A la Une Nouveau Paradigme PLasma

A l’origine de la 5e dimension: l’effet Kirlian

Les premières expériences qui ont été menées sur des phénomènes montrant l’existence de la 5e dimension ont été réalisées par le physicien russe Semyon Kirlian et son épouse Valentina Kirlian en 1939. Ces travaux ont permis de découvrir l’ « effet Kirlian ».

Cet effet s’observe lorsqu’on soumet un objet vivant ou non à un champ électrique variant à certaines fréquences et pour des valeurs particulières de tension électrique. Il apparaît sous forme de halo lumineux caractéristique de l’objet examiné.

Les conclusions de ces expériences ont montré que le halo dépendait clairement de l’état énergétique de l’objet, avec un effet de mémoire de forme tel que lorsqu’on coupait une partie de pétale de fleur, le halo lumineux restait presque intact malgré la variation de la forme de la fleur.

Cette « texture » énergétique sous forme de halo correspondait à un « niveau énergétique de l’objet», pour un objet inanimé, dont le sens restait mal défini.

C’est l’examen de plantes dans des états de santé différents qui a montré que la couleur et l’intensité du halo dépendait du niveau de santé de la plante, c’est-à-dire de son état d‘ordre interne. La plante, considérée comme un système défini par des niveaux d’ordre de nature biochimique (sa santé), indique son niveau d’entropie (désordre), par une faiblesse de son halo lumineux.

Que ce soit des objets inanimés ou vivants, l’effet Kirlian révèle l’état d’entropie de l’objet par un rayonnement émis sous forme de halo.

L’effet Kirlian est un cas particulier de qu’on appelle l’effet Corona ou effet de couronne, montrant la ionisation de l’air qui se colore en fonction du champs électrique utilisé, comme dans l’effet Kirlian. Dans le cas de l’effet Corona, le halo observable indique plus généralement l’état d’énergie de l’objet et de son environnement et plus seulement l’état d’ordre de l’objet seul.

Un autre phénomène optique similaire est celui des « pilliers lumineux planétaires ».

Ils se manifestent lors de conditions climatiques particulières. Lorsque l’air est à une certaine température et une certaine humidité, des halos de lumière apparaissent sous forme de pilliers dont les caractéristiques géométriques sont similaires à ceux observés dans l’effet Kirlian.

Pour comparaison, la première vidéo concernant l’effet Kirlian montre clairement des étincelles de type « pilliers lumineux » sur l’empreinte d’un doigt, à la minute 3:02. La seconde montre différents pilliers dont certains ayant exactement la même forme que dans l’effet Kirlian (minute 0:12) :

La relation entre l’effet Kirlian et l’effet « pilliers lumineux planétaires » est évidente : ce sont des manifestations de l’état énergétique d’un système sous des conditions physiques particulières, que ce soit un objet vivant ou inerte* comme dans l’effet Kirlian ou la planète avec ses pilliers lumineux.

Une autre manifestation du niveau d’énergie d’un corps se trouve dans la couronne solaire.

Avec une température très élevée, le rayonnement lumineux dégagé par le soleil est similaire (dans les bonnes conditions) aux pilliers lumineux de la Terre. La vidéo qui suit montre l’aspect de la lumière solaire en fonction de sa température.

A partir de 2.5 milions de degrés, on peut observer le début d’un « hérissement » du plasma près du disque solaire qui devient plus net avec l’augmentation de la température. Comme ce sont les conditions physiques locales qui nuancent les différences observables entre les halos sur Terre et autour du disque solaire, il en va de même pour la couronne, qui est plus chaude que la surface du soleil.

Dans l’effet Kirlian, l’un des paramètres qui caractérise l’énergie du champ électrique est sa fréquence.

Dans notre cas, l’énergie (la température) correspond à la longueur d’onde indiquée aussi dans la vidéo. L’équivalence de la fréquence et de la longueur d’onde d’un rayonnement est bien connue en physique. L’allure générale du halo solaire ressemble clairement aux images de l’effet Kirlian :

Une image de la couronne traitée numériquement prise lors d’une éclipse solaire en 2008 montre des détails révélateurs. On retrouve en haut à droite de l’image la même « texture » énergétique sous la forme de filaments de plasma rectilignes, forme qu’on retrouve dans les pilliers lumineux sur Terre :

On remarque la très forte similitude visuelle entre la photographie précédente et celle de l’effet Kirlian d’un smartphone :

L’expression énergétique sous forme de halo commune à l’effet Kirlian, aux pilliers lumineux planétaires et à la couronne solaire montre le transfert d’énergie entre la 5e dimension et notre espace-temps classique à 4 dimensions.

En physique, la notion d’entropie* est liée à la température, c’est-à-dire à l’énergie du corps.

L’entropie exprime la dégradation de l’énergie ou la perte d’énergie d’un corps lorsqu’il y a une transformation de cette énergie.

Dans le cas du soleil, les réactions de fusions thermonucléaires transforment l’énergie des noyaux atomiques en lumière et en chaleur. Dans certaines conditions physiques particulières, l’existence de la 5e dimension se révèle par la variation de l’énergie d’un corps (la matière) au travers de l’entropie qui est commune à tous ces effets.

Explications sur ce que sont les Densités 1D, 2D, 3D, 4D, 5D… (mis à jour)

La température de la couronne solaire est de beaucoup supérieure à celle de la surface du soleil. C’est la structure à 5 dimensions du soleil qui est responsable du reflux d’énergie dans la couronne.

Le principe d’une différence d’énergie observable (et difficilement explicable) comme indicateur de l’existence de la 5e dimension se retrouve dans la production d’énergie par les systèmes dits surunitaires ou les systèmes de propulsion EMdrive qui exploitent les propriétés de transformation de l’énergie par la 5e dimension pour fournir une force de poussée.

La 5e dimension et l’être humain: une autre physique

L’importance de la physique 5d dans le fonctionnement du soleil.

Étant le phénomène le plus visible, la dynamique éruptive du soleil, par les instabilités de plasma qui ont lieu lors des réactions de fusions et par l’aspect même du halo, montre qu’il doit y avoir un élément clé commun pour la description des phénomènes décrits dans cet article. Ces événements physiques, par définition, sont l’expression d’un ensemble de forces. Les forces qui s’y exercent indiquent obligatoirement la nature profonde de la 5e dimension en tant que cause de cette éruptivité.

L’idée de cet article et des suivants est de « relier les points » avec un éclairage scientifique et technologique qui donne du sens.

Le domaine des ovni et des black programs associés relève pour l’essentiel de phénomènes qui ne sont que des illustrations d’une physique à 5 dimensions.

Toutes les grandes théories des hautes énergies de la physique introduisent des dimensions supplémentaires invisibles. C’est exactement ça qui est trompeur : la 5e dimension n’est pas une dimension réservée au monde des particules de matière, mais fait bien partie de ce qu’on peut observer sans instrument de mesure.

La science extraterrestre utilisée dans la conception des ovni utilise cette 5e dimension comme base de connaissance technologique.

Cette 5e dimension n’est pas seulement utilisée dans un cadre technologique, elle existe aussi dans la nature et est responsable aussi de phénomènes apparemment inexplicables comme les zones cosmo-telluriques (géobiologie, feng-sui, etc.).

Un dispositif aussi simple que la baguette d’un sourcier est un instrument sensible à cette 5e dimension. Dans ce cas précis, la « technologie 5d » se réduit à la baguette et au sourcier. Un bon sourcier vous dira que le fait de tenir la baguette avec ses bras pour former un circuit fermé est le principe même qui permet de détecter les ondes telluriques. C’est ce circuit fermé qui permet de détecter les vortex cosmo-telluriques, qui sont des boucles d’énergie de type gravitationnel (la baguette bouge) émanant de la planète et de tous les corps sphériques du systèmes solaires dont le soleil.

Qu’est-ce que ces vortex cosmo-telluriques d’un point de vue 5d ?

Le fait que nous n’ayons jamais eu jusqu’à maintenant la technologie pour reproduire la fusion nucléaire pour produire de l’énergie vient du fait que nous n’avons aucune maîtrise de cette dimension. C’est la présence importante de la 5e dimension dans la structure du soleil qui permet une stabilité des réactions de fusion. La marginalité apparente de cette physique 5d à la surface de notre planète devient primordiale pour le fonctionnement d’une étoile.

En quoi consiste cette 5e dimension ?

La principale caractéristique est qu’elle est manifestement « confinante ». Un vortex est refermé sur lui-même. C’est aussi un confinement qui permet les réactions de fusion. « Confinante » signifie aussi « confinée » c’est-à-dire très localisés, comme les vortex cosmo-telluriques. Bien que non visible contrairement aux 3 dimensions d’espace et à la dimension de temps de notre espace habituel, elle est parfaitement observable macroscopiquement.

La multitude d’ovni présents de façon récurrente autour du soleil est aussi un indice de correspondance entre nature du soleil et technologie extraterrestre.

Pour quelles raisons s’intéresseraient-ils à notre soleil ?

Simplement pour des raisons d’ingénierie stellaire. Mais pourquoi ici chez nous ? Parce que notre étoile est une étoile qui est chaude (fortes réactions de fusion), plus chaude que la moyenne des étoiles et qui de plus, ne fait pas partie des systèmes binaires d’étoiles qui est la forme la plus répandues de formation stellaire.

Toutes ces raisons font que notre système solaire est intéressant pour effectuer des tests technologiques. En effet, dans le cas inhabituel d’un système à étoile unique, on peut imaginer que les flux cosmo-telluriques d’une étoile chaude comme le soleil sont beaucoup plus intenses entre planètes et étoile que dans tout autre système stellaire. D’où la possibilité de faire des expériences de physique 5d entre notre soleil et notre planète. Si vous regardez des vidéos d’ovnis près du soleil, vous aurez réellement l’impression que ce sont des expériences qui sont menées.

La relation entre maîtrise de la physique solaire et son application technologique est évidente. Dans les deux liens suivants, on peut reconnaître des objets dont le fonctionnement montre des disruptions de plasma stabilisées de type solaire.

http://taverne-etrange.xooit.eu/t4227-OVNI-sph-rique-et-chemtrails-trange-photo-au-Texas.htm

http://ovniparanormal.over-blog.com/2016/03/photos-ovni-en-californie-le-10-mars-2016.html

La génération du plasma est très visible dans la vidéo suivante à partir de la minute 7:00 lorsque l’ovni dissipe le hallo plasmatique qui l’entourait. Cette « coque » autour de l’objet visible au centre montre clairement une maîtrise de quelque chose qui est bien au-delà d’un simple champ de forces dans notre espace à 4 dimensions: elle fait référence à la structure même du soleil.

C’est selon toute évidence une technologie qui rend possible le contrôle de la fusion nucléaire. L’apparition d’un ovni faisant une telle démonstration montre sans ambiguïté une intention de nous faire comprendre qu’il existe une autre physique.

La 5e dimension est une dimension qui n’est cependant pas naturelle pour l’être humain.

D’une part, elle n’est du point de vue physique pas directement utile (elle est refermée sur elle-même). D’autre part, la géobiologie montre que l’esprit s’adapte mal aux flux d’énergie de cette dimension et peut le perturber fortement.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares