Terrorisme

Erreur fatale de l’Europe qui veut « apaiser » l’Iran…

L’apaisement macabre de l’Iran par l’Europe ne fait que renforcer sa capacité à produire des armes nucléaires.

Lors de la signature de l’accord nucléaire iranien négocié avec Obama en 2015, une des nombreuses raisons fallacieuses avancées pour cet accord était d’aider le président iranien soi-disant modéré, Hassan Rouhani, à tirer les ficelles de l’extrémisme du régime islamique.

Maintenant, Hassan Rouhani ne se cache plus pour cacher son vrai côté.

S’adressant à la conférence annuelle sur l’unité islamique à Téhéran, le week-end dernier, Rouhani a qualifié Israël de « tumeur cancéreuse » formée à la suite de la Seconde Guerre Mondiale.

Passant à la théorie du complot juif à part entière, il a déclaré : « Ils ont déployé un pouvoir dans la région qui obéit complètement à l’Occident dans les questions régionales… Ils ont formé le faux régime israélien et ont tué et déplacé la nation historique de la Palestine ».

L’ayatollah Khamenei, le guide suprême de l’Iran, a exhorté les participants à la conférence à « renforcer autant que possible le mouvement de réveil et de résistance islamique dans la région, car le seul moyen de sauver la région est de répandre cet esprit et cette pensée ».

Conclusion d’un accord sur le nucléaire

Pourtant, malgré le dérangement de cet appel aux armes génocidaires, les gouvernements européens tentent toujours de contourner la politique américaine contre l’Iran dans le but de maintenir l’accord nucléaire vivant.

En août dernier, le président américain Donald Trump a réimposé des sanctions destinées à paralyser le régime iranien.

Cependant, en septembre, Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’Union Européenne, a annoncé la création qu’un canal spécial pour les paiements de l’Union Européenne qui utiliserait un système de crédits pour faciliter la compensation des biens échangés entre l’Iran et l’Europe.

Cela permettrait à certains échanges de se dérouler sans qu’il soit nécessaire que les banques commerciales européennes effectuent des paiements avec l’Iran.

L’initiative s’est récemment effondrée lorsque les pressions américaines sur l’Autriche et le Luxembourg les ont incitées à rejeter les demandes de l’Union Européenne d’hébergement de la société qui gérerait ce canal spécial.

Il y a quelques jours cependant, le Wall Street Journal a annoncé que la France et l’Allemagne étaient intervenues pour héberger la société et que le gouvernement britannique envisageait de les rejoindre.

L’empressement des Européens à continuer à commercer avec l’Iran est dégoûtant.

Les États-Unis classent l’Iran au rang de principal état mondial qui parraine le terrorisme.

Le régime est en état de guerre contre l’Occident depuis son accession au pouvoir en 1979. Il nie régulièrement l’Holocauste et réaffirme son intention de rayer Israël de la carte.

Il finance, arme et entraîne le Hamas de la Bande de Gaza et le Hezbollah au Liban, où plus de 120.000 roquettes iraniennes sont dirigées vers Israël.

L’Iran soutient le régime de Bachar al-Assad en Syrie, où des troupes iraniennes se trouvent actuellement à la frontière israélienne ; L’Iran soutient les Houthis dans la guerre civile au Yémen afin de parvenir à une domination sans égale dans la région.

Il devrait donc tout simplement être insensé de commercer avec l’Iran. Pourtant, les Européens font tout leur possible pour continuer à le faire.

Obscénité de l’Europe

Le comportement de la France et de l’Allemagne en tant que fer de lance de la subversion des sanctions américaines est particulièrement odieux.

Le président de la France, Emmanuel Macron, un fanatique de l’Union Européenne qui, de par son propre aveu, est un croisement entre Napoléon et Jupiter et s’est mis à faire des conférences sur les prétendus maux du nationalisme mondial, dirige un pays dans lequel des Juifs sont régulièrement attaqués et assassinés par des musulmans.

Son Ministère des Affaires Étrangères a déclaré qu’il ne faisait aucun doute que le Ministère du Renseignement de l’Iran était à l’origine d’une attaque déjouée en juin dernier contre un groupe de l’opposition iranienne à Paris. Cependant, Emmanuel Macron s’oppose aux sanctions américaines pour le motif que cela n’améliorerait pas la stabilité régionale.

Au lieu de cela, il est occupé à essayer de permettre au flux continu d’argent de soutenir le régime iranien. Est-ce cela qu’il veut dire par l’amélioration de la stabilité régionale?

L’hypocrisie allemande fait mal à l’estomac. En 2008, sa chancelière, Angela Merkel, est venue en Israël pour dire : « La Shoah fait honte aux Allemands. Je m’incline devant les victimes. Je m’incline devant les survivants et devant tous ceux qui les ont aidés à survivre. » L’Allemagne, a-t-elle dit, restera toujours aux côtés d’Israël ; Et elle a désigné l’Iran comme la plus grande menace pour sa sécurité.

Pourtant, bien que son service des affaires étrangères ait condamné les propos de Rouhani « dans les termes les plus forts possibles », Angela Merkel est désormais le principal champion européen de son régime.

Selon les mots de Josef Schuster, président du Conseil Central des Juifs du pays : « Il semble paradoxal que l’Allemagne, en tant que pays qui aurait du tiré des leçons de son horrible passé et qui est fermement résolue à lutter contre l’antisémitisme, est un des partenaires économiques les plus solides d’un régime qui nie de façon flagrante l’Holocauste et qui abuse des droits de l’homme au quotidien. Tout commerce avec l’Iran représente un bénéfice pour les forces terroristes et radicales, ainsi qu’un danger pour la stabilisation de la région ».

Comme Benjamin Weinthal l’a récemment écrit dans le magazine Tablet, l’explication n’est peut-être pas due au volume considérable des exportations allemandes vers l’Iran, d’une valeur de $3,42 milliards l’an dernier. Ceci peut également s’agir d’un refus pathologique de pardonner l’Holocauste à Israël, comme en témoigne son souci de transformer Israël en un véritable sac à coups de poing.

La pieuse commémoration de l’Holocauste par l’Allemagne, a-t-il suggéré, « peut être un moyen pour les politiciens allemands de se vacciner contre les critiques pour leur refus de faire face au régime islamiste antisémite et meurtrier de Téhéran ».

La Grande-Bretagne, la France et d’autres pays ont invoqué comme justification risible leur opposition à la reconduction des sanctions : Ils croient toujours que l’accord sur le nucléaire, qu’ils ont aidé à négocier, empêchera l’Iran de développer des armes nucléaires.

C’est, bien sûr, le contraire de la vérité. L’accord renforce la capacité de l’Iran à produire des armes nucléaires, en les retardant au mieux de quelques années ; L’Iran continue de développer des armes capables de transporter des ogives nucléaires ; Et, en outre, grâce à l’allègement des sanctions, la Grande-Bretagne et les autres promoteurs de l’accord ont contribué au renforcement de l’agenda infernal de l’Iran consistant à armer et à former des terroristes dans le monde et à étendre son pouvoir au Moyen-Orient et en Afrique.

Le soutien continu de la Grande-Bretagne à cet accord pernicieux a également eu des conséquences terribles pour un de ses propres citoyens. En avril 2016, Nazanin Zaghari-Ratcliffe, qui possède la double nationalité britannique et iranienne, a été emprisonné à Téhéran après avoir été accusé d’activités anti-iraniennes. Elle reste cruellement séparée de sa fille de 4 ans et de son mari qui sont demeurés en Grande-Bretagne.

Pourtant, bien que le Ministre des Affaires Étrangères de la Grande-Bretagne, Jeremy Hunt, ait imploré et demandé à son homologue iranien de la libérer, l’Iran l’a utilisée cyniquement comme monnaie d’échange pour faire pression sur la Grande-Bretagne afin qu’elle aide à affaiblir davantage les sanctions américaines.

Doucement, Jeremy Hunt a appelé l’Iran à cesser d’utiliser Zaghari-Ratcliffe et d’autres doubles nationaux comme des outils de pression diplomatique. Mais, le régime peut voir que la Grande-Bretagne n’agira pas contre elle et s’opposera réellement au renouvellement des sanctions visant à modifier son comportement.

En conséquence, Jeremy Hunt est en train de passer pour un imbécile. La vérité est que le maintien en détention de Zaghari-Ratcliffe est le résultat direct de l’apaisement de l’Iran par la Grande-Bretagne.

Et, la vérité supplémentaire, que tant de Juifs américains et d’autres trouvent si déplaisante qu’il faut le nier, c’est que le président Donald Trump est l’action la plus puissante et la plus efficace contre l’antisémitisme génocidaire de la République Islamique d’Iran.

Par Melanie Phillips – Le 2 décembre 2018

Source: World Israël News 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Articles Phares