Eugénisme Néonazisme Société - doc

Eugénisme, Génocides, Darwinisme social…

darwin_Le darwinisme social est une doctrine politique évolutionniste apparue au XIXe siècle qui postule que la lutte pour la vie entre les hommes est l’état naturel des relations sociales. Selon cette idéologie, ces conflits sont aussi la source fondamentale du progrès et de l’amélioration de l’être humain. Son action politique préconise de supprimer les institutions et comportements qui font obstacle à l’expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui aboutissent à l’élimination des moins aptes et à la survie des plus aptes (« survival of the fittest »). Wikipédia

L’eugénisme est apparu à la fin du XIXe siècle avant même le lancement de la science génétique. Son inventeur ? Le cousin de Darwin, le scientifique britannique Francis Galton.

eugénisme1Dès 1865, celui-ci avait suggéré que l’État organise des concours destinés à sélectionner les individus possédant les meilleures « qualités héréditaires », puis les encourage à se marier et à avoir le maximum d’enfants.

Au premier rang des « qualités héréditaires « , Galton mettait les « capacités intellectuelles » et le « génie créateur ». On pouvait, selon lui, remarquer que certaines familles comprenaient de génération en génération, des avocats, médecins, musiciens, militaires … célèbres.

A ses yeux, cela prouvait la nature innée des « dons ». Galton proposait aussi d’enfermer les individus « de moindre valeur » dans des monastères et des couvents afin que, par ce célibat imposé, ils ne laissent pas de descendants.

En 1883, il définit explicitement la science de l’ « eugénisme » (mot qu’il a forgé à partir des racines grecques signifiant « bonne naissance » ou « hérédité noble »). L’eugénisme, dit-il, est « la science de l’amélioration des populations humaines, visant à donner aux races les meilleurs moyens de prévaloir plus rapidement sur les moins bonnes ».

La doctrine de Galton était donc fondamentalement élitiste et raciste (il considérait les Noirs comme fortement inférieurs aux blancs).

La doctrine eugéniste a connu, à la fin du XIXe siècle, une deuxième naissance, indépendamment de celle patronnée par Galtron :

En 1891, le médecin allemand Wilhelm Schallmayer lançait l’idée d’une « hygiène de la race » (Rassehygiene).

Selon lui, l’État avait le devoir moral de s’opposer à la « dégénérescence » biologique de la population en contrôlant les mariages : tout individu devait être muni d’un carnet de santé depuis le jour de sa naissance ; au moment de se marier, un médecin devait faire un rapport sur sa santé (physique et mentale), en fonction de quoi l’État autorisait ou non le mariage.

De cette façon, estimait Schallmayer, la reproduction préférentielle des individus robustes serait assurée, et le nombre des malades et des « faibles » irait en décroissant, dans la mesure où on les empêcherait de se reproduire.

Extrait de l’article « La tentation eugéniste » « Au nom du surhomme » Marcel Blanc. Documents n°10. Va-t-on modifier l’espèce humaine ? Le nouvel Observateur.

L’eugénisme par les stérilisations forcées

eugenisme 2Au Pérou, le président Alberto Fujimori (1990-2000) a été accusé de génocide et de crimes contre l’humanité en raison du programme de stérilisation mis en place.

Le gouvernement des USA finance directement ou indirectement les campagnes de stérilisations forcées dans les pays africains et d’Amérique du sud, à travers les fonds destinés à différentes ONG. L’ancien chef de l’agence nord-américaine chargé du programme de contraception, R. T. Ravenhold, affirmait dans une interview en 1997 que son pays» voulait proportionner les moyens pour pouvoir stériliser un quart des femmes de la planète «Aidé par l’ONU et de nombreuses associations» humanitaires, le gouvernement péruvien a mené et continue de mener une grande campagne de stérilisations forcées.»

Fondateur de Microsoft et l’un des hommes les plus cousus d’or du monde, Bill Gates a, lors d’une récente conférence en Californie, révélé un dessein philanthropique : la dépopulation, connue aussi sous le nom d’eugénisme.

(…) Pour lire la suite, cliquer ICI

EUGÉNISME ET SHOAH

eugénisme 4« Pour les nazis, l’ENNEMI de la race aryenne est le juif et le juif non plus considéré comme celui qui suit la religion juive mais comme une race à part. Pour les nazis c’est bien une lutte entre deux races. »

L’eugénisme, ensemble de méthodes visant à améliorer l’espèce humaine propose, sur les questions de gènes et de race, une approche théorique qui veut raisonnée, mais qui allait déboucher sur la Shoah.

Théorisé en Angleterre à la fin du XIXe siècle, l’eugénisme fut d’abord mis en pratique aux États-Unis. La politique eugéniste américaine reposait sur l’immigration sélective et sur une politique de stérilisation forcée d’individus définis comme étant physiquement ou mentalement déficients.

L’eugénisme, et plus particulièrement l’expérience américaine qui en avait été faite, allaient fournir au régime hitlérien les fondations scientifiques « légitimes » de sa politique raciale.

L’eugénisme était enseigné à tous les niveaux du système éducatif allemand. Les universités et les écoles de médecine jouèrent un rôle essentiel dans la diffusion des idées eugénistes et raciales des nazis. Des instituts aussi prestigieux que l’organisation Kaiser Wilhelm (connue de nos jours sous le nom de Société Max Planck) finançaient des programmes de recherche eugéniste et raciale. Des cours sur l’eugénisme, la génétique et l’hygiène raciale (autant de mots pris comme synonymes à l’époque) étaient dispensés dans toutes les écoles de médecine du Reich.

Le premier programme eugéniste de l’État hitlérien fut une campagne de stérilisation forcée.

Conformément à une loi de juillet 1933, 400 000 Allemands, hommes et femmes, dont on avait diagnostiqué qu’ils portaient (ou étaient susceptibles de transmettre) des facteurs biologiques considérés comme héréditaires et indésirables, furent soumis à une stérilisation chirurgicale. Ce programme de stérilisation légitima une sélection imposée par l’État sur la base de caractéristiques que le savoir médical définissait comme indésirables .

En 1935, les lois raciales de Nuremberg étendirent l’eugénisme aux caractéristiques raciales et ethniques.

La sélection des « indésirables » , toujours selon la loi sur la stérilisation, conduisit à ce que des enfants handicapés soient éliminés physiquement. Ce fut ensuite le tour des adultes internés dans des hôpitaux psychiatriques, qui furent triés et tués dans une opération connue sous le nom de code Aktion T-4.

La Question juive

A la conférence de Wannsee, en janvier 1942, qui mit au point l’application de la Solution finale, la stérilisation forcée figurait parmi les méthodes préconisées pour régler le « problème » de la procréation des Juifs dans les territoires de l’Est.

L’idée fut rejetée car difficile à mettre en place ; on lui préféra l’élimination physique, en s’appuyant sur le personnel et les méthodes de l’opération T-4. Les médecins SS choisi pour sélectionner les déportés arrivant à Auschwitz et à Birkenau devaient avoir reçu une formation en eugénisme et en génétique.

Le paradigme fondamental de la médecine sous Hitler fut celui du physicien considéré comme « sélectionneur », mandaté par l’État pour améliorer la santé de la nation (Volksgesundheit). Ayant défini certaines populations comme appartenant à des catégories dites de sous-hommes ou comme présentant des risques génétiques ou raciaux pour la nation, la médecine considérait ces êtres « inférieurs » comme des « sujets » pouvant être stérilisés, incarcérés, puis exterminés.

Tout cela se fit au nom d’une approche « scientifique » : l’eugénisme.

Source : William E. Seidelman. Le livre noir de l’humanité. Encyclopédie mondiale des génocides. Éditions Privat. 2001.

L’eugénisme 1/3

L’eugénisme 2/3

L’eugénisme 3/3

L’eugénisme désigne la volonté d’améliorer l’espèce humaine. Ce souhait, qui existe depuis l’antiquité peut se traduire par une politique volontariste d’éradication des caractères jugés handicapants ou de favorisation des caractères jugés « bénéfiques ».

Josef Mengele, le médecin nazi responsable des expériences médicales et de la sélection des prisonniers pour les chambres à gaz au camp d’extermination d’Auschwitz

  1. « Eugénisme, euthanasie, Shoah »

L’extermination des juifs, des tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945 :

Les Lebensborn étaient des institutions, développées sous le Troisième Reich, où devaient procréer des sujets de pure race aryenne (notamment des soldats SS) en vue de constituer l’élite du futur « Empire de 1000 ans »

Lebensborn

http://shoah-solutionfinale.fr

Lire aussi : Pour en finir avec le Darwinisme social

Bibliographie

  • « Au nom de la race » . Marc Hillel. Editions Fayard. 1975. Ouvrage enquête sur les Lebensborn.
  • « Croix gammée contre caducée ». Imprimerie Nationale. Neustadt (Palatinat), François Bayle. Les expériences humaines en Allemagne pendant la deuxième guerre mondiale. 1950.
  • « Médecin à Auschwitz ». Dr Nyiszli Miklos. Titre de l’original hongrois. »J’étais médecin anatomiste du Dr Mengèle au crématorium d’Auschwitz ». Editions Julliard. 1961.
  • « Le Livre noir de l’humanité » . Encyclopédie mondiale des génocides. Editions Privat.
  • « L’Etat criminel ». Les génocides au XXe siècle.Yves Ternon. Editions Seuil.
  • « Ethique médicale et droits de l’homme ». Actes Sud. 1988.
  • « Les assassins sont parmi nous ». Simon Wiesenthal. Stock. 1967.
  • « Histoire de la médecine SS ou le mythe du racisme biologique ». Dr Yves Ternon. Dr Socrate Helman. Editions Casterman.
  • « Les médecins nazis ». Le meurtre médical et la psychologie du génocide. Robert Jay Lifton. Robert Laffont.

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Vérifiez votre éligibilité 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares