A la Une Divulgation Cosmique Enjeux technologiques Science cachée

Divulgation cosmique S12 Ep8 – Réaction à la civilisation séparatiste allemande

Jay : – Merci d’être avec nous, Jason.

Jasson : – – Merci à vous, Jay.

Jay : Revenons à l’accord de 1991. – Qu’est ce que c’est ?

Jasson : – Oui.  il porte sur un arrangement passé entre la Cabale et ce qu’on appelle maintenant les Allemands de Mars depuis qu’ils ont déménagé l’essentiel de leur civilisation de l’antarctique à mars. Et il s’agit donc… à la fin des années 1980, la Cabale voulait établir leur propre centre d’opérations lunaires, leur base lunaire. Mais ils ont eu le même problème que les Allemands avant eux. Tout est déjà pris. Il faut donc soudoyer, payer ou faire en sorte que quelqu’un abandonne ses terrains.

Les Allemands ayant donc leur base établie là-bas, ils avaient déjà un endroit opérationnel. donc, l’accord de 1991 entre la Cabale et les allemands de Mars a pour objet la reprise par la Cabale de la base lunaire des Allemand. Les conditions du bail avec les Dracos stipulaient que le bail devraient durer 100 ans, et les paiements avaient déjà été effectués. La Cabale ne devait donc rien payer, mais les Allemands devraient trouver un nouveau locataire. Ils avaient quitté cette base pour être loin des Dracos. Avec une autre technologie de transfert, ils avaient trouvé d’autres terrains loin des Dracos.

Jay : -Sur la lune ?

Jasson : – Oui. Donc pour se libérer du bail, ils devaient trouver un nouveau locataire. Donc, la fin des années 1980 est l’époque ou l’opération Gardiens solaires allait bon train et il leur fallait vraiment une base sur la lune. Ils ont donc établi, à nouveau, un échange avec les Allemands antarctiques, pour reprendre leurs terrains. Cette fois l’échange était que la Cabale fournisse deux divisions, soit l’équivalent de 24 000 soldats, pour être utilisés  quand et ou les Allemands antarctiques le voulaient.

Les Allemands de Mars, pour sortir du bail lunaire avec les Dracos, en plus du nouveau locataire, devaient céder 10 de leurs 12 navires de combat pour être utilisés par les Dracos à leur bon vouloir. Pas pour les détruire. Ils voulaient les utiliser. Quand ils ont demandé à quoi ils serviraient, ils ont dit : comme gardes-frontières. L’accord entre la Cabale et les Allemands de mars comprenait l’utilisation du Centre d’opérations lunaires en échange échange de 24 000 soldat. Et c’est… ce qui a constitué l’ébauche des Forces interplanétaires de défense et de réaction. Il y a en tout quatre divisions de troupes au sol dans ce programme. Deux divisions sont complètement composées d’Allemands de mars. Il n’y a aucun autre soldat dedans. Deux divisions sont mixtes et incluent des soldats de la Terre.

Jay : En quelle année étés-vous rentré dans L’IDARF ?

Jasson : J’ai J’ai commencé à m’entraîner pour L’IDARF en 1994.

Jay : En 1994 ?

Jasson : – Un des premiers.

Jay :  – Un des premiers. Détaillez-moi ce que vous faisiez pour cette organisation.

Jasson : Bien sur. La façon dont L’IDARF est organisée, l’organisation, veut que tout officier de rang O-5 et supérieur, ce qui signifie lieutenant-colonel jusqu’à colonel et général, est expressément un Allemand de Mars.

Ils ne permettaient à aucune autre personne ou soldat d’avoir un rang supérieur à major. Donc, ce que j’ai fait, avec d’autres soldats de la Terre, c’était de compéter les rangs, en fait. Ils s’étaient enrôlés. Ils étaient officiers.  En tant qu’officier, je devais être en charge d’une section, plus tard en tant que commandant en second de compagnie, en tant qu’officier d’état-major de bataillon, en tant que commandant en second de bataillon quand j’étais major, en tant qu’officier d’état-major de régiment, et finalement, à nouveau dans le régiment d’entraînement en tant que commandant de compagnie et qu’officier d’état-major.

Jay : – Sous les ordres des Allemand.

Jasson : – Sous leurs ordres.

Jay : Comment vous entendiez-vous avec eux ?

Jasson : Je m’entends bien avec tout le monde. Avoir affaire avec la hiérarchie allemande était compliqué en soi, ne vous y trompez pas, car j’étais un terrien. J’étais déjà, à leurs yeux, inapte. Et ils blâmaient pour tout et n’importe quoi les soldats terriens, officiers ou enrôlés, et sans se priver. Ils étaient mesquins ou certains étaient très… Des animosités enfouies ressortaient, à cause de leur antipathie vis-à-vis de la Cabale. Et on en était le prolongement.

Jay : Pourquoi les Allemands ont-ils permis à la Cabale et aux autres, les Etats-Unis, de créer un programme spatial secret distinct ? Pourquoi ne pas l’étouffer dans l’œuf ?

Jasson : Excellente question, que je me pose aussi. Et quand j’ai posé la question à Johann, il a dit qu’il leur fallait des capacités de production de cette planète, car ils n’avaient pas de capacité de fabrication équivalente. Et ils n’avaient pas beaucoup de R&D à leur disposition. Et une fois neutralisées toute les sociétés sur la planète, ils avaient cette énorme ressources à leur disposition.

Jay : Vous parlez toujours des Dracos. De quoi devrions-nous avoir peur?

Jasson :  Les Dracos sont un groupe de créatures extraterrestres. De grands télépathes.

Ils ont plusieurs centaines de milliers d’années en avance sur nous.

Et ce sont des créatures extrêmement, extrêmement  négatives. Leur mission, si l’on veut, est de conquérir, contrôler et dominer.

C’est ce qu’ils… C’est leur modus operandi. Et pouvoir conquérir, dominer et contrôler la Terre est un de leurs objectifs. Et grâce à leurs mandataires, de leur plein gré ou non, ils ont pu atteindre cet objectif en particulier.

Jay : Donc, les Dracos sont ici avec nous depuis un moment.

Jasson : Depuis très longtemps. Ils font très peur. Une partie de l’entrainement que j’ai subi incluait une série de ce qu’on considérerait comme des aliens effrayants, pour préparer les soldats à lutter, contrer, se battre et communiquer. Donc oui.

Jay : Pourquoi ne viennent-ils pas conquérir la Terre ? Pourquoi utiliser ces subterfuges pour nous contrôler ?

Jasson : Très bonne question. En lien aussi avec : pourquoi ne pas avoir déterré cette ancienne technologie eux-mêmes ?

Ils sont signataires dune série de traités intergalactiques qui les empêchent d’interfacer, d’interagir ou de trafiquer avec les populations indigènes ou leur planète.

Les suivent-ils vraiment ? Non, bien sur. Ils ont trouvé des failles pour les contourner. Et la façon de le faire le plus efficacement ici a été grâce à leurs mandataires humains et en contrôlant et manipulant et en faisant tout ce qu’il faut pour y arriver. Et les Dracos, ils avaient besoin de ces flottes de navires des soldats au sol qui venaient avec, L’IDARF, car, primo, la forme et les caractéristiques humaines ont tendance à se ressembler. Et on ressemble donc plus aux autres habitants de la planète qu’eux. Et deuzio, pourquoi vouloir tuer leurs propres soldats quand ils ont des substituts disposés à le faire ?

Jay : Vous êtes formé ici sur Terre, puis vous allez sur la lune et sur Mars vous entraîner.

Jasson : Correct

Jay : Comment était-ce sur la lune ?

Jasson : L’entrainement y consistait à nous orienter dans des opérations à bord. Même si techniquement, ce n’était qu’un vol dans les boites à sardines, on devait connaitre les procédures d’urgence, les procédures d’évacuation, ce qu’étaient les conduites d’eau et d’énergie, les endroits ou on ne devait pas aller, les évacuations d’urgence, la lutte contre les incendie, toutes ces choses, que, en tant que visiteur à bord d’un vaisseau pas si sur en permanence, vous devez savoir, et ou comment aller pour faire ce que vous avez à faire.

Jay : Et ça avait lieu dans la base de la Cabale sur le lune qu’ils avaient eue des Allemands ?

Jasson : Tout à fait.

Jay : Et comment était la base ? Comment étaient les édifices, à quoi servaient-ils ?

Jasson : La base était souterraine. Et là ou j’allais, quand ce n’était pas la base souterraine, j’étais à bord d’une navette. Ils croient en « Entraîne-toi comme tu te bats. » Donc, la plupart des entraînements qu’on…  eurent lieu à bord d’un vaisseau d’entrainement utilisé à cet effet.

Jay : Pas sur la lune ?

Jasson : Pas directement à sa surface.

Jay : – Comment étaient ces vaisseaux ?

Jasson : – Exigus. Comme à bord d’un navire de la marine américaine. Il n’y a pas beaucoup d’espace pour passer les portes. Il y a des cloisons partout pour des raisons de sécurité, pour pouvoir isoler des parties de la navette.

Jay : lors de votre entrainement sur la lune, étiez-vous toujours sous les ordres des officiers allemands ?

Jasson : – Oui.

Jay : – Je vois.

Jasson : Toujours sous leurs ordres, sous leur contrôle et soumis à leur règles. Certains entraînements sur la lune comporteraient une initiation aux opération minigravité, se familiariser avec nos combinaisons de combat.

Jay : Est-ce long d’aller de la Terre à la lune ?

Jasson : Quelques minutes. Tout au plus.

Jay : Voyons une partie de la séance d’hypnose.

Georgina : Parlez-moi de votre premier… déplacement en tant que groupe, sur une autre planète, et sur laquelle c’était.

Jasson : Le premier déplacement a été sur la lune. Avec une navette.

Georgina : D’ou ?

Jasson : De la Zone 51. J’ai cru…On a été transférés de la base souterraine à la Zone 51. C’était notre point de départ, le désert du Nevada.

On est parti de là en navette pour le Centre d’opérations lunaires, ou débuta notre entrainement suivant. On y est resté six mois pour apprendre la microgravité, pour apprendre les pour et les contre de chaque système.

Georgina : Était-ce dans une salle de classe ?

Jasson : Parfois.

Georgina : Ou d’autre ?

Jasson : Dans des vaisseaux dans l’espace aussi.

Georgina : Oh, dans l’espace, d’accord.  Comment étaient-ils ?

Jasson : Triangulaires, grands, avec des cotes lisses, en biseau… presque en forme de prisme. Ils étaient énormes.

Georgina :  OK.

Jasson : – Grands.

Georgina : – D’accord.

Jasson : Il ne reste plus… qu’une vingtaine d’entre nous.

Georgina : Combien ?

Jasson : Vingt-six de trente-quatre. Mais tous ne sont pas morts.

Fin de la retransmission de la séance d’hypnose

Jay : Après l’entrainement sur la lune, vous êtes allé vous entraîner sur Mars?

Jasson : C’était plus une jonction vaisseau – sol. Ça consistait à incorporer les bases des deux entraînements précédents au nouvel entrainement qui incluait quitter le vaisseau, comment faire des largages, que fait-on pour un largage, ou aller, les différents aspects de la sortie de la navette, ou du saut pour en sortir, ou de la descente en planeur ou avec le sac antigravité pour tirer, en gros.

Jay : C’est dingue ! Comment était la base sur Mars ?

Jasson : Sur Mars, j’ai passé la plupart de mon temps à bord d’une navette. j’ai vu des entrées d’installations et c’est à peu près tout. Le reste du temps, on était dans la cambrousse.

Jay : Comment était-ce à la surface de Mars ?

Jasson : C’est comme marcher dans un désert de cailloux et de gorges, et elle donne une impression de surnaturel, avec ce qu’on dirait des ravines, mais qui sont des dépressions à la surface.

Jay : Peut-on y respirer ?

Jasson : – Non.

Jay : Non ? – Vous aviez un casque qui…

Jasson : – Oui.

Jay : C’est plus simple. – Pouvez-vous enlever votre casque ?

Jasson : – On nous a dit de ne jamais le faire.

Jay : Y’avait-il d’autres groupes d’aliens sur Mars ?

Jasson : De ce que je sais, si, mais je ne les ai jamais vus.

Jay : – Aucun affrontement en cours ?

Jasson : – Non.

Jay : Jamais ? La paix régnait ?

Jasson : Tout le monde cohabitait. Pacifique ou non, je n’ai jamais rien vu. On était toujours sur l’aire d’entrainement.

Jay : D’ou venait l’eau ?

Jasson : Ils recyclaient beaucoup de déchets et les utilisaient pour l’eau. Je crois que l’eau venait aussi de la glace qui se trouvait sur Mars. Mais beaucoup de produits qu’on utilisait étaient recyclés.

Jay : Combien de temps avez-vous passé sur Mars ?

Jasson :- Quatre-mois.

Jay : – Quatre-mois.

Revenons à votre session d’hypnose.

Georgina : Parlez-moi de la fois ou vous êtes allé sur une autre planète. Qu’avez-vous fait ? Vous avez parlé de Mars.

Jasson : Oui. Je suis allé sur Mars, après la lune,

Georgina : Après la lune ?

Jasson : Pour faire d’autres exercices sans gravité, des entraînements en microgravité, pour faire d’autres opérations de vaisseau, pour faire plus de… plus d’opérations au sol.

Georgina : Comment étaient les gens, sur Mars ? Les êtres ?

Jasson : Je n’ai vu que des humains. On nous maintenait isolés.

Georgina : D’accord.

Jasson : Les Allemands avaient deux bases, deux villes, là-bas.

Georgina : – Ils avaient deux bases ?

Jasson : – C’étaient des villes, très grandes.

Georgina : Que faisaient les Allemands ?

Jasson : Ils y vivaient.

Georgina : Sont-ce des bases souterraines ou en surface ?

Jasson : – Souterraines .

Georgina :  – Souterraines.

Jasson :  New Berlin, New Wurzburg.

Georgina : Qu’y a-t-il en surface, si les bases sont sous terre ?

Jasson : Des protections contre les radiations, de la terre, de la roche. Ils ont… des entrées à la surface. Et ils ont quelques structures, mais elles sont principalement mécaniques.

Georgina : Et ou vivent les habitants ?

Jasson : Sous terre. La base est creusée dans la roche.

Fin de la retransmission de la séance d’hypnose

Jay : Que vous a dit Johann sur la base de Mars?

Jasson : Pas grand-chose. Et en partie, je crois, car il a été programmé pour ne pas en parler car ils contrôlent farouchement toute information sur New Berlin ou New Wurzburg.

Jay : Ce sont les noms de ces villes ?

Jasson : Ce sont les deux villes. Mon unité était la 3e division blindée et ils l’appelaient les Ours de Berlin. Quand ils ont créé leur propre force militaire, les Allemands de Mars, ils ont repris, hérité, copié beaucoup d’unités, de symboles, voire les uniformes originaux des Allemands de la 2e Guerre mondiale. Malheureusement, nos uniformes d’apparat, l’un d’eux, ressemblait à l’uniforme SS noir. Les Américains ne voulaient pas le porter sauf s’ils en avaient l’ordre.

Jay : Combien de temps êtes-vous entraîné sur Mars ?

Jasson : – Quatre mois.

Jay : – Quatre mois. Et à la fin, on vous a déployé ?

Jasson : Oui, j’ai fini par être déployé.

Jay : Quelque chose qu’on devrait savoir à propos de Mars ?

Jasson : Elle est habitée et il n’y a pas que des humains.

Les Allemands de Mars ont environ trois millions de citoyens qui y vivent, d’après ce que Johann m’a dit.

Ça pourrait être de la désinformation car il ne parlait pas de beaucoup de choses. Et le fait qu’il puisse dire ce nombre me parait un peu suspect.

Jay : Est-il possible qu’il y ait des interactions d’un point de vue militaire dans l’espace, entre la Cabale et ces Allemands de Mars?

Jasson :  Avec 10 de leurs navires de combat toujours bloqués en dehors de notre système solaire, en dit beaucoup sur les activités de la Cabale ici. Je crois qu’avec autant d’unités en opération ça a enhardi la Cabale. Je ne connaissais pas d’affrontements actifs entre la Cabale et les Allemands de Mars. Et il va sans dire que les plans à long terme des Allemands de Mars ne consistent pas à tenter d’exercer un certain controle sur la Terre. Ils en sont originaires.

Jay : On dirait qu’ils assurent leur arrière-garde pour mettre en place leurs attaques et leur armement, pour revenir ici et prendre le contrôle de la Terre.

Jasson : C’est possible.

Jay : Pourquoi la Cabale n’en aurait pas peur ?

Jasson : Ils étaient terrifiés par le fait qu’ils avaient tous ces groupes tactiques, ces navires de combat. Et ils en avaient 12 quand ils ont commencé à les envoyer en manœuvre, de, manœuvres de longues durées. C’était l’une de leurs grandes peurs. Et si les Allemand de Mars n’avaient pas du déployer dix de leur navires de combat, et on aurait très bien pu être en guerre avec eux, à cause de toutes ces troupes opposées au même endroit.

Soyez assuré que le programme spatial secret moderne comprend des troupes au sol, même si on entend principalement parler de parte de l’espace, de navettes, ou de l’opération Gardiens solaires, du PSS de la Navy ou du PSS de l’Air Force.

Jay : Parlons-en. Combien y a-t-il de PSS?

Jasson : – Quelques-uns.

Jay : – Ouais.

Jasson : – Quelques-uns.

Jay : – Ça a débuté après l’accord de 1991.

Après que les Etats-Unis ont annoncé aux leaders de ce monde qu’on avait un programme spatial secret, ils en ont tous voulu un. Quels pays ont eu un programme spatial secret et quelles alliances ont-ils faites?

Jasson : La version américaine de leur programme spatial a débuté avec l’opération Gardiens solaires.

Au moment ou on mettait en oeuvre notre opération Gardiens solaires, l’URSS travaillait aussi sur son propre programme spatial secret.

Le Brésil, la Russie, L’inde, la Chine, l’Afrique du Sud, sont les autres pays qui ont un programme spatial secret. Ils ne sont pas aussi importants que l’américain.

Jay : Y a-t-il un organisme dirigeant qui s’assure qu’ils n’interfèrent pas entre eux ?

Jasson : Pas forcément un programme officiel comme ça. Le dénominateur commun serait la Cabale.

L’exception serait la plupart des pays ABRIC qui ont un programme spatial secret indépendant. ils ont pu se regrouper en une force assez importante pour ne pas être immédiatement éliminée par les PSS de la Cabale.

Jay : J’ai entendu qu’environ au même moment, les gens de la Cabale ont informé tous les leaders mondiaux qu’ils avaient un programme spatial secret. – Est-ce vrai ?

Jasson : – De ce que je sais, oui, ils ont révélé la vérité, car ils ont commencé à les créer dans les années 1980. Et l’URSS était parfaitement au courant. Et ceux possédant plus de renseignements savaient que les Etats-Unis faisaient quelque chose. Même s’ils ne savaient pas exactement quoi, ils ont pu identifier des différences entre les ovnis qu’il voyaient et ceux qu’ils avaient vus avant.

Jay : – Logique.

Jasson : -Oui.

Jay : Ces autres pays ont donc décidé qu’ils voulaient ça aussi. Ils n’avaient peut-être pas les ressources des USA, et se sont donc alliés à d’autres pays et d’autres forces, non?

Jasson : Oui, c’est une très bonne description de la situation. Il y a toute une série de pays, et même de familles, qui sont assez riches pour vouloir et pouvoir assumer de développer, voler, mettre en place ou acquérir leur propre programme spatial. Ça comprend des trous, des petits vaisseaux, des petites navettes jusqu’aux grands vaisseaux. Les autres pays qui n’ont pas autant de ressources se sont alliés et regroupés.

Jay : On peut donc dire que l’armée a plusieurs programmes spatiaux différents. L’Air Force en a un. La Navy aussi. On le sait par William Tompkins. Vous étiez surement, en tout cas au début, dans celui de la Navy.

Jasson : – Je ne sais pas – C’est mon avis.

Jay : – Oui. Et la Chine a un programme spatial secret.

Jasson : Oui.

Jay : La Russie a aussi. un PSS

Jasson : Ils sont surement les plus anciens avec les USA.

Jay : Oui, et on sait qu’il a diverses alliances, comme le Royaume-Uni et la France Et d’autres ont un programme spatial secret. Certains pays du Tiers Monde probablement pas, mais pourraient.

Jasson : Ils fournissent en personnel les programmes spatiaux secrets alliés, mais ils n’ont pas les ressources ou le budget pour cacher ou voler de l’argent à leur propre peuple.

Jay On a plusieurs programmes secrets et ils se font tous concurrence.

Il doit y avoir des alliances, des conflits et tout ça, comme dans tout projet humain.

Jasson : Exact. ils ont leurs propres agendas.

Une grande partie de ce qu’on appelle l’Alliance sont des groupes qui ont été traqués ou qui ont été trahis par la Cabale, et qui se sont associés pour survivre.

Jay : Parlons de l’Alliance. L’Alliance, ce sont des gens au sein de la Cabale qui n’aiment pas la Cabale et ce qu’elle fait ?

Jasson : C’est exact. Des gens en son sein ainsi que des familles qui n’ont peut-être pas les ressources, mais qui ont beaucoup d’argent, des avoirs financiers dont peuvent tirer profit pour aider, faire partie acheter leur entrée ou assister l’Alliance. Tous ne sont pas blancs comme neige.

Jay : Non, en effet.

Jasson : Un grand nombre d’entre eux, à nouveau, en ont fait partie intégrante des plans et opérations de la Cabale, et y ont participé et ont eu autant de responsabilités pour certaines choses que la Cabale. Mais pour leu propre survie, ils ont rejoint l’Alliance.

On revient encore aux conditions de divulgation que la Cabale doit respecter, à cause de ses accords avec des sociétés extraterrestres, pour divulguer des informations, et de leurs propres convictions idéologiques. Que ce soit un écran, partiel, des demi-vérités, des demi-mensonges, des divulgations partielles, c’est toujours considéré comme une divulgation de leur part et ça les met en position de dire : « Mais on vous en parle depuis longtemps ».

Jay – Ouvrons les parapluies.

Jasson : Ils feront tout pour faire avancer leur agenda et se protéger.

Ils avaient fait enfermer l’amiral Forrestal dans un hôpital militaire sur et sécurisé, qui supposément, s’est suicidé. C’étaient en 1949. Il voulait parler. C’était quand ils travaillaient avec les Allemands antarctiques.

Le président Kennedy…

Jay : Forrestal était son mentor.

Jasson : Il était son mentor et, au dire, de tous, une personne très positive qui était patriote et se préoccupait pour son pays.

Jay : Il est allé en Allemagne en 1945 avec JFK pour voir la technologie allemande.

Jasson : – Oui.

Jay : -Il savait, donc.

Puis il a été jeté d’une fenêtre de l’hôpital de Bethesda. Et Kennedy est mort en 1963. Comment serait le monde s’ils avaient juste révélé ces technologies que vous avez trouvées et vues? Comment serait ce monde?

Jasson : Le monde actuel vivrait le renouveau d’une nouvelle naissance, une nouvelle croissance.

Les gens n’auraient pas un travail qu’ils détestent et n’auraient pas du mal a se lever, mais qu’ils doivent faire, par sécurité, sûreté et amour pour leur famille.

On pourrait monter dans une navette et aller partout dans le système solaire ou la galaxie.

Disons qu’on veut aller de l’autre coté de la Voie lactée. Rien ne nous empêche.

Pas de facture d’électricité, car toutes les maisons ont un générateur  de la taille d’une boite à chaussures, qui n’a pas besoin d’énergie renouvelable, qui n’a pas besoin de courant, d’énergie fossile.

La technologie éducative, un des technologies qu’ils ont utilisée avec nous était les lits-chaises ou se couchait. Comme ce qu’on voit dans certains films, vous recevez un téléchargement.

Ce n’est pas comme pouvoir automatiquement débiter quelque chose. C’est plus subtil, et vous pensez : « Comment vais-je résoudre ce problème? » Et vous connaissez la réponse. Alors qu’avant, vous n’aviez pas l’allemand en tête, ou une autre langue, ou les maths ou les sciences en lien avec ça. Les enfants ne devraient pas aller dans ces écoles pour ne pas y apprendre grand-chose comme dans l’éducation publique. On pourrait s’asseoir et apprendre tout ce qu’on veut en une heure.

Les gens ne deviendraient pas fous. Une certaine réconciliation serait nécessaire à cause de certains crimes commis, mais je vois la révélation de ces technologies comme une opportunité pour l’humanité pour vivre un renouveau de sa croissance. C’est ainsi que je vois la révélation de ces technologies.

Jay : Pensez-vous que ça arrivera ?

Jasson : Oui.

Jay : Je l’espère aussi.

Jasson : J’ai vraiment bon espoir. J’ai pleinement confiance en l’humanité et dans sa résilience.

Et je vois les changements qu’on a pu observer, depuis des années, mais plus récemment, les changement exponentiels qu’on voit ces les gens qui se réveillent et qui voient les mensonges dont on le abreuve régulièrement.

Et quand il y aura assez de gens réveillés on verra de nombreux changements et on pourra alors exiger la divulgation complète.

SOURCE : https://www.gaia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

epitalon

Recherchez sur le réseau

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Articles Phares

Les + partagés cette année