A la Une Autres Mondes Mondes intérieurs

Agarttha: enlever le couvercle du royaume souterrain

PAR JOSCELYN GODWIN

En 1884, l’occultiste français Saint-Yves d’Alveydre (1842-1909) décida de prendre des leçons de sanskrit. Ayant vient de publier son ouvrage définitif sur l’histoire secrète du monde, appelé Mission des Juifs ( « Mission des Juifs »), 2 il était désireux d’approfondir sa compréhension des langues sacrées qui, il était sûr, caché les mystères ultimes.

L’hébreu lui avait déjà beaucoup révélé; il était temps maintenant de s’attaquer à la langue encore plus ancienne du sanscrit, parent de toutes les langues indo-européennes.

Le professeur de sanscrit de Saint-Yves, qui s’appelait lui-même Hardjji Scharipf, était un personnage aux origines floues et faisait l’objet de diverses rumeurs. Né le 25 décembre 1838, il aurait quitté l’Inde après la mutinerie de 1857 pour s’installer dans le port français du Havre en tant que marchand d’oiseaux et professeur de langues orientales.

Son nom pourrait avoir été un pseudonyme; il était peut-être afghan; certains l’appelaient Prince. Mais quel que soit son récit, les manuscrits de la bibliothèque de la Sorbonne à Paris montrent que Hardjji était un enseignant savant et perspicace, source de deux énigmes non encore résolues: le royaume souterrain d’Agarttha et son langage sacré.

Trois fois par semaine, Hardjji se rendait dans la luxueuse demeure de Saint-Yves avec une leçon de grammaire bien écrite et une lecture d’un classique de sanscrit. Mais son élève assidu devint de plus en plus fasciné par les mystérieuses allusions de Hardjji, qui avaient commencé lorsqu’il avait signé le tout premier cours intitulé «Professeur et professeur… de la grande école Agartthian».

Saint-Yves a dû lui demander ce qu’était cette «grande école d’Agartthian». Il a peut-être déjà lu dans les livres du célèbre écrivain et historien du voyage Louis Jacolliot d’un «Asgartha», soi-disant une grande ville des anciens rois-prêtres indiens, les «Brahmatras». 3

Un tel endroit existe-t-il encore? Apparemment, Hardjji lui a donné à le croire et, de surcroît, à conserver une langue et un script, appelés «Vattan» ou «Vattanian», qui sont les langues primordiales de l’humanité. Pour quelqu’un en quête des racines secrètes et sacrées du langage, la mention de telles choses a dû être extrêmement excitante.

La curiosité l’a emporté le jour de Noël 1885, lorsqu’il a demandé à Hardjji d’écrire son propre nom en caractères vattaniens. Le gourou fut obligé, écrivant cela au verso de la feuille de leçon et ajoutant avec ironie: «Ici, selon ton désir ardent; mais en réalité, vous n’êtes pas encore suffisamment préparé pour Vattan. Lentement et sûrement! »

Plus tard, il aurait dû enseigner à Saint-Yves l’alphabet vattanien et les principes de ses 22 lettres, que Saint-Yves mettrait en corrélation avec l’alphabet hébreu et les symboles zodiacaux et planétaires.

À la fin des cours, Agarttha et Vattanian étaient évidemment devenus des sujets de conversation réguliers, tandis que les intérêts de Saint-Yves passaient du sanscrit à une sorte d’hermétisme comparatif. Avec l’approbation de Hardjji, il crée un splendide manuscrit à l’encre rouge et or contenant des invocations, des sceaux, de nombreux alphabets, dessins et arabesques fabriqués à partir de lettres sanscrites et vattaniennes; une liste de noms védiques et bibliques codés dans un «alphabet hermétique ou raphaélique»; quatre-vingts symboles «védiques» représentant le développement du cosmos; un passage sur la «signification hermétique du zodiaque» encodé dans les signes planétaires et zodiacaux; corrélations de ces signes avec les noms d’anges et avec les caractères vattaniens, sanscrits, hébreux et hermétiques; exercices de respiration pour l’audition du son intérieur «M» et pour le voyage de l’âme; notes sur les propriétés des herbes; recettes alchimiques.4

Saint-Yves écrit un livre sur Agarttha

Et ce n’était pas tout. Hardjji savait-il que Saint-Yves était en train d’écrire un autre livre – Le royaume d’Agarttha: un voyage dans la terre creuse – sous l’influence de ses études orientales? Cela semble douteux, mais en 1886, le livre est terminé, composé et imprimé par son éditeur habituel (Calmann Lévy).

Pour parler franchement, ce livre enlève le voile sur Agarttha.

Le lecteur apprendra que c’est un pays caché quelque part à l’est, sous la surface de la terre, où une population de millions de personnes est gouvernée par un souverain pontife, le «Brahatmah» et ses deux collègues, le «Mahatma» et le « Mahanga. »

Ce royaume, explique Saint-Yves, a été transféré sous terre et dissimulé aux habitants de la surface au début du Kali Yuga (l’âge sombre actuel dans le système de chronologie hindou), dont il date environ 3 200 avant notre ère.

Agarttha bénéficie depuis longtemps des avantages d’une technologie avancée bien au-delà de la nôtre, notamment l’éclairage au gaz, les chemins de fer et les transports aériens. Son gouvernement est l’idéal de la «Synarchie», que les races de surface ont perdu depuis le schisme qui a brisé l’empire universel au quatrième millénaire avant notre ère, et que Moïse, Jésus, et Saint-Yves s’est efforcé de restaurer. (C’était le thème de Mission des Juifs. )

De temps en temps, Agarttha envoie des émissaires dans le monde supérieur, dont il a une connaissance parfaite.

Non seulement les dernières découvertes de l’homme moderne, mais toute la sagesse des siècles sont enchâssées dans ses bibliothèques, gravées dans la pierre en caractères vattaniens. Parmi ses secrets se trouvent la véritable relation corps à âme et le moyen de garder les âmes défunts en communication avec les vivants.

Lorsque notre monde adoptera un gouvernement synarchique, le temps sera venu pour Agarttha de se révéler à notre grand avantage spirituel et pratique.

Pour accélérer ce processus, Saint-Yves inclut dans son livre des lettres ouvertes à la reine Victoria, à l’empereur Alexandre III de Russie et au pape Léon III, les invitant à se joindre au grand projet.

Peut-être que la chose la plus étrange à propos de ce livre est la propre position de Saint-Yves. Loin de se présenter comme un porte-parole autorisé d’Agarttha, il admet qu’il est un espion. Dédiant le livre au souverain pontife et le signant de son propre nom en caractères vattaniens (comme Hardjji le lui avait écrit), il explique à quel point cet auguste dignitaire sera étonné de lire l’œuvre, se demandant comment des yeux humains auraient pu pénétré dans les sanctuaires les plus profonds de son royaume.

Saint-Yves explique qu’il est un «initié spontané», tenu par aucun serment de secret, et qu’une fois que la Brahatma aura surmonté le choc, il admettra la sagesse de ce que Saint-Yves a osé révéler.

Comment Saint-Yves a-t-il obtenu cette information?

Déjà dans son premier livre, Clefs de l’Orient (1877), il écrivait avec la confiance d’un témoin oculaire des phénomènes psychiques accompagnant la naissance, la mort et la relation entre les sexes. 5 Dans le présent ouvrage, il semble avoir étendu sa vision psychique, c’est le moins qu’on puisse dire, et l’on peut glaner ici et là une idée de ses méthodes.

Il y a, par exemple, un passage ici décrivant en détail comment les initiés Agartthiens voyagent dans leurs âmes pendant que leurs corps dorment. Ensuite, il y a le passage dans le cahier déjà mentionné, sur les exercices de yoga pour séparer l’âme du corps. Troisièmement, une conversation avec Saint-Yves, enregistrée le 16 août 1896 par un chercheur en psychologie, Alfred Erny: 6

«Il a parlé à Papus et à [Stanislas de] Guaïta, mais ne leur a pas dit ce qu’ils voulaient savoir: la méthode pour se désengager et se réengager dans le corps astral. C’est dangereux: « Je ne veux pas (a-t-il dit) mettre entre vos mains un revolver chargé que vous ne savez pas utiliser. »

«Un magnétiseur, dit-il, court moins de risques que d’autres en se dupliquant, car il est plus entraîné.

« Quand on sort de son corps dans l’Astral, un autre esprit diabolique peut vous remplacer. »

Saint-Yves possédait vraisemblablement le secret de cette faculté «somnambulique» et s’en servit pour rassembler les informations qu’il présente dans ce livre. Mais l’a-t-il recueilli, comme il le prétend, après avoir espionné un Agarttha physique sous la surface de la terre? Ou était-ce le résultat de ses propres fantasmes ou hallucinations projetés? Ou encore, provient-il d’un lieu ou d’un état non physique auquel on peut accéder sous certaines conditions, mais qui ne fait alors que soutenir les propres attentes subjectives et les préjugés de la psyché? Nous reviendrons sur ces questions à la fin.

À peine le livre imprimé et prêt pour les librairies que Saint-Yves le retira, détruisant tous les exemplaires sauf un.

L’œuvre échappa de peu à l’oubli, mais cet exemplaire fut transmis après la mort de Saint-Yves à Papus, qui le publia en 1910, avec quelques omissions, sous les auspices d’un groupe de disciples, les «Amis de Saint-Yves».

Des décennies plus tard , il s’est avéré que l’imprimeur Lahure en avait dissimulé une autre copie. 7 Le regretté Jean Saunier, biographe et chef de l’autorité de Saint-Yves, s’est servi de cette base pour l’édition française complète de 1981, désormais traduite en anglais.

Quelles que soient les raisons qui ont motivé le retrait soudain du livre, il ne fait aucun doute que Saint-Yves est resté fidèle à sa vision. Par exemple, il mentionne Agarttha et cite ses trois dirigeants dans son poème épique de 1890, Jeanne d’Arc victorieuse .

Dans ses conversations avec Erny en 1896, il déclara carrément qu’il existait une «université supérieure» secrète avec un «grand prêtre» actuellement éthiopien, ainsi que d’autres détails tels qu’ils apparaissent dans ce livre.

Enfin, il cite Agarttha en termes voilés dans L’Archéomètre, l’œuvre majeure de ses dernières années.

Ossendowski fait revivre «Agharti»

Après le traumatisme de la Première Guerre mondiale, le nom même d’Agarttha aurait pu être oublié, de même que Saint-Yves. Mais en 1922, un «scientifique» polonais, Ferdinand Ossendowski (1876-1945), publia un livre de voyages et d’aventures sensationnel. 8

Il a raconté sa fuite à travers l’Asie centrale à la suite de la révolution russe. En Mongolie, il a entendu parler d’un royaume souterrain de 800 000 000 habitants appelé «Agharti»; de sa triple autorité spirituelle «Brahytma, le roi du monde», «Mahytma» et «Mahynga», de sa langue sacrée «Vattanan» et de nombreuses autres choses qui corroborent Saint-Yves.

Le livre s’achève sur une note de prophétie dramatique de l’un des informateurs d’Ossendowski: qu’en 2029, les habitants d’Aghardi sortiront de leurs cavernes et apparaîtront à la surface de la terre.

La prophétie a été attribuée au roi du monde lorsqu’il est apparu devant les lamas en 1890.

Le roi avait alors prédit qu’il y aurait 50 ans de conflits et de misère, 71 ans de bonheur sous trois grands royaumes, puis une guerre de 18 ans. ,9

Un lecteur sans préjugé, trouvant dans trois chapitres du livre d’Ossendowski un aperçu virtuel de l’Agarttha de Saint-Yves, sans omettre les détails les plus improbables, conclurait que l’auteur avait coiffé une histoire déjà bonne d’une plagiat commode, modifiant ainsi les orthographes. pour faire en sorte que sa version, si contestée, semble éclairée par une source indépendante.

Au début, Ossendowski a nié cela avec indignation. Lorsqu’il fut présenté à l’ésotériste René Guénon (1886-1951), il déclara que, s’il n’y avait pas la preuve du journal quotidien qu’il avait tenu, et de certains objets qu’il avait rapportés, il aurait pensé qu’il avait rêvé parties de cette histoire, ajoutant: « Je préférerais de beaucoup cela! » 10

En 1908, le jeune Guénon avait pris part à des séances d’écriture automatique au cours desquelles la question d’Agartthian avait été abordée, bien que ce soit par le biais des questionneurs ou de l’entité canalisée qui reste floue. 11 Maintenant, son intérêt a été ravivé et, en 1925, il a écrit sur les parallèles frappants entre Agarttha de Saint-Yves et Agharti d’Ossendowki, dont la sincérité, selon Guénon, n’avait aucune raison de douter. 12

Deux ans plus tard, Guénon prend l’affaire en main. Dans son livre le plus controversé, Le Roi du Monde, il a déclaré: «Indépendamment des preuves présentées par Ossendowski, nous savons par d’autres sources que de tels récits sont largement répandus en Mongolie et en Asie centrale, et nous pouvons ajouter qu’il existe quelque chose de similaire dans les traditions de la plupart des peuples. » 13 Malheureusement, Guénon n’appuie pas sa prétention à un accès privilégié en nous expliquant ce que sont ces sources ni le degré de similitude que l’on entend par« histoires de ce genre ».

Vers la fin du Roi du Monde, Guénon est confronté à la question de savoir si Agarttha existe réellement:

Est-ce que le fait de le placer dans un endroit déterminé implique maintenant qu’il en soit ainsi, ou est-ce seulement un symbole, ou est-ce les deux en même temps? La réponse simple est que les faits géographiques et historiques possèdent tous deux une validité symbolique qui n’enlève rien à leur réalité, mais qui, au-delà de la réalité évidente, leur confère une signification supérieure. 14

Donc, Guénon à tout le moins n’a pas nié un Agarttha géographique. À son avis, s’il en existait une au-dessous de la surface de la Terre, cela ne ferait que corroborer la réalité supérieure de la réalité symbolique.

Marco Pallis (1895-1985), voyageur, écrivain sur le bouddhisme et traducteur de Guénon, expliqua plus tard le récit d’Ossendowski, grâce à ses propres contacts avec des Indiens, des Tibétains et des Mongols très bien placés. 15

L’un de ces derniers, maintenant très âgé, était le lama principal d’un monastère au moment de la visite d’Ossendowski. Il a témoigné que les récits de ce dernier sur le roi du monde et sur Agarttha n’avaient aucun rapport avec une légende ou une doctrine authentique, et que la maîtrise qu’avait Ossendowski de la langue mongole ne suffisait pas à comprendre ce qu’il prétendait avoir entendu.

De même, les amis hindous de Pallis ont démenti toute source sanscrite pour Agarttha. La conclusion inévitable était que le crédule Guénon avait été induit en erreur par le fantasme de Saint-Yves et que la promotion de la croyance en Agarttha dans Le Roi du Monde avait été une erreur stupide.

Ossendowski lui-même avait été rétrogradé en novembre 1924 lorsqu’il avait été pressé de comparaître devant un groupe d’intellectuels et d’universitaires renommés. Il a confessé à cet auditoire dur que Beasts, Men and Gods n’était pas «scientifique» mais «exclusivement une œuvre littéraire» et a déclaré la même chose dans une lettre à la Royal Geographical Society. 16 Peu importe: une fois que son best-seller a sorti le mythe Agarttha du placard ésotérique, il a commencé à prendre un nouveau souffle. Souvent confondu ou contrasté avec Shambhala, la ville spirituelle du bouddhisme tibétain, il est devenu un thème récurrent des écrivains occultes populaires. 17

Si l’on met de côté Saint-Yves et Ossendowski, pour des raisons déjà expliquées, il ne reste plus que deux témoins indépendants d’une tradition indienne Agarttha.

Louis Jacolliot a été amené à le situer dans le passé, en tant que capitale antique brahmanique. Pour Hardjji Scharipf, il s’agissait d’une école initiatique vivante avec son propre script secret. Jusqu’à ce qu’un érudit réputé nous livre des données sur le mythe d’Agarttha, et en particulier sur l’alphabet vattanien, 18 mon hypothèse de travail est que ceux-ci faisaient partie d’une mythologie appartenant à une école indienne restreinte et obscure, qui n’a été révélée à l’opinion occidentale que ces deux occasions.

Cependant, Saint-Yves voulait plus que le goût alléchant que lui permettait son professeur de sanscrit. Il décida donc d’utiliser son don pour le voyage astral pour explorer davantage Agarttha et fut récompensé par la vision d’une utopie souterraine et de son souverain pontife, le Seigneur spirituel du monde. Quelle est la source et le statut ontologique de telles visions?

Le monde astral et les délires de la grandeur

Il existe dans le monde astral des lieux ou des complexes bien définis (également appelés «plans intérieurs» de la magie) qui présentent au visiteur voyant certaines caractéristiques invariables.

Mais les circonstances accessoires d’un tel endroit varient en fonction du conditionnement culturel et des attentes du visiteur. Certains se retrouvent, par exemple, dans ce qu’ils croient être la bibliothèque d’Alexandrie ou en Atlantide, c’est-à-dire un lieu du passé.

Pour d’autres, il semble actuel et contemporain, bien que de préférence dans un endroit inaccessible comme l’Himalaya. Le décor est une affaire banale, bien sûr, par rapport aux vérités philosophiques à découvrir, mais son prestige fascine parfois le voyageur. Ensuite, son attention se concentre sur des détails non pertinents et il peut en résulter un sentiment exagéré d’importance personnelle. Ainsi Saint-Yves,

Je peux accepter que, dans un état de conscience altérée, il ait vu ce qu’il prétend avoir vu. Mais, comme beaucoup de gens qui s’adonnent habituellement à des états modifiés, il n’a pas été en mesure de situer ses visions, ni lui-même en tant que témoin, avec le détachement philosophique requis. Le résultat est un cas classique du risque professionnel des occultistes: le concrétisme égaré.

Pourtant, ce livre a une grandeur. Sa prose vivante et élégante l’élève bien au-dessus de la lourdeur verbeuse d’une écriture visionnaire et canalisée.

Par son étrange fantaisie, il rivalise avec la fiction fantastique de HP Lovecraft ou de Jorge Luis Borges, tandis que son sérieux et sa confiance en soi titanique sont comparables à des œuvres prophétiques comme le livre d’Ezekiel ou les diverses Apocalypses.

Et cela nous rappelle que la Terre est un endroit très étrange, avec de nombreux recoins inexplorés, de nombreuses énigmes et de nombreuses surprises pour les habitants de la surface.

https://www.newdawnmagazine.com/articles/agarttha-taking-the-lid-off-the-underground-kingdom

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares