrent le dixième vortex. Et c’est ainsi qu’ils ont eux aussi rejoint notre évolution ici sur la Terre.

Une fois arrivés sur Terre, les Martiens essayèrent immédiatement d’en prendre le contrôle. Les Martiens et les Juifs appartenaient à deux des races d’êtres avancés, et les uns comme les autres étaient capables d’exercer ce contrôle. Mais seuls les Martiens le voulaient vraiment. Les Juifs étaient, quant à eux, bien plus préoccupés d’apprendre la leçon qu’ils avaient refusé d’intégrer dans leur schéma d’évolution précédent.

C’est pourquoi les Martiens essayèrent de détruire les Juifs, pensant qu’en éliminant les Juifs, ils réussiraient à avoir le contrôle de tout et de tout le monde. Mais les Juifs étaient très puissants. Comme ils avaient compris les intentions cachées des Martiens et qu’ils étaient amis avec les Lémuriens, les Martiens ne purent pas les éliminer.

Trop peu nombreux pour parvenir à leurs fins par la force, les Martiens n’abandonnèrent pas pour autant. À la place, ils parièrent sur le temps.

Le temps s’est donc écoulé. Des milliers d’années ont passé…

Je passe sur les innombrables événements et péripéties historiques qui ont jalonné cette lutte d’influence dont l’origine se perd dans la nuit des temps, et j’en arrive à une époque beaucoup plus proche de la nôtre : il y a 500 ans, notre monde est tombé dans les ténèbres. Cet événement a été consigné par les Japonais à travers la légende d’Amaterasu, déesse supposée être venue sur la Terre depuis une lointaine étoile, et aussi par les Mayas, dont le calendrier confirme que le monde s’est alors précipité dans l’ombre spirituelle.

C’est à ce moment là qu’une nouvelle culture dite « scientifique » a commencé à se propager, transformant les êtres humains en sortes de machines privées de racines divines. Et cette culture a pris le contrôle de l’Amérique et d’une grande partie de l’Europe. C’est aussi à ce moment là (et pas par coïncidence) que les Illuminati ou Gouvernement Secret, ainsi qu’on les appelle souvent, se sont organisés une nouvelle fois pour prendre le contrôle de la Terre.

Le Gouvernement Secret consiste en un petit groupe de personnes qui détiennent la plus grande partie de l’argent du monde.

Ils ne sont pas reliés à un pays en particulier. Ils travaillent à travers des multinationales, et, grâce à leur pouvoir financier et politique, ils dirigent le cours des événements du monde en vue de servir ce qu’ils considèrent comme leurs intérêts.

Les 300 membres du cercle interne de ce groupe et quelques-uns uns des 10.000 qui en forment le cercle extérieur, sont des descendants directs, par le sang, des Martiens d’origine.

Ils sont presque totalement dépourvus de tout principe moral ou émotionnel. Ils fonctionnent uniquement selon des critères purement intellectuels de froide logique. La perte d’une vie ne signifie rien pour eux, tant que ce n’est pas la leur.

Et dans leur tentative pour arriver au contrôle complet, ce cercle intérieur du Gouvernement Secret, issu des descendants des Martiens d’origine, continue aujourd’hui à essayer d’éliminer les Juifs de la face du monde.

Donc, cette guerre, de mon point de vue, est vieille de milliers d’années. Le Gouvernement Secret est très intelligent et très instruit des lois occultes qui régissent la Terre. Et à ce jour, ses membres ont infiltré toutes les nations du monde.

La tendance naturelle des Martiens est de pactiser avec les Arabes, car ces peuples proviennent tous deux de civilisations du désert. Leur but essentiel est le contrôle du monde. Et pour l’atteindre, leur stratégie est d’éliminer les Juifs. En semant le mécontentement et la discorde au sein des pays arabes, ils ont mis la pression sur les Juifs en suscitant la peur des attentats, essayant de les amener ainsi « à capituler », de manière à ce qu’il n’y ait plus d’État juif, ni aucune résistance juive à leurs objectifs. » Drunvalo

Extrait de : Martiens contre Juifs. Origine des Illuminatis

L’histoire de la guerre entre Atlantide et Mu, ne serait-elle pas en train de se continuer aujourd’hui?

Ours Blanc raconte l’histoire de son peuple‚ les Hopis‚ et les relations qu’il a su garder avec le créateur et ses auxiliaires célestes‚ les différents Kachinas. Il nous dévoile cette guerre absurde qui opposa ses ancêtres qui vivaient sur Mu (Kásskara) au peuple d’Atlantis (Talawaitichqua) et la destruction de ces deux mondes.

 » Des enfants sont nés à la suite d’une relation mystique entre nos femmes et les Kachinas. Je te raconterai plus tard des légendes qui relatent ce fait. Nos gens pouvaient toucher les Kachinas‚ il y avait donc une proximité physique entre les Kachinas et les êtres humains. Mais‚ même si cela semble étrange‚ il n’y a jamais eu de rapports sexuels. Les enfants ont été conçus de façon mystique. De tels enfants‚ quand ils grandissaient‚ avaient une grande connaissance et une grande sagesse‚ et même parfois des pouvoirs surnaturels qu’ils avaient reçus par leur père spirituel. C’étaient toujours des hommes magnifiques‚ puissants‚ qui étaient toujours prêts à aider et jamais à détruire. Ours Blanc »

Lire cet article intéressant qui retrace l’histoire des rescapés de Mu : ATLANTIS CONTRE MU, témoignage d’un Indien Hopi : Ours Blanc

Et s’il y avait une véritable relation entre Mu, les Hopis, les mayas et les juifs venus du futur  Les Hopis‚ dans leurs familles‚ suivent la lignée de la mère, au même titre que les hébreux…

Qui étaient réellement les hébreux et pourquoi ont-ils été capable d’inventer un calendrier lunaire/solaire qui s’appuie sur une mesure de temps : le Helek, qui semble venir d’un autre monde?

Le Hélek est une unité de temps qui correspond au 1 / 1080ème d’une heure. Après un rapide calcul, on se rend compte qu’un helek vaut approximativement 0,043739893 seconde !

Comment un peuple si ancien pouvait trouver une quelconque utilité avec une mesure du temps si faible et si insignifiante pour n’importe qui. Même nous, Homme vivant au Troisième millénaire, nous ne parvenons pas à se la représenter sans utiliser un appareil de mesure adéquat et suffisamment précis. Les sceptiques diront que les hébreux ont simplement inventé ce chiffre plus par commodité et que, de ce fait, il ne correspondrait à rien. Mais est-ce le cas ? Pas vraiment. Si l’on s’amuse à multiplier un helek par la vitesse de la lumière (égale à environ 300 000 mètres / seconde), on obtient environ 13 000 helek/seconde.

Lire l’article en entier : Le Helek, preuve ultime de notre passé extraterrestre?

Les secrets des temps anciens ont été occultés

Nous avons compilé de multiples preuves concernant la Tradition primordiale et celle-ci est de toute évidence retransmise dans la Torah des hébreux. La langue hébraïque, elle-même semble contenir tous les langages et serait la langue originelle parlé avant la période appelée Babel. Le patriarche Enoch aurait transmis cette tradition des origines aux peuples adamiques qui côtoyaient les peuples géants, non adamiques qui furent détruits par la volonté du créateur…

Explications du kabbaliste David Lellouche

« Sous de multiples visages, l’Hébreu se présente, comme siégeant à l’intérieur de toutes les langues, que vont adopter ses descendants. Mais aussi à l’intérieur de tous les langages des êtres de la Création, et sous tous les signes Alphabétiques les représentants. »

Jacob confirme, que son fils Joseph, est bien sous l’inspiration du gardien des sanctuaires de la connaissance cachée des origines. La force de Joseph fut donc de retrouver grâce à sa langue maternelle : L’Hébreu, dans cette Égypte qui fut son berceau initiatique, le code de déchiffrement mystique de son écriture énigmatique. Il sut retrouver dans celle qui fut pour bien des peuples, le berceau ou nombreuses civilisations s’éduquèrent, et y trouvèrent leur part dans l’enseignement, qu’elle apporta.

La connaissance primordiale qu’Hanock avait transmise, mise en forme, et adaptée au cycle Adamique. Ainsi Joseph à un lien apparenté à la même sphère, celle de « Yessod Hockmah » « fondement de la Sagesse ». Comme Hanock et Moïse qui furent des personnages éminents, dans les civilisations disparues de Mu et de l’Atlantide ou ils avaient vécu dans des vies précédentes, et dont la Tradition Kabbalistique fait des rescapés des 974 générations pré Adamiques dont le Zohar, le Talmud, et les textes Esséniens nous parlent, ce qui de source non juive, peut être confirmé depuis la découverte des fameuses « tablettes de Nakhal ».

Extrait de « Kabbale et Tradition Primordiale » par David Lellouche

Pour Helena Blavatsky, qui fut la porte-parole incontestée de la tromperie illuminati, certains individus seraient les derniers descendants de la race lémurienne qui, bien que composée d’« humains », était considérée comme encore proche du règne animal. Ce sont en effet les Béhemoth dont nous parle la Bible.

Mais Blavatsky va plus loin et affirme : «  Les « indigènes de Tasmanie » ou « une tribu des montagnes en Chine » sont, dit-elle, les derniers descendants de la race-racine lémurienne. Il existerait un nombre considérable de descendants de peuples « lémuro-atlantes », produits par de nombreux croisements, au travers des « hommes sauvages de Bornéo, les Bushmen, les Veddhas de Ceylan et certaines rares tribus d’Afrique. Les Sémites, et spécialement les Arabes, sont des Aryens plus récents – dégénérés au point de vue spirituel et perfectionnés au point de vue matériel. À cette catégorie appartiennent tous les Juifs et les Arabes. »

Ainsi commençait à poindre la théorie fumeuse de la race supérieure qui a bercé toute la génération d’Hitler et continue à induire en erreur une grande partie de la population…

Le mythe aryen faisant facilement des adeptes, il est arrivé à exposer une théorie qui affirment que les origines inconnues du sang O négatif est un indice d’ascendance des anciens lémuriens, sous-entendu « anciens animaux » : «  Les Basques ont le plus souvent un Rh négatif RH, au même titre que les Juifs, les Berbères d’Afrique du Nord et d’autres nomades… »

Selon cette théorie de la race supérieure « martienne » :

« Ultima Thulé » aurait été la capitale du premier continent colonisé par les aryens. Celui-ci s’appelait  » Hyperborée » et aurait été plus vieux que la Lémurie et l’Atlantide.

« La qualité qui rendait ces êtres des « supra hommes » était leur spiritualité occulte. Même le nom choisi  » Thulé  » provient de la dénomination traditionnelle d’un centre spirituel secret où est supposée être stockée la spiritualité planétaire et où sont sensés vivre les grands sages qui veillent sur notre planète.Ils croyaient donc également en la Doctrine Secrète de madame Blavatsky dans laquelle elle affirme que certains supra hommes ont survécu à la destruction de l’Atlantide, en gardant le haut niveau de conscience qu’ils possédaient à l’époque. Ces « supra hommes » étaient les « aryens ».

Revenons à l’expérience de 1913 et ses suites …

Ainsi cette expérience de 1913 dont parle Dunvalo fut le détonateur d’une entreprise de falsification sans précédent : la création d’une boucle temporelle pour un contrôle global de la société.

La « chaise de Montauk » et le vortex spatio-temporel

La Philadelphia Experiment et plus tard, l’expérience de Montauk qui fut sans aucun doute une expérience développée par les représentants du nazisme, dont l’idéologie reflète celle des « martiens » de la première heure, dont nous parle Drunvalo.

C’était un projet commun à la Navy et à l’Air-Force, mais les fonds étaient totalement privés. En fait, ils venaient du gouvernement Nazi lui-même : le fameux wagon plein d’or SS qui explosa dans un tunnel à la fin de la guerre. L’or se retrouva à Montauk.

Si on examine ce qui s’est passé dans ces deux expériences (Philadelphia et Montauk), on a l’impression qu’une force plus élevée a manipulé toute cette histoire, avec la coïncidence des deux dates…

A lire impérativement sur ce sujet : Comment avons-nous changé de ligne temporelle? Explication

Il semble bien évident que nous vivons aujourd’hui les derniers évènements de cette comédie habilement orchestrée depuis tant d’années. Nous sommes à la fin d’un temps sombre où tout sera enfin révélé… Dans l’attente d’une explication claire et précise de ce que fut la vraie vérité, nous ne pouvons que nous contenter d’exercer notre discernement au sein des différentes informations qui se recoupent et dont j’ai essayé de vous dresser un panorama au cours de cet article.

Réalisé à partir de plusieurs sources…

Miléna

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares