A la Une Divulgation Cosmique

Divulgation Cosmique S12: Ep.23 – Réaliser la grande tromperie

Bonjour à tous, ici Jay Weidner de retour avec Jason Rice.

Jay Weidner: Bonjour, Jason.

Jason Rice: Bonjour, Jay.

Jay Weidner: Aujourd’hui on aborde avec vous cette énorme imposture, la supercherie que vous avez vécue.

Jason Rice: Cette imposture, tout ce sur quoi ils m’ont menti a débuté dès le premier jour. Ca a commencé très tôt, à la base de lancement de Cap Canaveral. Ils mentaient déjà.

Jay Weidner: Car vous n’avez pas beaucoup de souvenirs, d’après ce que vous avez dit.

Jason Rice: Exact

Jay Weidner: Et vous y aviez servi quoi? Deux ans, non?

Jason Rice: J’ai travaillé au Cap au total pendant deux ans.

Jay Weidner: Oui, donc c’est étrange.

Jason Rice: Oui, très étrange.

Jay Weidner: Ils ont créé une sorte de théâtre presque, où vous participiez, comme une pièce ou un film dans lequel vous jouiez. Et ils semblent avoir un but, un but ultime pour ainsi dire. Mais vous étire aussi tenu dans l’ignorance, ce qui fait aussi partie du plan. Quel était donc le but ultime, d’après vous, de votre entraînement?

Jason Rice: Le but ultime de mon entraînement était de nous mettre dans des troupes au sol sur une autre planète pour servir leur cause consistant à asservir et contrôler d’autres planètes en dehors de celles où ils avaient commencé et là où on était.

Jay Weidner: Et pourquoi voudraient-ils asservir d’autres planètes? Pourquoi ne pas les laisser en paix?

Jason Rice: Pourquoi ne pas les laisser se développer eux-même? C’est une excellente question. Et la psychologie extraterrestre inclut le fait qu’on ne comprendra jamais vraiment ce qui les pousse à faire toutes ces choses, et pourquoi l’IA veut tellement l’élimination ou la destruction de la vie intelligente biologique, ou son contrôle et sa domination. On peut seulement imaginer ou commencer à comprendre, je crois, pourquoi ils font ça. Et grâce à notre condition d’humains et nos propres expérience et notre vécu, on peut trouver de nombreux termes pour tenter de l’expliquer. Mais la vérité, c’est que c’est un mode de pensée extraterrestre qu’on ne comprendra jamais vraiment jusqu’à ce qu’on ait atteint une conscience supérieure ou une meilleure compréhension.

Jay Weidner: On sait que la soit-disant cabale moderne, des banquiers et industriels s’est vraiment développée au 18e siècle en Allemagne. Francfort a peut-être été le lieu où ça a commencé. Et vous dites que la même Cabale est la force cachée derrière ce programme de colonisation qui a lieu dans l’espace, dans le Programme spatial secret.

Jason Rice: Ils en font partie. Mais les ficelles et le contrôle ultime, les décisions ultimes viennent de bien plus haut qu’elle.

Jay Weidner: Si bien que ce truc est un nouveau développement que les aliens nous ont imposé.

Jason Rice: Oui. Ils nous y ont mis en plein centre. Pourquoi vouloir tuer les leurs, quand ils ont des affidés prêts à le faire pour eux?

Jay Weidner: C’est vrai, et la Cabale utilise des affidés humains pour ces forces extraterrestres.

Jason Rice: Oui.

Jay Weidner: Forment-ils un groupe homogène d’aliens ou un seul groupe d’aliens? Qui sont-ils?

Jason Rice: C’est un consortium. On a des alliés parmi les Dracos. Il  n’y a pas que les Dracos. Ils ont des alliés. Il y a des êtres qui s’aligfnent plus avec leurs courants de pensée ou leur façon de penser qu’avec les nôtres. Ils ont donc des groupes. Ils les font participer quand et où ils veulent. Et je suppose que si on demande qui était le partenaire principal de ce partenariat, selon à qui on le demande, les réponses seront différentes.

Jay Weidner: Des aliens sont-ils contre les Dracos? Et que font-ils?

Jason Rice: Oui, ce sont certains des extraterrestres les plus inoffensifs, les E.Ts bienveillants dont on parle sur Terre ou qui ont jadis aidé les humains terrestres.

Jay Weidner: Et les aliens vivant sous terre ? Sont-ils pour ou contre les Dracos?

Jason Rice: je crois qu’il y a un mélange d’extraterrestres qui sont pour et un mélange d’autres qui sont contre, aussi.

Jay Weidner: Les extraterrestres sous terre, pourquoi étaient-ils si réticents jusqu’il y a peu?

Jason Rice: Ils n’étaient pas prêts pour plusieurs raisons. La date de l’événement approche à grand pas. Et donc, en même temps que la conscience humaine, la participation de la population en surface, et là où on en est en tant qu’espèce, les éveils qui ont lieu depuis 2012 ont augmenté exponentiellement au cours des six dernières années. Ca a donc aussi joué un rôle majeur. Je crois, si on avait pas vécu ou vu un éveil de la population en surface, qu’ils ne se seraient pas autant impliqués que maintenant.

Jay Weidner: Notre éveil les a alertés qu’il est temps pour eux d’agir.

Jason Rice: Exact.

Jay Weidner: Et cet éveil est pro-Cabale ou anti-Cabale?

Jason Rice: Je crois qu’il s’agit d’un mouvement contre l’esclavage, un mouvement contre le contrôle, contre la séparation, contre la dualité. Voilà ce qu’on voit là. Nous tous, en tant que race humaine, d’humains sur la Terre, on doit être conscients de ce qui se passe. Et une fois qu’on aura rectifié ça et empêché des choses plus infâmes et diaboliques de se passer, qu’on arrêtera de s’entre-tuer, et de se mentir les uns aux autres, pour passer à l’amour et au pardon, alors on pourra rectifier ce qu’on a fait ailleurs. On doit d’abord mettre de l’ordre chez nous.

Jay Weidner: Et ça fait partie de la divulgation.

Jason Rice: Tout à fait.

Jay Weidner: Faire face à ce qui se passe ne fait ici.

Jason Rice: Oui. Et petit à petit. Si toute la divulgation se fait en une seule fois, une grande partie de la population la rejettera automatiquement. Et la façon dont ça se déroule… Au départ, j’ai pensé : « Allez, écoutons ça tout de suite. » Et j’en ai déjà parlé. Dans mon cheminement personnel, je voulais avoir tous les souvenirs d’un coup.

Jay Weidner: Il existe un texte ancien appelé « Les Tables d’émeraude », qui auraient été écrit par Thoth, qui est le grand magicien scientifique de l’Egypte ancienne. Je veux vous en lire un extrait :

 » Sous la forme des hommes, elles sont parmi nous, mais seulement en apparence. Leur déguisement enlevé, elles avaient des têtes de serpent, elles réussirent à exterminer les chefs des royaumes, à prendre leur forme et à dominer le peuple. Seule la magie pouvait les démasquer. Seules des invocations sonores permettaient de voir leur visage. Venues du royaume des ombres, pour détruire l’homme et prendre sa place. »

Qu’en dites-vous?

Jason Rice: C’est puissant. C’est une description très pertinente des Dracos et des méthodes qu’ils utilisent pour prendre le contrôle de ceux qui sont au pouvoir.

Jay Weidner: Cet extrait explique donc que les gens au pouvoir sont secrètement les Dracos.

Jason Rice: C’est exactement ce qu’il dit.

Jay Weidner: Qu’ils ne seront démasqués que par la magie. Que seules des invocations sonores permettent de voir leur visage. On peut donc faire quelque chose avec la magie pour les voir et les démasquer. Avez-vous une chose semblable?

Jason Rice: Ethériquement et spirituellement, pouvoir les découvrir, et l’utilisation des sons et l’étude de fréquences en particulier sur la matière et les formes géométriques particulière qu’elle prend. On utilise de nombreuses ondes différentes, à des fins militaires, notamment la localisation au sonar. C’est peut-être une référence à ml’utilisation d’une énergie quelconque pour éliminer les déguisements qu’ils emploient.

Jay Weidner: On sait que Hans Jenny faisait vibrer de la poussière grâce à des fréquences, pour créer différentes formes. 

S’ils utilisent donc une sorte de forme physique pour donner à leur visage une forme humaine, il pourrait y avoir une sorte d’arme ou de mélopée pour lui redonner sa forme, et on verrait leur vraie apparence.

Jason Rice: Tout à fait. Certaines technologies de réplication qu’on utilise, qu’on exploite, des sons haute fréquence, des ultrasons pour l’agencement, au niveau atomique, d’atomes particuliers pour les réplicateurs.

Jay Weidner: Vous n’avez jamais parlé de réplicateurs dans nos conversations. Qu’est-ce que c’est?

Jason Rice: Les réplicateurs qu’on utilisait… Ma première expérience avec, était pour de la nourriture à la cafétéria où ils avaient créé les plats qu’on avait au petit-déjeuner. En créant ce qui semblait une étagère vide, et de là, en appuyant sur un bouton, sortaient les dîners qu’on mangeait ou les repas qu’on prenait.

Jay Weidner: Les plats apparaissaient prêts sur une assiette…

Jason Rice: Chauds, parfaits, à chaque fois.

La technologie de réplication, grâce à l’utilisation d’ondes, d’ultrasons, de signaux ultrasonores, je ne connais pas les détails, de son fonctionnement. mais je peux raconter mon expérience : j’ai entendu des sons et j’ai senti une onde, ou un champ à proximité. On ne mettait pas la main dedans pendant que les choses se reformaient, pour qu’elles ne se reforment pas dans votre main même. Mais on pouvait s’en approcher et sentir qu’il y avait là une énergie. Et l’air aussi était chargé. Et on pouvait entendre un son aussi. Et de nombreuses technologies récentes qu’ils ont rendues publiques et dont ils parlent ouvertement comprennent l’utilisation de lasers et d’ultrasons pour étudier les structures atomiques, pour pouvoir modifier des molécules et des structures moléculaires. Et donc pour supprimer ces hologrammes ou ces déguisements grâce à l’utilisation de sons.

Certains membres de l’ambassade américaine ont subi des ultrasons ou des ondes acoustiques….

 

Jay Weidner: A Cuba.

Jason Rice: Des attaques. Oui.

Jay Weidner: Il y a peu.

Jason Rice: Il y a peu de temps. Et ils ont été les participants involontaires à des expériences avec des ondes acoustiques où…

Jay Weidner: Certains sont devenus sourds.

Jason Rice: Exact.

Jay Weidner: Oui, c’est mortel.

Jason Rice: Ils ont eu des blessures à long terme.

Jay Weidner: On ne sait pas ce qui se passait.

Jason Rice: Ils n’en parlent pas publiquement. Donc, pouvoir éliminer les masques, les déguisements, et utiliser des sons à bon escient pour le faire, ça pourrait être un effet secondaire de certaines armes acoustiques dont on a entendu parler dans les informations.

Jay Weidner: On pourrait avoir une arme qu’on vient de développer et qui pourrait rendre les Dracos visibles.

Jason Rice: C’est exact. En fait, j’en suis certain à 100% qu’on a cette technologie.

Jay Weidner: Les Dracos règnent-ils toujours ici, sur Terre?

Jason Rice: Je ne crois pas qu’ils tirent ici autant de ficelles que par le passé. Il y a toujours un certain degré de manipulation et de contrôle sur une série de membre de la Cabale. Je ne sais pas si ça disparaîtra un jour à cause de la connexion karmique que ces membres ont avec les Dracos. Et les échanges énergétiques que les membres de la Cabale sont habitués à avoir et dont ils dépendent, comme des drogués, ils en sont dépendants, même si ce n’est vraiment pas sain pour eux, mais peu importe, ils en sont toujours dépendants. Et certains d’entre eux ne seront donc jamais libres tant que les Dracos ne sont pas complètement partis.

Jay Weidner: Est-il juste de dire qu’ils pourraient avoir un programme pour les élites, pour les asservir complètement à tout le programme des Dracos?

Jason Rice: Elles sont complètement asservies à ce processus. Ils profitent d’eux depuis longtemps, depuis des générations et des générations, de génération en génération. Et en un sens, ils n’avaient pas de moyen ou de méthode pour se sortir de là. Ils ont été piégés dedans dès leur conception. Donc, dès qu’ils naissent, ils font partie du processus et de ce piège. Ils peuvent donc croire que leur illusion de contrôle est telle qu’ils ont le contrôle, mais ce n’est pas le cas, car ils sont contrôlés pat les liens spirituels, physiques et psychologiques. Donc oui, vous avez raison, Jay, quant au fait qu’ils sont dépendants à bien des niveaux.

Jay Weidner: La Cabale adoucit-elle ces mondes pour le règne des Dracos?

Jason Rice: Je crois que c’est juste une des étapes du processus. Mais rappelez-vous qui donne des ordres aux grands Dracos, il s’agit de l’IA. Et quel est le but ultime de l’IA? Est-ce la déshumanisation, les existences non biologiques, et j’imagine…Et on en revient aux modes de pensée extraterrestres qu’on ne peut tenter d’expliquer, mais ce qui s’en rapproche le plus, c’est que l’IA croit vraiment que ce que l’IA fait, elle le fait correctement. Se débarrasser des éléments biologiques.

Jay Weidner: Pour les substituer par la technologie.

Jason Rice: Des existences technologiques. Et ils peuvent alors éviter tous les problèmes karmiques ou tout ce qui est spirituel, et continuer à se perpétuer sans ce satané truc appelé « la mort ».

Jay Weidner: Ce sur quoi ils travaillent, avec Ray Kurtzweil, chez Google.

Jason Rice: Exact.

Jay Weidner: Ils tentent en fait de créer un futur transhumaniste où on sera marié pour toujours à une machine.

Jason Rice: C’est juste et c’est le but ultime de l’IA.  Le but ultime.

Jay Weidner: Penses-vous que les gens comme Elon Musk, Bill Gates, Steven Hawking et Steve Jobs, nous mettent en garde contre l’IA, à cause de leurs connaissances étendues des technologies qui leur ont permis de mieux comprendre ce qu’on a peut-être pas vu?

Jason Rice: Je crois que certaines des règles qu’ils doivent respecter parce que… et peu importe qui ou où vous êtes, si vous dépassez les limites de l’acceptable, quant à faire des révélations au public, soit on vous enferme dans une chambre capitonnée, ou vous avez un « accident » depuis une fenêtre avec barreaux, soit on vous assassine. Ils doivent être prudents quand ils parlent. Donc nous avertir, comme ils l’ont fait, nous dit que oui, ils ont probablement vu, ou été mis au courant de cxertaines informations sur l’IA. Mon hypothèse est qu’ils ont été briefés.

Jay Weidner: Vous dites ne pas avoir beaucoup de souvenirs de votre service que vous avez fait à Cap Canaveral. De quoi vous souvenez-vous qui pourrait contribuer à l’idée qu’on a ici une sorte de supercherie?

Jason Rice: Oui, les mensonges, sur lesquels ils travaillaient alors avec moi, étaient les entraînements de désensibilisation que je faisais à cette époque là, pour me désensibiliser aux concepts et aux pensées, primo, sur les races aliens. Pour m’habituer à voir des races aliens. Pour tester mes capacités d’empathe intuitif. Pour que je commence à penser et à utiliser ces capacités empathiques intuitives, pour que je sois préparé et prêt pour entrer dans le Programme SSP dont je faisais partie.

Jay Weidner: La deuxième fois.

Jason Rice: Oui, la deuxième fois.

Jay Weidner: Et quand vous dites, au cours de votre session avec l’hypnothérapeute Georgina Cannon, qu’ils vous mentaient, à quoi vous référiez-vous? Car vous aviez l’air surpris.

Jason Rice: Je me souvenais d’une foule de mensonges qu’on m’avait raconté. Et du point de vue émotionnel, ça a été : « Mince, on m’a menti pendant plus de 20 ans. » Mais en partie aussi : « Et en plus, j’y ai cru jusqu’à la fin. » Quand j’ai commencé à rassembler les pièces du puzzle et réalisé ce qui se passait.

Jay Weidner: Etait-ce un processus que vous avez vécu naturellement à la fin, ou vous a-t-on aidé en vous racontant ce qui se passait?

Jason Rice: La collecte d’informations que j’ai faite sur une période de 20 ans, provenaient d’une série de sources, d’officiers d’état-major agissant et faisant des choses, alors que 20 secondes avant, ils disaient qu’ils allaient faire autre chose. Ca n’avait pas de sens, sauf si on regarde tout ça dans son ensemble : Quel est le but réel? Que faisait-on vraiment? Quel était l’objectif? Pourquoi tentaient-ils d’avoir ces planètes sous leur coupe? Pourquoi perpétuer ces mensonges? Des plus petits comme : « Vous êtes sous terre aux Etats-Unis », alors qu’en fait on a déjà quitté la planète. Et qu’il y avait des zones radioactives, à cause des centrales nucléaires qui alimentaient la base souterraine…. Ca n’avait rien à voir. Ils ne voulaient juste pas qu’on sorte des limites de la zone de confinement de la base, car on était pas sur Terre. Donc, à chaque étape, ils mentaient. C’était une supercherie.

Jay Weidner: Et avec cette idée qu’ils pourraient réécrire la réalité à ce pont, comment voyez-vous le monde dans lequel on vit, le monde moderne? Est-il réécrit?

Jason Rice: Jay, ça a été une telle prise de conscience pour moi, juste le simple fait que notre vie quotidienne est à ce point… Peu importe le contrôle, pas l’illusion de contrôle, qu’on pense avoir… il peut être réécrit et contrôlé, jusqu’à la couleur de vos lacets maintenant. Et on peut penser tout le long qu’on a le contrôle total, alors que six mois avant, ils avaient planté la semence adéquate, au moment adéquat, et deux jours plus tard, autre chose. Et on est orienté et conduit là où ils veulent.

Jay Weidner: On parle de gens qui ne sont pas dans le SSP. On parle de gens normaux vivant aux Etats-Unis, et vivant des vies largement réécrites, mais ayant l’illusion d’un libre-arbitre.

Jason Rice: De libre-arbitre et de contrôle. C’est tout à fait correct. Ce n’est pas juste l’armée. Mais on regarde autour de soi, et on remarque la nourriture, les produits toxiques, les chemtrails, le type de mesures de sécurité qu’on doit suivre « pour notre bien ». Partout. C’est vraiment omniprésent. Et prendre conscience de cette illusion a été une expérience tellement révélatrice, dans ma vie. Et c’est quelque chose qui… C’est comme se réveiller, vraiment. Voilà pourquoi ça s’appelle le réveil, car on se rend compte de toutes les choses sur lesquelles ils ont menti, qu’ils ont manipulées et contrôlées. Mais on a le choix.

Jay Weidner: On a notre libre-arbitre. Si on en sait assez sur notre situation, on peut mettre fin à cette illusion.

Jason Rice: Exact. C’est la clé : en savoir assez sur cette illusion pour pouvoir voir au-delà du rideau de fumée, et voir au-delà de cette scène, et pouvoir faire ses propres recherches, et grâce à votre propre bon sens, pouvoir trouver les informations disponibles, car le problème, c’est l’apathie. Car beaucoup de gens acceptent ce qu’on leur dit, ce qu’ils lisent. Là, on ne peut pas regarder une vidéo sans qu’une partie, voire toute la vidéo, soit fausse. Ils ont la technologie et depuis longtemps. Mais on commence à la voir apparaître dans la société, ce qui signifie que plus de gens y ont accès, pas juste les programmes spéciaux.

Jay Weidner: Disons qu’il y a plus d’un groupe d’extraterrestre qui se cache derrière ces activités abjectes. Un d’eux, c’était les Dracos. Qui sont les autres qui aident les Dracos?

Jason Rice: Il y a d’autres êtres insectoïdes et reptiliens qui sont des alliés des Dracos. Et on doit faire très attention, car tous les insectoïdes ou reptiliens ne s’alignent pas sur ce type d’âtres négatifs. Il y a donc, comme chez les humains ici sur Terre, il y en a donc qui sont plutôt négatifs, orientés sur eux-même, et il y a ceux qui sont positifs et orientés sur les autres. Et c’est valable pour les reptiliens et les insectoïdes. On ne peut pas généraliser. Les autres qui les aident, la raison pour laquelle on sait qu’ils sont des alliés, c’est que, primo, leur MO (modus operandi) veut qu’ils ne s’exposeront pas, sauf quand et où ils doivent le faire.

Jay Weidner: Sont-ils des aliens positifs?

Jason Rice: Il y a des aliens positifs et bienveillants qui s’intéressent beaucoup à la progression des humains sur Terre et qui nous aide à passer au niveau supérieur sans nous entre-tuer ou sans permettre qu’on soit conquis, envahis et contrôlés, ou transformés en machines. Ces aliens seront d’aspects variés. Ils auront l’air humains. Ils auront l’air d’être de légères variations des humains, que ce soit une petite arcade, des yeux plus grands, des yeux plus rapprochés ou plus éloignés…

Jay Weidner: Un peu comme les Nordiques.

Jason Rice: Exactement, de petites variations du modèle humain, disons.

Jay Weidner: Les Nordiques vivent-ils donc sous terre ici?

Jason Rice: Je crois qu’ils ont des bases ici. Mais je crois aussi qu’ils ont des bases sur la Lune, comme des douzaines d’autres races. Ils ont probablement d’autres installations dans toute la galaxie, car ils ont la technologie.

Jay Weidner: On sait, d’après les statues des reptiliens humanoïdes de Sumer, qu’ils datent d’il y a 6000 ans. Il y a donc des preuves de la présence de ces créatures ici sur Terre, pendant une longue période de l’histoire. Etaient-ils ici avant ça?

Jason Rice: Il y a un long historique de leur implication auprès de l’humanité. Ca remonte, comme vous le dites, à des milliers d’années. Et l’équilibre entre leur implication auprès de l’humanité et le degré d’implication est compensé par les efforts des aliens bienveillants. Leur implication sur Terre remonte sûrement à bien avant ce que l’histoire de l’humanité moderne comprend. Car, à nouveau, la Terre était un labo d’essai.

Les Dracos n’y font pas exception. Leur implication dans la production d’êtres conscients sur cette planète n’a pas été acceptée. Ils n’ont pas été exclus de cette équation. A quel point étaient-ils impliqués avec les dinosaures? Y avait-il un être reptilien plus conscient ici sur cette planète, il y a 300 millions d' »années? A quel point ont-ils poussé la conscience? Quel degré de civilisation avaient-ils? Y a-t-il une possibilité qu’ils aient été impliqués bien avant l’histoire de l’homme moderne? Absolument. En fait, il y a de grandes chances que ça ait été le cas, car ils n’étaient pas les seuls qui bricolaient ici pour tenter de faire avancer les choses.

Et je soupçonne qu’ils ont pu être parmi les premiers qui sont à l’origine de l’extinction d’un pourcentage élevé de la vie sur Terre. Ils étaient, au niveau intergalactique, parmi les insatisfaits de la façon dont les choses ont été faites ici. Et d’autres voulaient une part du gâteau, si vous voulez, et pouvoir faire leurs propres tests ici sur la planète.

Jay Weidner: Les dinosaures étaient probablement le résultat d’expériences reptiliennes.

Jason Rice: Je parierais qu’il y avait une vie consciente ici, qui était consciente et très intelligente, de type reptilien, qui s’est éteinte à cette même période.

Jay Weidner: Donc, l’astéroïde qui a touché le golfe du Mexique il y a 60 millions d’années et qui a tué les dinosaures a pu être une arme?

Jason Rice: Je soupçonne fortement que ce n’était pas un accident, et que ça faisait partie d’un plan, à cause de ce qui se passait alors avec les Dracos et leurs utilisations et manipulations génétiques ici sur la Terre.

Jay Weidner: Vous avez vu beaucoup de races aliens. Vous en avez combattu, avez lutté côte à côte avec d’autres. Où se trouvent les humains dans la hiérarchie des extraterrestres? Qui est au top, au milieu, et tout en bas?

Jason Rice: Je dirais que les humains de la Terre, du point de vue de la capacité créative et du savoir technique, et à quel point on peut manipuler les choses pour faire des appareils et des créations, pas seulement techniquement, mais aussi au niveau des arts, de la créativité, de la musique, et de plusieurs formes de média, que les humains de la Terre sont uniques. Les humains ont un certain mécontentement avec les statu-quo, ici sur Terre. J’ai remarqué ça sur certaines autres planètes, c’est que ce même désir de vouloir toujours changer les choses n’est pas aussi courant que ce qu’on voit sur Terre.

Et je crois que c’est une modification génétique qui a été effectuée sur notre lignée il y a longtemps. ET à la suite de ça, on tend à avoir des façons bien plus créatives pour exprimer l’art, mais aussi pour nous faire du mal, malheureusement. On a l’éventail complet de la créativité. Donc, où se trouvent les humains dans cet éventail? En tant qu’espèce, nous les humains de la Terre, notre développement est très récent. Et ça veut dire que spirituellement, on doit continuer à développer plus ce point. Et on a bien commencé. Mais on doit travailler sur tant d’autres choses pour atteindre notre conscience, notre conscience coopérative, collectivement, comme planète.

Et on est là, dans notre petit monde, occupés par nos petites affaires. Et l’effet papillon, il y a une raison à ça, c’est qu’une chose faite d’un coté du globe, en tant que personne, spirituellement, a un effet sur ce qui arrive ailleurs. Donc, une fois qu’on se rend compte de ce potentiel et qu’on est capable de le canaliser et de le diriger dans des directions positives, on sera à même de sortir du jardin d’enfants où sont les humains terrestres, pour avancer et progresser.

Jay Weidner: Les Dracos étaient peut-être un mal nécessaire, comme un parent sévère, et maintenant que les Dracos partent, en tant qu’espèce on atteint la maturité rapidement.

Jason Rice: C’est juste. Mon intime conviction est que le créateur avait un plan, il y a des milliards et des milliards d’années quand tout a été créé. Et personne ne le sait vraiment, mais le plan était que… Afin que le positif ait un défi, il doit y avoir un négatif, le Yin et le Yang. Mais qui dit que la menace de l’IA n’est pas spécifiquement ici comme défi pour la lumière, pour le positif?

Jay Weidner: On peut soit choisir l’IA, soit notre propre moi spirituel interne…

Jason Rice: Tout à fait.

Jay Weidner: … pour créer des corps de lumière et être télépathes. C’est le choix qu’on nous donne maintenant.

Jason Rice: Absolument, Jay. Et la solution facile et passive que la grande partie de la société tente d’accepter et qu’ils tentent tant de promouvoir, est de se soigner si on est malade, ou de prendre le raccourci, ou de trouver une solution le plus rapidement possible. Tout ça élimine le travail qu’on doit faire.

Jay Weidner: Passer de A à Z, sans passer par le reste. Et c’est impossible. Le vrai développement spirituel est dur. Le yoga n’est pas facile. La méditation non plus.

Jason Rice: C’est pénible. Ce n’est pas facile. C’est dur. Ca requiert une quantité énorme de gymnastique mentale pour passer les étapes intermédiaires. Le chemin le plus court n’est pas toujours le meilleur.

Jay Weidner: Quel est l’objectif à long terme, d’après vous, de l’IA?

Jason Rice: L’IA, à long terme, veut propager et infecter autant d’organismes biologiques vivants que possible. Et avec le processus infectieux, on ne peut pas juste entrer et tout infecter d’un coup, car on finit alors par tuer l’hôte. Donc, les lois et règles, les instructions, qu’ils doivent respecter, disent qu’on doit les y inviter.  Ils ne veulent pas d’un hôte rétif. Ils veulent un hôte qui les invite.

Jay Weidner: Comme les vampires.

Jason Rice: Voilà. Comme ce pourquoi on était sur les autres planètes. On leur a servi ce baratin : « Vous allez être envahis et détruits, sauf si on peut vous aider. » On leur a servi ce baratin. Et on nous a invités, et l’IA agit de la même façon. Ils doivent être invités et bienvenus. Tout le concept de la sûreté et de la sécurité des gens, ces fausses bannières qu’on voit ces dernières années ont poussé l’état de sécurité toujours plus loin, car les gens ont soudain peur pour leur sûreté et leur sécurité. Et on a donc des fouilles et saisies excessives dans les aéroports. Ils veulent inciter les fouilles et saisies excessives avant d’entrer dans les immeubles aussi, et la prolifération de la télésurveillance et des caméras partout pour nous surveiller, à nouveau, car les gens les réclament, ou car on leur fait croire, à tort, qu’ils en ont besoin.

Et l’IA suit les mêmes protocoles. Ils doivent être invités, et une fois dedans, ils poussent doucement cette limite, toujours un peu plus loin. Donc au départ, on porte des montres, et soudain, dans les 50 années qui suivent, les gens incrustent dans leur peau des éléments électroniques qui font alors partie de leur corps. Et on pousse ça encore un peu plus. On a alors de fausses parties de corps mécaniques et électroniques. Et soudain, c’est tout le corps, et il reste le cerveau. Puis bien vite, a-t-on vraiment besoin d’un cerveau biologique? On peut avoir ces corps électroniques et trans-humains dans lesquels on peut se télécharger. Pour quoi faire, un corps?

Jay Weidner: L’IA se construit elle-même, en fait.

Jason Rice: Se reproduit.

Jay Weidner: C’est une intelligence qui crée un véhicule pour se déplacer.

Jason Rice: C’est ça.

Jay Weidner: Je vous remercie, Jason, d’être venu nous voir aujourd’hui.

Jason Rice: Merci de me recevoir, Jay. Vous le savez, c’est la divulgation qui importe.

https://www.gaia.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires