A la Une Divulgation Cosmique

Divulgation Cosmique S12: Ep.14 – E.T. Orientation de l’Ascension humaine

Jay Weidner: Bonjour à tous. Ici, Jay Weidner avec Jason Rice. Bonjour Jason. Merci d’être venu.

Jason Rice: Merci à vous, Jay.

Jay Weidner: Jason, vous avez récemment fait une séance de régression par hypnose avec l’hypnothérapeute Georgina Cannon. Lors de cette séance de régression, vous dites avoir été sur un vaisseau appelé le Heflem?

Jason Rice: Tout à fait.

Jason Rice

Jay Weidner: C’est un souvenir important, alors, car vous le tirez d’une chose qui est un mystère pour vous.

Jason Rice: C’est correct. Pendant la séance d’hypnose, je me suis souvenu, là, d’avoir été exposé à tous ces souvenirs. La segmentation de mes souvenirs est fermée, et je me souviens d’avoir vu ce qui semble être une porte que l’on a ouvert et refermée très rapidement. Donc, pouvoir avoir ce informations sur l’Heflem, dont je ne me souvenais pas avant l’hypnose, c’était fantastique, car la plupart de mes souvenirs venaient de mon deuxième « 20 ans et retour ». Et beaucoup de souvenirs qui me sont revenus de mon premier « 20 ans et retour » sont en lien avec sa formation préparatoire.

Jay Weidner: Donc, courtement, car vous ne vous en souvenez pas bien, pouvez-vous décrire l’intérieur de ce vaisseau? Vous n’auriez pas vu l’extérieur, mais vous pouvez décrire l’intérieur, ce dont vous vous souvenez?

Jason Rice: Ca ressemble à l’intérieur d’un navire de la Navy qui est exigu. Il y a beaucoup de tuyaux et d’équipements suspendus, des cloisons qui sont peintes, dans ce cas-ci, en vert-citron ou de couleur crème.

Jay Weidner: Y a-t-il ces portes qui ont une roue qu’on tourne pour sceller la porte?

Jason Rice: Elles sont automatiques.

Jay Weidner: Elles se scellent automatiquement.

Jason Rice: Exactement.

Jay Weidner: C’était donc un vaisseau perfectionné.

Jason Rice: Correct. Et si on vous enfermait au mauvais endroit au mauvais moment, c’était fini.

Jay Weidner: Il faut souligner que William Tomkins, l’initié qui est décédé récemment, il nous rappelle qu’a été utilisé une technologie navale, dans le Programme spatial secret initial, y compris des sous-marins, car ils sont déjà étanchéifiés. Pour les utiliser dans l’espace assez vite. On dirait donc que vous étiez dans une version avancée de vaisseaux qui étaient là-haut.

Jason Rice: C’est exact. Et ça devait être aux alentours de 1985, 1986.

Jay Weidner: Au tout début de Solar Warden.

Jason Rice: Oui. Et l’une des premières versions des vaisseaux du SSP qu’ils ont lancés.

Jay Weidner: C’est juste. Et vous souvenez-vous de l’équipage avec qui vous avez servi, ou de vos missions?

Jason Rice: Je ne me souviens pas des missions en ce moment. Et je crois que ça dépend de ce Soi plus élevé de déterminer quand et ce qui est approprié. Les souvenirs dont je me rappelle, de ma formation et menant à ce « 20 ans et retour », se basaient sur beaucoup de formations en trauma, et donc passer par tous les types de morts imaginables que quelqu’un peut supporter fait partie de votre formation. Je dispose de renseignements sérieux où Maya elle-même a dit : « Il n’est pas encore temps. » L’équipe avec qui je travaillais était aussi humaine. je ne me souviens pas avoir vu, pas encore, en tous cas, des aliens ou d’autres EBE avec qui j’aurais interagi. Ca a peut-être été le cas. Je ne m’en souviens juste pas.

Jay Weidner: OK, d’accord. Revenons à la planète Un où vous combattiez ces loup-garous, et on a appris que vous participiez à quelque chose que vous appelez le Darwinisme de combat, où les deux camps manipulaient, vous et l’ennemi, pour des raisons qui étaient politiques, en fait.

Jason Rice: Oui.

Jay Weidner: Et changeait la culture de la planète pour que ça colle avec la façon d’opérer de la « Cabale ».

Jason Rice: C’est juste.

Divulgation Cosmique S12: Ep.13 – La bataille ultime se poursuit

Les Dracos ont mis en place leur propre version de cette Cabale planétaire pour parvenir à ses fins. La participation de la Cabale terrestre sur cette planète et sur d’autres reposait strictement sur le fait qu’elles fournissaient des soldats, des troupes terrestres. Les Allemands de Mars fournissaient les navires de guerre, les officiers et les hommes d’équipage. Donc, la Cabale établie et mise en place sur ces planètes locales est ce que les Dracos utilisaient en tant qu’affidés, et j’imagine qu’ils les ont programmés de façon très similaire à ce qu’ils ont fait et accompli ici, en ce qui concerne la mise en place de la division, et pouvoir créer des sociétés qui sont divisées et où des élites pensent qu’elles sont meilleures que les autres, et qu’elles ont des droits supérieurs à ceux des autres, et qu’elles peuvent tirer avantage des autres.

Jay Weidner: Intéressant. Les élites restent toujours dans les limites des contrats et de la loi, même si elles font des choses infâmes. Elles ont toujours une organisation basée sur l’ordre public. Ce sont des criminels suivant un code de conduite.

Jason Rice: Oui. Même les voleurs ont leur propre code de conduite qu’ils doivent suivre. Et je soupçonne que c’est à cause des directives qu’on leur donne sur la base de l’objectif final des Dracos, et sur ce qu’ils veulent en fait faire et comment ils veulent le faire. Pour avoir le pouvoir et cette illusion de contrôle, ils doivent suivre des directives particulières. Ces directives requièrent donc que leurs affidés, si ignoble que cela soit et si infâmes que soient les choses qu’ils font, suivent ces instructions.

Jay Weidner: Vous avez dit que les Dracos se sont alliés aux Allemands de Mars. Les Dracos sont-ils aussi alliés à la Cabale, mais les Allemands de Mars et la Cabale ne sont-ils pas ennemis?

Jason Rice: Oui et non. A nouveau, quand vient le temps d’avoir besoin de quelque chose… La Cabale nécessitait une base lunaire. Et pour s’emparer du bail des Allemands de Mars, ils ont dû fournir deux divisions de troupes au sol. Ca les met dans le même panier en tant qu’alliés à un certain niveau, même s’ils se sont affrontés sans répit au cours des 50 à 60 années précédentes pour la Terre.

Jay Weidner: Donc, les Allemands ont manipulé la Cabale.

Jason Rice: Tout à fait.

Jay Weidner: Habilement.

Jason Rice: Très habilement, et ça dure depuis l’époque où les Allemands de Mars se sont établis en Antarctique, et où ils se sont positionnés avec une meilleure technologie et ont mis la Cabale au pied du mur en leur disant les conditions qu’ils accepteraient.

Jay Weidner: Ils acceptaient que la Cabale aille conquérir ces mondes et établir sa propre culture?

Jason Rice: Ils l’acceptent, car la structure de commandement est détenue… est entièrement composée d’Allemands de Mars.

Jay Weidner: Comme ici à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Jason Rice: Dans les conditions requises pour ces deux divisions, les 24 000 hommes, aucun ne peut avoir un rang supérieur à major, ce qui signifie qu’aucun chef de bataillon ne sera un Allemand de Mars. Tous les commandants de brigade, tous les généraux, tous les colonels, le personnel de commandement et les structures de la Navy, sont des Allemands. Ils mènent la barque. Ils prennent toutes les décisions. Le plus haut commandement que peuvent détenir les humains terrestres était celui de capitaine.

Jay Weidner: Pourrait-on dire que les Allemands conquièrent toutes ces planètes?

Jason Rice: On peut dire que les Allemands conquièrent ces planètes pour les chefs. Ils doivent à terme se retirer et partir de ces systèmes, et quand ils en partent, ils doivent les laisser avec une certaine maîtrise d’eux-même, si vous voulez, où ils contrôlent toujours ces Cabales locales. En substance c’est ce qui se répète au Vietnam, qu’ils vont envahir et conquérir, puis ils partent. Ils le laissent à qui s’y trouve au pouvoir en tant que nouveaux affidés des Dracos, sous les commandes et le contrôle de leurs contrats, afin de satisfaire les conditions pour qu’on vienne les aider.

Jay Weidner: La stratégie ultime est-elle la conquête de l’univers par les Dracos?

Jason Rice: Je crois que c’est ce qu’ils désirent plus que tout. Ils n’ont pas les ressources pour le faire d’un seul coup, et ils ont des accords et des traités galactiques qu’ils doivent respecter jusqu’au moment où ils ont, dans leur esprit, la force suffisante pour s’en désister.

Jay Weidner: Parlons d’une chose dont vous ne savez peut-être rien. Dans ce cas, dites-le et poursuivez.

Jason Rice: D’accord.

Jay Weidner: Il est évident que les Dracos veulent quelque chose de nous, qu’on possède quelque chose qu’ils veulent. Et je me demande si dans toutes vos aventures et tout ça, avez-vous déjà trouvé la raison pourquoi les Dracos souhaitent-ils autant conquérir les planètes avec des humanoïdes?

Jason Rice: Pour répondre à votre question, que cherchent les Dracos chez les humains? On reviendra là-dessus dans un prochain épisode, mais la réponse courte est que les Dracos convoitent certains aspects spirituels des humains. Et on y reviendra dans un prochain épisode.

Jay Weidner: D’accord, revenons à la planète Un. Vous venez de finir votre premier combat. Vous avez maintenant des informations avérées que vous luttez contre une créature féroce et dangereuse, et vous demandes plus et de meilleures armes, pour pouvoir gagner dans cette guerre. C’est du Darwinisme de combat, vous ne savez donc pas ce que vous aurez, quel type d’aide on vous donnera.

Jason Rice: Oui, c’est ça. En fait, une partie de l’organisation des Allemands de Mars pour la structure de commandement et la formation de ces unités, consistait à ne pas avoir de formateurs n’ayant pas été déployés sur ces planètes ou dans une zone de combat. Si vous vous entraîniez, ça veut dire que vous aviez déjà survécu à un… à au moins un déploiement. C’était donc leur condition, et si vous surviviez, vous étiez alors apte à enseigner. Donc, quand on revient, après ce premier contact, et qu’on a posé des questions, il est vite apparu que ça dépassait nos attributions. « Ne posez pas de questions. Faites avec ce que vous avez. Votre mission ici est de former ces gens pour défendre leur planète. Vous n’aurez pas la permission d’utiliser des technologies de pointe. Et vous n’aurez pas ce matériel qui se trouve là, juste de l’autre coté de la clôture, qui vous faciliterait la tâche et sauverait plus de vies. »

Jay Weidner: Car vous ne vouliez pas que les locaux découvrent vos armes puissantes.

Jason Rice: C’est ce qu’ils ont dit, qu’ils ne voulaient pas perturber ou interrompre la progression normale, plus que ce qu’on le faisait déjà, en introduisant des technologies avancées.

Jay Weidner: D’une certaine façon, c’est une bonne idée. on peut vraiment bousiller les gens en les développant trop vite.

Jason Rice: Mais, ce n’était pas la vraie raison.

Jay Weidner: Oui. mais c’est une bonne raison.

Jason Rice: Oui.

Jay Weidner: Donc, vous êtes de retour. Allez-vous devenir enseignant?

Jason Rice: Non. je suis resté là-bas pour toute la durée des quatre années où on s’est battus.

Jay Weidner: A combien de combats avez-vous participé sur cette planète Un? Une multitude?

Jason Rice: Une multitude, oui. Sur une période de 47 mois.

Jay Weidner: Avez-vous été touché?

Jason Rice: Pas pendant ce déploiement. J’étais blessé régulièrement, que ce soit des coupures, des coups ou des blessures profondes. Les thérapies d’amélioration par nanites qu’on nous a fournies permettent une régénération rapide, donc l’entaille de 20 cm que j’ai eu sur mon bras droit pendant ce premier combat, commençait déjà à guérir à la fin de la journée.

Jay Weidner: Avec une cicatrice?

Jason Rice: Non.

Jay Weidner: Donc, quand vous revenez du « 20 ans et retour », vous n’auriez pas eu…

Jason Rice: Non. Les thérapies par nanites le garantissent. J’ai eu des cicatrices à d’autres moments qui sont réapparues et sont mystérieuses. D’où viennent-elles? Pourquoi sont-elles là?

Jay Weidner: Vraiment?

Jason Rice: Certaines sont en lien avec le temps écoulé entre le moment de la blessure et quand la guérison débute.

Jay Weidner: D’accord. Et cette guerre à laquelle vous avez participé a duré 47 mois?

Jason Rice: Exact.

Jay Weidner: A-t-elle pris fin après ces 47 mois?

Jason Rice: La fin de la guerre… On a vaincu la dernière des unités d’envahisseurs. Et comme au cours des 47 mois précédents, on étaient pas sûrs si il y en aurait d’autres qui arriveraient, ou qui réussiraient à passer à travers des blocus navals. Et on attendait donc de voir s’il y en avait une autre, s’il y en avait d’autres. A la fin de ces 47 mois, mon unité a été redéployée sur Callidus 3. Et donc…

Jay Weidner: Vous ne l’avez jamais su?

Jason Rice: Jamais. je ne sais pas. J’ai imaginé qu »elle était finie, car ils n’auraient pas extrait mon unité à ce moment-là pour nous redéployer sur une autre planète, pour commencer à nous préparer à l’aider à être prête à affronter l’invasion.

Jay Weidner: Cette planète, la planète Un, quand vous êtes arrivé, c’était semi-rural… Peu de grandes villes, et les villes étaient peu développées et tout. Probablement un endroit agréable, quoi.

Jason Rice: C’était un endroit magnifique.

Jay Weidner: Oui, mais à la fin, comment était-ce? Ca a-t-il changé? Et les gens?

Jason Rice: Hélas, tout a changé énormément au cours de ces quatre ans. Quand on est arrivés, les indigs possédaient une certaine quantité de technologie. Comme je l’ai dit, ils ont pu se brancher sur leur réseau électrique planétaire, si vous voulez, et ont pu utiliser une partie de l’électricité de leur planète pour construire leurs bâtiments. Et ils avaient des batteries. Ils avaient une sorte de train qu’ils utilisaient entre les villes. La plupart de leurs travaux étaient faits à la force des bras. Ils n’avaient pas vraiment d’animaux de trait. Ils avaient un mode de vie très simple, civilisé, basé sur le troc. Quand le temps est venu pour nous de partir, d’énormes régions étaient dévastées. Totalement dévastées. Des décombres. pas un continent sur toute la planète n’avait pas été ravagé au cours de ces quatre années.

Donc, quand j’ai quitté cette planète, les gens avaient profondément changé. Ils n’ataient plus les mêmes. Ils n’allaient jamais pouvoir revenir, à leur mode de vie, au troc, une civilisation qui avait des croyances polythéistes. C’était des gens simples. Ils avaient des organisations de type clanique pour la plupart de leurs gouvernements. Ils étaient très organisés, et tout le monde semblait bien s’entendre. Il y avait juste un endroit qui produisait toujours des armes, en fait. Je soupçonne que c’était le cas, car ils avaient fait des plans pour la possible invasion. Il devait y avoir des raisons à cela qui devaient remonter à des décennies.

Jay Weidner: Dans les années 1930, en Europe, Mussolini, le dictateur fasciste, a décidé qu’il voulait faire passer l’Italie d’un environnement semi-rural à une société fortement urbanisée et très technologique, et il a employé des forces fascistes extrêmes pour mettre ça en oeuvre, et a tué un très grand nombre de personnes au passage, sans parler d’aider à lancer la deuxième guerre mondiale. Et en fin de compte, à la fin de la deuxième guerre mondiale, l’Italie était effectivement un pays moderne. Donc Mussolini a en fait réalisé ce qu’il avait entrepris de réaliser, de faire ça. Et on dirait que la Cabale utilise ces mêmes tactiques.

Jason Rice: Les mêmes ont été utilisées, faisant passer les gens d’une civilisation de type agricole et agraire, dans les régions non développées de la planète. S’ils ne mourraient pas pendant la guerre, on les amenait dans une ville, avec un peu d’aide.

Jay Weidner: Et la raison serait, en un sens, qu’une culture agricole et semi-rurale peut s’en sortir seule. Elle n’a besoin de personne. Et on a intérêt à y couper court. Pour contrôler les gens, on doit y couper court.

Jason Rice: Tout à fait. une partie du processus était de parvenir à les faire sortir des champs.

Jay Weidner: C’est donc devenu un environnement plus de type urbain après que vous ayez tout gâché.

Jason Rice: Oui. Voilà. Après avoir chamboulé tout, c’était plus urbanisé. La même chose est arrivée sur Callidus 3, Planète Deux, et ça a commencé sur Planète Trois.

Jay Weidner: En fait, on vous a tenus dans l’ignorance quand à ce que vous faisiez vraiment. Vous l’avez su plus tard, en parlant à vos collègues et en comparant des notes. Mais à ce moment là, sur Planète Un, vous deviez être très confus quand à ce que vous faisiez, et ils voulaient que vous le restiez.

Jason Rice: Très jeunes, et très idéalistes. On étaient là pour aider à les sauver. On était dans l’ignorance. Si ces informations étaient connus des unités, il y aurait eu un soulèvement massif. ils auraient eu des révoltes, des mutineries, tout simplement. ils nous ont donc maintenus dans l’ignorance. Quand on a posé des questions, on nous a dit qu’on avait pas les accréditations.

Jay Weidner: Quelqu’un a-t-il déjà fait un pas de travers dans vos unités?

Jason Rice: Bien sûr.

Jay Weidner: Quelles étaient les sanctions. Ce serait les Allemands qui…

Jason Rice: Oui, c’était les Allemands de Mars qui appliquaient les sanctions. Ils n’étaient pas autorisés à nous tuer. Ils… On avait aussi des protocoles qui les empêchaient de nous effacer la mémoire, mais ça ne signifie pas que la Cabale n’ait pas mis en place certains protocoles permettant aux unités terrestres d’effacer certaines choses de la mémoire. Donc, soit ça entre dans une catégorie comme : « Nos propres unités nous ont-elles effacé la mémoire? » Soit on est soumis au Code unifié de justice militaire pour les sanctions : un confinement dans les quartiers, une détention en cellule, ou une réduction de salaire ou une rétrogradation, toutes ces choses qu’ils feraient, ou des corvées supplémentaires.

Comme je l’ai dit, une des sanctions qu’on a reçues pour aider les civils locaux lors de l’attaque AEC de la zone 2-6, était qu’on avait pas droit à des remplacements, pendant qu’on devait aider à nettoyer au lendemain de cette attaque AEC. Et donc, les autres 60% de mon peloton qui étaient là, ont dû faire des efforts supplémentaires et travailler dur car ils ne nous avaient pas remplacé les gens qui étaient morts ou portés disparus. C’était la sanction. On ne remplace personne jusqu’à votre redéploiement dans un autre endroit, car vous teniez tant à aider ces foutus civils.

Jay Weidner: AEC signifie arme à énergie cinétique.

Jason Rice: Correct.

Jay Weidner: Vous allez être redéployés, de cette planète, sur la Planète numéro deux, où vous aurez d’autres histoires incroyables pour nous. Mais pour clôturer avec cette Planète Un, et vous seul l’appelez « Planète Un », pour que nous comprenions mieux où vous vous trouvez.

Jason Rice:  Oui, pour suivre l’histoire.

Jay Weidner: Donc sur la Planète Un, y avait-il… hormis les combats et les gens, les gentils et les loup-garous féroces, y avait-il une faune et une flore intéressante que vous auriez vu sur cette planète que vous pouvez décrire?

Jason Rice:  Tout à fait. Une chose que j’ai réalisé assez vite était que la diversité des formes de vie sur cette planète, ainsi que sur les deux suivantes, avait peu à voir avec ce que l’on voit sur Terre. Je me souviens avoir été surpris par ça. Je n’y ai pas prêté attention alors, mais en y repensant, je me souviens avoir vu qu’il y avait des presque pins. Il y avait des arbres comme des chênes. Il y avait des arbres à feuillage persistant, des conifères. Il y avait tous ces poissons d’eau douce qu’on a trouvés. Tout… Ils étaient tous très similaires à ce qu’on voit ici. La vie y grouillait. Ce n’était pas une planète stérile. Il n’y avait pas de désert. Je m’en souviens bien. Il y avait de grands espaces complètement inhabités. il y avait des régions arctiques. Il n’y avait pas beaucoup de vie au dessus des 60 degrés, ou en dessous des 60 degrés. Mais le reste grouillait de vie. Mais elle n’était pas aussi diversifiée que ce qu’on voit sur Terre.

Jay Weidner: Les animaux étaient-ils principalement quadrupèdes?

Jason Rice:  Il y avait des oiseaux. Il y avait des animaux quadrupèdes. Il y avait… Je ne me souviens pas d’animaux avec deux pattes, ou bipèdes.

Jay Weidner: Y a-t-il une raison pourquoi la vie animale n’était pas aussi diversifiée qu’ici?

Jason Rice:  Je soupçonne que, vu que la Terre est un cas unique, une boîte de Petri unique, où il y a de nombreux éléments concurrents qui tentent d’atteindre ensemble un but, ce but étant de savoir lequel de leurs projets animaliers générera une vie ayant de meilleures chances d’ascension? La Terre est un endroit où il y a beaucoup d’intérêts concurrentiels pour créer la vie ou changer, modifier ou altérer la vie ici en modifiant l’ADN ou en y apportant la vie. On peut observer toutes ces espèces qui n’ont pas d’origine historique.

D’où sortent-elles? Il n’y a pas d’archives historiques. quand à leur origine.

Comment se développent-elles? On dirait qu’elle sont juste apparues, pouf. Elles sont arrivées d’un coup.

Donc, la Terre étant l’endroit si particulier qu’elle est, elle l’est vraiment… et qu’il y a eu un nombre d’examens et d’expériences ici pour voir quelle forme de vie, aquatique ou terrestre, ou peu importe, s’est développée il y a très longtemps.

Jay Weidner: Sait-on qui sont les personnes ou créatures qui font cette expérience sur Terre, sur les gens sur Terre?

Jason Rice:  On le sait. On a une idée de qui sont les différentes races, en nous basant sur l’histoire dont ils nous ont parlé lors de la formation.

Jay Weidner: Vous dites que le but ultime de l’expérience ici sur Terre est de créer une créature qui peut s’élever.

Jason Rice: Qui a de meilleures chances d’ascension.

Jay Weidner: Que veut dire « ascension »?

Jason Rice: Une connexion spirituelle supérieure, ainsi nous l’ont-ils expliqué.

Jay Weidner: Les Dracos ont-ils une âme ou un esprit?

Jason Rice: Je pense qu’ils en ont eu. Toutefois, leur implication avec l’IA signifie qu’ils ont tellement investi dans les machines et les technologies informatiques que c’est une bonne question : s’il en ont toujours. Sont-ils des machines maintenant? Oui. Ont-ils toujours… Ont-ils une âme? je ne le sais pas.

Jay Weidner: Les Dracos seraient donc des machines.

Jason Rice: Je crois qu’ils sont si infectés et infestés par l’IA et les nanites, qu’on peut se le demander :sont-ils des êtres biologiques ou sont-ils juste une apparence, une carcasse?

Jay Weidner: Vous avez cet avantage d’avoir les nanites en vous, mais les locaux n’en avaient pas. N’étaient-ils donc pas désavantagés, en luttant à vos cotés?

Jason Rice: Très désavantagés, oui. Voilà pourquoi on en a perdu autant. Ils ont… Ils ne pouvaient même pas se tenir debout, et ils étaient plus petits que nous, les terriens. Ils n’avaient pas de chance du tout dans les corps-à-corps avec ces loup-garous.

Jay Weidner: Peut-on dire qu’il y a tout un nombre d’expériences probablement menées sur Terre?

Jason Rice: Oui. Oui, il serait juste de dire qu’un grand nombre d’expériences sont menées sur cette planète.

Jay Weidner: Et chaque expérience tente de démontrer quelque chose de différent.

Jason Rice: Oui. Chaque race menant leurs propres expériences, que ce soit un certain type de champignon ou sur une espèce particulière d’invertébrés, ou sur des humains, elles ont toutes leurs propres agendas et les buts qu’elle veulent atteindre et comment elles veulent que leurs projets réussissent.

Jay Weidner: Et l’un de ces groupes extraterrestres qui font des expériences sur Terre tente de développer une créature qui serait capable de s’élever, d’après vous?

Jason Rice: Oui. La manière dont on nous l’a expliqué… et je pense en fait que ça ne faisait pas partie d’une campagne de désinformation, et ce qu’ils veulent faire, c’est de créer une forme de vie qui a une connexion spirituelle plus forte avec le créateur. Et avec ça, ils veulent pouvoir accélérer le processus d’ascension, car cette vie que l’on observe ici est vraiment dans l’extrémité inférieure du spectre de la vie, si vous voulez.

Donc, voir un être progresser dans des niveaux élevés d’existence, de conscience, est leur objectif. Ils sont désireux de pouvoir aider à ce niveau. les humains verront ça et diront : « Ils font du bricolage. » Bien sûr! Ils bricolent vraiment. Mais à quel point? Combien de bricolage faut-il pour passer de primate à homme moderne?

Jay Weidner: Et ces extraterrestres qui sont derrière cette expérience doivent être bienveillants?

Jason Rice: C’est une excellente question, Jay. Définissez-moi « bienveillant ». Notre conscience existante et notre compréhension comprennent-elles vraiment quels sont les objectifs? Quels sont leurs buts? On ne les connaît même pas. Souhaite-t-ils aider dans cette progression spirituelle, car ils veulent se l’approprier? Veulent-ils le faire par simple bonté de coeur? On ne le sait pas vraiment. Et je soupçonne qu’on ne le saura pas vraiment tant que l’humanité ne franchit pas le pas vers le prochain niveau. Sont-ils bienveillants? Je crois qu’un certain nombre l’est. Absolument. La définition de « bienveillance » doit être remise en cause, car on demande à une personne et on obtient une définition. Une autre personne en donnera une autre. Et donc rendre une personne plus résistante au froid, cela signifie-t-il qu’ils sont bienveillants? Ou mieux connecter une personne spirituellement au créateur? De quelle façon? Il y a eu des pertes, des compromis. Si on augmente une chose, on doit renoncer à une autre chose à un autre niveau.

C’était Divulgation Cosmique, merci de nous avoir suivis.

https://www.gaia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares