Crimes contre l'humanité

ERDOGAN dort tranquille, Macron ne dira pas que la Turquie a profité de la Grande Guerre pour anéantir les Arméniens

Erdogan, grand invité de la cérémonie su 11/11 organisée par Macron, n’a toujours pas reconnu le génocide arménien….!

Erdogan s’endort pendant le discours de Macron

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, invité par la France à assister aux commémorations du centenaire de l’Armistice, au grand dam de nombreuses personnalités et des organisations arméniennes de France, n’a pas vraiment honoré le président Emmanuel Macron lors de son discours sous l’Arc de Triomphe. Il s’est endormi…..!

La première guerre mondiale théâtre du premier génocide du XXe siècle

L’année 1915 commence pour l’armée turque par le désastre de Sarikamis (Plateau arménien) où la IIIe armée turque du Caucase perd plus des deux tiers de ses combattants, pour la plupart morts de froid. En février, le général Ioudénitch est nommé commandement de toutes les forces russes dans le Caucase.

Les débarquement des Alliés à Gallipoli soulage le front du Caucase et permet aux Russes d’avancer dans le Caucase : en mars, ils s’emparent d’Eleskirt, d’Agrı et de Dogubeyazıt et s’avancent vers Van et sa région.

Cherchant un bouc émissaire à cette série de désastres, le gouvernement d’Enver Pacha se retourne contre les Arméniens, rapidement accusés d’intelligence avec l’ennemi russe. Au mois de février 1915, il ordonne que les 120 000 soldats Arméniens servant dans l’armée ottomane, soient désarmés et affectés à des bataillons de travail. La plupart d’entre eux seront exécutés.

Après avoir rallié Paris à ses vues, Churchill engage une action navale franco-britannique sur les Détroits visant à s’emparer des Dardanelles et de libérer Constantinople. Le 4 mars, impatient, Churchill ordonne d’accélérer les choses.

Le 18 mars, l’escadre tente de forcer le passage, ayant appris que les forts turcs étaient pratiquement à bout de munitions. Mais tous les champs de mines n’ont pas été identifiés : à 15h15, le cuirassé français Bouvet saute sur une mine et coule. Quelques instants plus tard, c’est le tour des HMS Irresistible et Inflexible, ainsi que du HMS Ocean qui se porte à leur secours. Seul l’Inflexible parvient à échapper au naufrage ; un peu plus tard enfin, les cuirassé Suffren et Gaulois sont endommagés à leur tour. Aussi, Robeck ordonne la retraite. Ce sera un véritable fiasco.

Le 7 avril 1915, la ville de Van, à l’est de la Turquie, se soulève et proclame un gouvernement arménien autonome.

C’en est trop pour la Sublime porte. Le gouverneur militaire ottoman Djevdet Bey, beau-frère d’Enver, ordonne des massacres d’Arméniens sous prétexte d’intelligence avec l’ennemi et de désertion.

Puis, le 24 avril, le ministre de l’intérieur turc Talaat Pacha publie le décret du « Dimanche Rouge » au cours duquel plusieurs centaines d’intellectuels Arméniens sont arrêtés à Istanbul et exécutés, mettant près de 1 800 000 Arméniens au ban de l’empire, point de départ de la déportation (loi Tehcir du 27 mai) et du génocide.

Le 6 mai le général Ioudénitch lance son offensive sur Van et sa région ainsi qu’en Perse, afin de dissuader les Kurdes d’intervenir et de secourir les Arméniens qui, au nombre d’environ 50 000, tentent de résister aux Turcs sous les ordres d’Aram Manoukian. Les troupes de Djevdet vont en massacrer plus de 50 000.

Malgré des renforts très importants et en dépit de 3 batailles acharnées devant Kritiya, les 6 mai, 28 juin et 12 juillet 1915, il est impossible de percer les lignes turques protégeant Constantinople. Les Anglais effectuent alors le 7 août un second débarquement dans la baie de Suvla, mais une contre-attaque turque les bloque le 10 août et le combats se poursuivent jusqu’au 23.

Sur mer, la lutte se poursuit : sur les 9 sous-marins alliés, 8 sont mis hors de combat, dont 4 français, et le sous-marin allemand U-21 coule les cuirassés HMS Triumph et Majestic.

En septembre Ioudénitch lance une nouvelle offensive sur Van et sa région : le 29 les Turcs, totalement absorbés par la bataille de Gallipoli, n’alignent que 120 000 hommes, 74 000 fusils et 180 canons. Cela ne les empêche pas de continuer à déporter et à massacrer les Arméniens. Le 15 septembre 1915 une nouvelle instruction de Talaat Pacha organise le massacre systématique de la population arménienne et des Assyro-Chaldéens : environ 1 500 000 Arméniens et 300 000 Assyro-Chaldéens disparaîtront, assassinés ou mourant de soif et de faim dans le désert syrien.

Dans ce désastre, le gouvernement allemand, allié et conseillé de la Turquie, avec 12 000 hommes sur place pendant le conflit, censure les informations sur les massacres (le mot génocide n’apparaissant qu’en 1944). La persécution des Arméniens s’étendra jusqu’en 1923. Les victimes et survivants laisseront sur place des trésors de culture, d’intelligence et de savoir-faire en tout domaine.

par Jean Eckian le samedi 10 novembre 2018
http://armenews.synten.com/

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que les accusations de génocide arménien constituaient un « chantage » et que son pays ne les « accepterait jamais ».

Dans sa réaction la plus vive à la reconnaissance de ce génocide par le parlement allemand, M. Erdogan a aussi menacé de laisser l’Europe « à ses propres tracas » si ce genre de querelle n’était pas résolu.

« Le sujet dans ce cas ce ne sont pas les Arméniens (.) La question arménienne est utilisée partout dans le monde comme un moyen pratique de chantage contre la Turquie et a même commencé d’être utilisée comme un bâton » a déclaré le président turc dans un discours télévisé.

« Notre attitude sur la question arménienne est claire depuis le début. Nous n’accepterons jamais les accusations de génocide », a-t-il ajouté.

Les Arméniens estiment qu’un million et demi des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l’Empire ottoman. Nombre d’historiens et plus de vingt pays, dont la France, l’Italie et la Russie, ont reconnu qu’il y avait eu un génocide.

La Turquie affirme pour sa part qu’il s’agissait d’une guerre civile, doublée d’une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

https://www.lexpress.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année